Les bornes d’arcade fabriquées sur le territoire du Grand Roissy débarquent

« L’enfance ne se capture pas. Elle est dans l’enfant et elle meurt quand l’enfant grandit. Il faudrait empêcher l’enfant de grandir », voilà une bien belle citation de Claudie Gallay, tirée de son roman « Dans l’or du temps » publié en 2005. C’est la citation que la marque Borne to Play a choisi, écrite en tête du site internet, afin de représenter l’état d’esprit de cette dernière. Même si les paroles d’une chanson de Johnny Halliday, certes un peu modifiées, aurait aussi pu faire l’affaire : « Souvenirs, souvenirs. Je vous retrouve en mon cœur. Et vous faites refleurir. Tous mes rêves de gamer ». Borne to Play, créée en mars 2021, est une marque de l’entreprise Ebox, basée au Thillay et spécialisée dans les nouvelles technologies autour du digital, des réseaux informatiques et de la sécurité, dont un article était consacré à l’entreprise sur Roissy Mail, toujours disponible ici.

Avec cette nouvelle franchise, Ebox rajoute une corde à son arc, en proposant des bornes d’arcade entièrement personnalisables. Boutons, stickers, logos, overlay de menu, sonorisation, avec ou sans monnayeur… rien n’est laissé au hasard. Seule l’imagination du client est la limite. Pour le domicile, un hall d’hôtel ou une salle de repos, les bornes d’arcade de Borne to Play s’adressent à tout le monde. Outre-Atlantique, depuis quelques années, il n’est pas rare d’en apercevoir au sein des start-up. Celles proposées par Borne to Play, sont de fabrication 100% Grand Roissy en partenariat avec les entreprises Catalano et Roissy Copy, respectivement situées à Dammartin-en-Goële et à Moussy-le-Neuf. Une synergie d’entreprises locales qui élaborent un produit confectionné en circuit court. « Par ces temps compliqués, il était important pour Ebox de diversifier son offre. Créer la marque Borne to Play était comme une évidence après notre expérience acquise, au cours des dernières années, en matière de technologies électroniques et informatiques. Le secteur du divertissement est dominé par l’industrie vidéoludique. Nous ne voulons surtout pas passer à côté », déclare Jean-Christophe Puget, Directeur de la société Ebox.

Jean-Christophe (à droite) et Dany

« Notre produit s’adresse aux professionnels et aux particuliers. Nous proposons également un forfait location week-end pour les événements. Nous sommes très surpris par l’engouement des clients ayant vu et essayé nos bornes d’arcade. Ils ont les yeux qui brillent de pouvoir rejouer sur une machine qu’ils ont connu dans leur jeunesse. Aucune publicité n’a encore été faite, et pourtant, Borne to Play enregistre déjà une vingtaine de commandes », confie Dany Agez, responsable Développement chez Ebox.

Jouant la carte du retro gaming et de la nostalgie, les bornes d’arcade Borne to Play ne vont certainement pas en laisser plus d’un de marbre. En plus de la personnalisation, chaque borne d’arcade dispose d’un impressionnant catalogue de 5 000 jeux vidéo, comprenant de nombreux classiques tels que Street Fighter, Out Run Cannon Ball, ou encore Pac-Man pour ne citer qu’eux. Des milliers d’heures de jeu en perspective, qui vous transporteront assurément vers une ambiance 80’s. Pour acquérir une de ces bornes d’arcades et transformer votre salon ou votre salle de détente d’entreprise en Flynn’s Arcade comme le film Tron Legacy, il vous en coûtera 1 950 € HT. La formation d’utilisation est incluse dans le prix d’achat, sans supplément. Sur la boutique en ligne, vous trouverez une fonctionnalité inédite, la réalité augmentée afin d’intégrer la borne d’arcade dans votre pièce et de se projeter avant d’effectuer la commande.

En ce qui concerne le futur, les équipes de Borne to Play travaille déjà sur un autre projet, le flipper digital. Restant dans le même concept que les bornes d’arcade, les flippers digitaux de Borne to Play proposeront une sélection de plusieurs modèles jouables via des écrans, réunis sur une seule machine. Les aficionados de pinball et de gaming n’ont pas fini d’être rassasiés.

Pour les intéressés qui souhaiteraient découvrir les produits de la marque Borne to Play, où simplement demander un complément d’informations, vous pouvez visiter le site web https://www.bornetoplay.fr/. WM

 

Partagez cet article

Ouverture d’un nouveau restaurant à Châtenay-en-France

C’est la concrétisation d’un projet qui tenait à cœur de Jacques Renaud, Maire de la commune de Châtenay-en-France. Partant d’une idée qui ne l’a pas quitté au cours des années, et même si certains avaient un doute qu’elle se réalise, Jacques Renaud y a toujours cru. Transformer l’ancien réservoir en une salle communale, nommée La Soucoupe, en y intégrant un point de restauration. C’est lors de la fin des travaux en février 2020, que Roissy Mail avait répondu à l’appel du maire afin de relayer sa recherche d’un restaurateur pour s’y installer. L’article est disponible ici. Et il a eu le nez fin ! En effet, des lecteurs de Roissy Mail ont partagé l’information, et de bouche-à-oreille, cette dernière a trouvé un grand intérêt auprès de la Famille Lefèvre-Barbosa.

« Nous sommes très heureux de nous installer ici. Le cadre est unique. Ce restaurant est, pour nous, une nouvelle aventure et une affaire familiale. Nous remercions Monsieur Renaud pour son accessibilité et sa gentillesse. Il est toujours à l’écoute et disponible afin de nous aider à finaliser les derniers aménagements. Dans notre configuration initiale, La Soucoupe dispose de 40 places assises en salle, mais nous pouvons également augmenter le nombre de places pour des événements spéciaux », déclare la Famille Lefèvre-Barbosa.

A partir du lundi 10 mai 2021, ouvert de 7h30 à 19h30, l’établissement La Soucoupe proposera une gamme de sandwichs, de salades et de plats traditionnels chauds, sans oublier les desserts, concoctés avec des produits frais et avec amour. Le service ne se fera qu’à emporter, jusqu’à ce que les mesures sanitaires s’allègent et autorisent à nouveau le service en salle. Un point important, afin de combler l’absence de boulangerie à proximité de Châtenay-en-France, l’établissement accueillera un point-retrait pour le pain et les viennoiseries, tout en proposant aussi une formule petit-déjeuner aux clients.

Pour découvrir ce nouveau restaurant à l’architecture très atypique, il faudra vous rendre à l’adresse suivante : La Soucoupe, 5000 Chemin D9, 95190 Châtenay-en-France. Pour les réservations ou obtenir un complément d’informations, vous pouvez appeler au 01.34.68.13.05 ou via le compte Instagram de l’établissement. WM

Partagez cet article

Un éclairci pour le secteur de l’aérien au cours de la saison estivale ?

Depuis le début de la crise sanitaire, pas moins de 18 000 pilotes européens ont perdu ou vont perdre leur emploi. Les compagnies aériennes ont, dans un premier temps, procédé à des départs en retraite anticipés, puis à des plans de licenciement économique, afin de s’adapter à la situation. Un coup dur pour ces pilotes qui sont avant toute chose des passionnés de l’aéronautique, sans oublier les cadets fraîchement sortis des écoles de pilotage ayant, pour la plupart, opté pour une réorientation vers un autre métier.

Cependant, à l’instar de l’été 2020, une lueur d’espoir vient éclaircir le secteur de l’aérien pour la période allant de juin à septembre. Cette information se confirme auprès des entreprises proposant une offre sur simulateur de vol, qu’elle soit loisirs ou professionnelle. Ces dernières étant pénalisées par les mesures sanitaires concernant l’offre grand public, se rattrapent avec une augmentation des réservations de simulateur de vol pour les professionnels afin de se faire perdurer leurs compétences. « Aux Etats-Unis et en Asie, le secteur de l’aérien est proche de 100% de reprise. En Europe toutes les compagnies se préparent à atteindre les 80% / 90% d’ici la fin de l’été. La demande de pilote formés et entrainés sera donc forte. Les équipes d’AviaSim œuvrent tous les jours pour remettre au niveau les équipages de demain », dit Thomas Gasser, fondateur d’AviaSim, dont les centres sont présents à proximité de l’aéroport d’Orly et à Paris XIII.

Proche de l’aéroport Charles de Gaulle, l’entreprise Full Flight Simulator Paris, située avenue de la Demi-Lune à Roissy-en France, confirme également une reprise d’activité à venir pour la période estivale. « Nous observons un pic de formations depuis quelques semaines. Les compagnies aériennes nous sollicitent afin de remettre à niveau leurs pilotes. Nos simulateurs dynamiques sont agréés par la Direction Générale de l’Aviation Civile (DGAC), coûtant autour des 15 millions d’euros à l’unité, et sont homologués pour l’obtention de toutes les certifications de vol », déclare Laurent Garcia, fondateur de Full Flight Simulator Paris et pilote de ligne Boeing 737.

Que ce soit pour le loisir ou le professionnel, la simulation aérienne est un support incontournable afin de se perfectionner. Outre un vol classique se déroulant sans souci technique, le simulateur offre l’opportunité de tester diverses pannes et des conditions météorologiques, apportant un gain d’expériences aux pilotes face à d’éventuelles situations qui pourraient arriver au cours d’un véritable vol. Personnellement, depuis plusieurs années, je fais l’éloge de la simulation aérienne par son côté éducatif, mais aussi au niveau de la mémoire car il en faut pour se souvenir des procédures et de la réglementation. Faisant partie de la sympathique communauté des « simers », mélangeant les pilotes amateurs et professionnels, j’ai opté pour un simulateur de vol très basique, avec un logiciel comme Microsoft Flight Simulator, un ordinateur, un écran de bonne taille, un joystick et un palonnier. Une formule accessible à tous les passionnés d’aéronautique, petits ou grands. Afin d’agrémenter cet article, je vous propose une vidéo réalisée par mes soins, disponible ici, où vous pourrez vous faire une idée sur la simulation aérienne, avec un court vol autour de l’aéroport CDG en A320 NEO. Retrouvez également dans la description et en commentaire de la vidéo, le time code des moments clés. WM

Partagez cet article

La CARPF a mis en ligne son nouveau site dédié aux médiathèques le 26 avril 2021

« Une offre de lecture publique enrichie », voilà ce qui résume l’initiative prise par la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, annoncée dans son dernier communiqué.  La CARPF, à partir du lundi 26 avril 2021, a mis en ligne son nouveau site dédié aux médiathèques du territoire, avec une volonté d’offrir la lecture publique de façon accessible, en utilisant une simple connexion internet via ordinateur, smartphone et tablette. Cette initiative a pour objectif d’étendre son offre culturelle en proposant un catalogue foisonnant de plus de 650 000 documents et qui regroupera les collections du réseau et de nombreuses ressources numériques. Un choix important de contenus hiérarchisées en 7 rubriques thématiques : LIRE (avec CAFÉYN, un catalogue de plus de 1 000 titres de presse), REGARDER (films, séries, documentaires, booktubes…), ÉCOUTER (concerts vidéo et audio, conférences et documentaires issus du Philarmonique de Paris), APPRENDRE (catalogues de formations incluant le soutien scolaire, langues étrangères, révision du code de la route, multimédia…), DÉCOUVRIR (rubrique dédiée à l’univers des loisirs :arts, musiques, sport, santé, cuisine…), JOUER (une sélection de contenus web gratuits sur les jeux vidéo et les jeux de société) et JEUNESSE (un espace avec des contenus ludo-éducatif pour les enfants âgés de 3 à 12 ans).

« Ce projet de nouveau site des médiathèques s’inscrit à la fois dans la politique culturelle de l’agglo qui vise depuis de nombreuses années à développer la lecture publique sur le territoire et, à proposer aux usagers et aux habitants, une offre globale, accessible plus facilement et à tout moment. En cette période de crise, les mesures sanitaires et le confinement ont engendré des périodes de fermeture des équipements. Grâce à cette solution en ligne, la culture redevient accessible et reprend son rôle de lien social, d’ouverture d’esprit et d’ouverture sur le monde. Enfin, il était primordial de moderniser l’offre et de la rendre accessible au plus grand nombre », déclare Jean-Pierre Blazy, 2ème Vice-Président délégué à la Culture et au Patrimoine historique et Maire de Gonesse, dans le communiqué.

Le réseau des médiathèques de Roissy Pays de France regroupe un total de 28 bibliothèques et médiathèques intercommunales ou municipales, se trouvant dans les villes suivantes : Arnouville, Dammartin-en-Goële, Écouen, Fontenay-en-Parisis, Fosses, Garges-lès-Gonesse, Gonesse, Goussainville, Gressy, Juilly, Le Mesnil-Amelot, Le Mesnil-Aubry, Le Thillay, Louvres, Marly-la-Ville, Mitry-Mory, Puiseux-en-France, Roissy-en-France, Saint-Mard, Saint-Witz, Sarcelles, Survilliers, Vémars, Villeparisis et Villiers-le-Bel.

Pour bénéficier et profiter d’un accès aux contenus en ligne sur le nouveau site https://mediatheques.roissypaysdefrance.fr, il faut préalablement être inscrit dans l’une des médiathèques du territoire et se munir de sa carte puis du mot de passe associé (en cas de perte de ce dernier, il est possible de demander une réinitialisation en cliquant sur « mot de passe oublié »). Il y a quand même des bonnes nouvelles par ces temps troubles et apporter la culture directement à la maison, Roissy Mail dit OUI ! WM

Partagez cet article