Que valent vraiment les bières « made in Val d’Oise » de la Brasserie d’Orville (Louvres) ?

Depuis plusieurs années, une vague de nouvelles brasseries ont vu le jour sur tout le territoire. Une vague surfée par des entrepreneurs plus ou moins passionnés par l’univers des boissons à base de malt. Un effet de mode qui a contribué, à son niveau, au changement des habitudes en matière de consommation et d’économie en France, avec une priorité d’achat envers les produits locaux et artisanaux. Certes, pourquoi pas acheter local, mais pas au détriment de la qualité. C’est ce défi que deux frères lupariens ont voulu relever avec la Brasserie d’Orville. L’histoire commence au printemps 2019, lorsque Julien et Thibault Baron décident de commercialiser une gamme de bières issue de la ferme familiale, située à Louvres en bas de la rue de Paris. L’orge, matière première pour la confection de la bière, est cultivée sur des champs à proximité de Louvres et de Saint-Witz. Le crédo des deux frères : « de la terre à la bouteille », en utilisant un circuit court de production.

Étonnamment, depuis sa création, la Brasserie d’Orville et ses bières ont été rapidement récompensées par de nombreux prix, comme la médaille d’or 2019 décernée par le Concours Général Agricole ou encore, la médaille d’or 2019 attribuée par le Trophée International de Frankfurt, pour ne citer qu’elles. Un enthousiasme ayant également conquis les professionnels du secteur, en jugeant des critiques sur le net. La Brasserie d’Orville c’est aussi une salle de dégustation et des soirées à thème organisées les samedis (soirée musicale, burger party, lancement de bière).

En plein troisième confinement, n’ayant pas l’opportunité de pouvoir profiter de ces soirées champêtres et festives, je me suis rabattu sur une dégustation à domicile afin de me forger une idée et, ainsi, la partager aux lectrices et lecteurs de Roissy Mail. Côté de l’habillage des bouteilles de 33cl, chacune arbore un dessin unique accompagné de son nom. Un design branché hipster, sortant des modèles classiques parfois trop aseptisés. On ressent que la Brasserie d’Orville cherche à se démarquer visuellement parlant, se voulant différent de la « bière de papa ». Du cool et de la fraîcheur, mais est-ce le cas en bouche ? Eh bien, oui ! J’ai agréablement été surpris par les bières blanches et les blondes, nommées Good Vibes, Serial Lager, Saison, ou encore White Nova qui est ma préférée, avec son astronaute sur l’étiquette (c’était peut-être un signe). Quant à la Black Betty, une bière noire brassée avec de la noix de coco et du lactose, je ne l’ai pas trop apprécié. Certainement trop puissante en goût avec ces deux ingrédients et ses 10% d’alcool, loin de mes attentes en matière de bière. Cependant, cette dégustation est une bonne surprise dans l’ensemble.

En ce qui concerne la Brasserie d’Orville, je n’y trouve qu’un seul point négatif. C’est difficile de les avoir au téléphone. Mais outre ce fait et les conditions sanitaires empêchant de découvrir la boutique, de mon avis purement objectif, j’en conclus que ce n’est pas une histoire de mode ou de marketing. Il y a une passion et de la qualité derrière le produit. Pour vous faire votre propre avis, l’intégralité des bières de la Brasserie d’Orville sont disponibles sur la boutique en ligne, accessible ici. Mais, vous pouvez également les retrouver au magasin Gamm Vert de Louvres, situé le long de la RD317, ainsi qu’auprès du Magasin Fermier d’Epiais-lès-Louvres, parmi une liste de produits locaux et bios, tels que des fromages, des légumes ou des viandes rouges et blanches. WM

Partagez cet article

1 réflexion au sujet de “Que valent vraiment les bières « made in Val d’Oise » de la Brasserie d’Orville (Louvres) ?”

Laisser un commentaire