Bernard Corneille sous le signe de la résistance

Vendredi dernier, la cérémonie des vœux de Bernard Corneille, maire (DVG) d’Othis (77) a débuté avec la chanson de France Gall Résiste. Dans un discours un peu too much (à lire ici), limite populiste parfois, celui qui est aussi conseiller départemental s’en est pris à François Hollande, au gouvernement, coupables de biens des maux (sinon tous) selon lui, et notamment dans le dossier de l’intercommunalité en cours, qu’il a qualifié de manœuvre politicienne. Avec carrément cette phrase :

Mais comment résister au bulldozer, au rouleau compresseur que conduit le gouvernement pour écraser notre intercommunalité ?

Comment l’empêcher de broyer, de mutiler, de passer sur le ventre de tout un territoire ?

S’agissant de la nouvelle majorité (de droite), du Conseil départemental, il ne l’a pas ratée non plus. Il a critiqué la décision d’augmenter les taxes départementales, mais a annoncé que sa municipalité est sur le point d’augmenter les taxes communales.

Pas de whisky, pfff…

J’ai relu plusieurs fois son discours et j’ai eu franchement du mal à faire ces commentaires. En fait y’a un peu de tout. Des relents d’extrême-gauche (la finance, voilà l’ennemi, en gros), une allégeance franchement too much à Bernard Rigault, mais un rappel ferme pour une laïcité intransigeante.  Lisez le discours et faites-vous votre opinion.  Après, y’avait une soirée dansante et un buffet campagnard, mais pas de whisky : je le savais et c’est pour ça que je n’y suis pas allé !

En tout cas, Bernard Corneille, que je “suis” depuis des années, reste un des meilleurs hommes politiques de notre région, selon moi… EV

Bernard Corneille et le conseil municipal

Partagez cet article

Laisser un commentaire