L’ancien président du Dahomey, Emile Derlin Zinsou, est mort. Ancien sénateur, un hommage lui sera rendu aux Invalides

En aout dernier, avec le président Zinsou, chez lui

Il était affaibli mais avait toute sa tête, l’année dernière, quand nous avons eu l’honneur (revoir ici) et le plaisir de lui rendre visite à son domicile de la Patte d’Oie, à Cotonou. C’était après avoir lu son dernier livre de mémoires “En ces temps là” (2013 aux éditions Riveneuves le voir ici) que j’avais cherché à le rencontrer via une amie. Son livre est très instructif sur l’histoire non seulement du Dahomey (appelé Bénin depuis 1975) mais celle de l’Afrique de l’Ouest.

Emile Derlin Zinzou en fut le président sur une courte période (1968-69), destitué par un putsch. Né en 1918, il est mort chez lui le 28 juillet dernier. J’ai aussitôt appelé sa famille pour lui exprimer nos condoléances. Plusieurs cérémonies ont eu lieu au Bénin. Il avait été, sous la 4ème République, sénateur de 1955 à 1959 (voir ici). Un hommage lui sera rendu aux Invalides le 17 septembre prochain, à 10 heures. J’y serai, vous pensez bien.

Ce fut un grand homme, et s’il avait pu être président plus longtemps, le Bénin n’aurait pas connu toutes les difficultés qui ont freiné son développement et notamment la sinistre dictature “marxiste-léniniste” du  général Mathieu Kerekou (il avait condamné à mort Emile Zinsou, par contumace), qui a mis le pays à genoux, de 1972 à 1990, date à laquelle il a été contraint de quitter le pouvoir par la “conférence nationale”, laissant les caisses du pays entièrement vides. J’ai vécu ça de près, de 1981 à 1988.  EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire