J’ai “fait la moisson” !!!

En fait, pendant… 1 heure. C’était à Louvres, vendredi dernier. L’an passé j’avais raté la moisson ici. Mais Jean-Marie Fossier, le maire de Louvres, agriculteur, m’avait promis cette année que je pourrais rentrer dans une moissonneuse.

10H 05, j’arrive (foto) sur la grande parcelle située au nord de la commune où m’attendait M. Fossier. Ce sera la “dernière séance” pour cette parcelle, située à un des emplacements qui sera urbanisé. L’an prochain, cette parcelle commencera à être aménagée. Toujours un crève-cœur … Mais…

Jean-Marie Fosssier, au volant du tracteur

A peine arrivé, on monte dans le tracteur qui tire une des remorques destinées à recevoir les grains à partir de la moissonneuse. Une autre remorque, pleine, vient de partir en direction de la coopérative de Louvres. Rapidement, le signal lumineux situé au dessus de la moissonneuse s’allume, ce qui veut dire qu’il faut venir charger… Nous voici partis dans l’immense champs de blé. M. Fossier répond à mes multiples questions… C’est toujours un plaisir de parler avec lui. Il est très pédagogue (comme vous pourrez le voir sur cet article de 2013).

On rattrape la moissbat’, se place à son niveau (c’est un peu délicat), et le flot des grains coule dans la remorque, à gros débit. Je pense à mes futures baguettes…

En bas de la pente, je change de … voiture. Je descends du tracteur et je monte dans la moissonneuse où Daniel Cousyn, également agriculteur à Louvres , à la manœuvre, m’attend. Et nous voilà partis. Impressionnant ! La largeur de la faucheuse est de 9 mètres ! Et ça va vite ! Je vois l’ordi de bord qui calcule instantanément le rendement à l’hectare, et le taux d’humidité. Incroyable ! Et M. Cousyn (que je ne connaissais pas, du coup j’ai été timide pour le prendre en foto, dommage) de m’expliquer qu’il peuvent moissonner, dans des conditions normales, jusqu’à 50 hectares par jour et par moissonneuse !

On fini la “rangée” et remontons. Je le remercie. M. Fossier, la remorque pleine, file vers la coopérative de Louvres pour la vider et revenir ensuite. Noria… Et je file moi vers le Mercure de Roissy, où j’ai rendez-vous pour découvrir l’expo foto de Robert Delpit (voir plus haut).

Je reprends d’autres fotos des blés, avec plaisir.

[easyrotator]erc_38_1437382469[/easyrotator]

Question rendement, la quantité s’avère  juste un peu moins importante que l’an passé. En Ile-de-France du moins car en Lorraine, on vient de me le confirmer, elle est beaucoup plus importante (de l’ordre de 29% indique ce site). Ce qu’il faut savoir, c’est qu’en fait tout dépend de la qualité des sols. Certains sont “profonds” , donc avec plus de réserve d’eau et ont donc mieux résisté à la sécheresse du mois de juin. Dans ces cas, m’a expliqué M. Fossier, le rendement tourne cette année entre 8 et 10.5 tonnes à l’hectare. Pour les sols plus secs, ça tombe à 6 tonnes.

Question qualité, c’est correct, avec toutefois un taux de protéine insuffisant.

Sur le plan national, toujours selon le site évoqué plus haut, la récolte devrait augmenter de 1% (37.9 millions de tonnes) en raison de l’augmentation des surfaces ensemencées.

Je reviendrai sur la moisson d’ici une semaine, en rendant visite à la coopérative de Louvres.  EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire