La Métropole du Grand Paris s’engage pour une logistique métropolitaine

 Patrick Ollier

Ce mardi 9 février 2021, via une conférence en webinaire ayant rassemblé plus de 300 personnes sur l’application Teams, s’est déroulé le Comité des partenaires du Pacte pour une logistique métropolitaine. Animé par Jérôme Libeskind, Fondateur de Logicités, la conférence, bien qu’ayant rencontré plusieurs problèmes techniques, a pu présenter les projets et la vision de parcs logistiques plus harmonieux tout en étant proches des centres-villes, mais également d’accompagner les communes et les citoyens au zéro carbone par l’aménagement de bornes de rechargement électrique, ainsi que par l’accompagnement des entreprises et des commerces du Grand Paris dans cette transition écologique et numérique. La conférence s’est tenue en présence de Patrick Ollier, Président de la Métropole du Grand Paris, Jean-Michel Genestier, Maire du Raincy et Conseiller délégué à la logistique métropolitaine, Geoffroy Boulard, Maire du 17ème arrondissement de Paris et Vice-Président délégué à la communication et à l’innovation numérique, Etienne Lengereau, Maire de Montrouge et Conseiller délégué en charge du suivi de l’installation des bornes de recharge, et David Belliard, Maire adjoint à la Ville de Paris, chargé de la transformation de l’espace public, des transports, des mobilités, du code de la rue et de la voirie et Conseiller métropolitain. La conférence a été également un bon moyen de laisser la parole à divers partenaires participant à ce pacte comme les entreprises Sogaris, La Poste, Haropa, Voies Navigables de France (VNF) et aussi la Chambre de commerce et de l’industrie Paris – Île-de-France. « Nous sommes heureux de pouvoir proposer cette conférence. Nous reprenons notre souffle après que plusieurs évènements nous ont fortement ralenti dans notre démarche. En effet, depuis décembre 2019, nous avons eu les maires qui étaient mobilisés sur les élections municipales et au printemps 2020, l’arrivée de la pandémie. C’est avec satisfaction, que malgré le COVID, nous puissions reprendre nos objectifs », déclare Patrick Ollier, dans son discours d’accueil. « Le Pacte est prêt ! Il possède des mesures concrètes pour les villes, tout en prenant en compte les enjeux de la logistique par l’implantation d’idées innovantes et écologiques. Ce Pacte a pour mission d’harmoniser et d’intégrer les entrepôts de logistique à proximité des centres-villes, de contribuer au développement des alternatives en matière de logistique comme avec le transport de marchandises fluvial, aussi appelé Axe Seine, et de déployer la mutualisation entre les communes et les entreprises afin d’optimiser les transports pour le dernier kilomètre, c’est-à-dire de l’entrepôt aux commerçants / consommateurs. Sans oublier la création de 5 000 bornes pour les véhicules électriques », ajoute-t-il. Dans les actions qui permettront d’apporter des solutions, Jean-Michel Genestier émet quelques propositions : « Nous devons fédérer l’écosystème des centres-villes. Trouver des solutions pour les entreprises, allant de la logistique à l’entrepôt jusqu’au magasin ou chez le particulier. Et avec les circonstances actuelles du COVID-19, nous voyons bien qu’une multiplication des livraisons a été constatée. Nous sommes conscients des changements et de la demande des habitants en milieu urbain pour plus d’écologie, comme avec l’augmentation des quartiers réservés aux piétons. Nous devons faire évoluer la logistique vertueuse. Notons également dans cette chasse au carbone, en ce qui concerne Paris intramuros, l’interdiction des camions de gros gabarits, point dur de production de carbone, et basculer vers un système de transfert modal, ainsi que développer le transport ferroviaire et fluvial à plus grande échelle ». Autre action écologique afin de décarboner la capitale et le territoire du Grand Paris, le projet Métropolis, qui est déjà en cours d’application par l’implantation de 5 000 bornes, dont 250 bornes charge rapide, afin de recharger les véhicules électriques. Pour le moment, 600 bornes sont actuellement en service et 120 sont en train d’être installées, réparties sur 26 communes. « Il y a une forte volonté de vouloir décarboner et les vente de véhicules propres sont en augmentation. La métropole est légitime pour réaliser ce projet, car c’est une zone dense, mais également car c’est la métropole des maires. Les choses avancent, rappelons l’interdiction des véhicules vieux et polluants (CRIT 4 et CRIT 5) à l’intérieur de la capitale. L’enjeux est d’embarquer tout le monde, accompagner l’ensemble des acteurs. Il n’y a pas d’écologie punitive », dit Etienne Lengereau. Au sujet du prix de la recharge, le projet Métropolis table sur un coût de 6€/100km, avec une grille tarifaire en fonction de la charge. Pour voir l’intégralité de la table ronde, cliquez sur le lien ici. WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire