Rififi au conseil de Val de France, divisé sur le SRCI

D'après un témoignage, la CA Val de France n'avait jamais connu un tel débat...

On pouvait se douter que ça allait se passer comme ça, d’autant plus que la veille, le Parisien 95 avait publié un article faisant état de division au sein de Val de France (qui comprend Villers-le-Bel (PS marsac-vaillantais), Arnouville (centre “arnouvillien”…), Garges (UMP divisée), Sarcelles (PS corse)  et depuis le 1er janvier Gonesse (PS de gauche seventies) et Bonneuil (herkatien pur). Lors du Conseil de cette communauté d’agglomération  qui s’est tenu le 2 au soir, la question de l’avis donné au schéma régional de coopération communale (SRCI) était à l’ordre du jour. D’abord prévue en premier, elle  est passée en dernier car il fallait attendre J-P Blazy, député, retenu à l’assemblée nationale. Comme prévu, la délibération (la voir ici) présentée par le président Vaillant comportait un non aussi lapidaire que catégorique audit SRCI au motif non seulement de l’imprécision du projet de fusion (finances etc.) mais surtout que “le projet du Grand Roissy peut se construire sous d’autre formes de coopération intercommunale, en associant les communes de Seine-et-Marne mais également les communes de Seine-Saint-Denis concernées”. Autrement dit pas de fusion avec la Seine-et-Marne, c’était le point central.

“Pertinence”… “Intérêt”?

Jean-Pierre Blazy, just arrived, a fait d’abord une intervention dont il a le secret: “Gonesse n’a pas donné d’avis favorable mais pas non plus d’avis défavorable” (ce qui lui vaudra certainement un prix de RoissyMail), ajoutant que le périmètre proposé par le préfet avait sa “pertinence”. Puis, avec  ses collègues de Gonesse, il a alors alors présenté un amendement au texte du président Vaillant afin d’insérer une phrase dans le projet de délib’ comportant le mot “pertinent”. Ce qui n’était pas du tout du goût de Vaillant et, visiblement, des maires des autres communes (sauf M. Herkat, maire de Bonneuil, absent, mais qui avait dit au Parisien qu’il était pour la Seine-et-Marne) et donc d’une majorité du conseil. Débats sur ces question. Ilham Moustachir (Gonesse) enfonce le clou, rappelle l’importance et la cohérence du territoire autour de CDG et … la richesse de Mauregard et du Mesnil-Amelot ! Marsac (maire de Villiers-le-Bel, successeur de Vaillant) lui répond d’une manière étrange que seul l’Etat peut faire des” péréquations fiscales” (ce qui est faux), manière de dire qu’il n’y a rien a attendre des communes du 77, fussent-elles riches.

J-P Blazy et D.Vaillant. Ambiance chez les camarades...

Le clan des Gonessiens

Blocage… Une déléguée de Sarcelles, Isabelle Beressi, propose alors un sous-amendement mettant le mot “intérêt” à la place de “pertinence”. On se serait cru à l’Assemblée nationale ! Le président Vaillant fini par mette aux voix ledit sous-amendement: il n’est pas adopté (21 pour, 29 contre). Et met ensuite l’amendement des “Gonessiens” aux voix: retoqué cette fois 21 pour 31 contre et 4 abstentions (c’était un peu le désordre dans la comptage des votes à main levée). Et finit par soumettre au vote “sa” résolution : tout le monde pour, le “bloc gonessien” votant contre (8 voix). Ouf !

Qu’en penser ? Sarcelles : “on ne regarde QUE vers “Roissy”

J’allais dire euh…pas grand-chose… Sauf que… En fait je maintiens ma version des caïmans. Ce qu’il faut savoir pour comprendre, c’est que les communes de Garges, Arnouville, Villiers-le-Bel et Sarcelles, “autocentrées”, ne se sont jamais vraiment impliquées dans le Grand Roissy. Ce qui est étonnant concernant Sarcelles surtout. Je me souviens, lorsque je préparais la première carte du Grand Roissy, en 1996), je me posais alors la question du périmètre de celui-ci. J’hésitais pour Sarcelles. J’étais allé voir le dircab (j’ai oublié son nom, mais Jacques Langlade ou Nicolas Pavil  pourraient me le rappeler) de DSK (maire à l’époque) et lui avais demandé: “où regardez-vous, vers Roissy ou vers Montmorency ?” Réponse nette : “on ne regarde QUE vers Roissy”… Dans le même temps, j’avais posé la même question au maire de Saint-Brice, la ville d’à coté, qui lui ne “regardait” que vers la vallée de Montmorency… Et c’était vrai : quelques temps après, Saint-Brice, approchée, refusait de rentrer dans l’EPA Plaine de France alors en gestation.

Coin fumeurs. Vaillant invité en Seine-et-Marne

Concernant Villiers-le Bel, c’est seulement à l’occasion des premières “Rencontres du Grand Roissy” que j’avais fait la connaissance de Didier Vaillant (discussion dans le coin fumeurs, revoir ici), alors maire de Villiers-le-Bel. Avant on ne le voyait nulle part dans les différents cercles du Grand Roissy. Il s’y est de plus en plus intéressé ensuite, au point de devenir vice-président de l’Association des Collectivités du Grand Roissy. J’ai  discuté un peu avec lui lors de la réunion du midi le même jour que ce Conseil (voir en bas), sur la Seine-et-Marne. “Vous vous rendez compte? me dit-il en résumé, j’ai entendu parler de Villeneuve-sous-Dammartin… Je ne sais même pas où c’est…”. Je lui ai proposé illico une journée touristique dans le nord 77, ou plutôt dans l’est du Grand Roissy !

Les autres communes de Val de France  (hormis Gonesse bien sûr, surtout Garges et Arnouville), c’est vrai, ne sont pas l’coup, question Grand Roissy. A entendre les interventions de certains lors du conseil communautaire, ça se sentait. Qu’ils regardent mieux la carte de la région aéroportuaire, et ils verront où sont leurs intérêts, à tous points de vue.

N’empêche, les “Gonessiens” ont eu, à mon avis, raison. C’était une bonne approche diplomatique de leur part, qui préservait l’avenir . C’est pas souvent que je soutiens Blazy… EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire