Créez votre boite ! Soignez vos relations avec votre banquier !

Le secteur de l'hotellerie-restauration embauche toujours

Emplois, création d’entreprises, c’est en ce moment le mois de l’initiative à la Communauté d’agglo Val de France. Forums (notamment une journée spéciale emploi du secteur de l’hôtellerie, bus de l’Initiative à la rencontre des habitants, édition d’un guide de la création d’entreprise (bien fait, à voir ici), multiples pages d’infos sur le site de la CA (et même sur Facebook), la CA a mis le paquet !

Voici une bonne initiative, en ces temps de chômage massif et de croissance molle. On apportera notre pierre à cette série d’action en encourageant les gens à créer leur propre entreprise. Certes, tout le monde n’a pas vocation à être chef d’entreprise, mais je voudrais témoigner ici du plaisir qu’il y a à créer et diriger sa propre boite. Certes, c’est prenant, parfois angoissant, mais les avantages, je peux vous le dire, sont nettement plus nombreux que les inconvénients.

Et, aujourd’hui, c’est beaucoup plus facile de créer. Le statut, par exemple, d’autoentrepreneur, en permettant notamment le paiement des cotisations sociales en fonction du chiffre d’affaire réellement encaissé permet de démarrer sans grand risque (avant, combien de jeunes boites déposaient leur bilan rien qu’à cause des lourdes cotisations obligatoires, chiffre d’affaire ou pas…). Et le dispositif ACCRE vient encore encourager ceux qui veulent se lancer.  Alors lancez-vous ! Et vous verrez par exemple le plaisir que procure la première vente que vous ferez.

Comment faire avec votre banquier ?

Mon cousin Alain et M. Battistella, à la fin du repas. Y'avait de la Mirabelle dans l'air!!!

Encore un conseil. J’en parlais encore dimanche dernier avec mon frère Patrick, qui tient un restaurant à Serre-Chevalier : ayez toujours de bonnes relations avec votre banquier. Celui-ci est, on l’oublie souvent, un commerçant comme un autre. Il ne demande qu’à vous prêter de l’argent (c’est comme ça qu’il gagne  sa vie…) soit sous forme de prêt, soit sous forme de découvert. Tout ce qu’il veut, c’est être certain de le récupérer ! C’est pourquoi il faut toujours l’informer de votre situation,(avec les comptes annuels par exemple et une note d’infos de temps en temps sur votre activité.  Et surtout ne jamais lui raconter d’histoires, il perdait alors confiance en vous ! Mais si vous l’informez comme je vous dit, il sera à vos côtés en cas de mauvaise passe.  C’est ce que je fais depuis la création de notre agence VPP (fin 1996 !) avec ma Banque Populaire (que je vous conseille donc). Des mauvaises passes, j’en ai eu, mais grâce à la confiance, la banque m’a toujours suivi.

Belle rencontre  avec Joseph Battistella

A propos de banquier, bonne occasion pour évoquer une rencontre, comme le hasard sait les faire. Voici une dizaine de jour mon cousin Alain, qui est traiteur à Épinal, m’appelle. Il venait de faire une presation pour un repas entre amis à Dogneville, non loin d’Épinal. Au cours d’une discussion avec un des convives, il en vient à évoquer mon nom ce que je fait. Incroyable, c’était M. Battistella, aujourd’hui en retraite, mais qui fut le directeur central des clientèles, à ma Banque populaire et que j’ai bien connu et que j’aimais beaucoup. Retrouvailles au tél, puis mails le lendemain:

Bonjour Eric, c’est tout bon.   Mais quelle surprise, hier soir, quand votre cousin (qui, au passage fait une très bonne cuisine…) m’a parlé de votre lien de parenté… et la technologie aidant – photo, transmission, et appel téléphonique immédiat. Un lien rompu depuis 7ans est rétabli, c’est vraiment extraordinaire…Et en plus vous vous ressemblez pas mal. – Donc, à bientôt .J.B.

On doit se revoir (il habite Montmorency). Elle est pas belle la vie?

EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire