La ville de Saint-Witz s’agrandit avec deux nouveaux quartiers résidentiels

La ville de Saint-Witz, comptant actuellement 2 485 habitants (d’après le recensement INSEE 2020) et continuant sa politique de développement initiée depuis 5 ans, accueillera sur la période 2021-2022 deux nouvelles zones résidentielles de 145 logements sur une surface de 8 hectares, maisons et appartements confondus. Ce projet est encadré par deux promoteurs immobiliers, Elgéa et Flint Immobiliers. Nommées “Les Jardins de Vy” et “Le Clos de la Haie Jabeline” (parcelle AU1 sur le plan), ces nouvelles zones résidentielles, qui sont mitoyennes de l’étang et de la voie de promenade, comptent sur une facilité d’accès à l’autoroute A1 et un cadre de vie paisible comme ses meilleurs atouts, selon les deux promoteurs. Les travaux de viabilité du chantier (voies d’accès, connexion eau et électricité) ont été réalisés par l’entreprise de BTP Colas, au cours de l’année 2020. Depuis décembre, les unes après les autres, les premières maisons sortent de terre, visibles le long des rues de la Fontaine aux Chiens et de la Butte aux Bergers.

Selon le Plan Local d’Urbanisme (PLU), publié en juin 2016 et consultable en cliquant ici, prévoit entre 25 et 35% de maisons individuelles, le reste des pourcentages représentant la part d’appartements résidentiels, et au minimum 25% de logements sociaux. Dans la répartition des lots, Elgéa, s’occupant du quartier “Les Jardins de Vy”, propose 50 logements, allant de l’appartement T3 (66,40 m²) à la maison T4 (74,00 m² et 78,00 m²) avec jardin privatif et 2 places de parking, sans oublier des T5. En ce qui concerne “Le Clos de la Gaie Jabeline”, regroupant uniquement des maisons avec jardins et place de parking, Flint Immobilier a mis à disposition 95 terrains à bâtir, allant d’une surface de 602 m² à 1200 m². Les deux programmes immobiliers ont été un succès, selon les promoteurs, les futurs logements ayant presque tous déjà trouvé des acquéreurs.

Dans les prochaines années, selon toujours le PLU émis en juin 2016, Saint-Witz verra un agrandissement de sa zone pavillonnaire (parcelle AU2 sur le plan), d’une surface de 6 hectares avec sur son flanc Sud-Ouest, une continuité de la coulée verte à aménager en prolongement de la Cascade des Etangs. Proche de ce secteur, une extension de la zone hôtelière et de restauration est également à l’étude (parcelle AUéco sur le plan). Enfin, cette décennie sera marquée par la construction de la nouvelle mairie, remplaçant l’actuelle, certes historique mais très petite mairie, située au 1 Place Isabelle de Vy. Une évolution que Roissy Mail ne loupera pas de suivre dans le futur.

Intrigué par la présence récurrente du nom « Vy », mes recherches m’ont conduit sur Wikipédia afin d’éclairer ma lanterne et celles des lecteurs. D’après les informations présentes sur le célèbre site internet, au XVIIIe siècle, époque où ni la graphie, ni la forme définitive du toponyme ne sont fixés, on compte huit versions successives : Saint-Vize (1702), Saint-Vy (1704), Saint-Vy-sous-Montmélian (1705), Saint-Vic-sous-Montmélian (1708), Saint-Vilz-sous-Montmélian (1738), Saint-Vitz-sous-Montmélian (1739), Saint-Witz-sous-Montmélian (à partir de 1765), et enfin Saint-Witz (sans qualificatif) dès 1788. Ainsi Vy possède le même anthroponyme que Guy en français, issu du germanique Wido, le nom de Guy ayant effectivement été latinisé en Vitus. En tout cas, ce saint semble être le même que Saint Guy, patron de la première église paroissiale de Saint-Witz fondée en 757, autour d’un lieu de culte prenant le vocable du martyr. WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire