6 448 contrats de travail menacés dans le Groupe Aéroports de Paris

L’annonce est tombée le 21 janvier 2021, lors de l’inscription à l’ordre du jour du Comité Social et Économique de la direction d’ADP, présidé par Augustin de Romanet, PDG du Groupe Aéroports de Paris. Cet ordre du jour évoque l’ouverture d’une négociation relative à un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). Concernant en grande partie les effectifs de l’aéroport d’Orly, 6 448 salariés pourraient être menacés de modifications de leur contrat de travail, voire pour certains licenciés, dans les prochains mois. « Dès lors et compte tenu de la configuration du projet, le présent dispositif pourrait impliquer le licenciement de ceux des salariés qui seraient concernés par une modification de leur contrat de travail et qui la refuseraient, soit potentiellement 6 448 salariés », avertit ADP, gérant des aéroports de Roissy Charles de Gaulle, Orly et Le Bourget. Une décision en corrélation avec la crise de l’aérien qui sévit actuellement dans le monde entier, avec une chute drastique du trafic d’environ -70% comparé au début de la pandémie de COVID-19.

Une annonce amplement dénoncée par le syndicat CFE-CGC, qui interpelle l’Etat avec cette question : « Comment l’Etat, actionnaire majoritaire d’Aéroports de Paris, peut-il laisser son PDG envisager 6 448 licenciements ? ». Dans son communiqué du 28 janvier 2021, le syndicat dénonce également une gestion inhumaine et inacceptable, qui s’inscrit, selon eux, dans l’objectif de privatisation de l’entreprise, mettant en difficulté de nombreux salariés. Augustin de Romanet, de son côté, défend le dispositif et déclare que cela représente un plan d’adaptation du contrat de travail innovant. Mais la CFE-CGC ne l’entend pas de cette oreille, évoquant que ce nouveau plan a surtout pour but de précariser ledit contrat et donc les salariés d’ADP, un mois après les précédentes négociations et la validation des accords.

Pour rappeler les faits, le 9 décembre 2020, à la suite de longues négociations avec les principaux syndicats représentatifs (CFE-CGC, UNSA et CGT), le Groupe ADP a pu obtenir les signatures validant un accord de rupture conventuelle collective, impliquant un nombre maximal de 1 150 emplois soumis au départ volontaire, dont 700 postes non-remplacés. Qualifié d’un accord visant à sauvegarder durablement l’entreprise, le Groupe Aéroports de Paris avait déclaré à ce moment : « La direction s’engage à ce qu’aucun départ contraint pour motif économique, n’ait lieu jusqu’au 1er janvier 2022 ». Les syndicats, quant à eux, s’étaient félicités du retour de la direction d’ADP à la table des négociations, après les désaccords du 5 novembre 2020, ayant entraîné la non-signature de la majorité des organisations syndicales. Ce plan au départ volontaire représente un ensemble de trois accords : rupture conventionnelle collective (RCC), accord de performance collective (APC) et activité partielle de longue durée (APLD). WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire