Blazy et l’aéroport de Notre-Dame des Landes

La situation de l’aéroport du Grand Ouest. Cliquez pour voir d'autres cartes

J-P Blazy, maire de Gonesse et député de “Roissy” , même s’il évolue (timidement) sur les questions aéroportuaires (il a combattu dans le passé tant l’aéroport CDG -les nouvelles pistes- que Fedex, mais et c’est heureux, après l’avoir affirmé pendant des années au mépris de toute considération économique et sociale, il ne veut plus “mettre le fret  Vatry”…), a toujours du mal à s’exprimer sur les questions aéroportuaires.

Sur le projet de l’aéroport Notre-Dame des Landes, il a publié un communiqué en tant que président de l’association qu’il a fondée (Ville et Aéroport, voir son site qui témoigne de son activité trépidante) demandant que celle-ci soit associée à la “commission de dialogue” récemment décidée par le gouvernement pour calmer le jeu.

Dans le texte, on peut voir (deviner plutôt) que, finalement, Blazy n’est pas opposé au futur aéroport du Grand Ouest (ça aurait été le bouquet s’il avait été contre) mais qu’il souhaite participer à la commission pour… faire des propositions, arguant d’un “manque de concertation”, alors que chacun sait que ce projet, qui date de … 1965 a fait l’objet d’innombrables consultations (voir ici sur le site de l’aéroport) . Il redit entre autres quelques une de ses positions vagues sur l’activité aéroportuaire en France.

Il serait bien quand même que J-P Blazy, qui a été réélu député dans les conditions que l’on sait, et qui est un des trois députés de “Roissy” (avec Asensi et Albarello) adopte désormais une position claire, “décomplexée” en faveur de CDG (ce qui n’empêche pas d’être vigilant sur les nuisances) et arrête de “tourner autour du pot”. Son absence (qu’il justifiera sûrement) à l’inauguration du nouvel équipement d’Air France Industries (pourtant sur “sa” circonscription) est symptomatique de ce manque d’allant, qui avait contribué, c’est certain, à son échec aux législatives de 2007.

Sur Notre-Dame des Landes, il devrait, s’il était logique, demander l’accélération de sa mise en œuvre. Assurément, sa mise en service, prévue en 2017, diminuerait sensiblement le nombre de vols à CDG. Cela dit, si ND des Landes ne se faisait pas, ça serait bon pour nous : davantage de passagers (et de clients pour nos hôtels et nos restaurants, de parkings de longue durée payants, de taxes et duty free…). Quant au bilan énergétique des voyageurs de l’Ouest qui prennent l’avion  Roissy, n’en parlons pas..

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire