Deuxième mise en examen (trafic d’influence) pour le maire de Villeron

Christian Nahon, lors de ses vœux en 2011

Eh ben, voici qui fait encore désordre. On apprend, sous le plume de Frédéric Naizot, chroniqueur judiciaire au Parisien 95, que le maire de Villeron, Christian Nahon (divers gauche) a été mis en examen, le 6 décembre dernier, une deuxième fois dans l’affaire de son “appartement pas cher”. Vous pourrez lire les détails dans l’article ici.

Je ne savais plus très bien où en était cette affaire qui remonte à 2009. J’ai retrouvé un mot que j’avais écrit dans RM 403, le 5 juin 2009 (ci-dessous). Ce qui n’est pas bien dans ce genre d’histoire, c’est que ça traine. Bon, vous me direz, c’est pas pire que l’affaire Paternotte, qui traine depuis 10 ans. Moi, si j’étais mis en cause (et évidemment innocent), je ferais tout pour être jugé rapidement. EV

Christian Nahon, maire de Villeron, en garde à vue pendant 29h.

Stupéfaction ce matin, en ouvrant « Le Parisien » (édition du Val d’Oise).

On y apprend que le maire (divers gauche) de Villeron, Christian Nahon, (également vice-président de la CC Roissy Porte de France, chargé des affaires économiques) a passé 29 heures en garde à vue, après une convocation émises par les gendarmes de la section de recherche de Versailles. Pour une affaire compliquée, visiblement, dans laquelle il a acheté un appartement neuf à moitié du prix, dans le nouvel ensemble immobilier situé sur sa commune (le très beau « parc Bauche). Interrogé par « Le Parisien », le maire se défend en déclarant qu’il a fait faire des travaux pour 81 000 € et qu’ainsi, il a payé le prix de lancement…

Notre avis: ça fait désordre…

Encore une affaire de garde à vue, longue, pour un élu du Val d’Oise, que l’on connait bien… Comme toujours, il faut..

Partagez cet article

1 réflexion au sujet de “Deuxième mise en examen (trafic d’influence) pour le maire de Villeron”

  1. Il devrait faire un club avec Paternotte, ex-député de la 9ème circonscription et maire de Sannois (plus pour très longtemps) et qui risque d’être, pour la énième fois, sévèrement condamné le 29 janvier prochain. Se pensent-ils donc au dessus des lois, tous ces politiques cupides, pour imaginer qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent ?

    Répondre

Laisser un commentaire