Compans a inauguré son nouveau gymnase

Le maire, Joël Marion, a demandé à une jeune companaise de couper le traditionnel ruban

Samedi, en fin de matinée, la municipalité de Compans (77) avait invité la population à venir inaugurer le tout nouveau gymnase du village, baptisé “Claude Proffit”, du nom de l’ancien maire de la commune, de 1977 à 1995 (euh, non, j’ai été trop vite. Le nom de Claude Proffit a été donné à un autre endroit de la commune, le même matin) . Un investissement de plus de 2.4 millions d’euros (VRD et aménagements inclus).

Une partie des invités, écoutant les discours. L'avion n'a même pas fait de bruit...

La commune a financé l’ensemble à hauteur d’1, 387 million sur ses fonds propres et un emprunt d’un million, le conseil général a apporté une subvention de 60 000 euros.

Découverte des courts de tennis
Démonstration de boxe thaï

Le maire (PCF), Joël Marion a fait, comme à l’accoutumée, un discours enthousiaste, que vous pourrez lire ici. Le gymnase (2302 m2) comprend 2 courts de tennis, un espace “boxe” et, en mezzanine, un espace ping-pong. M. Robert, responsable du club de tennis a donné des détails sur l’ensemble et a annoncé qu’une démonstration de tennis, assurée par deux champions locaux (dont un classé 103ème national) suivrait les discours, lors de la visite des locaux.Le sous préfet Humbert a donné la bonne parole de l’Etat, en présence notamment du 1er  vice président du Conseil général, chargé des sports, M.Jean-Pierre Bontoux.

Le gymnase est vraiment réussi : vaste, clair, fonctionnel, de conception “écolo” (avec récupération des eaux de pluies notamment).  J’ai visité les courts de tennis et la salle de boxe, où deux jeunes athlètes faisaient une démonstration de boxe thaï, plutôt impressionnante.

J’ai zappé la salle de ping pong car à ce moment là, je croise Alain Aubry, maire (UMP ou

Tout sourire, j'vous dit...

presque) du Mesnil-Amelot, dont la présence m’étonnait. On a un peu discuté et beaucoup rigolé… Ambiance cool, malgré les tensions du dernier “conseil” communautaire. Tout sourire, il se dirige vers Corinne Dupont, maire (PCF) de Mitry-Mory, la ville voisine et amie de Compans. Grande discussion… Du coup je prend une foto pour immortaliser. Puis une autre du même Alain Aubry en discussion avec J-P Bontoux, C. Dupont (encore), M. Haquin, maire de Juilly (et ancien président de l’ex CC, et même un élu de Villeparisis… Alain Aubry restera même  jusqu’à la fin du cocktail… Bizarre, non? Vous n’avez pas d’idée? Moi si….

Donc cocktail il y a eu, dans la salle Coluche, après présentation d’un super (et humoristique) montage foto sur l’évolution du chantier du gymnase, du début à la fin. Le maire a ensuite présenté et découpé les trois superbes gâteaux représentant les salles du gymnase.

Compans ? C’est bien.

Incontestablement, le maire, que je commence à bien connaitre, fait un bon boulot pour un premier mandat (faites “compans sur le moteur de recherche de RoissyMail -en haut, à droite et vous verrez tous les articles élogieux que j’ai écris, sans complexe, sur cette commune). C’est un type affable, ouvert, travailleur, imaginatif, et qui s’implique de plus en plus dans le “Grand Roissy” : tout ça suffit à mon bonheur d’observateur !

Dernière chose : si j’ai bien compris, le futur centre de santé annoncé par le maire lors de l’inauguration de la supérette, en octobre 2011 (revoir ici) devrait être inauguré tout prochainement? Ça ne sera pas du luxe pour les Companais.  EV

Le maire en train de présenter les gâteaux qui honorent la construction
Partagez cet article

Stéphane Jabut a lancé sa campagne à Dammartin

Stéphane Jabut avec Jeau-Paul Huchon, président de la Région, lors de l'inauguration du nouveau lycée de Dammartin

C’est l’espoir du PS dans le nord Seine-et-marnais. Stéphane Jabut, maire depuis que Monique Papin lui a passé le relais , alors qu’il était premier adjoint (revoir ici) est donc candidat à sa propre succession. Il a récemment informé la population de sa décision (qui n’était un secret pour personne) dans un tract diffusé récemment. Et, en même temps, utilisé fortement les réseaux internet: site web (www.dammartin2014.fr) , page Facebook , compte Twitter (sur lequel je viens de voir qu’il a twitté mon article sur “l’ambiance stalinienne… ” qui, au passage, a fait un tabac).

On peut voir (ça m’avait échappé?) sur son site que J-P Huchon est venu inaugurer le nouveau lycée de Dammartin, ouvert avec un peu de retard la 4 novembre. Je lui ai donc piqué la foto du haut, ça fait toujours une info.

Incontestablement, le “style Jabut” est différent que celui de Monique Papin. Est-ce que ça suffira pour assurer sa victoire? C’est une question légitime : aux dernières municipales, la liste UMP, menée par Laurent Barré, a failli l’emporter, à …12 voix près!  Et Albarello l’avait emporté au 2ème tour des législatives 2012 avec 52%. Laurent Barré ayant quitté la vie politique (et Dammartin), Stéphane Jabut affrontera une liste UMP menée par le conseiller municipal d’opposition Michel Dutruge. Celui-ci a “inauguré” sa permanence le 26 dernier, apprend-on sur le site d’Yves Albarello (l’UMP 77 me fait la gueule et donc j’ai pas été informé…), située à deux pas de .. l’Hôtel de Ville.

S’il n’a pas le charisme de Laurent Barré, la liste qu’il mène peut malgré cela l’emporter, compte tenu des résultats de 2008 et que le Front national devrait faire un tabac, à Dammartin comme dans tout le nord seine-et-marne. Ajoutez à cela les résultats de la politique gouvernementale… Je ne me risquerais pas à un pronostic.

Il va avoir du boulot, Stéphane Jabut…

On suit ça…

EV

Partagez cet article

Séminaire “logistique” en Seine-et-Marne le 14 novembre

Cliquez pour voir le programme et les modalités d'inscription

La logistique est un des secteurs économiques clé de la Seine-et-Marne (10 000 entreprises et 63 000 emplois, voir ici). Seine-et-Marne Développement et l’EPA Senart organisent le 14 prochain un séminaire qui ne manquera pas d’intéresser les nombreux opérateurs logisticiens de l’ensemble du  Grand Roissy.

Partagez cet article

Un avion qui décolle à Roissy : ça rapporte gros !

Remarquez l'importance des achats dans le Val d'Oise (cliquez pour agrandir)

Jeudi dernier, l’association du “Pays de Roissy CDG” organisait une conférence à l‘abbaye de Royaumont sur le thème des richesses économiques générées par le décollage d’un avion basé à Roissy CDG. Une centaine de personnes y ont participé (RoissyMail n’a pas pu s’y rendre, dommage). Vous pourrez consulter l’étude en cliquant ici ,qui est très instructive. Un exemple, le groupe Air France (image du haut) dépense chaque année  environ 1.3 milliards d’euro (hors carburant) d’achats globaux dans la seule Ile de France. Notable : le Val d’Oise arrive nettement en tête des fournisseurs avec 28%  (contre 6% pour la Seine-et-Marne et autant pour la Seine-Saint-Denis)… Mais il y a plein d’autres infos dans l’étude. Voyez-ça… EV

Partagez cet article

Après les vendredis, les lundis d’Epiais?

De gauche à droite: Béatrice, Manu, Patrick, Isabelle, Karim

C’était lundi dernier, en fin d’après-midi, dans mon antre d’Epiais-lès-Louvres. Je m’étais promis depuis un moment d’organiser un bon pot sympa afin de présenter Béatrice  (Sociobel) et Karim (G Ops), à mes amis Patrick (RoissyCopy) et Manu (Paradisia). Ils ont beaucoup de points en commun: sympathiques, dynamiques, chefs de leurs entreprises (qu’ils ont créées), jeunes, beaux, ont de l’humour, souriants, bossent comme des dingues, bons vivants, ne se plaignent pas, et ont tous leur siège social à Roissy-en-France. La date fut longue à fixer car tout ce petit monde court partout et tout le temps.

Ce fut donc lundi soir. Les plus anciens lecteurs de RM se souviendront peut-être des “vendredis d’Epiais” que j’avais alors le temps d’organiser le midi. Je réunissais alors une dizaine d’amis et relations professionnelles (seul critère de choix : avoir de l’humour) autour d’un repas préparé  par … moi même. Ils se souviendront par exemple, des moules frites, du bœuf bourguignon ou encore des saucisses de Morteau aux lentilles (avec de la crème, comme on fait en Lorraine !). Le tout arrosé avec beaucoup de modération, bien sûr. C’était vraiment sympa (et le bon côté des 35h  pour les patrons…).

Ce lundi fut tout aussi sympa. Comme je m’y attendais, tout le monde a plu à tout le monde… Cerise sur le gâteau, notre maire, Isabelle Rusin, est passée rapidement boire un coup à mon invitation: elle est restée jusqu’à la fin, tellement l’ambiance était bonne. On a même parlé de choses sérieuses. Et j’ai gagné un pari contre Karim: deux bouteilles de visky !

Juste avant de partir, je leur ai fait visité, avec Isabelle, la salle communale (“La Grange”) où se tiendra prochainement la “fête de la carte du Grand Roissy 2013”, pour avoir leur avis. Ils ont trouvé la salle magnifique ! c’est déjà ça.

Bon, vive la détente !

EV

Partagez cet article

Des nouvelles d’Europa City … et des commentaires sur RoissyMail

Claude Brévant présidera la CPDP "Europa City" (foto CNDP)

Dans sa dernière livraison, la newsletter d’Europa City revient sur la prochain débat public sur ce grand projet, débat qui sera organisé l’année prochaine par la CNDP (présidée depuis mars dernier, on l’a appris seulement par Christian Leyrit, qui fut préfet du Val d’Oise de 2004 à 2007). Une CPDP a été mise en place, qui sera présidée par Mme Claude Brévant (qui fut déléguée interministérielle à la ville).

Propos haineux sur RoissyMail

La newsletter revient aussi (voir ici) sur le bilan de la concertation qui s’est déroulée sur le Triangle de Gonesse (voyez le compte-rendu officiel ici). On peut y lire (dernière page) cette perle : Bernard Loup,président de Val-­‐d’Oise Environnement, coordinateur du collectif du Triangle de Gonesse, a regretté la tournure prise par la procédure de concertation, estimant que seules les questions du public ont été entendues mais pas son avis.

Voici qui augure (je veux me tromper) de la qualité des débats à la future CPDP.  Autre indice, les “commentaires ” sur mon article à propos de la liste Parti de Gauche-EELV. J’en ai publié quelques-uns pour montrer à quel point ça vole haut … Regardez-ça ici…

EV

Partagez cet article

TVA 20% sur le secteur équestre : mobilisation des cavaliers à Paris le 11 novembre. Les centres d’équitation du Grand Roissy, dont celui du Château Bleu, sont touchés.

Cours de poney au Château Bleu

Résumé (d’un dossier bien compliqué):

la Commission européenne (« gardienne » des traités) estime que le secteur équestre ne peut bénéficier d’un taux réduit de TVA, en vertu de la directive 2006/112/CE, sauf à quelques exceptions, fondées sur le caractère « agricole » de ce secteur (boucherie, chevaux de traits etc.). Plusieurs pays européens, dont la France,  appliquaient ce taux malgré tout. Au 1er Janvier 2013, la TVA sur les ventes de chevaux d’élevage passe quand même à 19.6%. Mais, contestant les avis de la  Commission,  les activités des centres équestres passent à 7 (au lieu de 5.5 avant). La La France, sûre d’elle; a introduit un recours auprès de la cour de justice de l’Union européenne. Résultat des courses, notre pays a été condamné  (et l’Irlande en même temps ce jour-là) le 8 mars 2012 pour “manquement (voir le jugement ici).

Dans le secteur « équidés », il y a aussi les centres équestres, où tout un chacun peu « faire du cheval », un secteur en développement depuis une dizaine d’année grâce, disent ses défenseurs, au taux réduit (de 5.5 puis 7 en 2013). Or l’arrêt de la Cour de justice, malgré l’insistance des avocats de la France, ne considère pas cette activité comme « agricole » et donc considère qu’elle doit être frappée du taux normal (19.6 et, au 1er janvier 2014 20% pour la France). On se souviendra que, dans la préparation du budget national pour 2012 des cris d’orfraie des éleveurs professionnels de l’élevage de chevaux de course lorsqu’il s’était agi de faire passer leur TVA de 7 à 19.6. C’était suite à une première mise en demeure de la Commission en date du… 23 octobre 2007. Suite à celle-ci, une série d’échanges entre la France et la Commission eu lieu, chacun campant sur ces positions, Bruxelles maintenant que, outre  l’élevage et la vente de chevaux de course ou de selle, l’activité « centre équestre » n’avait rien à voir avec l’activité agricole et donc devait être frappée au taux normal. Il y eu donc le recours de la France à la Cour de justice, qui a donc tranché clairement en faveur des arguments de la Commission.

Juridiquement on en est là et la France, condamnée pour « manquement », s’exposerait à de grosses amendes et même astreintes si elle n’observait l’arrêt de la Cour. Comme la France ne s’exécutait toujours pas, la Commission a récemment menacé de déposer une nouvelle plainte pour « manquement sur manquement », et là, ça allait chauffer ! D’où l’inscription, dans le budget 2014, du taux normal (20% donc au 1er janvier) aux activités « centre équestre ».

Colère des centres d’équitation

Ce qui a fait ruer dans les brancards  lesdits centres et leurs organisations (notamment le GNH) à travers la France, qui ont fait un lobbying intensif auprès des parlementaires et, récemment, des manifestations, le plus souvent à cheval, dans toutes les régions de France. Le 11 novembre est prévue une manif’, toujours à cheval, à Paris, place de la Bastille, organisée par la Fédération Française d’Équitation (FFE). Ça ne va pas être triste !

Voyez le site « l’équitation en péril » où il est dit que la mesure fiscale (l’équi-taxe », comme ils l’appellent) supprimerait 2000 centres et 6000 emplois …  et cette vidéo ci-dessous, tirée du site.

Les ministres français concernés (finances, agriculture, sports) ont reçu les représentants de la FFE le 28 octobre dernier. J’ai appelé le cabinet de la ministre des sports pour savoir où on en était. Réponse : il y a  eu d’autres réunions depuis et il y en aura encore une prochainement. Mais il est clair que l’Etat ne reviendra pas sur le taux à 20%. Seule, et le site « Equicer » le reconnait, une modification de la circulaire TVA évoquée plus haut empêcherait les 20% (voir la plaquette du site Equicer, qui explique bien ça. Mais ça, chers cavaliers, c’est pas pour demain ! Tout comme une autre solution évoquée par certains : que la France fasse, à l’instar de « l’exception culturelle » adopter par l’U.E une « exception sportive ». A mon avis, même pas en rêve…

Le centre équestre du Château Bleu mobilisé.

La tour du Chateau Bleu, à l'intérieur du Centre équestre

Il y a, dans le secteur de Roissy, plusieurs centres équestres. Plus que je ne pensais même (voir notamment une liste ici, une autre ici, et encore une ici du coup ça me redonne l’idée de faire un dossier sur les centres équestres dans le Grand Roissy). Un dernier, les Haras du Parisis, s’est ouvert à Fontenay en Parisis en 2011. Plus ancien est « La Crinière » à Vémars… En fait, y’en a en pagaille, même à Goussainville ou à Gonesse ! La Seine-et Marne en compte 221 !

Un des plus emblématiques (et un des plus importants dans la région) est sans conteste le Centre équestre du Château Bleu, au Vieux-Pays de Tremblay-en-France (93). Il est très ancien, et s’est installé  dans le Parc du Château bleu en 2001 (voir l’inauguration, qui fut grandiose, sur cet article paru dans notre regretté « Choses Publiques »). Il est géré par une entreprise de type coopératif et c’est un équipement qui compte le paysage équestre francilien. Je devais lui consacrer un article dans le dernier  magazine (papier) RoissyMail, mais je n’en ai pas eu le temps. Mais je vais me rattraper un de ces jours ici, tant le centre est dynamique (sauf son site web !).

Le Centre s’est bien sûr mobilisé sur cette histoire de TVA. Il a édité un document de protestation, plutôt bien fait, à voir ici. De son côté, François Asensi, député maire de Tremblay et « initiateur » du transfert du Centre équestre au Château Bleu (le SEAPFA, dont il est toujours le président, avait financé le nouveau centre) avait envoyé, dès janvier 2013, aux cavaliers du centre, copie de la lettre qu’il avait écrite au ministre Moscovici pour maintenir la TVA à 7% (voir le courrier ici) . Le centre a également envoyé une lettre à Marie-George Buffet, députée (PCF) de Seine-Saint-Denis et ancienne ministre des sports (qui était venue inaugurer le Centre du Château bleu en 2011). Je vous conseille vivement de lire ce courrier, très complet sur la question.

Le Centre équestre du Château Bleu, vu d'avion

Mon avis : manque d’anticipation….

Cette histoire « d’equitaxe » est à mon avis symptomatique du manque d’anticipation de nos gouvernements. Pas besoin d’être un spécialiste du droit européen (la France a évidemment voté la directive TVA de 2006 évoquée plus haut) pour s’apercevoir que les arguments de la Commission était pertinents : il suffit de relire l’arrêt de la Cour de Justice. L’assimilation des activités des centres équestres à de l’activité agricole ne tient pas une seule minute. Pourtant « on » l’a maintenu pendant des années…

Du coup, une fois de plus (et certains parlementaires ne s’en sont pas privés, comme d’habitude) on fait porter le chapeau à « l’Europe », alors que la Commission et a fortiori la Cour de Justice ne font qu’appliquer les traités adoptés par les Etats membres.

Il reste que l’application du taux à 20% va poser incontestablement de sérieux problèmes aux Centres, du moins à ceux qui, surtout dans notre région, ont une clientèle populaire. Il sera difficile de répercuter 13% de hausse sur les cours d’équitation. Et je ne vois pas quelles « compensations » l’État, dont les finances sont exsangues, pourra « offrir » en contrepartie.

Gouverner c’est prévoir, non ?

EV

Partagez cet article

Servair a remporté le catering du Grand Prix de Macao 2013

Lors des actions de promotion du GP
C'est moi à Macao, pris par mon chauffeur à vélo

Toujours bien active à l’international, notre SERVAIR (est à Tremblay-CDG). Elle a remporté, comme l’an passé, l’appel d’offre pour le cathering du Grand Prix de Macao qui se tiendra à partir du 9 novembre (un programme chargé  … voir ici) dans l‘ancienne colonie portugaise . Servair, implantée à Macao depuis 1995, servira 3500 repas et petits déjeuners par jour au Grand Prix, soit 21 prestations ! Félicitations ! (voir le communiqué ici)

Macao, Macao…

Le drapeau de la Région administrative spéciale de Macao

Un mot sur Macao, où j’avais passé, depuis Hong Kong, une journée voici une bonne dizaine d’années (en tout cas avant la rétrocession à la République populaire de Chine, qui date de 1999). Je voulais à tout prix aller jouer à la roulette dans un des innombrables et mythiques casinos. J’ai été ratiboisé de 500 F en moins de 5 mn. Du coup j’étais presque à zéro : je me souviens que, quelques années auparavant, une de mes amies de Servair, en partance pour Macao, avait joué pour moi 100 F. Elle avait gagné et m’avait rapporté 300 F, plus ma mise (et plus un joli cendrier local, que j’ai toujours…)

C’est une région magnifique, multiculturelle (il faut voir le mélange, impressionnant, des civilisations chinoise et portugaise !) où j’ai mangé, chers lecteurs portugais, les meilleurs pasteis de nata de ma vie …

EV

Partagez cet article

Le nouveau “Contact entreprises” est sorti

cliquez pour lire le Mag

Et sous les couleurs du “Made in France” ! Dans son éditorial, Virginie Paviot, si elle ne se fait guère d’illusion sur le succès du simple slogan “made in France” pour redresser l’activité dans notre pays, préfère rappeler que dans l’industrie, nous payons les 35h ; les charges salariales
mettent des boulets au pied des entreprises qui exportent. On voit dans tout le pays des entreprises qui ferment devant une concurrence agressive, des salariés au chômage sans beaucoup d’espoir de retrouver un emploi dans des régions très sinistrées.
D’un autre côté, dans la distribution, des salariés souhaitent travailler le dimanche, mais se voient stoppés par FO, qui veille à casser tout travail le dimanche.

Fine connaisseuse du monde de l’entreprise, la patronne de MF Promotion (la société éditrice du magazine) n’a pas tort, et ça été encore rappelé récemment par le PDG de Tilly Sabco récemment:  c’est bien le problème du coût global du travail (ainsi que la complexité croissante du code du travail, comme le rappelait encore le président de la CGPME 95 (voir ici) qui plombent l’économie française, sans parler des taxes quotidiennes.

Un beau numéro de ce “Contact Entreprises” que nous saluons une fois de plus et qui encourage depuis des années l’esprit d’entreprise . Vous y trouverez plusieurs portraits de sociétés qui “make in France” (in Val d’Oise précisément), dont plusieurs de notre secteur.

EV

EV

Partagez cet article