Le “Grand Roissy Economique” prend une position ferme sur la question du territoire, vis à vis de la “Métropole”

cliquez pour arriver au site du GRE et voir la légende de la carte et les explications

J’en croyais pas mes yeux , quand j’ai lu, vendredi dernier, le communiqué du “Grand Roissy Economique”(GRE). Celui-ci, créé à l’initiative des trois CCI (77, 93, 95) est une “plateforme”  dont l’ “objectif est de mieux faire entendre la voix du monde économique dans son ensemble sur ce grand territoire et faire émerger une vraie cohésion sur les sujets les plus importants pour l’avenir“.

Dans ce communiqué donc, (à lire ici), le GRE s’inquiète, sur fond de future “Métropole”, d’un probable éclatement territorial du Grand Roissy, en dénonçant (non sans raison), une “situation invraisemblable” :

“alors qu’il s’agit d’un même bassin économique, les communes du nord de la Seine-Saint-Denis (dont Tremblay en France par exemple sur laquelle est situé le projet Aerolians Paris – parc d’activités de 200 ha) dépendraient administrativement de la nouvelle entité métropolitaine à l’inverse des communes Valdoisiennes (Roissy par exemple) et Seine-et-Marnaises (Mitry-Mory…) qui, elles, n’en n’ont pas l’obligation et qui semblent rejeter l’idée d’y adhérer. Depuis l’origine et plus particulièrement depuis ces dernières années, le pôle économique de Roissy (270 000 emplois, +24% en 10 ans) confronté sur le plan international à une concurrence croissante, souffre de plus en plus cruellement d’une absence de gouvernance, dénoncée par tous. A titre d’exemple, les taux de la redevance pour la création de bureaux et locaux commerciaux ou la taxe sur ces mêmes locaux ne sont absolument pas harmonisés à l’échelle du pôle.
Les acteurs politiques locaux (il faut le saluer), tout comme la Région et l’Etat, les acteurs économiques et les chambres consulaires ont multiplié ces dernières années, non sans difficultés, les actions et les initiatives conjointes pour pallier cette situation : la création d’une association des élus du Grand Roissy, la démarche Hubstart Paris, les travaux d’études de l’EPA Plaine de France, le Grand Roissy Économique sont autant d’illustrations de la dynamique collective qui s’est créée. Au moment où se redessine un nouveau découpage politique et administratif du territoire francilien, pourquoi maintenir l’éclatement du pôle économique de Roissy, à travers plusieurs périmètres et entités politico-administratives (Métropole, intercommunalités…) ?
Il est impératif que la mission de préfiguration de la Métropole du Grand Paris – à la tête de laquelle vient d’être nommé le préfet François Lucas – prenne en compte dans son ensemble la réalité d’un des principaux pôles économiques franciliens. Il est également indispensable à ce qu’elle veille à ne pas prolonger une fragmentation très préjudiciable à l’emploi, au développement économique et à l’efficacité collective : le pôle économique de Roissy doit être impérativement fédéré dans une entité politique et administrative unique et cohérente. La loi
d’affirmation des métropoles doit être amendée”.

Unanimité ! Le Bourget aussi

J’ai été surpris (dans le bon sens !) de cette prise de position, dont le GRE n’est pas coutumier. Et je ne m’en plaindrai pas. Je souscris à 100% a cette déclaration adoptée par les membres de ce GRE (et qui ne sont pas n’importe qui, voyez sa composition exacte dans le communiqué, en bas). De plus, je crois pouvoir dire que cette vision territoriale est partagée par tous les élus du territoire, toutes tendances politiques confondues, de François Asensi (FG, revoyez son interview récente à ce sujet à J-P Blazy (si je ne m’abuse) en passant par Vincent Vincent Capo-Canelas, sénateur maire ( UDI) du Bourget. Celui-ci, qui avait un temps eu une tentation “isolationniste” est revenu sur ces positions : nous en avons parlé au téléphone il y a une quinzaine de jours et il m’a assuré qu’il “regardait” à nouveau vers “Roissy” (je me suis tué pendant des années à lui dire ça, il pourra qu’en témoigner), ce dont tout le monde se réjouira.

Il faudrait maintenant aller plus loin: mieux définir encore le territoire du Grand Roissy. Ma suggestion c’est la Carte, avec le problème du sud de l’Oise qui “regarde” vers “Roissy” de plus en plus. Regardez la “publicité”, en haut à droite de la carte, de la Communauté de Communes du Pays de Valois : deux encarts, pas moins, pour bien marquer sa volonté territoriale. Et plus vite : L’Association des Collectivités du Grand Roissy (qui elle aussi est présente sur la Carte, et pas n’importe où -et qui pourrait penser à mettre son site web à jour…) aurait tout à gagner à prendre publiquement et précisément, position sur ces questions, voire à organiser à la rentrée proche une grande réunion ouverte à tous les élus du territoire et au public pour dire haut et fort qu’elle n’entend pas voir remettre en cause, par des gens qui ne connaissent pas le territoire, toutes les avancées obtenues, péniblement mais sûrement, ces dernières années.

Et aller vers une Grande Interco, associée à la Métropole. J’ai des idées plus précises… EV

Partagez cet article

2 réflexions au sujet de “Le “Grand Roissy Economique” prend une position ferme sur la question du territoire, vis à vis de la “Métropole””

  1. Attention au risque que cette cohérence ne pousse pas les législateurs à intégrer purement et simplement tout le territoire du Grand Roissy dans la future Métropole !

    Répondre
    • C’est un risque en effet. Raison de plus pour bien s’exprimer et argumenter. Un “Grand Roissy” associé à la Métropole, mais… autonome via une interco, voici qui devrait mettre tout le monde d’accord, M. le Président Eude. Xièxe, Duo xiè !

Laisser un commentaire