Bitcoin : l’or numérique à la conquête du monde depuis 12 ans

Maintes fois relayée dans les médias lors de la dernière décennie, le Bitcoin, cryptomonnaie décentralisée, a réussi à se faire une place dans le cœur des amoureux de technologie, mais également dans le secteur de la finance. Ce mardi 15 février 2021, le Bitcoin, appelé aussi BTC (symbole monétaire ₿), a atteint un record historique de son cours avec une valeur dépassant les 50 000 $ pour 1 Bitcoin. Cependant, comme souvent lors de fortes augmentations de la valeur, le BTC a corrigé à la baisse en quelques heures, valant 48 702 $ à la mi-journée. Un détail pour ceux qui le voient entre 100 000 $ à 1 000 000 $ dans les prochaines années, comme le prévoient certains analystes financiers.

Le Bitcoin a été créé en janvier 2009 par Satoshi Nakamoto, pseudonyme regroupant peut-être un groupe d’informaticiens et de cryptographes, la valeur de ce dernier oscillait, à cette époque, entre 0,003 et 0,004 $. Se voulant à l’opposé du système monétaire classique, qui voit les monnaies dévaluées à chaque « planche à billets », le Bitcoin est limité à 21 000 000 d’unités et ne répond qu’à l’offre et la demande, se rapprochant d’un actif comme l’or. Attirant toujours plus d’utilisateurs d’année en année, la première transaction en BTC a eu lieu le 22 mai 2010 en Floride, pour l’achat de deux pizzas de grandes tailles d’un montant de 10 000 ₿ (40 $). Réputé sécurisé et anonyme, rapidement à ses débuts, le Bitcoin est devenu la monnaie numéro 1 du dark web. Puis en 2012, outre-Atlantique, une acceptation du BTC s’opère à plus grande échelle, tels les paiements dans des boutiques et des restaurants, sans oublier son entrée sur les marchés financiers.

Actuellement, les utilisateurs du Bitcoin représentent deux groupes distincts, les « holders », qui investissent en attendant une future plus-value à l’instar d’un placement financier et qui ne s’occupent pas des fluctuations du marché, et les « traders », qui achètent ou revendent au gré des mouvements haussiers ou baissiers. Dans tous les deux cas, ces utilisateurs sont davantage enclins à effectuer des achats avec leurs BTC. Paypal, Tesla, VISA, Master Card, pour ne citer qu’eux, proposent, ou proposeront dans les mois à venir, des transactions en Bitcoin, démocratisant l’utilisation de la cryptomonnaie.

Pour exemple, si je pouvais payer ma boulangère en BTC, cela se passerait comme ceci : 1,10 € pour une tradition, représentant au cours actuel 0,000027 ₿, équivalent à 2 700 Satoshis, unité la plus basse du Bitcoin (0,00000001 ₿ = 1 Satoshi, appellation donnée en honneur du créateur de la monnaie numérique). Je paie en carte ou via une application sur téléphone en scannant le Datamatrix que me présente la commerçante. Et voilà, la transaction est faîte. Fiable, sécurisé et universel, car étant une valeur monétaire mondiale.

Malgré l’enthousiasme que l’on peut porter au Bitcoin et aux 6 300 autres cryptomonnaies (Etherum, Litecoin et Dogecoin pour les plus connues), il ne faut pas oublier que ce marché est très volatile et les performances passées ne reflètent pas les performances futures. Cet article ne représente en rien un conseil d’investissement, en se rappelant qu’on peut gagner gros mais également perdre. Après ce petit avertissement qui ne manquerait pas d’être salué par l’AMF, les personnes désirant se procurer du Bitcoin pourront toujours se rendre sur les plateformes d’achats sécurisées et faciles d’utilisation, Coinbase ou Kraken.

Enfin, cette monnaie digitale a apporté son lot d’innovation avec elle, avec pour exemple la blockchain, permettant de sécuriser et d’authentifier les blocs de transactions par l’utilisation de la cryptographie. Au-delà du Bitcoin et des cryptomonnaies, la blockchain est une révolution qui trouve de plus en plus d’application au sein des entreprises, comme pour l’authentification et le stockage de documents dans un livre numérique infalsifiable, sans recourir à un intermédiaire de contrôle. Nous n’avons décidément pas fini d’entendre parler de cette technologie et du roi Bitcoin. WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire