Dites, comment vous est venue l’idée de faire ce vous faites ?

 

En fait tout a commencé à Tremblay-en-France (93) fin octobre 1996, grâce au regretté Simon Davidowicz. Il était adjoint au maire, chargé des affaires économiques. Moi, je venais d’être embauché par le maire François Asensi (PCF à l’époque) comme directeur du développement économique  car je connaissais le monde l’entreprise, l’administration et la politique. Car le maire, toujours en place,voulait développer ce secteur qui avait été délaissé par son prédécesseur. Il faut savoir que Tremblay, située tout au nord du département est la ville la plus étendue du 93 (22.4 km2) . La commune était au départ née au  nord et n’était qu’un petit village, qu’on appelle aujourd’hui le Vieux-Pays. Mais elle s’est développée -plus de 34 000 habitants aujourd’hui- dès l’arrivée du train (aujourd’hui RER), au sud, jusque l’actuelle autoroute Francilienne ,qui traverse la ville au milieu, enjambée par un pont (juste après la petite zone d’activités créée parla ville, avec un peu plus de 100 entreprises), pour rejoindre  le nord.

Simon (qui était donc mon patron après le maire, il m’avait autorisé à l’appeler par son prénom) avait compris que les habitants du sud de ne connaissaient pas leur nord. Et il avait entrepris de créer les “Visites du Nord” le samedi matin, avec un bus de la ville. Succès immédiat ! J’y suis allé et j’ai découvert (je ne connaissais pas encore la ville),ce fameux nord,avec étonnement comme les autres participants. On  a découvert que le nord incluait une bonne partie de l’aéroport CDG, notamment la grande zone de fret (et il n’y avait pas encore, à cette époque, les aérogares 2 A B C et D, aussi sur le territoire; On a découvert aussi qu’une bonne partie de la ZA Paris Nord 2 faisait aussi partie de la commune. Les entreprises qui s’y trouvaient payaient beaucoup de taxes à la commune… Le pb, pour la visibilité c’est que ces entreprisses du nord(CDG et PARIS NORD 2 avaient un code postal “CDG quelque chose” et non celui de la commune0

De mémoire ,au moins 10 Sorties du Nord furent organisées. Pour la deuxième et les suivantes, internet n’existait pas, mais j’avais trouvé une carte de la ville en couleur, où j’ai inscrit le trajet ainsi que les différents quartiers de la ville dont bien sûr ceux du nord.Chaque participant en avait une dans les mains, et tout le monde était ravi ! Et je faisais le guide au micro… Et j’ai gardé l’idée la carte en tête.

Pendant ce temps et après, j’ai appris à connaitre les entreprises de la ZA de Tremblay et celles installées dans le tissu urbain. La plupart très dynamiques. Et je me suis aperçu d’une chose : quasiment aucune ne travaillait avec ADP -Aéroports de Paris- (elles étaient plutôt tournés vers Paris) , alors que ceux-ci, acheteurs de tout, étaient en plein développement.Et ne se connaissaient pas entre elles.   Et a ce moment, j’étais bien en contact  avec ADP, qui souhaitait s’ouvrir à son environnement proche (ce  qu’ils ne faisaient pas avant, mais le gouvernement leur avait tiré les oreilles).

Je vous la fais courte: Tous ces contacts ont abouti à une grande réunion dans la grande salle du conseil municipal de Tremblay, avec de mémoire 110 entreprises (parfois venues à plusieurs) et  des représentants d’ADP. Notamment Didier Hamon, dircom  à l’époque. On avait fait quelque chose de super : un livre avec d’une part la présentation de chaque entreprise présente et d’autre part, exceptionnel, l’ensemble des services acheteurs d’ADP, avec les noms des responsables et leurs téléphones directs. Le maire était passé voir et était surpris du monde et du sujet. “T’aurais dû me le dire, on aurait appelé la télé”. Il n’avait pas tort.

C’est comme ça que, petit à petit, en ayant quitté la mairie au bout de 4ans, j’ai eu l’idée de faite ça. J’habitais Paris mais j’avais un pied à terre au Vieux-Pays, à la ferme (désaffectée) du Vieux-Pays  (maison, grande salle à côté,où je continuais à réunir des entreprises,  entrepôts mis gracieusement à ma disposition par la famille Zaffani, merci encore).

La première édition de la carte (10 000 ex, présentée à l’époque dans une grande réception à l’hôtel Hilton de Roissy CDG fut un grand succès ! La plupart des entreprises l’affichaient fièrement. Je l’ai affinée à chaque édition ( on en est à la 8ème). Puis j’ai eu l’idée de faire le journal gratuit Bénéfice.net (25 000 puis 20 000 ex, 80 pages et plus), pareil, grand succès !

Je ne résiste pas à vous faire part de la réaction  d’un lecteur,dans le numéro 3 (pas en ligne ici, mais je l’ai en papier): “Bénéfice.net n°3 : en couverture la photo de J.C Gayssot, ministre des transports.Une revue bien faite, de présentation soignée et agréable,des articles bien fournis, joignant malgré tout concision et précision. J’apprécie l’information prodiguée, brute et objective, à laquelle se joignent les références nécessaires à tous ceux qui souhaiteraient approfondir le sujet traité.La rédaction est claire et l’argumentation a pour étalon le constat de la réalité du terrain. Limité dans l’espace, Bénéfice.net n’en reste pas moins une source inestimable d’information pour qui souhaite évoluer, collaborer, s’installer, se déplacer sur le pôle de Roissy. Bonne idée, bon vent, bonne affaires et bon courage” 

Puis j’ai fait ce Roissymail car tout le monde avait internet et j’ai abandonné progressivement le journal papier.

El le tout intégralement financé par la pub !

 

 

 

Partagez cet article