Les acteurs du voyage d’affaires restent optimistes pour une reprise en 2021

En ces temps où la pandémie de COVID-19 et de ses variants sont toujours d’actualités, les frontières de la France et de nombreux pays ont été fermées afin de limiter les déplacements des voyageurs, potentiellement vecteurs d’importation du virus. Une situation qui impacte grandement le secteur de l’aérien, après une année 2020 ayant entraîné une chute d’activités avoisinant 70% comparé à l’année précédente. L’année 2021, quant à elle, ne s’annonce également pas brillante au premier regard. Dans cette situation peu encourageante qui laisse un grand nombre de personnes dans le flou, la question est : « en 2021, la reprise du voyage d’affaire s’éloigne-t-elle ? »

Pour y répondre, l’Association Française du Travel Management (AFTM), première association en France à représenter les responsables des déplacements professionnels, présidée par Michel Dieleman, a organisé un webinaire en compagnie des acteurs du secteur. Dans les intervenants qui étaient présents, il y avait Valérie Sasset, Managing Director pour BCD Travel et Vice-présidente d’EMEA, Soline de Montremy, SVP Global sales and commercial Partnership pour Air France KLM, François Laurain, Group International Key Account Sales Director pour Europcar Mobility Group, et Cédric de Martimprey, Directeur Commercial chez Notilus. Saskia Chevallier, Global Travel Manager pour SBM Offshore, était prévue comme intervenante mais des soucis techniques ont eu raison de sa présence. Le webinaire était animé par François-Xavier Izenic, journaliste et conférencier.

Tous ces acteurs gravitant autour de l’aérien, ayant pris part à la visio-conférence, s’accordent sur deux points, le tourisme d’affaires pourrait reprendre à partir de septembre 2021 et, que ce soit pour le business ou pour les loisirs, la vaccination devrait être un accélérateur pour une reprise des activités. Les prévisions pour le 1er trimestre sont estimées à 10% en ce qui concerne l’activités, comparé à l’année référence 2019, mais elles annoncent aussi une hausse à environ 50% pour le 3ème trimestre. « Le domestique se maintient. Les vols en France et en Europe ont été relativement stables en 2020. Mais depuis les annonces de Jean Castex en janvier 2021, l’Europe n’est plus accessible avec la fermeture des frontières », dit Valérie Sasset.

« Beaucoup de clients corporate sont revenus vers nous, en disant qu’ils pensent que certains déplacements de salariés étaient inutiles, avant la pandémie. Une réunion de deux heures à l’autre bout du monde peut largement être compensée par une réunion en visio-conférence. Ceci représente également une importante économie pour les entreprises », ajoute-t-elle.

Pour le Groupe Air France KLM, qui arrive à tirer son épingle du jeu pendant la crise de l’aérien, la situation aurait pu être plus désastreuse. En effet, malgré une perte sèche de 10 millions d’euros par jour, le Groupe a profité d’un maintien des vols domestiques pour la France et l’Europe durant la période entre les deux confinements de 2020. Pour le cargo, Air France KLM a connu une hausse d’activités, devenant le secteur d’activités principal. Actuellement, nous constatons un arrêt des voyages d’affaires. Dans notre scénario de reprise, les voyages liés aux loisirs repartiront à la hausse plus vite que le corporate. Le Groupe reste, cependant, optimiste pour une reprise des voyages d’affaires, avec une augmentation des vols pour juin 2021 », annonce Solinne de Montremy.

Autre service satellite fortement impacté, les locations de voitures qui ont chuté de -45%. « Le business travel souffre. Europcar constate une mutation très significative des clients, vers les véhicules utilitaires comme les véhicules de fonction. Pour les prévisions de reprise les plus optimistes, un retour à 80% du chiffre d’affaires 2019, avec des réservations plus longues, mais pas avant 2 à 3 ans. C’est très difficile de prévoir, néanmoins il y aura un changement de paradigme », déclare François Laurain.

Tous sont unanimes. Le vaccin et les certificats demandés avant l’embarquement sont une bonne chose pour une reprise significative. Concernant le passeport vaccinal, les acteurs du secteur de l’aérien sont un peu plus mitigés, attendant des décisions gouvernementales à l’échelle de la planète afin d’uniformiser les règles de sécurité et de traçabilité, strictes pour lutter contre les fraudes, entre tous les pays. Mais avec l’augmentation des cas de contaminations aux différents variants sur le territoire français, rendant certains vaccins inefficaces, le bout du tunnel pourrait encore être loin.

Fait d’actualités, la suppression du projet du Terminal 4, décidée par le Gouvernement dans un communiqué publié dans la matinée du 11 février 2020, le même jour que la diffusion du webinaire. « Ce projet n’est plus en adéquation avec les enjeux environnementaux, ni avec un trafic aérien ébranlé par la crise sanitaire », selon Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique. Lors de la visio-conférence, Solinne de Montremy a apporté un commentaire sur le sujet : « Je pense que la suppression du projet de T4, est une décision raisonnable ». Si vous voulez voir l’intégralité du webinaire, cliquez ici. WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire