Culture : Roissy Pays de France réitère le BIB-EXPRESS pendant le confinement

S’il y a bien un domaine qui a souffert et qui continue de souffrir de la situation sanitaire liée au COVID-19, à l’instar des commerçants et des restaurateurs, c’est bien le monde de la culture. A chaque confinement, il n’y a plus de théâtres, de concerts, de cinémas, de conférences ou d’événements culturels, ainsi que l’accès à la littérature du fait des fermetures de librairies, impactant le moral de bon nombre de personnes. En attendant une accalmie des contaminations et un retour à une vie normale, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France réitère le BIB-EXPRESS, en partenariat avec cinq médiathèques du territoire, à partir du samedi 7 novembre 2020.

Pour profiter de ce service, il faut être habitant de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France et être inscrit dans l’une des cinq médiathèques intercommunales participantes à l’opération BIB-EXPRESS, qui sont : les médiathèques Aimé Césaire et Erik Orsenna à Villiers-le-Bel, la médiathèque Elsa Triolet à Garges-lès-Gonesse, la médiathèque Anna Langfus à Sarcelles et la médiathèque à Arnouville. Remplissant ces critères, les habitants pourront emprunter des livres, des CD et des DVD, dans le respect des mesures sanitaires en vigueur.

« Afin de respecter les gestes barrières liés à la situation sanitaire actuelle, les documents de chaque médiathèque pourront être empruntés après réservation en ligne, par courriel ou par téléphone du mardi au samedi de 14h30 à 18h et retirés sur place, sur rendez-vous, le mercredi, le vendredi et le samedi de 14h30 à 18h. Les prêts sont illimités pour une durée de deux mois à compter du moment du retrait. Le port du masque est obligatoire au moment du retrait, comme dans l’ensemble des équipements de l’agglomération », déclare la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France dans son communiqué.

Afin de limiter tous les risques de contamination, les livres, CD et DVD sont soumis à période de confinement de trois jours dès leur retour, avant de retourner dans le circuit d’emprunt.

Vous pouvez procéder aux réservations de documents sur le portail http://bibliotheques.roissypaysdefrance.fr/, ainsi que par téléphone ou courriel auprès de chacune des médiathèques intercommunales suivantes : Médiathèque Aimé Césaire, 1 Place Victor Hugo, 95400 Villiers-le-Bel – Téléphone : 01.39.90.80.39 Email : bibexpress-aimecesaire@roissypaysdefrance.fr. Médiathèque Erik Orsenna, 97 Avenue Pierre Semard, 95400 Villiers-le-Bel – Téléphone : 01.39.85.82.20 Email : bibexpress-erikorsenna@roissypaysdefrance.fr. Médiathèque Elsa Triolet, 2 Rue Jean-François Chalgrin, 95140 Garges-lès-Gonesse – Téléphone : 01.39.93.82.83 Email : bibexpress-elsatriolet@roissypaysdefrance.fr. Médiathèque Anna Langfus, 37 Boulevard Henri Bergson, 95200 Sarcelles – Téléphone : 01.39.93.27.80 Email : bibexpress-annalangfus@roissypaysdefrance.fr. Médiathèque d’Arnouville, 15 Rue Robert Schuman, 95400 Arnouville – Téléphone : 01.39.85.39.96 Email : bibexpress-arnouville@roissypaydefrance.fr.

On ne peut que saluer cette initiative, permettant de garder un lien entre la culture et les habitants. Cependant, cela ne concerne que 5 des 22 médiathèques du territoire Roissy Pays de France, pour le moment. Espérons que les autres médiathèques rejoignent vite l’opération BIB-EXPRESS. WM

 

Partagez cet article

Alain Aubry, nouveau président de Roissy Développement

Alain Aubry, entouré de Pascal Doll, président de la CA et d’Agnès Coudray, directrice de Roissy Dév

Comme c’était prévu, Alain Aubry, maire (depuis 2008) du Mesnil-Amelot (77), et désormais 1er vice-président de la CA Roissy Porte de France, chargé du développement économique, est, depuis le 14 octobre le président de “Roissy Dév“, l’agence de développement économique de la CA. Je pense que c’est une bonne chose : je le connais depuis longtemps et je peux dire qu’il s’y connait.

Quelques jours plus tard, dans la salle du Conseil de la CA, il a fait (foto) une promotion en vidéo de “Roissy Dév Box, un dispositif créé pour venir en  aide aux entreprises. Une belle présentation, à voir ici. EV

Partagez cet article

Projet de développement urbain à Mitry-Mory. Vers un nouveau conflit avec Tremblay-en-France ?

Entouré d’orange, le tracé de l’extension prévué de Mitry-le-Neuf

Le conseil municipal de Mitry-Mory (77 et 20 000 habitants ) a adopté, fin septembre dernier, une délibération visant à modifier son PLU (Plan local d’urbanisme). Vous pourrez la voir en entier en cliquant ici.Modification-simplifiée-n°-1-OAP-1 

Quatre importantes opérations urbaines en tout, dont l’extension de la grande zone d’activités de Mitry-Compans  (avec cette étonnante présentation, page 15 : ” afin de préserver les espaces agricoles,  la commune envisage une extension d’environ 18 ha au nord de cette zone afin de conserver les grands équilibres de son territoire”).

Mais il y a aussi (et surtout…) l’extension du quartier de Mitry-le-Neuf (voir page 11), qui jouxte la commune voisine, Tremblay-en-France (93 et 36000 habitants) et son quartier des Cottages, très urbanisé.

Cette extension envisagée est en fait déléguée à la CA Roissy Pays de France (dont Mitry fait partie). L’opération est prévue pour 1500 logements, (3700 habitants) sur 35. 2 hectares (la ZAC fait 60.5 ha). Plus 2 groupes scolaires, 120 000 m2 d’activités économiques,dont deux pôles commerciaux au nord, jouxtant l’actuelle ZA mitryenne  de la Villette-aux-Aulnes, entres autres… Une grosse affaire…

Qui ne plait pas du TOUT à Tremblay …

Tremblay, comme il se doit, a dû donner son avis sur ce projet de sa voisine. Son conseil a rendu un avis défavorable, très détaillé, à voir ici :  (mitry mory tremblay d’Olivier Guyon,2ème adjoint au maire ).

Selon mes informations, le maire de Tremblay, François Asensi, est très remonté contre ça. Ça augure d’une bataille juridique.

Ça me fait penser, toute proportions gardées, à ce qui s’était passé en 1990/91. A cette époque, la municipalité (PCF) de Mitry avance sur cette ZA de la Villette-aux-Aulnes et finalement souhaite y  installer un grand centre commercial Auchan. Tout à côté donc du quartier des Cottages à Tremblay. Ce qui  irrite François Asensi (qui était aussi PCF à l’époque). Celui-ci nous appelle, Simon Dawidowicz, maire adjoint aux affaires économiques, artisanat et commerce et moi, alors  directeur du développement économique,  et nous demande de mener la bataille contre le projet. Et nous avons réussi !

Je ne résiste à republier cet extrait de l’article que j’avais écris en 2010, après l’hommage rendu à M. Dawidowicz, suite à sa mort :

2ème histoire: la bataille contre le projet de Centre commercial qui devait être implanté à la Villette-aux-Aulnes, initié par la ville toute voisine de Mitry-Mory. Le conseil municipal de Tremblay juge que ce n’est pas bon, pour de multiples raisons. Asensi charge alors Simon de tout faire pour mobiliser l’opinion “contre”. C’était parti, je vous la fais courte: création d’une association regroupant toutes les assoc de commerçants de la région (jusqu’à Othis!), conférences de presse, délibérations de tous les conseils municipaux “contre” et cerise sur le gâteau : un truc de ouf… Jugez: un matin Simon vient m’appelle et me dit son idée du jour. “On va faire une “soirée de gala” contre le centre commercial, à l’hôtel Hilton. J’y croyais pas!  Et ben ça c’est fait. Et, pour faire pas cher, il est allé “tapé” la CCI et le Chambre de Métiers qui ont donné 10 000 F chacune. Et en plus un “menu-magazine” dans lequel on a vendu de la pub en pagaille aux commerçants  du coin, aux grandes surfaces aussi (qui ne voyaient pas d’un bon œil le Centre, évidemment) et d’autres soutiens…

La soiré de gala fut un grand succès. J’y croyais toujours pas… Avec tout ça, Auchan a renoncé au Centre… C’était encore du “Simon”…

EV

La zone d’activité de la Villette-aux-Aulnes vue publiée sur le site de la mairie de Mitry (vue de 1996). Au premier plan, en  vert foncé, le haut du projet de ZAC de Mitry-le-Neuf (destiné aux activités économiques)

Partagez cet article

Zahra est la nouvelle présidente de l’Association des hôteliers du Grand Roissy

Et ce depuis début octobre… Zahra Rahmoune Dali (que j’aime beaucoup) est la directrice de l‘hôtel Campanile (le plus grand de France, 269 chambres, 3 étoiles) de Roissy-en-France depuis 2011. L’association réunit en fait non seulement les hôtels de Roissy, mais aussi plusieurs  autres dans l’ensemble du  Grand Roissy.

Bonne occasion de rappeler que Zahra a plein de sœurs qui travaillent aussi dans l’hôtellerie ! Revoyez- ça dans l’article ci-dessous, ce n’est banal…  A noter, je viens de l’apprendre, que sa soeur Halima, qui était directrice de l’Holiday Inn de Roissy, a récemment démissionné pour se mettre à son compte. On en saura plus…  EV

 

Halima et ses soeurs : une étonnante “fratrie” hôtelière !

Partagez cet article

Télétravail : LE livre à lire !

Je le dis sans ambages, ce livre d’actualité est tout simplement magnifique, à tous points de vues. Il a été écrit par Patricia Wendling, spécialiste des relations au travail. J’avais reçu, voici quelques semaines, un mail prévenant de la parution du livre. Qui m’intéressait d’autant plus que je dois écrire un article sur le télétravail (moi qui télétravaille depuis plus de 4 ans, j’ai des choses à dire…). J’ai appelé Patricia et elle m’a envoyé son livre. Que j’ai lu avec délectation. D’abord c’est bien écrit, clairement, bien documenté et illustré d’une manière sympa.

Sont passées en revue les situations, que ce soit pour les salariés que pour les managers. Avantages, inconvénients, conseils. Elle connait son affaire , j’en témoigne. Je me suis bien retrouvé dans tout ça. Et même appris des choses !

De quoi m’encourager à terminer mon article témoignage sur mon télétravail (j’ai procrastiné… la procrastination est aussi un effet du télétravail, mais ça se combat).

D’où cet article ici pour vous encourager à lire le livre.  Vous pourrez le commander en broché ici. Et en format Kindle ici. EV

Partagez cet article

La forêt de Chantilly en péril, élus et spécialistes sonnent l’alerte

 

Au cours de l’événement « Ensemble, sauvons la forêt de Chantilly », qui s’est déroulé le samedi 10 octobre 2020 sur le domaine du Campus Serge Kampf Les Fontaines à Gouvieux, les élus de l’Oise, les scientifiques et diverses associations écologiques se sont donnés rendez-vous afin d’alerter sur la situation préoccupante concernant la santé de la forêt de Chantilly. En 2020, de nombreux chênes montrent des signes de dépérissement. Face aux évolutions climatiques et une attaque massive de hannetons, l’incertitude progresse. Chênes et autres cèdres centenaires sont menacés, ce qui impactera la flore mais également la faune. Le temps est compté pour agir et préserver ce patrimoine historique naturel, comme le souligne cette vidéo d’annonce de l’événement : https://www.youtube.com/watch?v=PS6gzfV4kao.

Présents lors de cette réunion, Frédéric Nancel, Président de l’Office du Tourisme Chantilly-Senlis, Xavier Darcos, Chancelier de l’Institut de France, Xavier Bertrand, Président de la Région des Hauts-de-France, Bertrand Cheyrou, Président du Campus Serge Kampf Les Fontaines, Hervé Le Bouler, Fondateur d’Interface Forêt, Daisy Copeaux et Marine Roussel, représentant de l’Office National des Forêts (ONF), Eric Sevrin, Directeur adjoint du Centre National de la Propriété Forestière (CNPF), François Xavier Saintonge, Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, Département Santé des Forêts en charge du suivi des dépérissements en France, Eric Woerth, Député de l’Oise et Président de la commission des finances à l’Assemblée Nationale, Franck Jacobée, chargé de mission pour le Conseil Forestier Indépendant, Nicole Garnier, Conservatrice générale du Patrimoine en charge du Musée Condé, Jérôme Millet, délégué auprès du Chancelier de l’Institut de France pour le domaine rural du domaine de Chantilly, Daisy Copeaux, adjointe au délégué auprès du Chancelier de l’Institut de France pour le domaine rural du domaine de Chantilly, Alexis Ducousso, représentant l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRAE), Luc Abbadie, Directeur de l’Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris-Université La Sorbonne, Bernard Meunier, membre et ancien Président de l’Académie des Sciences, ainsi qu’ancien Président du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), Jean-Luc Hercent, chargé de mission pour le Parc Naturel Régional Oise Pays de France, Guy Harlé d’Ophove, Président de Fédération Chasseurs de l’Oise, Patrice Marchand, Maire de Gouvieux, conseiller départemental et Président du PNR Oise Pays de France, Pascal Yvon, associé gérant-fondateur de Carbon Forest, Timothée Boitouzet, Fondateur de la société WOODOO, Philippe Gourmain, Président des Experts Forestier Français, Eric Orsenna, membre de l’Académie française, Jacques Perrin, membre de l’Académie des Beaux-Arts, Myriam Legay, Directrice de l’école Agrotech Paris-Nancy, Eric Goulouzelle, Directeur territorial Seine Nord et membre de l’Office National des Forêts, Barbara Blin Barrois et Sabine Gourmain, expertes innovation et dynamiques territoriales pour l’initiative Couleur Forêt, Anne-Laure Cattelot, Députée du Nord, et Sandrine Roche, bénévole associatif.

Présidant et animant la réunion, Frédéric Nancel déclare dans son discours d’ouverture, à la suite suite du visionnage de la vidéo de présentation de l’événement citée plus haut dans l’article et celle de l’Office du Tourisme de Chantilly : « Si nous avons montré ces vidéos en introduction, c’est pour rappeler que la forêt est partout. La forêt est au centre de notre destination comme un acteur du tourisme incontournable. Nous avons beaucoup de public qui circule dans la forêt, plus que dans toutes l’offres touristiques se trouvant dans le Sud de l’Oise. Et posons-nous la question, si demain il n’y a plus de forêt, en tout cas une forêt endommagée, cela se reflétera sur toute notre destination, notre belle destination touristique ».

Frédéric Nancel

Vous pouvez revoir l’intégralité de l’événement « Ensemble, sauvons la forêt de Chantilly », en cliquant sur ce lien : https://youtu.be/MU4ARRyk59s?t=434. WM

L’avis d’EV

J’ignorais que c’était grave à ce point…

Partagez cet article

Dernières nouvelles des bâtiments construits par SEGRO dans la ZAC du Moulin

Le mardi 19 novembre 2019, au cœur de la ZAC du Moulin se trouvant en face de FedEx, au 1 et 5 Rue du Meunier, Roissy Mail avait couvert l’événement de la pose de la première pierre des bâtiments, en compagnie d’André Toulouse, ancien maire de Roissy-en-France, de Patrick Renaud, président de la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France au moment des faits, de David Gallienne, président du Groupe Foncière du Huit, et de plusieurs représentants de Grand Paris Aménagement. L’article de cet événement est disponible ici : https://www.roissymail.fr/2019/11/24/david-gallienne-a-clos-la-zone-dactivite-du-moulin/.

11 mois plus tard et ayant accusé un léger retard de livraison à cause de la crise sanitaire de ce printemps, les deux bâtiments construits et géré par SEGRO, imaginés par le Groupe Franc Architectures, ont accueilli leurs premiers occupants. Chacun des deux bâtiments possède une surface bureaux et entrepôts de 5 252 m², répartie sur 4 cellules bureaux rez-de-chaussée + 1er étage de 248 m² et 4 cellules entrepôts de 1 065 m². Totalisant pour les deux bâtiments, une surface d’activités de 10 504 m² sur un terrain de 20 000 m² en comptant les parkings et les espaces verts. Un troisième bâtiment, dont le chantier n’a pas encore commencé, verra le jour dans le futur, mettant ainsi un terme à l’aménagement de la zone d’activités commerciales du Moulin qui aura duré pendant deux décennies.

Pour l’année 2020, SEGRO France, en prenant en compte le projet SEGRO Park Roissy, ainsi que les projets SEGRO Park Massy et SEGRO Park Collégien, la société d’investissement et de développement immobilier a porté son portefeuille de parcs d’activités à plus de 220 000 m² en Île-de-France.

Au moment où ces lignes sont écrites, le bâtiment 1 a trouvé acquéreur et 1 locataire. Parmi ces entreprises ayant pris possession des lieux, Guez Père & Fils SAS (https://www.univers-decor.com/), Univers Bagage SAS (https://www.depeek.com/), Lanco (entreprise d’import-export) et Cinodis Groupe C2C (https://www.cinodis.fr/). Contacté par Roissy Mail lors d’un entretien téléphonique, Cédric Collet, président du Groupe C2C, déclare : « Nous sommes très satisfaits de l’acquisition de nos nouveaux locaux sur la ZAC du Moulin. A ce jour, nous y sommes bien installés et contents d’être présents sur ce site ».

En ce qui concerne le bâtiment 2, trois lots sur les quatre restent encore disponibles à la location. Les intéressés pourront contacter Gauthier Sirjean, agent immobilier SEGRO, au 01.56.89.31.33 ou en remplissant le formulaire via cette page web : https://www.novaloca.com/industrial-unit/to-let/roissy-en-france/segro-business-park-roissy/170958?search=true.  WM

Partagez cet article

L’Iron Motors a plus que jamais la cote auprès des aficionados de motos

 

Pendant le week-end du 17 et 18 octobre 2020, au Circuit Carole à Tremblay-en-France, l’Iron Motors, événement rassemblant les passionnés de motos anciennes et de prototypes café racer, a réussi son pari malgré les circonstances sanitaires qui ont eu raison de nombreuses manifestations, depuis mars. Se déroulant habituellement tous les ans, au printemps, les organisateurs de l’Iron Motors ont dû s’adapter rapidement afin que cette édition voit le jour pour pouvoir accueillir ses visiteurs et ses exposants en toute sécurité. Dans ces initiatives permettant d’être en adéquation avec la réglementation en vigueur, l’utilisation d’une billetterie uniquement accessible via internet, limitant les interactions entre les personnes, ainsi que le nombre de visiteurs présents pendant le week-end de l’événement.

Autrefois nommé l’Iron Bikers, comme le rappelle cet ancien article de Roissy Mail au cours de l’édition 2018 consultable ici : https://www.roissymail.fr/2018/03/16/iron-bikers-une-huitieme-edition-bouillonnante-a-carole/, l’Iron Motors a été accueilli avec enthousiasme par les motards et les passionnés de motos de caractère, qui ont vivement répondu à l’appel. Existant depuis 2011, l’Iron Biker s’est fait sa place dans le paysage motocycliste français, devenant un événement incontournable à l’instar des championnats Promosport et Open de vitesse. Mais ici, pas d’arsouille ou de compétition, juste la passion, que ce soit pour les expositions ou pour les roulages sur la piste du circuit, s’apparentant plus à des séances d’exhibition.

Son fondateur, Nicolas Sonina, (photo) âgé de 61 ans et toujours autant passionné, déclare : « Nous sommes très heureux que cette édition se soit réalisée. Nous remercions nos partenaires qui nous accompagnent et qui nous ont fait confiance. L’Iron Motors est destiné à une clientèle de passionnés, et je les remercie de leur présence. Après cet événement, il n’y a plus rien. C’est le dernier de l’année en ce qui concerne le Circuit Carole. D’où l’importance qu’il se fasse ».

Du côté des chiffres du week-end, l’Iron Motors, limité par la réglementation sanitaire pour toutes les manifestations, devra se contenter du millier de visiteurs, loin des 4 à 5 000 accueillis durant les week-ends des précédentes éditions. Ces derniers ont pu profiter d’une trentaine d’exposants, habituellement au nombre d’un centaine, tels que Génération Scrambler, Indian, Harley-Davidson, Royal Enfield, BMW, Cohen Jean Vintage, V Helmets Custom… et d’une dizaine de club comme le CB 750 Club, Ducati Perfomance Club, Green Racing Team, Paris Classic Riders ou le Vmax Club pour ne citer qu’eux. Les visiteurs ont pu également se restaurer auprès de quatre stands prévus à cet effet.

Cet Iron Motors 2020 s’est déroulé dans une ambiance bon enfant, faisant oublier le temps d’un week-end l’actualité moribonde de ces derniers mois. Déambulant sur le paddock, chaque pas emmène les visiteurs de découverte en découverte, allant de modèles anciens de customs aux machines 2-temps de Grand Prix, en passant par de nombreux prototypes dans un style café racer. De véritables œuvres d’art mécaniques qui ont traversé les époques pour mieux se laisser admirer par les contemporains. Les animateurs rappelaient fréquemment aux visiteurs, via les haut-parleurs, de porter le masque même si tout le monde respectait déjà les règles. De mon point de vue, c’était une bonne expérience. Et quel plaisir de voir des gens discuter, échanger et passer un bon moment autour d’une passion commune !   WM

 

Partagez cet article