Staline pas mort ! Le Conseil de Plaines et Monts de France rétablit centralisme démocratique et mandat impératif. Albashing !

Eh bien on pourra dire que ça m’a rajeunit. Le 28 septembre, le Conseil de la CC Plaines et Monts de France (CC PMF) s’était réuni, juste après la “réunion” du 25 à la sous-préfecture de Sarcelles (revoir ici).

Il faut à tout prix voir cette vidéo (ci-dessous, tournée et mise en ligne par Magjournal77), qui restera dans les annales… Une ambiance carrément stalinienne. Manquait plus qu’Alba dans le box des accusés, sans ceinture ni bretelles. On y voit tout d’abord Charlotte Blandiot-Faride, la nouvelle maire (PCF) de Mitry-Mory prendre la parole. Elle reproche à Yves Albarello,  député (LR), maire de Claye-Souilly, de ne pas avoir respecté en fait les règles du “centralisme démocratique” (même si elle n’a pas prononcé le mot, elle est peut-être trop jeune pour avoir connu cette époque au sein du mouvement communiste) à savoir d’avoir pris la parole au nom de la CC PMF lors de la fameuse réunion de Sarcelles. Je n’ai pas bien compris le reste de son intervention, plutôt mystérieuse (genre : vous allez voir ce que vous allez voir, mais je ne fais pas de menaces…), sinon qu’on peut deviner qu’elle souhaite devenir vice-présidente (elle sait qu’elle ne sera pas pas réélue conseillère régionale…).

Cette accusation a été reprise, d’une manière plus virulente, je dirai même plus tordue par, successivement, Alain Aubry, (vice-président et maire LR quand ça l’arrange) du Mesnil-Amelot, Bernard Rigault (président LR aussi quand ça l’arrange, de la CC et maire de Moussy-le-Neuf) et par l’inénarrable Jean-Louis Durand (vice-président et maire LR de Marchémoret), qui a gagné, comme d’habitude le pompon dans l’intelligence de ses propos. Il faut bien écouter tout ça car je crois que, en 20 ans, je n’ai jamais entendu pareilles sornettes (et dieu sait si j’en ai entendu …). Et ces élus, tour à tour,  de vouloir ressusciter le … mandat impératif et l’imposer à leur député (pour lequel ils ont presque tous fait campagne pour ses deux élections). C’était du vrai Albarello bashing… Mais tous les vice-présidents et nombre de maires ne sont pas sur cette longueur d’onde, je peux vous le dire …

Cela mérite quelques rappels et précisions. Et une lecture…

Rappels : Rigault a toujours combattu le périmètre de la CC PMF

Il faut se rappeler (bis repetita…) d’abord que B.Rigault a tout fait pour que la CC PMF, dans son territoire actuel (qu’il juge désormais cohérent, puisqu’il a pu en être le président, n’existe pas. Au point de multiplier les attaques, violentes, contre Compans, Mitry et Villeparisis (qui souhaitaient rester dans une interco nord seine-et-marnaise, autour de “Roissy”), y compris en faisant des recours en justice (revoir ici). Puis se rappeler que tant le maire de Marchémoret que celui du Mesnil s’étaient désolidarisés de Rigault, par calcul (revoir ici et c’est important pour comprendre. Je l’avais déjà compris à l’époque: il s’agissait pour eux deux (y’en a eu d’autres après) de mettre en difficulté Rigault pour l’obliger à négocier avec eux. Et ça a marché, puisqu’ils ont été élus vice-présidents, ce qu’ils souhaitaient, en passant un pacte anti-Albarello.

Précisions

Le pacte a finalement fonctionné. Albarello, manquant, pour le coup, de sens tactique, voulait, comme je l’avais annoncé à plusieurs reprises, être président de la grande CC PMF après Rigault. Mais le fringuant député n’a rien vu venir (moi j’avais vu…), et s’est fait carrément banané par Rigault et ses nouveaux amis, lors d’une séance mémorable, à revoir ici. Ce fut un “grand moment” dans la médiocrité pluri-decénnale de la “classe politique” du nord seine-et-marne.  On peut dire qu’il avait été trahi, mais surtout par lui-même… Comme souvent chez les politiques, il avait été trop sûr de lui, y compris dans les rapports qu’il pouvait avoir avec ses amis, je pense notamment au nouveau maire de Dammartin, M. Dutruge ((LR).

Et vous pensez bien que tout ce petit monde, après tant de tractations et d’avantages obtenus, fait bloc (pour l’instant) autour de Bernard Rigault. Sauf qu’ on peut s’attendre à des revirements, comme à l’époque de la bataille entre la “petite interco” de Seine-et-Marne  et la grande… Beaucoup, on l’a vu dans le passé (en fait les mêmes) sont prêts à vendre leur âme pour un plat de lentilles. S’ils osent, on vous dira lesquels (mais je pense qu’ils sont échec et mat) ! On va suivre ça, vous pensez bien…En attendant, ce sont les populations de la CC PMF qui subissent et souffrent de cette situation lamentable.

Lecture du discours d’Alba

Et j’invite les ténors du Conseil communautaire “historique” évoqué plus haut (et notamment Alain Aubry), qui étaient sortis au moment où Alba a causé à la sous-préfecture de Sarcelles, à lire son intervention ici. Ils verront que d’abord, il ne s’est pas exprimé “au nom de la CC PMF”, et qu’au contraire, il l’a défendue au mieux, compte-tenu du contexte imposé par l’État. Il est vrai que, jusqu’à la veille de cette réunion de Sarcelles, l’option d’intégrer les 37 communes à la “fusion” était ouverte. Mais le préfet de région, sur ordre du gouvernement (qui ne veut pas ouvrir la boite de Pandore) l’a exclu au dernier moment.

A suivre… Selon mes informations (confirmées), les maires des 20 maires des communes exclues de la fusion (et peut-être les quatre de la CC des Monts de la Goële (autour de Saint-Soupplets) sont invités à déjeuner demain chez… J-F Copé, maire de Meaux et président de la CA du Pays de Meaux

Miam miam ! pense sûrement Copé, qui n’a plus rien à se mettre sous la dent en ce moment … Robespierre (non, j’blague… EV )

Partagez cet article

Laisser un commentaire