Sénatoriales : c’est dimanche ! Au menu chez nous : divisions à tous les étages

Les élections sénatoriales auront lieu ce dimanche 24 septembre. Dernière ligne droite donc pour les listes de candidats. Cliquez sur l’image pour accéder à ce site, très bien fait où l’on peut voir les noms sénateurs sortants, les listes et les candidats.

Dans le 60, il y a 4 sièges à pourvoir, 8 listes et 2289 grands électeurs. Il y a deux listes LR, une liste FN et une autre d’extrême droite.

Dans le 77  il y a 6 sièges à pourvoir, 7 listes et 30217 grands électeurs. La liste menée par Arnaud de Belenet, (LREM, ex LR) devrait faire un bon score, en partie grâce aux divisions à droite. A gauche, ça va être difficile : le PCF, allié cette fois aux Insoumis, a refusé de faire liste commune avec le PS, dont Vincent Eblé est le sénateur sortant, qui se représente donc.

Dans le 93, 6 sièges, 10 listes, 2316 grands électeurs. Une liste PS, une liste PCF, deux listes divers gauche… A droite une liste LR conduite par Philippe Dallier, sénateur sortant. Une liste UDI conduite par Vincent Capo Canellas, sénateur sortant, une liste divers droite, conduite (étonnamment) par le très controversé Eric Raoult, ancien député (UMP), ancien maire du Raincy. La liste LREM est conduite par Patrick Toulmet, délégué national du mouvement, et président de la Chambre de Métiers . Les résultats, ici comme partout, vont être serrés.

Enfin, dans le 95, c’est la grande désunion comme partout, peut-être pire. 5 sièges à pourvoir, 12 listes (!), 2303 grands électeurs. La liste LR est conduite par Arnaud Bazin, actuel président de Conseil départemental, qui devrait, “normalement” être élu. Se poserait alors la question de son remplacement à la tête du département. Ça va pas être simple : Philippe Métézeau vice-président (UDI) du même conseil, mène une liste divers droite. Il peut avoir ses chances, d’autant qu’il aura mené une bonne campagne, à en voir sur son Facebook.

Contre la “dictature du gouvernement” dit Marie-Paule Faucon

Marie-Paule Faucon

Il y a aussi autre liste divers droite, menée par Marie-Paule Faucon, conseillère municipale d’opposition à Vauréal. Quoi qu’elle en dise, il s’agit bien d’une dissidente LR…  Je ne la connaissais pas, mais j’aurai appris à la connaitre ! Elle pourrait faire une bonne rédactrice en chef à RoissyMail ! Voyez ce mot qu’elle m’a adressé:

Si vous faites un article, je vous remercie d’insister sur le fait que je suis une femme élue engagée, dévouée envers la population, travaillant bénévolement (et il n’y en a pas beaucoup qui travailleraient ainsi), et sans cumul de mandat“…

Voyez la suite ici. C’est délicieux, j’adore !

Mais c’est pas fini : on vous l’avait déjà dit, Sébastien Meurant, conseiller départemental (LR), maire de Saint-Leu-la-Forêt, conduit aussi une liste, qu’il faut bien qualifier de dissidente. Candidature “logique” de la part de ce jeune maire (né en 1971), qui fait entendre depuis des années une voix discordante et originale. Mais pas toujours claire…

A gauche, c’est pareil : une liste PS, conduite par le secrétaire fédéral Rachid Témal (qui n’a aucune chance… ) qui s’était fait désigner par “les militants”, au grand dam de Dominique Gillot, sénatrice sortante, qui aurait bien voulu rempiler. Ambiance… Témal s’est vu opposer une liste communiste conduite par Pierre Barros, maire de Fosses. Y’a du OK Corral dans l’air ! Il y a aussi deux listes “écolos”, dont une (EELV) avec Dominique Dufumier, conseiller municipal de Survilliers.

Reste LERM. Le parti d’Emmanuel Macron a maintenu, contre beaucoup d’attente des Marcheurs de la première heure, la candidature d’Alain Richard, sénateur sortant (depuis deux mandats), né en 1945, maire de Saint-Ouen l’Aumône depuis… 1977, député pendant 14 ans, ancien ministre de la Défense (qui avait fait son service militaire comme objecteur de conscience, à en croire son portrait sur wikipédia, je l’ignorais), puis… plein d’autres choses. Et qui a rejoint “En Marche” à la dernière heure (juin dernier). Un enfant d’Edgar Faure, en sorte…

Du coup les Marcheurs de la première heure sont fâchés. D’abord Didier Arnal, ancien président (PS, mais il a quitté) du Conseil général du Val d’Oise, qui pensait bien être investi comme tête de liste. Je sais qu’il a tout fait pour faire changer la décision de LREM, avec des arguments. Rien à faire. Idem pour Bruno Huisman (DVG, avec un petit passage au PS), maire de Valmondois. Les deux, qui se connaissent, n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur une liste commune et présentent donc une liste chacun de leur côté.

Bon, et ben tout ça, c’est pas terrible…  Résultat des courses dimanche soir, donc. EV

Partagez cet article

Laisser un commentaire