L’avenir du secteur de l’aérien s’obscurcit pour les mois à venir

Les premiers chiffres de l’année 2021 provenant du secteur aérien, sur les mois de janvier et février, viennent d’être publiés et ils ne sont pas encourageants, malgré l’optimisme que portent les acteurs du secteur vers une reprise d’activités au cours de l’année. Comme l’annonce nos confrères d’Air Journal dans leur article du 26 février 2021, le mois de janvier a enregistré une perte de trafic aérien de -74,9%, avec 3 millions de passagers contre 11,9 millions comparé à la même période en 2019, qui reste l’année de référence, selon les chiffres de Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC). Cependant, bien que les vols internationaux représentent la majeure partie de cette baisse, une lueur d’espoir vers une reprise subsiste grâce aux vols domestiques qui se maintiennent au fil des semaines. Au cours du mois de janvier 2021, les vols en France métropolitaine représentent 38,5% de l’activité, chiffres relativement stables par rapport à ceux de décembre 2020. Sur les liaisons reliant la Métropole aux DOM-TOM, cette dernière s’établit à 82,2%, toujours comparé à la période de référence. Les vols internationaux, quant à eux, ne représentent que 18,6% de l’activité globale.

Dans ces 18,6% du trafic international au départ de la France, l’Afrique remporte la palme des destinations les plus prisées avec 36,1%, devant l’Amérique avec 19,5%, l’Europe (hors Union Européenne) avec 15,9%, l’Union Européenne avec 15,1% et l’Asie-Pacifique avec 13,4%, comme le souligne Air Journal.

Outre les compagnies aériennes, cette situation et le manque de visibilité pour les mois à venir impactent grandement tous les acteurs privés du secteur de l’aérien. Sur les 94.000 emplois directs de l’aéroport Charles de Gaulle recensés en 2019, 20 000 à 30 000 emplois pourrait être supprimés d’ici 2022, d’après Marc Deman, Directeur adjoint au sein de Paris CDG Alliance. « Des suppressions de postes auxquelles il faudrait ajouter 10 à 30.000 intérimaires », selon les syndicats qui crient « au génocide sur l’emploi ». Une catastrophe sociale qui comprend le PSE initié par le Groupe Aéroport de Paris, comme nous l’avions traité dans un précédent article sur Roissy Mail, disponible ici.

Du côté des compagnies aériennes européennes, ce n’est guère mieux. Pour le mois de février 2021, les chiffres restent inquiétants avec une baisse du trafic totale de -72%, comparé à 2019, selon la dernière publication d’Eurocontrol. En cette période de pandémie, Air France reste l’une des compagnies les plus actives avec 359 vols par jour (-65% d’activités), derrière Turkish Airlines qui opère 603 vols par jours (-52% d’activités). En troisième position, la compagnie néerlandaise KLM enregistre 241 vols journaliers (-63% d’activités). Les grands perdants de cette crise sanitaire sont les allemands de la Lufthansa qui ont subi une perte d’activités de -86%, effectuant 213 vols par jours, suivi de la compagnie scandinave SAS avec -83% d’activités pour 142 vols journaliers. La compagnie aérienne la plus impactée est British Airways, qui paie le prix des mesures sanitaires drastiques décidées par le gouvernement anglais, n’effectue que 102 vols par jours, enregistrant une sévère baisse d’activités de -89%. WM

 

Partagez cet article

Laisser un commentaire