Contre l’hypocrisie, contre le déclin de la France et de l’Europe

Foto que j'avais prise à l'intérieur d'une cabine de toilettes "hommes" à la sous préf de Sarcelles, voici trois ans. De quoi faire un sujet au bac?

Assurément, l’Histoire nous l’enseigne, le degré de civilisation d’une nation se juge à son attitude envers les étrangers (les Barbares, comme appelaient les anciens Grecs tous ceux qui ne l’étaient pas).

Les récents drames au large de Lampedusa ou de Malte et l’incroyable affaire de la désormais tristement célèbre Léonarda (une fessée et au lit, comme dirait un de mes correspondants) ont remis la question de l’immigration sur le devant de la scène  (pour peu qu’elle ne l’ait jamais quittée…). Tout le monde en a parlé, et pas toujours d’une manière correcte, me semble t-il. A “Roissy” (et donc à RoissyMail), porte d’entrée aérienne de la France, sinon de l’Europe, il est normal de se préoccuper de ces questions. Voici donc quelques réflexions que je voulais publier depuis un moment (et comme j’ai mille choses à faire, si je ne le fais pas maintenant, je me connais, je le ferai jamais, ou ça sera trop tard). Elles provoqueront peut-être un débat (voire des condamnations au bûcher, on va me traiter de raciste, de colonialiste, de sarkoziste, et de ne je ne sais quoi encore), que je suis prêt à répercuter ici, pour peu que les contributions éventuelles soient polies (et pas anonymes : trop facile).

1) A propos de Roissy.

Nos “bonnes âmes” ont encore pleuré depuis la création récente des annexes du tribunal de Meaux au Mesnil-Amelot, à côté du nouveau (et grand) centre de rétention administrative (CRA) et de celui de Bobigny dans l’enceinte de  la ZAPI à CDG. Tout comme ces bonnes âmes (en fait une poignée de bo-bo des beaux quartiers de Paris) avaient manifesté contre la construction de ce CRA.  Rappelons des choses simples : à partir du moment où les frontières de l’Europe ne sont pas “ouvertes” et que des visas ou autres titres de séjour sont nécessaires, il faut bien s’occuper de ceux qui arrivent ici sans autorisation. D’où les “rétentions” administratives, qui ont été “légalisées” sous Mitterrand … Et ceux qui sont “retenus” le temps nécessaire à l’examen de leur situation (demandeurs d’asile ou autres : certains d’entre vous se souviendront peut-être que ma femme, qui est Béninoise, avait été “retenue”  non parce qu’elle n’avait pas de visa, mais parce qu’elle avait oublié un autre papier -un récépissé ou quelque chose comme ça – dans sa valise qui était dans la soute de l’avion) doivent bien sûr  l’être  dignement. On se souviendra aussi que pendant un moment, faute de place, une partie de l’ancien CRA était situé dans un étage de l’hôtel Ibis à Roissypôle. Les étrangers étaient retenus dans de mauvaises conditions qui avaient été dénoncées (à juste titre) à l’époque.

La République a donc décidé de construire (à grands frais…) ce nouveau CRA au Mesnil (pour le fun, voir ici). Et, comme les conditions de transfert au tribunal  devenaient compliquées, il a été décidé d’installer des annexes du tribunal de Bobigny (pour la ZAPI) et de celui de Meaux (pour le CRA, situé en 77). Devant la protestation des bonnes âmes, (et de certains avocats, souvent commis d’office, sûrement mécontents d’avoir à se déplacer (ça fait trois sous quand même, ce que je comprends), la ministre de la justice a décidé de missionner deux magistrats (voir ici) pour vérifier si l’annexe du tribunal de Bobigny sur la ZAPI (une première) est conforme à la loi, celle du Mesnil l’étant, si l’on a bien compris. (voir aussi ici). Ce sont des progrès (qui nous coutent cher)  à mettre à l’actif de notre démocratie.

2) Sur l’immigration vers l’Europe en général et Lampedusa en particulier

Disons-le tout net, un torrent de larmes de crocodiles venant des politiques de tous bords et de tous pays européens s’est déversé dans les médias, après les derniers drames en Méditerranée. Je les ai écouté tous ! Et tous disaient la même chose : ils pleuraient, et tous, en disant “il faut maitriser l’immigration, accusaient (coupable idéal) le pauvre Barroso, comme si c’était à la Commission européenne de décider des mesures à prendre !

Personne ne répond à la question simple : que fait-on quand des bateaux arrivent ? Bien sûr, personne ne dit qu’il faut refouler ces malheureux, mais ils ne disent pas non plus qu’il faut les accueillir … Alors que fait-on? De temps en temps, on en trouve un ou deux qui fredonnent la chanson habituelle du “co-développement” avec les pays du sud. Foutaises ! Ça ne marche pas! L’efficience de l’aide au développement est déjà sujette à caution.

Les Africains responsables

Le problème réel est la capacité des Africains (pour ne prendre qu’eux) à se développer et à se doter d’institutions d’un minimum démocratique, de sécuriser le droit des affaires, et d’entreprendre les politiques adaptées. Un seul exemple (mais j’en connais des dizaines, dont le Mali, qui était présenté, avant le coup d’État et la guerre, comme un exemple de démocratie et de développement) le Nigeria, grand pays d’Afrique de l’Ouest, 5ème pays producteur de pétrole (OPEP), pays riche (enfin, pas le peuple), avec une capacité industrielle quasiment unique en Afrique, n’a même pas de raffinerie ! (en fait on a appris récemment qu’il va en ouvrir une, voir ici). Le Nigeria paye 30 milliards de dollars pour “réimporter” de l’essence !!! Autre exemple quand même, la fondation Mo Ibrahim, créée par un Soudanais qui a fait fortune (honnêtement semble-t-il, regardez-ça ici, ça vaut le coup), qui distribue un prix (richement doté) pour les anciens dirigeants africains qui ont fait preuve de “bonne gouvernance”, n’a pas pu décerner le prix depuis 3 ans faute de … lauréat probable… Vous en voulez encore?  Quand vous voulez !

Corruption et détournements à tous les étages

La vague d’immigration est intimement liée, s’agissant des pays qui nous sont proches (Maghreb, y compris notre ami le Maroc, où la pauvreté extrême côtoie la richesse insolente) mais aussi Moyen et Proche Orient, à l’incurie des dirigeants de ces pays (et l’Algérie!!) qui pillent, spolient leurs propre peuples qui, à cause d’eux n’ont aucun (je dis bien aucun, sauf exception rarissime) espoir de s’en tirer dans la vie, alors qu’ils ont accès, via les télés et les NTIC, à toutes les infos sur le monde développé. Et surtout les jeunes, dont les plus téméraires tentent l’impossible, au risque de leur vie (et combien de suicides, visibles comme celui de Tunisie ou invisibles)  de rejoindre les pays où ils peuvent avoir un peu d’espoir (du travail, se soigner, s’éduquer,  faire venir leur famille le moment venu). Lampedusa, ou le drame de “Mauregard” ne sont que la partie visible de l’iceberg.

Et pendant ce temps, les dictateurs africains, à l’image d’un Sassou Nguesso, président “communiste” du Congo (Brazza), se vautrent dans un luxe incroyable : “Sassou” descendant régulièrement à l’hôtel de luxe Meurice où il “squatte” (mais en les payant) des suites aux prix vertigineux avec l’argent  du pétrole et des paysans (lesquels vont recevoir parfois de l’argent de certaines mairies ou “associations”  de France pour creuser  un puits, ou ouvrir une école) de son pays. Ce dictateur est ensuite reçu avec les honneurs par François Hollande (comme le faisaient tous les présidents de la République). Et nos “bonnes âmes”, nos “zassociations de toutes sortes, la plupart du temps financées par nos impôts; ou nos SOS Racisme, nos zintellectuels africains-parisiens, nos bo-bo des CRA, nos Noirs du CRAN (qui n’ont pas de cran) et consorts ne disent rien. Pire, ils en appellent à la repentance des Français ! L’esclavage, la colo et tout l’toutim … C’est facile et c’est dégueulasse ! Seuls quelques ONG (blanches, européennes !) poursuivent en justice ces voyous sur leurs biens dit pudiquement “mal acquis”  (un euphémisme, voir ici).

En Afrique, la corruption gangrène les sociétés depuis la décolonisation. Elle est à tous les étages des sociétés. Tels douaniers, tels policiers, tels politiciens, qui gagnent officiellement au maximum 1500 € par mois (c’est vraiment un maximum, pour les plus “grands”) se payent des “étages” comme on dit là-bas (des immeubles), roulent en voitures rutilantes, sont habillés avec les marques les plus chères (le critère), leurs appartements sont meublés et équipés à ce point qu’un cadre hyper sup d’Europe, des États-Unis ou même de Chine  pâlirait de jalousie s’il les voyait,  multiplient les voyages en France (et maintenant ailleurs) pour se faire soigner dans les meilleurs hôpitaux et cliniques, envoient et entretiennent leurs enfants (qui fréquentent les endroits branchés, mais à condition qu’ils soient les plus chers) étudier à grands frais en Europe, aux USA, en Chine maintenant… Leurs femmes se payent tout ce qu’il y a de plus cher au monde (voyez l’anniversaire d’une des femmes de Sassou : un week-end à un million d’euro à Saint-Tropez) … La plupart des hommes d’affaires locaux qui ont fait des fortunes injustifiées, le mot est même faible (à côté desquels les nôtres sont des petits bras) l’on fait grâce à la corruption. La plupart du temps sur les importations (ou sur les exportations de produits bruts,en exploitants d’une manière inouïe les paysans ou mineurs, en “association” avec les potentats “politiques”. Pire encore, au “petit niveau”, la corruption est partout : on paye (sans garantie…) pour avoir un poste dans l’administration, on paye pour tout:  une carte d’identité, d’autres papiers, on échappe au peu d’impôts exigibles en obéissant au fonctionnaire qui vous demande de l’argent pour lui, un pot de vin pour qu’un enseignant (mal payé)  suive bien (dans le meilleur des cas) votre enfant, ou mieux, lui avoir de bonnes notes… Et même dans le privé (garages, assurances, et autres) tellement les salaires sont bas.

La “religion” en plus

Voici les causes profondes de la misère dans ces pays et donc de l’immigration vers chez nous. Rajoutez à ça l’action (dégueulasse) dans ces pays des églises (chrétiennes) de toutes sortes (sans parler des scandales de pédophilie, mais ça c’est partout) , qui maintiennent les pauvres, désemparés, dans un état de dépendance et leur prennent, au nom de l’espoir (“Dieu fera”, voyez cet article ) le peu de centimes  qu’ils ont (les “églises” pullulent dans les  villes et villages d’Afrique). Ce faisant, ces soit-disant religieux confinent encore plus les masses africaines crédules dans le découragement et l’attentisme, en enlevant le peu d’espoir à ceux qui viennent les voir, faute de mieux.. Et sans parler, bien sûr, des voyous qui se prétendent musulmans, qui prospèrent sur ce pauvre terreau, et enrôlent à tour de bras (y compris en Afrique Noire, regardez encore une fois le Nigeria, le Mali et d’autres et peut-être bientôt mon pauvre Bénin) des jeunes (et moins jeunes) pour aller combattre on ne sait qui au nom d’Allah. Je vous le dit, je serais un des ces jeunes, j’irais les rejoindre, si je n’avais pas le courage de traverser le Sahara à pied pour tenter ma chance en Europe (ou au Maroc, ou avant en Lybie, en Egypte…). Tant que ces problèmes ne seront pas réglés, la pression migratoire continuera. Ainsi que le terrorisme “djidhahiste”. Et je pense, après des années de réflexions et d’observations, que la plupart des pays africains ne sont, structurellement et mentalement (ça y est on va pouvoir à ce moment me traiter de raciste, alors heureux ?) , incapables d’évoluer durablement (ajoutez à tout cela que les “meilleurs” des Africains sont out of Africa, et qu’ils entendent bien y rester, et pour une bonne part d’entre eux (une majorité d’entre eux) , se contrefoutent objectivement et subjectivement de ce qui se passe là-bas) …).

3) Leonarda (une fessée et au lit) et la mauvaise attitude de certains (beaucoup?)  d’étrangers et la lâcheté des Européens. Lire le rapport de l’IGA

On aura tous vu, en direct live, les séances médiatiques de l’affaire “Leonarda”. L’intervention (que j’ai suivie en direct), réellement surréaliste de François Hollande, et les réactions de la gamine (qui mériterait “une fessée et au lit”, mais elle a de la chance, les fessées sont interdites en France) qui a dit  (en gros), après l’intervention du “chef de l’Etat” : “Je rentre en France avec ma famille… Point barre !!!”. Puis après, je rentrerai en France et je ferai la loi”, pas moins. Puis les déclarations de son père, affirmant qu’il reviendra sans papiers. Lisez, lisez, le rapport de l’IGA commandé par Valls sur cette affaire : c’est à se pincer ! (voyez notamment page 17).

Quand on est étranger, on respecte le pays qui vous accueille.

Avant d’aller plus loin, je voudrais vous livrer deux témoignages (de moi) s’agissant de l’attitude que doivent avoir les étrangers dans un pays qui les accueillent. J’ai vécu et travaillé de 1981 à 1988 au Bénin, comme beaucoup d’entre vous le savent. J’y ai été bien accueilli, si l’on excepte quelques …incidents (voyez BN 26).  Pendant cette période, j’avais ouvert, à côte de ma (glorieuse, snif) supérette nommé “Le Rayon de Cadjehoun”, un joli bar (le plus beau bar de Cotonou à l’époque) qui répondait au nom (sponsorisé…) de “Cutty Sark Bar” (visky, of course). La clientèle était surtout constituée d’expatriés (en fait … d’immigrés) blancs, plutôt dans le milieux des affaires et quelques “coopérants” (pas trop parce que les consommations étaient chères et que les coop sont radins). On avait comme client célèbre (et dépensier, donc on l’aimait bien), un type dont j’ai oublié le nom, mais qui était à l’époque le représentant local de la Croix-Rouge bavaroise (Gross Institution, plein de sous…). Un type marrant au demeurant, qui (c’était au début du SIDA) clamait au et fort, au retour d’un de ses congés annuels, où il avait dû se soumettre à un contrôle VIH, que ledit VIH SIDA n’existait pas, car il avait été déclaré négatif, alors qu’il se tapait tous les soirs (il s’en vantait) deux jeunes filles (jamais les mêmes)… Vous voyez le genre… Il venait, (toujours hâbleur) souvent au bar, pour le plus grand bonheur de notre recette. Mais, plus le temps passait, plus il hurlait dans le bar des critiques contre le pays qui l’accueillait, sûr de lui car il “avait l’argent” comme on dit en Afrique. Y’avait peut-être de quoi, mais ce n’était pas le problème. Le bar était fréquenté aussi par quelques membres (riches, bien sûr) de la “nomenklatura” de la dictature alors en place dans ce pays. Ça devenait gênant. J’ai donc fait quelques mises en garde au représentant de la (riche) Croix-Rouge bavaroise. Sûr de lui, il a continué et il a fallu que je hausse le ton pour lui dire que s’il continuait, il serait interdit de séjour dans ce (magnifique) bar. Il en en tenu compte, finalement.

Beaucoup d’étrangers (et d’enfants d’étrangers nés en France) se conduisent mal chez nous. On voit ça tous les jours, depuis des années. Et personne ne dit rien, parce que tout le monde a peur de se faire taxer de racisme ou de je ne sais quoi.  Le FN ramasse la mise chaque heure que dieu fait !

“J’ai une mission”

Autre “anecdote”, dans le même bar. On avait ouvert aussi un espace restaurant (pas longtemps…) attenant. Un soir, un “coopérant” que je connaissais un peu, revient du nord du pays. C’était la veille de Noël. Il devait être célibataire car il a voulu manger chez nous. Je viens le saluer, il m’offre à boire… Je m’assois à sa table, voyant qu’il avait envie de parler. Il était “prof de CET” en France et coopérant, de mémoire au lycée technique Coulibaly de Cotonou. Et v’la t-y pas qu’il commence à me pleurer dans les bottes, critiquant sans vergogne et d’une manière virulente le pays qui l’accueillait et qui, d’une certaine manière le faisait si bien vivre (il triplait sa paye de France, sans parler des avantages connexes…), même si c’était la France qui le payait. J’étais choqué de ses propos, mais au moins c’était en “privé”. Et il continuait…. Fatigué d’entendre ce genre de jérémiades, je lui suggère, puisque c’était intenable selon lui, de rentrer en France. “En plus, y’a plein de tes collègues qui veulent prendre ta place” , lui dis-je, d’une manière faussement sincère…. Surpris par ma question (et évaluant certainement sa perte de revenu et de confort, les expatriés en Afrique menant un train de vie qu’ils ne pourraient jamais avoir ici, même pas en rêve), il me réponds, le bougre : “Ah non! j’ai une mission ici !” (mots pour mots). Fin de la discussion…

Tout ça pour dire quoi ? Quand on est accueilli dans un pays (et a fortiori quand on est en situation irrégulière), autant on peut avoir (surtout en France) une liberté d’expression, mais il faut faire preuve de reconnaissance, de politesse et de retenue. C’est ce que j’ai fait au Bénin tout le temps, jusqu’à maintenant (et dieu sait s’il y a de quoi dire sur la situation politique et économique dans ce pays, en ce moment même). C’est exactement comme lorsque que vous êtes invités chez des amis, vous ne mettez pas les pieds sur la table ! Mieux encore, compte-tenu de mes liens affectifs avec ce Bénin, j’ai pensé (de longue date, je ne l’ai pas encore fait faute de temps, alors que je crois que je pourrais l’obtenir facilement, au moins aussi facilement que le dernier homme d’affaire libanais venu) demander la nationalité béninoise (j’habite aussi dans ce pays, venez nous voir…). Comme je m’intéresse à la vie publique de ce beau pays (que je connais de long en large, et certainement davantage que beaucoup de Béninois), je me suis souvent dit que je m’investirais bien dans sa  vie politique. Eh bien si ça devait se faire un jour, je le ferais, mais je garderais mes réserves. Je ne ferais pas pas comme nombre de “franco-choses” qui se permettent de donner des leçons, de hurler dès qu’il y a un pet de travers chez nous, sont des démocrates hors pairs, mais, allez, on va parler, par exemple, de politiques franco-marocains d’ici qui condamnent et condamnent à tour de bras tout “manquement” à la démocratie, mais qui continuent à défendre le caractère sacré du roi, quand on leur pose la question (si vous critiquez “notre ami le fils du roi”, vous allez en prison, même ce que je viens d’écrire me posera des problèmes si je veux retourner au Maroc ). Ils sont becs et ongles pour le mariage gay en France, considérant ça comme une avancée sociétale et humaine considérable, attaquant les “anti- mariage gay”, mais font dans leurs frocs pour aller le défendre dans leur autre pays. Un de mes amis politiciens franco-marocain (d’ici… et de gauche) vient de me dire, quand je lui demandé si Leonarda pourrait poursuivre ses études au Maroc: “on les accueille” (moi, interrogatif…) Lui : “oui, mais 24 H”, en se marrant. Etc. Etc. Et pourquoi, avez-vous peut-être remarqué, quasiment aucun réfugié syrien ne se présente en Arabie Saoudite ou dans les autres pétromonarchies richissimes du Golfe? Parce qu’ils vont se prendre, au mieux, un coup de pied au cul…

Le déclin de l’empire européen? Ou celui de la France ?

C’est proprement scandaleux et quasiment personne n’a rien dit sur cette affaire de Leonarda (une fessée, et au lit) et tout le reste . Même pas Marine Le Pen qui, ravie, n’a besoin, comme d’habitude, de ne rien dire, tellement elle engrange des voix toutes les minutes que dieu non, les lâches de tous poils font. Bruno Le Maire (UMP)? S’il était à la place de Valls, a t-il déclaré, il irait tout droit en Roumanie ou en Bulgarie pour régler le problème… MDR !  Tous les politiques, tant locaux (ils s’en souviendront) que nationaux que j’ai pu interroger, et je ne citerai pas de noms, mais vous pourrez me faire confiance, disent en essence qu’ils ne savent pas ce qu’il doit être fait à propos de l’ensemble des problèmes évoqués dans cet article, et surtout ne veulent pas être interviewés sur ça.

La droite est ridicule (elle reproche à la gauche d’être pour les 35H, alors qu’elle n’a pas eu le courage de les abroger pendant 5 ans, pour ne  dire que ça, et tout à l’avenant). La gauche est complètement aphone et désorientée (tenez, voyez l’article d’un certain Jean-Pierre Le Goff “sociologue et philosophe” (visiblement breton et de gauche, brise t-il les portiques de l’eco-taxe?) dont j’ai pris connaissance sur le Facebook de Céline Pina, conseillère régionale (PS, Cergy) elle même (que j’aime bien)  vraiment désorientée…

La France est la risée du monde ! Je suis un Européen “intégriste” , mais j’ai mal à mon pays.

Bon, c’est déjà pas mal…  Je ferai plus tard un autre article sur notre déclin économique, moi qui ne suis pas” décliniste”.

Du coup la suite de l’actu RoissyMail (en retard) demain. Ah! J’embauche toujours !!

EV

Partagez cet article

3 réflexions au sujet de “Contre l’hypocrisie, contre le déclin de la France et de l’Europe”

  1. J’ai fait une erreur (rapidité..). Ce n’était pas le cardinal B. Gantin qui a joué un grand rôle dans la Conférence nationale du Bénin (1990), mais Mgr Isidore de Souza qui était coadjuteur de l’archevêque de Cotonou.
    Le Cardinal Gantin était encore à Rome, secrétaire de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples.

    (précision apportée par mon ami Brice Boussari)

    Répondre
  2. Merci, cher Hervé,pour cette précision importante. Je suis sûrement allé un peu vite en mettant toutes les “églises” dans le même sac. Effectivement, l’église catholique fait globalement de bonnes choses en Afrique. Tu cites l’évêque de Natitingou (l’Eglise du Bénin, qui est riche, pourrait lui payer une mobylette, plutôt qu’il aille, “taper” les fidèles en France,je citerai les missionnaires espagnols qui gèrent et développent un internat à Bembereke qui permet aux jeunes pauvres des villages éloignés d’aller à l’école (sinon ils n’iraient pas). Je les connais bien (j’avais fait un reportage sur eux dans un vieux RM) et ils font un travail formidable. De même, j’ai toujours en mémoire comment le frère de ma femme (aujourd’hui décédé) a pu faire des études supérieures (il a fini général de police)grâce aux missionnaires de Banikoara. Lui comme beaucoup d’autres. L’église catholique du Bénin a part ailleurs joué un grand rôle, via feu le cardinal Gantin lors de la conférence nationale de 1990, qui a permis de sortir de la dictature sans effusion de sang, comme il aurait été possible.

    Il reste néanmoins que l’église catholique (les messes sont bondées…)participe, comme les autres, à exacerbation de sentiment religieux qui contribue depuis une vingtaine d’années à distiller une sentiment d’impuissance dans la vie des gens (Dieu fera…). On en parlera à l’occasion. Mais encore une fois, tu as bien fait de noter cette précision

    Répondre
  3. bonjour Eric,

    Merci de faire partager à tes lecteurs assidus cette analyse intéressante? Je commenterai juste le passage sur les chrétiens qui est je pense un peu caricatural et injuste. Je ne parle pas pour les “églises” issues des branches protestantes ou autre que je ne connais pas mais je voudrais apporter un petit rectificatif sur l’action de l’Église (catholique) et justement.. au Bénin. Toi qui connais si bien ce pays, je t’invite à regarder l’action qui est faite par exemple dans le diocèse de Natitingou (Nord). Je connais particulièrement ce cas car il est jumelé avec une paroisse en région parisienne et où des prêtes béninois viennent régulièrement remplacer les prêtres français qu’on a plus (c’est les missionnaires dans le sens inverse;-))! Et bien grâce à leurs actions, des écoles, dispensaires, orphelinats etc ont été créés et mis à la disposition des habitants. L’évêque du lieu qui est béninois est un homme formidable et lui qui n’a pas un sou personnel et fait la quête en France pour pouvoir acheter une mobylette et faire le tour des villages du Nord régulièrement isolés de toute civilisation à cause des pluies torrentielles qui coupent toutes les routes,- cet évêque pourrait difficilement être taxé de spoliateur! Et il n’est pas un cas isolé. Dans ces régions du Bénin, il faut savoir que tout enfant qui ne nait pas par la tête mais par le siège ou par les pieds est condamné à mort car il est considéré comme un enfant sorcier qui portera malheur à tout son entourage. C’est pourquoi l’Église là bas à recueilli dans les rues et fait vivre des centaines d’enfants…. Voilà juste quelques exemples mais si jamais tu voulais faire un reportage plus approfondi sur le sujet, n’hésite pas j’ai plein de contact là-bas à te donner!
    Amitiés Hervé.

    Répondre

Laisser un commentaire