Libérer les filles du Nigéria ! Combattre les criminels de Boko Haram et consorts

Heureusement ,l’affaire est désormais bien relayeé par les médias et surtout sur internet. Le rapt de quelques 200 écolières par le sinistre Boko Haram est de plus en plus condamné dans le monde entier, notamment grâce au hashtag BringBackOurGirls, intelligemment relayé par Michelle Obama. L’organisation criminelle du Nigeria, qui terrorise ce pays corrompu doit être combattue. Comme doivent être annihilées toutes ces bandes qui, de la Somalie au Nigeria, en passant par le Mali n’en finissent pas avec leurs agissements criminels, (voir ici notamment) sous couvert d’Islam. Le “leader” de Boko Haram a déclaré, avec un cynisme incroyable qu’il allait vendre les filles comme esclaves. Ce qui a provoqué une réaction du député UMP Thierry Mariani qui, sur Twitter,  a posté ceci : “L’enlèvement par secte BokoHaram rappelle que l’Afrique n’a pas attendu l’Occident pour pratiquer l’esclavage”. Ce qui est bien vrai. Nos bonnes âmes habituelles ont hurlé après ça (mais, pour ne prendre que lui, le fameux CRAN ne dit rien sur l’enlèvement et préfère attaquer Eric Zemmour) . Eh bien  oui, l’esclavage n’est pas l’apanage du seul Occident, comme l’a bien montré le professeur Olivier-Petre-Grenouilleau dans son livre, sorti en 2004, “Les traites négrières, essai d’histoire globale”. Il avait failli être trainé en… justice ! (voir ici). Mais l’utilisation de “l’esclavage” est bien pratique pour certaines zassociations qui ne rêve que de culpabiliser. Désolé, ça marche pas avec moi…

Rappelons simplement, pour ne prendre que cet exemple, que la Mauritanie a seulement interdit l’esclavage en … 1981 et qu’il resterait, malgré cela,  environ 4% d’esclaves parmi la population de cette “démocratie” (voir cet article). A quand un voyage du CRAN à Nouakchott ? EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire