Europacity : vers un procès contre l’Etat ? Possible, je pense

Depuis la funeste annonce, par le président Macron, d’abandonner Europacity (3 milliards d’investissement privés, 10 000 emplois…) , les réactions ont été massives. Toute la presse, même régionale, en a parlé. Lors d’un conseil municipal, le maire de Gonesse, Jean-Pierre Blazy,  a fait adopter une délibération demandant au président de la République de revenir sur sa “décision brutale”, en lui rappelant que le projet, vieux de 10 ans, a toujours été soutenu par l’État (revoir ici notamment).

Malgré des déclarations d’intention, rien n’est prévu par l’État pour l’aménagement du Triangle de Gonesse. Pire (et mort de rire), l’Etat a chargé le préfet en retraite Francis Rol-Tanguy de trouver des solutions. Il est bien gentil ce monsieur, que j’avais eu l’occasion de connaitre voici des années. Le problème, c’est qu’on lui donne toujours des missions impossibles, comme la “fermeture” de la centrale nucléaire de Fessenheim, ou, pour remonter plus loin, une réforme pour “développer” le fret ferroviaire, qui fut un flop, je m’en souviens bien.

Bien sûr, et j’en fait le pari, il ne trouvera rien pour le triangle de Gonesse. Et la gare de Gonesse de la ligne 17 risque fort d’être annulée.

Mais le problème est bien cette décision d’E. Macron, prise en fonction de l’écologisme ambiant. Alliage et Territoires, la société chargée de préparer Europacity travaille, j’en témoigne, travaille beaucoup depuis plus de  10 ans sur le projet et a dépensé beaucoup, beaucoup d’argent. Les collectivités concernées (ville de Gonesse et l’ensemble de la CA Roissy Pays de France) ont passé un temps fou en études, réunions etc. Tout cela a un coup, sans parler du manque à gagner fiscal prévisible.Sans parler du coût social… Tout le monde est écœuré.

Il serait juste, je pense, de présenter la facture à l’Etat. Et s’il ne payait pas, d’intenter un procès contre lui. Les arguments ne manqueraient pas.

En attendant, une pétition a été lancée par la ville de Gonesse et la Communauté d’agglo. Je n’aime pas les pétitions, mais je l’ai signée… EV

cliquez pour voir la pétition

Partagez cet article

Frédéric Navas se déclare candidat aux municipales 2020 à Louvres.

Frédéric Navas au milieu, bien entouré par Guy Messager (ancien maire) et Jean-Marie Fossier (maire sortant)

Ce vendredi 22 novembre 2019, lors d’un café-presse au bistrot « Le Margeride », Frédéric Navas, Maire-Adjoint aux Travaux et à l’Urbanisme depuis 2014, porte sa candidature aux élections municipales du printemps 2020, sous le slogan « Parce que j’aime Louvres ». En tant que tête de la liste d’Union Républicaine pour la Défense des Intérêts Communaux, Frédéric Navas veut s’inscrire dans l’héritage et la continuité des décisions politiques ayant façonné la ville de Louvres, depuis les dernières décennies.

Selon lui : « Louvres possède un fort potentiel d’attractivité, où il fait bon vivre. L’éducation, les sports et la culture y ont une place très importante dans notre ville, mais aussi pour de nombreuses autres villes et villages environnants. Le développement de Louvres ne doit pas se faire au détriment d’une baisse de la qualité de vie. Et c’est pour cela, qu’avant toute chose, la liste d’Union Républicaine pour la Défense des Intérêts Communaux s’inscrit au-delà d’une étiquette politique. Nous voulons rassembler un maximum de gens autour d’un projet d’intérêt commun. »

Jean-Marie Fossier, actuel Maire sortant, et Guy Messager, Maire honoraire, rejoignent la liste du candidat Navas. Les deux hommes défendent le bilan positif de ce dernier mandat. Pour Jean-Marie Fossier : « L’éco-quartier et les aménagements urbains effectués sont des réussites, selon moi. Nous misons sur un développement durable et une offre culturelle, permettant à Louvres d’être un pôle d’attractivité sur le long terme. »

La liste définitive sera officiellement présentée courant mi-février, avec le bilan de l’ancien mandat. En attendant, Frédéric Navas et son équipe lancent un appel à tous les citoyens de Louvres, afin de les rejoindre dans l’aventure des municipales 2020. « Notre liste n’est pas encore complète. J’en appelle à ceux qui aiment Louvres, à nous rejoindre au plus vite. Ensemble, nous continuerons à être une référence dans le futur, sans renier le passé historique de notre ville. » WM


Partagez cet article

Le Thillay : Fabio Lunazzi et sa liste donnent le top départ des municipales 2020.

C’est autour d’un buffet convivial dans la salle du Mille-clubs, jeudi 21 novembre 2019, que Fabio Lunazzi, actuel maire-adjoint chargé des Travaux et de l’Urbanisme de la ville de Le Thillay (95), a officialisé sa candidature aux prochaines élections municipales, présentant également les colistiers.

Durant un discours solennel d’une dizaine de minutes, devant une quarantaine de personnes, Fabio Lunazzi déclare : « C’est un petit groupe qui s’est agrandi pendant ces derniers mois. Ce jour marque le début de notre campagne électorale. Nous représentons la continuité de ce qui a déjà été entrepris, misant avant tout sur un développement en équilibre avec la qualité de vie. Le maintien de l’équilibre budgétaire et des finances saines sont aussi un axe majeur de notre campagne. »

Georges Delhalt, maire sortant et ne se représentant pas aux prochaines élections, était présent lors cette cérémonie, apportant son total soutien à Fabio Lunazzi et sa liste. Avant de souligner : « N’oubliez pas, la victoire n’est jamais acquise. C’est une longue course d’endurance. Je vous souhaite bonne chance ! »

Après le discours, sous les applaudissements, Fabio Lunazzi finit par nous présenter le logo de la liste et son slogan : « Ensemble, aimons Le Thillay ». WM

Partagez cet article

David Gallienne a clos la Zone d’activité du Moulin

document agence Franc

Elle avait été créée en 2001. La zone d’activité du Moulin, aménagée par Grand Paris Aménagement, à Roissy-en-France est désormais terminée, avec la construction d’un dernier bâtiment (en fait 3 bâtiments d’une surface totale de 13 730 m2 sur un terrain de 26 190), développé par le (dynamique et sympathique) promoteur David Gallienne (Foncière du Huit, revoir ici). L’ensemble du bâtiment est déjà vendu  (à Segro et à C2C) et sera livré en avril prochain. C’est l’agence Franc qui est l’architecte.

Un succès donc pour David, qui n’en a pas fini car parmi ses projets à court terme figurent : le dépôt prochain d’un permis de construire pour un bâtiment d’une surface de 3.600 m² à COMPANS (livraison début 2021) l’extension de 1.500 m² d’un bâtiment situé à TREMBLAY pour le compte d’un utilisateur afin de porter la surface totale à 7.500 m² ainsi que le démarrage de la commercialisation de deux bâtiments à construire sur la commune de TREMBLAY (surface totale 7.200 m2).

Nous y étions. Voyez le compte-rendu du mystérieux (pour l’instant…) WM :

Ce mardi 19 novembre 2019, a eu lieu la pose de la première pierre du dernier ensemble immobilier de la ZAC du moulin, au 5 rue du Meunier à Roissy-en-France. Organisé par David Gallienne, Président du Groupe Foncière du huit, cet évènement s’est tenu en présence de Patrick Renaud, Président de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France, d’André Toulouse, Maire de Roissy-en-France, et de représentants de Grand Paris Aménagement.

Patrick Renaud à la truelle, avec André Toulouse. David Gallienne est à gauche

Dans son discours, David Gallienne a  remercié les personnes ayant cru en son projet, ainsi que tous les partenaires et collaborateurs depuis la création de la ZAC du Moulin. Patrick Renaud et André Toulouse se sont félicités de l’accomplissement d’un projet permettant l’emploi et un essor économique sur le territoire, surtout depuis l’annulation d’Europacity.

Cédric Collet, Président de Groupe C (C2C Cinodis) et acquéreur d’une partie du bâtiment, nous a confié qu’il avait la chance de pouvoir s’implanter dans une zone économique à fort potentiel. Son entreprise de solution réseau, à ce jour à Chambly (60), pourra profiter de la proximité de l’aéroport et également se rapprocher de ses nombreux clients au sein de la région parisienne. WM

Partagez cet article

Trésorerie de Louvres: c’est pas terrible …

Je ne voulais pas en parler ici, même si j’y ai pensé souvent. Mais là, trop c’est trop. J’ai quitté la maison d’Epiais-lès-Louvres, qui me servait de bureau et de pied-à-terre, fin juillet 2016. J’avais donc payé la taxe d’habitation pour cette année là. L’année d’après, je reçois malgré tout un avis de taxe. J’appelle, difficilement, la trésorerie et, finalement, c’est annulé. Le problème c’est que depuis, je n’arrête pas de recevoir de nouveaux avis d’imposition, avec moult relances , y compris, comme ci-dessous, des mises en demeure…

A chaque fois, et tout récemment encore, j’essaye d’appeler (des dizaines de fois en tout) la trésorerie, et ça ne répond jamais.  Pour cette mise en demeure, j’avais fini par leur envoyer un mail explicatif (jamais eu de réponse, mais la machine s’était arrêtée). Mais j’ai donc reçu, récemment, un nouvel avis (celui du haut). Eh ben c’est pas terrible, à l’heure où “tout le monde” pleure sur les fermetures des “services publics de proximité”. J’ai appris d’ailleurs que la trésorerie de Louvres risquait de fermer (ce qui donc ne serait pas une catastrophe).

Je suis, comme je l’avais rappelé dans l’article ci-dessous, un contribuable exemplaire. Et, contrairement à beaucoup, j’aime payer mes impôts (ce qui en est fait, c’est autre chose…). Mais vraiment, cette trésorerie de Louvres,, c’est pas terrible… EV

cliquez pour rigoler
Partagez cet article

Bleuet de France et hommage à Gilles Chauffour

Voici quelques jours, la famille et les amis de Gilles Chauffour, maire de Villeneuve-sous-Dammartin, (récemment décédé prématurément, revoir ici) ont organisé une cérémonie à la mairie. Il s’agissait, suite à une collecte,  de remettre un chèque au Bleuet de France. C’est que Gilles Chauffour, que j’ai bien aimé, soutenait ce mouvement qui existe toujours et avait été créé après la 1ere guerre mondiale pour venir en aide aux victimes de cette (c’est moi qui le dit) affreuse guerre civile européenne.  Occasion, en ce 11 novembre, de repenser à tout ça, et à Gilles Chauffour. EV

Partagez cet article