Le Groupe ADP dévoile sa stratégie pour des aéroports zéro carbone

Brice Lalonde et Amélie Lummaux

Au cours d’un webinaire atelier-débat diffusé en direct le mardi 15 juin 2021, Aéroports de Paris (ADP) a dévoilé sa stratégie en ce qui concerne des aéroports zéro carbone, en pleine transition énergétique du secteur aérien. Ce webinaire était présenté et animé par Brice Lalonde, Président de l’association Équilibre des Énergies, avec en intervenante Amélie Lummaux, Directrice du développement durable et des affaires publiques du Groupe ADP. Lors de ce webinaire qui a duré pendant 1h30, Amélie Lummaux a expliqué la stratégie zéro carbone du Groupe ADP, abordant les différents aspects liés à la décarbonisation des aéroports (bâtiments, énergie, législatif européen…).

« La décarbonisation du secteur aérien est un sujet qui tient à cœur au Groupe ADP. Ce dernier s’engage à composer et à travailler avec tous les acteurs du secteur, afin de réduire et ensuite effacer l’impact direct, mais également indirect, des émissions de carbone au sein des aéroports, avec un objectif de neutralité carbone fixé à l’horizon de 2050. Cet objectif de neutralité carbone est une priorité absolue pour ADP », déclare Amélie Lummaux.

Pour atteindre ces objectifs, la trajectoire de décarbonisation des aéroports repose sur 4 leviers principaux : le renouvellement des flottes avec des avions récents plus légers et plus performants. Réaliser des progrès en matière d’optimisation des vols à l’approche et au décollage, ainsi que pendant le roulage au sol. Le développement d’une filière du carburant de l’aéronautique durable. Et enfin, la transition vers des avions neutres en carbone, utilisant l’électrique, le biocarburant ou l’hydrogène. Concernant les infrastructures de l’aéroport Charles de Gaulle, en plus d’améliorer les performances énergétiques des bâtiments, une centrale géothermique verra bientôt le jour sur la plateforme aéroportuaire, en addition de l’actuelle centrale à gaz. L’aéroport d’Orly bénéficie déjà d’une centrale géothermique, ainsi qu’une centrale biomasse utilisant l’incinérateur de Rungis. Les aéroports gérés par le Groupe ADP, au nombre de 23, sont producteurs d’énergie, en produisant la chaleur et le froid sur leurs plateformes.

Autre point important de cette stratégie de zéro carbone, comme évoqué dans un précédent article de Roissy Mail disponible en cliquant ici, l’accélération du remplacement de tous les véhicules de service au sol. A ce jour, une grande partie des avions en parking APU à CDG et à Orly reçoivent de l’énergie verte. Le Groupe Aéroports de Paris se donne 10 ans pour remplacer l’intégralité du parc véhicules (push back, véhicules bagages et catering…).

« C’est un programme très ambitieux. Il ne peut que réussir qu’avec une bonne alliance entre le secteur privé et le secteur publique. Mais il ne pourra qu’également réussir qu’avec une standardisation et c’est dans ce sens que nous attendons une force de proposition de l’Europe avec le Green Deal. Il n’y a pas une option unique, de ce fait, il nous faut aussi renforcer l’offre avion-train. Sans oublier, un encouragement à privilégier les taxis hybrides et électriques, dans les années à venir. ADP est un acteur aux côtés de ses partenaires et c’est de sa responsabilité de collaborer avec eux vers ce futur monde aéroportuaire zéro carbone », ajoute Amélie Lummaux.  WM

Partagez cet article

Laisser un commentaire