Coronavirus : quels sont les types de masques, où les trouver et à quel prix ?

Je n’y comprenais rien dans ces histoires interminables de masque. J’ai demandé à Guillaume d’éclairer ma lanterne (et peut-être la vôtre). C’est lui qui a réalisé ce visuel. Pas mal, non?  EV

  En vue du déconfinement du lundi 11 mai, les gestes barrières ne sont surtout pas à exclure afin d’éviter une reprise des contaminations. Bien sûr le lavage des mains et une distance de sécurité de minimum 1m est toujours d’actualité, ainsi que l’obligation du port du masque dans les transports en commun, les marchés et supermarchés, et tout autres lieux susceptibles de rassembler plusieurs personnes. Cependant, un manque d’informations se fait sentir concernant les masques. Quels types de masques ? Quel est la différence entre « masques professionnels » et « masques grand public » ? Où s’en procurer ? Quels sont leurs prix ? Beaucoup de questions auxquelles je vais m’efforcer de répondre, simplement et clairement, afin d’éclairer les lanternes.

  Premièrement, les classifications et la différence des types de masques, mais aussi les lieux d’achat. Réalisé par mes soins, cette fiche instructive montre les différences entre les masques professionnels, réservés au personnel médical, et les masques grand public, trouvables dans les pharmacies, les buralistes et les supermarchés depuis le 4 mai. Les masques grand public, type chirurgical, étaient déjà disponibles en pharmacie, en flux très tendu et avec des récurrentes ruptures de stock, depuis une semaine. Les lieux de vente cités ci-dessus, proposent à la vente dorénavant deux types de masques grand public, l’incontournable masque chirurgical à une unique utilisation et le masque en tissu pouvant être porté plusieurs fois, jusqu’à 10 lavages avant péremption. L’internet foisonne également de masques, de tous les types, mais les prix peuvent varier avec d’importantes variations de prix, selon les vendeurs et les plateformes e-commerce. Pour rappel, les masques sont de taille standard et doivent disposer, pour les types FFP2 et FFP3, d’une homologation inscrite sur le masque conforme à la norme française et européenne “NF EN (mention se trouvant également sur les boîtes de masques chirurgicaux).

   Concernant les prix, l’État a plafonné la vente de masque à 95 centimes/l’unité, mais certaines pharmacies en Île-de-France ont enfreint à la règle avec des masques vendus à plus d’ 1 euro, comme l’évoque l’article de chez Les Echos (https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/a-paris-la-chasse-aux-masques-tourne-a-lavantage-des-pharmaciens-1200341). Les grandes surfaces et les buralistes, quant à eux, entrent dans le bal des approvisionneurs de masques. Avantage aux supermarchés, qui avec de très grosses commandes, peuvent vendre le masque unitaire entre 50 à 70 centimes. Différents packs sont proposés à la clientèle, par 10, 20 et 50. Retrouvez le détail des points de vente et les prix, selon les enseignes, dans un article fort intéressant du Parisien sur le sujet (http://www.leparisien.fr/economie/prix-quantite-enseigne-par-enseigne-comment-acheter-son-masque-au-supermarche-01-05-2020-8309406.php).

  Durant ses deux mois de confinement, nous avons été témoins de nombreuses affaires mettant en cause des employés du corps médical (médecins, pharmaciens ou aides-soignants), ayant succombé à l’appel de l’enrichissement personnel, par la vente au marché noir à des prix exorbitants de masques et de matériel médical. Ce marché noir sera-t-il endigué avec la multiplication de l’offre ? Ce n’est pas si sûr, car les commandes arrivent au compte-goutte et les ruptures de stock arrivent rapidement, quand les livraisons ne sont simplement reportées de plusieurs jours, comme me l’ont confié au téléphone quelques pharmacies du Grand Roissy. A l’instar de la viande et du blé en 39-45, profitant des périodes historiques difficiles, le marché noir a, assurément, encore de beaux jours devant lui. WM

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire