Une Charte agricole du “Grand Roissy” ? Pour quoi faire?

Cliquer pour la charte

J’ai souvent écrit (revoyez ici notamment) que, malgré son importance territoriale (les champs sont partout ici) et économique, l’activité agricole dans la région de Roissy semble…  transparente. Comme si on ne la “voyait pas”: elle représente pourtant plus de 50% de l’espace. On a beau chercher, jusqu’à aujourd’hui, dans les différends documents économiques, sur les sites des différents organismes de développement concernés, les différents sites des communes (même quand le maire est agriculteur), on ne trouve rien sur l’activité et les entreprises agricoles, pas même une mention, pas même le mot “agriculture” (si j’ai raté quelque chose, merci de me le dire). De leur coté, les paysans et leurs organisations (comme partout dans le monde) sont toujours d’une discrétion légendaire…

Les plus ou moins récents projets de zones d’activités, de logements, ou d’infrastructures ( Triangle de Gonesse, Golf de Roissy, Louvres, Le Mesnil-Amelot, liaison Roissy Picardie, bouclage de la 104 au nord de CDG et même les futurs Grand Paris Express et CDG Express…), tous plus ou moins consommateurs d’espace agricoles, ont entrainé, de la part des opposants aux-dit projets (cf. mes P’tits Loup”) plus que des exploitants (si ce n’est pour augmenter les prix…) eux-mêmes, au passage,  des préoccupations sur la nécessaire sauvegarde des terres agricoles, voire “l’équilibre”.

Est-ce pour cela que l’EPA Plaine de France, suivi par d’autres comme la CA Roissy Pays de France (CARPF) se sont récemment emparés du sujet ? Certainement. Voyez sur cette page de d’EPA les différentes démarches effectuées depuis 2013 (sinon 2009).

Dernier épisode, l’adoption à l’unanimité  par le Conseil de la  CARPF (le 30 juin), d’un projet de Charte agricole du Grand Roissy.  Le communiqué indique que  “La charte sera signée officiellement par l’État, les collectivités locales, le monde agricole, les associations, les aménageurs … en septembre“.

J’ai donc lu la Charte (c’est vite fait…), fournie par la CARPF, merci.

Un peu, non:  déçu carrément. D’abord sur le territoire de cette Charte: il est indiqué que le périmètre correspond à un (grands dieux, vl’a aut’ chose) “Grand Roissy Ouest”, comprenant la partie de la CARPF située dans le Val d’Oise (25 communes) et une partie de Paris Terres d’Envol (93, trois communes: Tremblay, Villepinte Sevran). L’affaire se complique lorsqu’on y lit (page 4) une allusion à la “Plaine de France (entité plus vaste que le Grand Roissy)”, mais non définie.

Et en plus : “Sachant qu’un projet similaire a été conduit en Seine-et-Marne, un rapprochement des travaux réalisés dans le Grand Roissy Ouest et le Grand Roissy Est sera mis en œuvre prochainement” …

voyez...

La Charte n’en est pas moins présentée comme la concrétisation du “projet agricole de territoire” lancé en 2009.

Je vous invite néanmoins à la consulter.  Quelques chiffres “intéressants”, piqués dans la Charte :

le Grand Roissy Ouest compte 9500 hectares agricoles, soit 50 % de sa surface. Il y a environ (?! ndlr) 80 exploitations correspondant à 250 emplois directs.

en 2010, on observait sur les 20 dernières années, une disparition annuelle d’environ 100 hectares. Cette tendance se poursuit aujourd’hui.

– la Charte donne des prix du foncier rural (en hausse, mais on ne sait pas de combien, et qui datent de 2005 ) : 2.9 € /m2 dans la (mystérieuse donc) Plaine de France, 2.5 dans le Val d’Oise, et 1.8 dans l’Ile-de-France.

– l’objectif de la Charte est de préserver, sur les 30 ans à venir 8000 ha (donc prévision de 1500 ha en moins, si j’ai bien compris et pourquoi 30 ans, pas 20, 60? 100 …? ) d’espaces agricoles, avec cette précision (délicieuse, aussi mystérieuse que la “Plaine de France”): “en tant qu’espaces économiques qui participent à l’approvisionnement alimentaire et en tant qu’espaces ouverts participant au grand paysage“. Fermez l’ban !

Esprit chagrin ?

Bon, certains vont encore dire que je suis un esprit chagrin (ce qui est faux…). Je me réjouis néanmoins de cette Charte qui a le mérite d’évoquer et de rendre moins transparente l’agriculture ici (enfin, une partie d’ici, donc). Et j’aime les paysans: ils sont les seuls à nous nourrir.

Mais je rappellerai à ces “certains” que nos différents médias, depuis le 1er numéro de Bénéfice.net (1998) jusqu’à RoissyMail (qui a une rubrique “agriculture”, voyez ici par exemple ou encore là) ont toujours évoqué (même insuffisamment, faute de temps: je peine à embaucher des journalistes, enfin, des gens qui savent un peu écrire) qui a remplacé l’initiale (cliquez sur la foto à gauche) la question agricole et ses acteurs.

A suivre : à la recherche de l’étude seine-et-marnaise, des réactions des paysans à cette charte… Et espérons que tant les commanditaires que les réalisateurs de ce document donneront des précisions. EV


Partagez cet article

2 réflexions au sujet de “Une Charte agricole du “Grand Roissy” ? Pour quoi faire?”

  1. Cette charte rédigée par l’EPA ne doit en aucun cas servir de bonne conscience dans ses nombreuses opérations d’aménagement destructrices de nombreux hectares de terres agricoles !
    De plus l’EPA a occulté les chantiers en cours d’ISDI sur la commune de Puiseux et projeté sur Goussainville , communes adhérentes à la nouvelle CA .Si comme le dit ce document les communes s’engagent à protéger ces espaces de cultures ce qui devrait garantir (?)de nouvelles décharges et extensions des zones de stockage de remblais existantes .

    Répondre

Laisser un commentaire