Radio France : I want my money back ! Et en plus gréve insupportable des contrôleurs aériens

Je suis un auditeur (en voiture) quotidien de France Info, qui fait partie du groupe public Radio France.  France Info est en général bien faite, variée, qui nous apporte tout de suite des informations fiables . On se souviendra que, voici deux ou trois ans, France Info s’était mise en gréve  pendant 3 jours pour protester, si j’ai bonne mémoire, pour mutation ou non renouvellement de contrats pour … 4 personnes.

C’était de la petite bière comparé à la gréve de l’ensemble de Radio France qui dure maintenant depuis plusieurs semaines. Du jamais vu. Je vous conseille de lire le tout récent rapport de la Cour des Comptes sur la gestion de Radio France. En entier en cliquant ici, mais sur le site même de la cour, le résumé commence ainsi : “à Radio France, société anonyme détenue à 100 % par l’État et dont le chiffre d’affaires – 641 M€ en 2013 – provient à 90 % du produit de la contribution à l’audiovisuel public, c’est-à-dire de la redevance“. Au passage, on appréciera l’humour de la Cour qui appelle “chiffre d’affaires” ce n’est qu’en fait que subvention publique. Le rapport est accablant ! Et c’est sans compter les révélations du Canard Enchainé sur les frasques du PDG de Radio France (bureau rénové pour 100 000 euros etc.) et même lorsqu’il était patron de l’INA (voir ici) , il n’y a pas longtemps (il aurait porté plainte contre ces révélations, on va suivre ça).

” Bravo les Albanais du XXI ème siècle !

J’ai été soufflé par ce chiffre de 90% des recettes de Radio France constituées par la seule redevance obligatoire que nous payons tous (ou presque…) . Sur le plan des principes, le droit de grève existe et personne ne le remet en cause. Certes, Radio France n’est pas en position de monopole (part d’audience 25%) ce qui nous permet d’écouter d’autres radios, comme RTL ou BFM, très bonnes radios (et non subventionnées). Il n’en reste pas moins que cette grève est proprement abusive, compte tenu de son financement à 90% public (voyez les “arguments des “grévistes” ici). S’il y a des problèmes (et il y en a !) à Radio France, ce n’est pas aux contribuables de les régler et il doivent pouvoir se régler autrement que pas le blocage. Radio France n’est pas la propriété de ses personnels ! Tout le monde ou presque l’a condamnée, Premier ministre en tête. Dans notre région, j’ai noté (c’est délicieux) un commentaire de David Ulger, militant socialiste à Gonesse sur son facebook (5 avril) : “Grève à Radio France. Depuis bientôt 17 jours, les Français sont privés de radio (france info, france inter, etc…..) à cause du conformisme et du conservatisme de personnels qui sont avant tout préoccupés d’eux mêmes. En fait de service public, des médiocres et spécialistes du blocage pénalisent les auditeurs qui paient par leur redevance une machine enkystée dans l’idéologie du toujours vers le bas. Vive la Culture, mais pas la Gréviculture.Bravo les Albanais du XXI ème siècle !

Je vous dis pas les réactions si c’était un type de droite qui avait écrit ça !

J’ai regardé ce que j’ai payé en 2014 en matière de redevance : 133 euros. Eh bien il serait bon que, dans les prochaines échéances fiscales, l’État tienne compte de cette grève pour baisser, à due proportion, la redevance (ce qui resterait symbolique puisque l’État compenserait de toute façon avec d’autre argent public).

Les contrôleurs aériens encore en gréve : + de 20 millions de pertes pour les compagnies

Une grève  au conséquences économiques et sociales très importantes a eu lieu hier et avant-hier, obligeant les compagnies à annuler plus de 50% des vols. Et c’est pas fini, les syndicats de contrôleurs ont déposé deux nouveau préavis : du 16 au 18 avril et du 31 avril aux 1er et 2 mai, en plein ponts et vacances scolaires !  La FNAM, syndicat professionnel des compagnies aériennes, a fermement condamné ces mouvements de gréve, dans un communiqué à voir ici qui rappelle notamment que les contrôleurs ont été en gréve 2 fois en 2013 et deux fois en 2014. et, dans un deuxième communiqué paru ce jour, elle estime à plus 1300 vols annulés (mais le site  spécialisé Air Journal fait état de 3600) et à plus de 20 millions de pertes pour les compagnies (mais les pertes touchent aussi tous les sous-traitants, on en parle par toujours…).

Après la gréve indigne (qui a couté des centaines de millions d’euros) des pilotes d’Air France, les gréves de nantis continuent ! C’est dégueulasse !

Voyez cet article de la Tribune qui explique bien les raisons du conflit.  EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire