Quand certains écolos préferent les zones d’activités aux logements

L'exposition de printemps des Artistes du Parc

Alors que la question du logement en Ile de France (rareté, cherté) est un problème récurrent, et que le Grand Paris a fixé un objectif de 70 000 logements à construire par an (contre moins de 30 000 actuellement), je suis tombé sur une “motion” d’une association qui remet en cause cet objectif, avec des arguments qui valent le coup ! Lisez…

Courant juin, j’avais été invité à visiter le “salon de printemps” d’une association de Sevran (“Les Artistes du Parc Forestier” ), qui se tenait au pavillon Maurouard, en plein cœur du Parc forestier de la Poudrerie. Ça m’a donné l’occasion de rentrer pour la première fois dans ce grand et beau parc, qui s’étend sur les communes de Villepinte, Sevran, Vaujours et Livry-Gargan. C’est un des restes de la “forêt de Bondy”. Il est géré par une association “Les Amis du Parc Forestier de la Poudrerie” (APFP) créée en 1980. Voyez leur site web ici, et vous en saurez beaucoup plus sur le Parc et l’origine de son nom.

Pendant que je m’ennuyais un peu à l’exposition, j’ai feuilleté une série de journaux publiés par ladite APFP. Et je tombe, dans le dernier numéro (13) sur un “motion” adoptée par l’association régionale écolo “Ile de France Environnement”  (ceux qui sont contre tout) au sujet du Grand Paris et notamment de la question des logements à construire. Et je lis cette perle que je m’étais promis de publier :

Ile de France Environnement s’interroge sur le maintien de l’objectif de construire 70 000 logements par an

IDFE rappelant que la région produit actuellement environ 33 000 logements par an :

>s’étonne que l’objectif du SDRIF de 70 000 logements reste la directive des services de l’État ; cela va conduire à obliger les communes à réserver des terrains pour répondre à cet objectif, à bloquer des friches industrielles pour construire des logements que l’on est actuellement incapable de réaliser alors qu’il faut relancer les activités productives ;

>estime que cet objectif est incompatible avec le rééquilibrage nécessaire du développement du territoire national ;

>estime qu’il est nécessaire de produire des logements répondant à la demande effective (populations modestes, jeunes actifs, etc) alors que le parc de logements vacants est très important ;

>demande que les modalités de préemption des terrains nécessaires soient adaptées effectivement au nouvel objectif à définir ;

>met en doute la compatibilité de ces objectifs en matière de logement avec l’ambition de réduire la pollution aérienne et d’enrayer le déclin de la biodiversité au travers de la préservation et de la restauration des continuités écologiques par la trame verte et bleue et la création d’espaces verts et de zones préservées.

Pour lire la “motion” en entier, cliquez sur cette page du site des Amis du Parc. Quand on pense que ces zassociations sont subventionnées avec nos impôts EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire