Alain Louis, sa vérité sur son départ du PS : les « dès étaient pipés »

Le maire de Goussainville (avec le chapeau) en campagne avec ses colistiers

Voici donc le papier promis dans le dernier article (qui fut très lu) suite à ma rencontre avec le maire de Goussainville, candidat à sa succession. J’ai eu un peu de mal car je vous jure que comprendre les élections internes au PS, c’est pas d’la tarte!

Ce que je voulais savoir, depuis longtemps, c’était pourquoi le maire n’avait pas voulu se soumettre aux primaires de la section PS de Goussainville, puis avait démissionné de son parti après 40 ans de « carte ». Il m’explique que les relations de Luc Broussy  avec certains élus ont toujours été difficiles à commencer avec lui. « C’est qu’en fait, dès le début, il n’a jamais admis que je sois le maire », me dit-il, histoire de planter le décor. Rappelons que l’élection de la tête de liste se fait par les adhérents des sections socialistes. Alain Louis m’explique que les statuts du PS prévoyaient que la liste des adhérents admis à voter devait être celle arrêtée le 8 avril 2013. Mais que la fédération du Val d’Oise avait retenu la date de fin décembre 2012 (ce que m’a confirmé la « fédé », en me précisant que c’était valable pour toutes les sections du département). 210 adhérents ont été admis à voter. Alain Louis me précise qu’il a toujours mis en cause une grande partie des adhésions et que ces adhésions douteuses ont permis à Luc Broussy d’avoir une majorité en tant que secrétaire de section, bien que la section ait été  placée sous tutelle en juillet dernier par la fédération.  Du coup j’ai claqué la porte et j’ai donné  ma démission avec 10 autres élus PS, me dit le maire : les dés étaient pipés. Le 10 octobre dernier, sur 210 adhérents 72 seulement  ont voté et Luc Broussy, a été désigné tête de liste avec 66 voix. Ce qui fait dire au maire que son challenger n’a pas de vraie légitimité, 31% sur 210 adhérents soit 138 qui ne se sont pas déplacés

On sait ce qui s’est passé après, certains élus ont rejoint la liste de Luc Brousssy entraînant le retrait de leurs délégations par le Maire, générant ainsi  une ambiance délétère entre les deux camps. Mais Alain Louis me dit qu’il est serein pour la suite, fort de son bilan (à voir ici) et estime que 80% des promesses faites depuis 2009 ont été tenues. Bilan difficile à contester par Broussy (qui s’en revendique par ailleurs) puisqu’il a tout voté. Au passage, à la fin du bilan du maire, ce dernier est habillé pour l’hiver : « parachuté pour les cantonales de 2008, mise sous tutelle de la section quelques mois après son élection comme secrétaire, n’habite toujours pas à Goussainville, mais à Paris, avide de pouvoir, diviseur de la gauche, ne veut pas être maire, ça ne l’intéresse pas, mais veut un marchepied pour l’Assemblé nationale… ».

Et tout à l’avenant. !

Le programme du maire sera publié début mars. Alain Louis peut compter sur la participation du Parti communiste (qui avait géré la ville de 1953 à 1983, Roger Gaston étant maire et de 1995 à 2001) : un soutien de poids et avec une majorité de 17 élus.

Que va-t-il se passer au premier tour ? Bien malin celui qui pourrait se risquer à un pronostic. En tout cas pas moi….

EV

Dernière « minute » : le maire m’informe que Broussy et ses partisans ont voté contre, avec la droite, au dernier conseil municipal, les financements nécessaires à la poursuite des travaux communaux… Ceux-ci (comme la crèche) vont être interrompus…

Partagez cet article

4 réflexions au sujet de “Alain Louis, sa vérité sur son départ du PS : les « dès étaient pipés »”

  1. quoiqu il arrive , le maire actuel et son conseiller municipal ne pourront plus jamais travailler ensemble , ils ont de la haine l’un pour l’autre . Heureusement nous avons un 3eme homme , un jeune , sur qui je fonde de grands espoirs pour la ville…. je ne parle pas de la dame du passé , elle appartient….. au passé

    Répondre
  2. ca y’est la campagne bat son plein et on a le droit a toutes les manigances…difficile de trouver le bon cheval et triste réalité qui fatigue tous le monde une chose qui est sur entre conflit et avidité du pouvoir nul n’en sortiras réellement vainqueur.c’est marrant les photos de campagne(l unité et la complicité affiché) font grise mine comparé a celle de chaque fin de mandat a Goussainville ça en deviens même risible.allez prochain cirque aux dernier conseil municipale.

    Répondre

Laisser un commentaire