Duel à gauche pour la conquête de la mairie de Gonesse

A quelques jours du second tour, qui se déroulera ce dimanche 28 juin 2020, les gonessiennes et gonessiens devront retourner aux urnes pour départager les deux candidats encore en lice pour briguer la mairie de leur ville. Sans beaucoup de surprise, le candidat Jean-Pierre Blazy, maire sortant, se représentant à sa succession avec la liste « Gonesse 2020 -Vivre l’Avenir » (Divers gauche) se qualifie au second tour avec 39,21% des suffrages. Juste derrière lui, à 200 votes près, Cédric Sabouret, Conseiller Départemental du Val d’Oise et Conseiller municipal, se présentant avec la liste « Un Nouveau Souffle pour Gonesse » (Divers gauche), recueille 35% des votes.

Lors du premier tour, quatre candidats ont été éliminés. A la troisième position, Claude Tibi et sa liste « Agir pour Gonesse » (Divers centre) ayant recueilli 9,07%. En quatrième place, Ilhan Yildiz avec sa liste « Gonesse en Grand, Gonesse Ensemble ! » sous la bannière La République en Marche (LREM) obtient  8,13% d’intentions de vote. Ce faible engouement pour le candidat LREM peut se traduire par la défiance des citoyens envers la politique du Gouvernement, mais aussi par la dislocation du parti politique en interne. Arezki Mahdi, pour sa première participation, s’offre la cinquième place. Ce natif de Gonesse, entrepreneur, pro-EuropaCity, recueille 5,31% avec sa liste citoyenne « Agir Ensemble » (Divers). Le candidat d’Europe-Ecologie-Les Verts, Mazouni Daho, referme le classement de l’issue du premier tour à Gonesse. Lui et sa liste « Un Nouvel Elan pour Gonesse » (EELV) ne recueillent que 3,25% des votes.

Le taux d’abstention, pour le premier tour des municipales 2020, a été de 60,63% contre 50,35% en 2014. Les deux candidats qualifiés sont à armes égales, et ont été très actifs sur les réseaux sociaux durant l’entre-deux-tours, s’attaquant sur divers points de discorde ou en essayant de galvaniser leurs électeurs avec des déclarations engagées. Une chose est sûre, pour eux, la bataille se trouve à gauche. Au cours de la manifestation du personnel hospitalier, le 16 juin 2020, devant le Centre Hospitalier de Gonesse, Jean-Pierre Blazy et Cédric Sabouret ont fait le déplacement pour montrer leur soutien à la défense du service public et leur reconnaissance envers les membres du personnel. Enchaînant vidéo et live Facebook, les deux adversaires politiques, idéologiquement pas si différents, ont mené une campagne très active. Mais dans une recherche perpétuelle de la moindre voix à capter, à quelques jours du second tour, la tentation de jouer la carte du communautarisme n’est pas à exclure, et ainsi creuser l’égard.

Dans une configuration inattendue, et certainement un jeu d’alliances avec les éliminés du premier tour, il est très difficile de prédire un vainqueur à cet instant. Les deux hommes devront convaincre les derniers indécis jusqu’à la mise du bulletin dans l’urne, bien que la campagne ne finisse officiellement dans la soirée de vendredi. Le suspense sera à son paroxysme ce dimanche soir, à quelques minutes de l’annonce des résultats, qui dévoileront le nom du prochain maire de Gonesse.

Retrouvez la page Facebook de campagne de Jean-Pierre Blazy et sa liste « Gonesse 2020 – Vivre l’Avenir » (Divers gauche) : https://www.facebook.com/Gonesse2020-185979228876115/ et celle de Cédric Sabouret et sa liste « Un Nouveau Souffle pour Gonesse » (Divers gauche) : https://www.facebook.com/pourgonesse/  WM

Précisions d’EV

En fait, Cédric Sabouret est conseiller municipal (PS) depuis 2008, élu sur la liste de JP Blazy (PS aussi, mais il ne paye plus ses cotisations). JP Blazy est maire de la ville depuis 1995 et, visiblement, n’a pas envie de décrocher. Je suis la campagne sur leurs facebook et avec mes correspondants sur place. C’est pas triste ! S’agissant du “communautarisme” Blazy y va à fond la caisse ! J’ai vu une lettre de sa part aux électeurs Assyro-chaldéens !!!  Et aussi un tract, en langue pakistanaise, publié si j’ai bien compris par un “chef d’entreprise” pakistanais qui appelle à voter pour le maire…  Je sens JP Blazy hyper fébrile, et ça me déçoit un peu. Bon, on va voir dimanche soir…

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire