Grand Paris Express : Eric Veillon a envoyé une lettre ouverte au Président de la République

la lettre en PDF

Normalement, le président de le République doit prendre une décision en janvier à propos de l’éventuel « report » de certaines lignes du Grand Paris Express, notamment celles qui nous concernent, les 16 et 17. J’ai posté, sur le site de l’Élysée une lettre ouverte à son intention. Une lettre plutôt témoignage… A la fin, je suggère au Président de prendre langue, avant de prendre sa décision, avec Patrick Renaud, président de Roissy Pays de France et de l’Association des collectivités du Grand Roissy. Vous pourrez la lire en PDF en cliquant en haut et en suivant ci-dessous (cliquez sur “lire la suite) :

Monsieur le Président

Je me permets de vous envoyer cette lettre « ouverte » (je ne fais jamais ça, car je n’aime pas ce procédé, mais il peut y avoir urgence), qui est aussi et surtout un témoignage. C’est à propos du Grand Roissy, du Grand Paris Express et, singulièrement, de ses lignes 16 et 17.

Je me doute bien que vous avez reçu beaucoup d’alertes et de courriers à ce sujet, mais j’ai senti la nécessité de m’adresser à vous, après avoir longuement hésité. D’autant que je sais que vous êtes très occupé, pour vous suivre tous les jours après avoir voté pour vous aux deux tours, (mais sans enthousiasme, je vous rassure), et notamment sur France 2 hier soir.

J’ai eu, au mois d’août dernier 63 ans. J’ai été serveur dans un restaurant, surveillant au lycée (en Lorraine), étudiant à Paris 1 (licence histoire et DEUG droit), assistant parlementaire (non fictif… au groupe PCF de l’assemblé nationale),  travaillé en Afrique (Bénin) dans le commerce international et local, puis chômeur, professeur (d’histoire-géographie) contractuel pour l’État.  Je travaille sur le secteur de Roissy depuis 1992 où j’ai été directeur du développement économique de la ville de Tremblay-en-France jusqu’en 1996, date à laquelle j’ai créé mon agence de communication VPP. Tout ça pour vous situer, et pour vous dire que je connais (un peu) la musique…

Mon agence a été d’emblée spécialisée dans la communication sur la région aéroportuaire qu’on appelle désormais Le Grand Roissy-Le Bourget, qui s’étend sur une vingtaine de kilomètres autour de l’aéroport CDG, sur 4 départements : 77,93,95 ainsi que (on l’oublie souvent) 60. Je pense, au risque de vous paraitre présomptueux, d’être le meilleur connaisseur, dans le temps et dans l’espace, de cette région.

J’ai, au travers de plusieurs médias (une grande carte du territoire rééditée régulièrement, un magazine papier gratuit et un site internet « RoissyMail.com », sur lequel sera diffusée cette lettre) fortement contribué à « révéler » un sentiment d’appartenance commune des populations, des entreprises, des collectivités à ce territoire. Ce sentiment « territorial » était jusque-là un peu confus, à cause des divisions administratives, mais bien réel. Et je vis de ce « fonds de commerce » du Grand Roissy jusqu’à ce jour, c’est vous dire…

D’autant que le rôle de l’État n’a jamais été évident, ni cohérent, (depuis qu’il avait déclaré le pôle de Roissy « d’excellence », en 1995) vis-à-vis de ce territoire qui est pourtant l’un des plus dynamiques de France, sinon d’Europe. Je pourrais développer…

Malgré cela, comme je l’ai écrit à plusieurs reprises, le pôle de Roissy s’est fait tout seul. Les collectivités territoriales (les mairies surtout, petites ou grandes) ont multiplié des initiatives en faveur du développement économique. Elles ont en même temps profité, fiscalement et en termes d’emplois, du développement du secteur aéroportuaire, dont la croissance ne s’est jamais arrêtée jusqu’à ce jour, crises ou pas crises. Elles ont pu ainsi (avec des disparités toutefois, je pense en particulier au sous-équipement médical côté Seine-et-Marne) s’équiper, mettre à disposition logements et services à leurs populations, grandissantes.

Pendant ce temps, l’Etat, au gré des gouvernements (et des préfets, souvent peu au fait, faute de temps -à leur décharge-, de la situation et des enjeux de ce territoire), a un peu « brinquebalé » ces mêmes collectivités en imposant de multiples regroupements, pas toujours cohérents. Mais bon, le pragmatisme des élus locaux a prévalu, et ils se sont adaptés. Un bon exemple est la création de la CA Roissy Pays de France.

Entre temps, est venu le projet du Grand Paris Express qui a fait, comme vous le savez, l’objet d’un rare consensus dans notre pays. De multiples projets se sont greffés sur ce projet. Notamment plusieurs Contrats de Développement Territorial validés par l’État…

Tout ça a un peu trainé, comme vous devez le savoir. Ensuite, des tas de rumeurs se sont récemment multipliées sur un possible report sur certaines lignes, notamment les 16 et 17. Vous devez savoir que les élus du secteur, toutes tendances confondues (y compris les nouveaux députés LAREM concernés) se sont mobilisés pour éviter ce qui serait à mes yeux une incompréhension totale (et un gâchis humain et financier énorme, si on met tout bout à bout).  Les « arguments » qu’on entend ça et là, comme quoi ces dépenses contribueraient à augmenter le déficit structurel de la France (3% et je suis bien d’accord avec ça) ne tiennent pas à mes yeux. C’est de l’investissement. Et puis il y a les JO 2024…

« On » dit (il y a, je le répète, des tas de rumeurs, ce qui n’est pas bien à mon avis) que vous allez prendre votre décision sur ce sujet courant janvier. Je me permets, M. le Président de la République, avant de prendre votre décision, de vous inviter à prendre langue (je ne suis pas son porte-parole) avec M. Patrick Renaud, Président de la CA Roissy Pays de France, Président de l’Association des Collectivités du Grand Roissy, qui est un grand connaisseur du territoire (consensuel, je peux vous le dire).

Je vous remercie pour votre attention, et me tiens bien sûr à la disposition de vos conseillers pour toutes précisions éventuelles.

Et vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma très haute considération.

E V


Partagez cet article

3 réflexions au sujet de “Grand Paris Express : Eric Veillon a envoyé une lettre ouverte au Président de la République”

  1. Très bien Eric, j’apprécie le ton et le contenu de votre lettre.
    Je connais et reconnais non seulement votre connaissance mais surtout votre attachement pour le Grand Roissy, si important pour le développement de l’île de France (bientôt 15 % de son PIB). Jacques Mezon

    Répondre
  2. On commence à froler l’overdose sur ce sujet .Merci de rester objectif et de ne pas proférer des arguments douteux sur les projets du Grand Paris Express Lignes 16 et 17 :
    -Aucun des élus signataires de la Pétition ne sont usagers réguliers des Transports en commun de la Banlieue Nord
    – Avant de construire de nouvelles lignes , il faut mettre l’argent suffisant dans la mise à niveau des lignes B et D . C’est cela que souhaite la grande majorité des habitants qui sont d’ailleurs majoritairement contre le projet EC .
    – Les nouvelles gares vont desservir des zones non habités ( les terrains sont inconstructibles et ne peuvent pas recevoir de logements vu le PEB! )
    – Aucuns sites des JO au delà du Bourget !
    Et une dernière : Pourquoi un maire de Gauche Ex PS proche de Benoit HAMON et des écologistes soutiens ce projet pharaonique et dommageable pour l’environnement ?

    Répondre

Laisser un commentaire