La CSAE continue sa transition énergétique malgré la crise de l’aérien

L’écologie est, et sera, l’un des thèmes majeurs de ce XXIe siècle. Longtemps pointé du doigt pour ses émissions de CO2, le secteur de l’aérien progresse d’année en année dans sa transition énergétique. Les constructeurs aéronautiques étudient le futur du vol propre, comme avec les réacteurs à hydrogène qui ont été présentés au cours de 2020. Mais le secteur de l’aérien ne regroupe pas que les avions en ce qui concerne les émissions de CO2, bien que ces derniers occupent la part la plus importante d’émissions (17% pour les avions en parking APU et 64% pour les avions en roulage). Les engins de services, se trouvant sur le tarmac des aéroports, aussi nommés les assistants en escale, représentent, quant à eux, 6% des émissions de CO2. Dans cette démarche, la Chambre Syndicale de l’Assistance en Escale (CSAE) continue sa transition écologique, en remplaçant progressivement le parc de véhicules. Le 26 janvier 2021, la CSAE, en partenariat avec la Fédération Nationale de l’Aviation Marchande (FNAM), a publié un communiqué de presse relatant une publication des chiffres-clé environnement 2020.

Que faut-il retenir de ce communiqué de presse ? Dans un premier temps, la CSAE évoque une baisse d’activités de plus 70% dans le secteur de l’aérien, depuis de la crise sanitaire liée au COVID-19. Bien que le secteur continue de bénéficier des dispositifs d’activité partielle et des Prêts Garantis par l’État, qualifiés d’aides vitales pour le secteur, les conséquences se font déjà sentir avec plus de 7 000 postes supprimés en 2020, sur les 40 000 emplois localisés dans les territoires aéroportuaires que représentaient l’assistance en escale en 2019. Et les perspectives ne sont pas très réjouissantes pour les prochaines années, dans l’état de la situation économique actuelle.

« Malgré ce contexte économique défavorable, les assistants en escale réduisent continuellement leur consommation de carburant, diminuant ainsi les émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques locaux, grâce au renouvellement continu de leur flotte d’engins de piste aéroportuaires thermiques au profit de motorisations plus propres (électriques, hybrides ou gaz) », souligne la CSAE dans son communiqué. La CSAE met également en lumière ses efforts, en publiant les chiffres-clé 2020 en ce qui concerne l’environnement, comptabilisés sur 13 aéroports du territoire français. Sur un total de 3 214 engins de tarmac non-immatriculés, 37% des engins sont dits propres, utilisant des motorisations électriques, hybrides ou à gaz.

Autre détail très intéressant du rapport, une liste des engins d’assistance avec leur fonction, qui ne manquera pas de parfaire vos connaissances en aéronautique. « Acteurs souvent méconnus de la chaine de valeur du transport aérien, les assistants en escale sont pourtant à la croisée des activités aéroportuaires, faisant le lien entre les compagnies aériennes et les exploitants d’aéroports. C’est dans cette logique de collaboration accrue entre les partenaires, combiné à des mécanismes de soutien à la conversion de leur flotte dans ce contexte de crise, que des gains substantiels de réduction d’émissions pourront être obtenus, permettant ainsi la reprise durable du secteur aérien », conclut la CSAE. WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire