Abandon d’Europa City : “écoeurement et colère”. Mes P’tits Loup ont gagné…

Comme annoncé, voyez ci-dessous le compte-rendu de la conférence de presse, rédigé par un de nos honorables correspondants. Je n’en rajouterai pas car, depuis cette annonce funeste, je ne décolère pas. 10 ans de travail rayés d’un coup de plume, pour tenter de courir après une poignée de vieux zécolos égoïstes. C’est pas terrible. EV

« Écœurement et colère »

Voilà les mots forts prononcés lors de la conférence de presse donnée dans la salle du Conseil Municipale de la maire de Gonesse, suite à la décision, du Président Macron, de mettre un terme au projet Europacity. Présidée par Mme Marie-Christine Cavecchi, Présidente du Département du Val d’Oise, M. Jean-Pierre Blazy, Maire de Gonesse, et M. Patrick Renaud, Président de la Communauté d’Agglomération de Roissy Porte de France, cette conférence s’est tenue  vendredi 8 novembre 2019, devant une assistance partagée entre la presse et des habitants du département soutenant le projet. Les trois intervenants sont allés droits au but, évoquant leur écœurement après avoir découvert, avec grande stupeur et même temps que tout le monde, l’annonce du Président Macron de mettre un terme au projet de zone d’activité économique et touristique Europacity. Ce dernier voulant une refonte totale, prétextant la non-viabilité écologique du projet. Comme exprimé par Mr Renaud : « – Nous sommes en colère. Et depuis 24H, j’ai eu beaucoup de maires du département au téléphone et je peux vous le dire. Beaucoup de gens sont en colère. La majeure partie des citoyens du Val d’Oise croient en ce projet, qui permettrait de l’emploi pour une zone déjà assez sinistrée par le chômage. »

Marie-Christine Cavecchi souligne un point important : « – Oui, des créations d’emplois ! Mais aussi de la Culture. Notre département est pauvre en culture et nous le savons tous, les citoyens de ces quartiers en difficultés n’y ont pas accès directement. Du moins pas sans un énième plan social où c’est encore l’état qui doit leur financer. Ce n’est plus possible et ce genre de décision va à l’encontre de ce que nous faisons sur le terrain, depuis plusieurs années. »

De son côté, le maire de Gonesse ne décolère pas : « – On ne peut pas nous dire, comme ça du jour au lendemain, on arrête tout ! Les travaux qui sont actuellement entrepris au Bourget, me prouvent le contraire. Le tunnelier est prêt à creuser le trou de la future ligne 17 du métro. Europacity est viable et fait partie d’un ensemble de projets de développement économique. Pourquoi continuer les chantiers à certains endroits et pas à d’autres. Arrêtons la construction du Terminal 4 alors ! Vous voyez, cela n’a pas de sens. Je suis profondément écœuré. »

Une chose est sûre selon eux, tout n’a pas été dit. Ils pensent que la vraie raison pourrait se trouver dans l’attribution du prochain maître d’œuvre. Ainsi le projet Europacity, tel que nous le connaissons à ce jour, serait enterré pour laisser place à celui de la « Vision Macron », sous un air de copinage pour ceux qui empocheront le contrat, saupoudré d’une guéguerre avec certains maires des communes limitrophes, comme Aulnay-sous-Bois ayant toujours mis son véto. Les trois élus osent garder une lueur d’espoir, nous rappelant que ce projet a mobilisé de nombreuses entreprises et divers partenaires à l’échelle internationale, et qu’ils n’osent croire que leurs efforts ont été vains. Pour conclure, le Maire de Gonesse met la pression sur le Président Macron : « – Nous n’avons pas d’épreuves pour les J.O, cela fait depuis très longtemps qu’un grand projet, comme celui-là, n’a pas canalisé autant d’énergies. J’ose espérer une alternative rapide. Et bien plus, qu’un simple discours télé ou des propositions à l’emporte-pièce, il nous faut du concret. Nous nous y sommes engagés auprès des habitants du Val d’Oise, nous devons tenir nos engagements. Nous leur devons ça. »

WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire