Manuel Valls a tenu un langage ferme contre la délinquance

L'arrivée du ministre à la sous-préf'. A sa droite, des fonctionnaires, à sa gauche le sous-préfet Malherbe et J-P Blazy

C’était vendredi dernier. Après son collègue Montebourg le matin, le ministre  de l’intérieur Manuel Valls était dans le Val d’Oise l’après-midi. A Magny-en-Véxin d’abord, où il signé une charte de coopération police-gendarmerie. Puis à la sous-préfecture de Sarcelles où, en compagnie des représentants des forces de l’ordre, du procureur de la République et du député Blazy, il a procédé à l’installation de la nouvelle ZSP de Gonesse.

Lors du point de presse qui a suivi, le ministre a tenu un langage de grande fermeté contre les délinquants et autres trafiquants de drogue. D’une manière inattendue, il y avait un journaliste espagnol qui lui a posé (en espagnol)  une question relative à l’ETA. Au grand étonnement de beaucoup (dont moi), le ministre a répondu dans un espagnol courant (il est né à Barcelone …). Il a martelé qu’il n’y aurait jamais de négociation avec l’organisation terroriste et que la seule issue était sa dissolution pur et simple .

Je lui posé une question “sémantique” sur l’appellation “zone de sécurité prioritaire” (c’est lui qui les a créées), en expliquant que ce dernier mot pourrait faire pense qu’ailleurs ce ne serait pas “prioritaire”. Sa réponse fut … en fait j’ai pas eu de réponse.

[easyrotator]erc_32_1393582049[/easyrotator]

Démarrage en trombe !

L’étape d’après était une visite au commissariat de Gonesse où devait être présenté le projet du futur commissariat. J’ai voulu suivre. Je suis sorti de la sous préfecture avant la délégation, histoire de prendre une longueur d’avance. J’étais garé juste à l’entrée, dans la contre-allée. J’allais rentrer dans ma voiture que juste à ce moment là le cortège ministériel a démarré en trombe (quand je dis en trombe vraiment en trombe…). J’ai même eu peur … Et ils ont filé à toute vitesse vers Gonesse. J’en ai été choqué. Je comprends bien les nécessités de sécurité mais à ce point, c’était trop et … imprudent. Et ça donne pas une bonne image. Du coup je ne suis pas allé au commissariat… Après le commissariat le ministre s’est promené au Centre commercial de la Grande Vallée, en compagnie du député maire, J-P Blazy. Quand on pense que Manuel Valls n’hésite pas à venir soutenir des candidats en difficultés…  Mais bon. C’est un bon ministre à mes yeux. A chaque fois que je le vois, je ne peux m’empêcher de penser à Sarko quand il était à sa place. Même style, même fermeté orale… On va voir si les résultats seront identiques, et si Valls sera président de la République …  EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire