Premier Conseil Municipal pour Michel Thomas, nouveau maire de Roissy-en-France

Mercredi 27 mai 2020, en fin d’après-midi, s’est déroulé le premier Conseil Municipal, mais aussi la première réunion publique post-déconfinement, à Roissy-en-France, au Centre Culturel de l’Orangerie, où une centaine de personnes ont fait le déplacement pour y assister, à l’instar du Président de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France, Patrick Renaud. Respectant les mesures sanitaires en vigueur, dans le public, un siège sur deux était utilisable afin de garder une distance entre chaque personne. Divisant la capacité de la salle par deux, des écrans et des chaises ont été mis à disposition dans l’espace d’accueil de l’Orangerie, afin que ceux n’ayant pas pu accéder aux gradins ne loupent pas une miette de la réunion. Le port du masque a été également respecté par tous, que ce soit à l’extérieur ou à l’intérieur du bâtiment. Drôle d’ambiance visuelle au premier abord, mais on s’y fait rapidement au bout de quelques minutes et on ne peut que se féliciter de revoir la vie politique et sociale reprendre, après deux mois de confinement.

Comme le veut le protocole, l’ancien Maire, André Toulouse, a présidé l’ouverture du Conseil Municipale. L’émotion était palpable pour cet homme, à la tête de la ville depuis 43 ans. Pour commencer, André Toulouse a mis l’honneur quatre de ses collaborateurs, leur remettant la médaille de la ville pour leur gestion de la crise pendant le confinement, mais aussi pour leur abnégation au service du développement de Roissy-en-France, au cours des dernières années. Cette médaille a été attribuée à Michèle Calix, Adjoint au Maire à l’Education, à la Jeunesse et à la Vie Locale, ayant contribué à la création de 1500 masques tissus afin de protéger les personnes les plus vulnérables au Covid-19, Serge Drago, Adjoint au Maire à l’Urbanisme, pour avoir dirigé l’aménagement et le développement de la partie sud de la ville, Philippe Gros, Directeur du Service Technique, pour son abnégation et ses qualités de responsable de service, et enfin, Evelyne Chesnier, directrice de cabinet du Maire, pour son travail et son soutien durant de nombreuses années.

A la fin de la remise des médailles, Evelyne Chesnier prend la parole, retraçant avec métaphore la carrière d’André Toulouse : « Il y avait un peintre devant sa toile blanche, donnant vie à une œuvre, parfois le coup de pinceau sûr, parfois plus indécis. Mais l’artiste n’a jamais douté et son œuvre peut maintenant être contemplée par tous », dit-elle, avec beaucoup d’émotion se ressentant dans sa voix.

André Toulouse reprend la parole, fortement touché par le discours de sa plus proche collaboratrice. Il remercie fraternellement tous ceux et celles avec qui, il a travaillé durant ce long parcours à la tête de Roissy-en-France, sans qui rien n’aurait été possible. Sans oublier tous les employés de la ville s’étant succédés en 43 ans de mandat. « C’est l’œuvre d’une vie », déclare-t-il, la voix tremblante. André Toulouse continue son discours en félicitant les nouveaux élus et en leur souhaitant le meilleur, dans une époque troublée et de par les défis qui s’annoncent, n’oubliant pas d’évoquer la bureaucratie qui étouffe les maires de France.

« Être maire ou maire-adjoint, c’est se montrer disponible et patient. Individuellement et collectivement. J’adresse mes chaleureuses félicitations aux vainqueurs et salutations aux perdants. Et si je devais vous adresser un dernier conseil à tous. Positivez ! Et vive M. le maire ! », conclut-il.

Michel Thomas, nouveau maire de Roissy

La séance de mise en place du nouveau Conseil Municipal se poursuit, avec pour ordre du jour principal, l’élection du nouveau maire via la tournée de votes au sein du Conseil des 23, validant le choix des électeurs. Sans surprise, Michel Thomas est élu à 18 votes pour, contre 5 votes blancs. André Toulouse remet l’écharpe de Maire à Michel Thomas, et après une accolade, enlève la sienne en regagnant le public, laissant son successeur assurer le bon déroulement de la réunion.

Prenant immédiatement ses fonctions, Michel Thomas annonce que le nombre d’adjoints durant ce mandat est de 6, et ce fait, un vote du conseil municipal doit déterminer qui sera élu à ces postes. Par ce vote, Michel Thomas valide sa position en obtenant 18 votes pour sa liste et 5 votes contre. Les nouveaux maire-Adjoints sont : Michèle Calix, Denis Côme, Patrick Pamart, Valérie Redouté, Catherine Duteau et François Carrette. Ces derniers reçoivent l’écharpe tricolore des mains du nouveau maire et prennent immédiatement place à ses côtés.

Pendant un peu plus d’une heure, les différents votes (CCAS, délégations…) se succèdent et se ressemblent, avec 18 votes pour la majorité contre 5 pour l’opposition, représentée par Patricia Petit, qui obtient une place de titulaire en tant que déléguée aux Marchés.

Lors d’un temps de parole lui étant attribué, Patricia Petit déclare : « Je tiens à féliciter M. le Maire et les Conseillers Municipaux. Je remercie les Roisséens et les Roisséennes pour leur confiance. J’ai envie de leur dire qu’une opposition est née. Je pense que la démocratie doit être respectée, se voulant saine et participative, dans la construction d’un avenir partagé, au service des citoyens ».

Pour clore la première réunion du Conseil Municipal, Michel Thomas amorce un discours d’investiture, debout, derrière le pupitre central. « Pour commencer, j’adresse mes remerciements pour les équipes de la ville, un plus, un renouveau, efficace et efficient. Merci à tous ceux qui sont restés dans l’ombre et un grand merci à tous les concitoyens nous ayant fait confiance, durant les dernières élections. Être maire, c’est être confronté à la réalité, à l’action et aux contraintes. Il faut l’avoir dans la peau, c’est un sacerdoce dans ce cadre de pandémie, qui est en train de rebattre les cartes sociales, économiques et écologiques. Avec bienveillance et solidarité, il faut redonner un sens à la vie. Mes deux objectifs pour ce « village » qu’est Roissy-en-France, sont de maintenir nos acquis et de faire évoluer ce village, tout en révisant nos priorités face à la période moins facile qui s’annonce. Mais ce soir, je peux le dire. Tout ce qui existe au niveau social sera maintenu. L’emploi et le logement restera un axe majeur de mon mandat. Ces choses essentielles pour les gens ».

« Mes remerciements, aussi, aux gens de mon équipe, prêt à reprendre le flambeau. J’adresse mon respect, mes hommages et chapeau à M. le maire Toulouse. Ensuite, je veux également un débat constructif avec l’opposition. Mettons tout en œuvre pour la réussite de notre projet commun. Pour finir, je vais vous dire une citation de Clémenceau : il faut savoir ce que l’on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire. Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire », conclut-il, sous les applaudissements du public. WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire