Choc de simplication ?

Depuis que je suis petit, j’entends parler de mesures qui simplifieraient l’administration et donc la vie des gens.

Le dernier gouvernement n’a donc pas dérogé à la règle et, s’agissant des entreprises, a bien sûr créé un “conseil de la simplification pour les entreprises”. Ce conseil (qui se réunit à nouveau aujourd’hui) est constitué de 15 membres, dont deux co-présidents: le député PS Thierry Mandon, et Guillaume Poitrinal, ancien PDG d’Unibail il avait publié un livre en 2012: “la France malade de son temps” sur les lenteurs administratives de notre pays.

Le Conseil a donc récemment sorti  un rapport concernant 50 “premières” mesures de simplification pour les entreprises (à lire en cliquant sur la foto). On y trouve de bonnes choses, comme par exemple le passage de 7 minimum à 2 pour les associés de SA. Un site internet spécial est en ligne (voir ici) qui permet de suivre les avancées sur les mesures. On verra…

Kafka !

Il serait bon d’élargir les compétences de ce conseil à l’ensemble de notre “vie administrative”. Je ne résista pas à vous raconter une histoire incroyable. En janvier, on rentrait des Vosges en voiture et c’est mon fils qui conduisait. Comme on était sur la N4, (que je connait par cœur), je le met en garde pour la traversée des petits villages dans la Marne, en lui disant de bien respecter  la vitesse à 50. Môssieur le malin n’écoute pas et, bien sûr se fait flasher à, de mémoire, 57. Et je reçois peu après l’amende et les points en moins. Ça c’est hors  de question… J’envoie donc la demande de requête en exonération, en précisant qui était le conducteur. Par la poste, à Rennes (pas moyen d’envoyer ça par internet, par contre on peut télépayer…). Quelques jours après je reçois du même centre de Rennes, une lettre de rejet, au motif que je ne l’avais envoyée en recommandé ! L’officier du ministère public, tout en m’informant qu’il a bien reçu la requête, me redemande, “en raison d’une des règles impérative prescrites par les articles 529-10 et 530-1 du code  de procédure pénale”, de renvoyer la requête ! Vous pourrez voir la lettre ici, qui vaut le coup … EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire