Excellente réaction de François Asensi après les attentats islamistes de Ouagadougou

cliquez pour lire la lettre de FA

J’ai particulièrement apprécié cette déclaration de François Asensi (je lui ai dit) suite aux attentats récents de “Ouaga” (capitale du Burkina Faso, ancienne Haute Volta, pour les nuls). Pas de langue de bois, les terroristes djihadistes bien nommés. Et Blaise Compaoré qualifié de dictateur (et non de “président”) ce qui était la réalité. Il a juste oublié il en a convenu) de rappeler que le “beau Blaise”, avait été exfiltré par l’armée française (avec l’accord de François Hollande) vers la Côte d’Ivoire après un soulèvement populaire, en 2014 (après 27 ans de dictature) qui lui accordé la nationalité. Je ne sais pas où est ce que ça en est, mais je me demande pourquoi le Burkina n’a pas demandé l’extradition de ce voyou de haut vol, soupçonné d’avoir tué de ses propres mains son prédécesseur, Thomas Sankara.

Je publie cette réaction de François Asensi car elle est bien argumentée et change des poncifs habituels des politiciens français sur l’Afrique, qu’ils ne connaissent pas (revoir cet article sur la visite incroyable de Manuel Valls au Togo (voisin du Burkina) fin 2016, dictature héréditaire depuis 1963. A vomir !

J’aime bien le Burkina. C’est là que j’ai atterri pour la première fois en Afrique de l’Ouest, pour rejoindre (en taxi brousse, 1000 km) le Bénin voisin, fin 1981 car ce pays était accessible par l’ancienne compagnie Point Air (Lyon) : le billet aller était de 1000 FF! J’y suis retourné, dans les années 1980, plusieurs fois, en voiture depuis le Bénin, pour aller chercher amis ou famille (dont mon père)  venus nous rendre visite à Cotonou (Bénin pour les nuls). On passait par le Togo. Beau voyage à chaque fois, paysages magnifiques, gens accueillants.  Je pleure aujourd’hui sur le mal-développement de ces 3 (au moins) pays, dont les gens sont sympas, pacifiques. Asensi a raison de dire dans sa lettre que “La France, ancienne puissance coloniale, doit à ces pays un soutien sans faille qui passe par une augmentation des moyens consacrés à l’aide au développement mais aussi par des actes politiques forts qui participent, en marge des opérations militaires, à un ancrage fort de la démocratie sur ces territoires”. Mais ce qu’il ignore peut-être, c’est la nuisance de la corruption (à tous les étages, y compris des détournements dans “les moyens consacrés…”) dans ces pays, et l’incapacité globale à se développer et offrir un avenir à leur jeunesse. Je connais ça de près. EV

Lors de mon arrivée à Ouaga, en octobre 1981, ici dans l'ancien marché


Partagez cet article

Servair, leader en Afrique, se renforce au Ghana

Cecilia Abena Dapaah, la ministre de l'aviation, Christian Gauthier, DG adjoint Servair Afrique, François Pujolas, ambassadeur de France et John Dekyem Attafuah , président des aéroports du Ghana (foto Teresa Menka pour Servair Ghana)

Ça roule pour Servair ! Dans un communiqué, le grand du catering a fait savoir le renforcement important de sa base à Accra, capitale du Ghana. Le nouveau centre a été inauguré le 18 janvier dernier, comme le montre la foto. “Les 115 salariés du site produiront chaque jour 2 500 repas pour sept compagnies aériennes. Parallèlement au catering aérien, l’unité de 2 600 m² fournira également des repas aux salons VIP, aux écoles, aux cantines d’entreprise ainsi qu’à d’autres clients non aériens. Dirigé par Bertrand Guyon, Servair Ghana proposera les meilleures normes internationales en termes de qualité, de sécurité alimentaire, de sécurité et de formation du personnel. En investissant 14 000 000 cedi ghanéens (environ 2 800 000 €), Servair a exprimé sa volonté de soutenir la croissance de l’aéroport d’Accra, où la société est présente depuis six ans“, précise le communiqué.

RoissyMail avait rendu compte de la première installation de Servair au Ghana, en 2011: revoir ici. Servair est leader dans son secteur en Afrique avec au total 21 implantations dans 18 pays (dont le Bénin !).

Servair est “chinois” maintenant

voyez le beau site de gategroup

Cette nouvelle me donne l’occasion d’informer sur le devenir de Servair. Il faut dire que l’entreprise, filiale historique d’Air France, n’a guère communiqué sur son rachat majoritaire (51% par gategroup, un important opérateur de services de catering, dont le siège est à Zurich, Air France conservant, si j’ai bien compris, le reste du capital. Et comme gategroup a été racheté  en 2016 par le puissant conglomérat chinois HNA, (la même année où il a racheté plein de choses dans le monde, notamment des hôtels en pagaille ! voyez ça ici, c’est impressionnant) on peut en déduire que Servair est “chinois”…  Trop fort ces Chinois…  En tout cas, bravo à Servair ! EV

Voyez le site impressionnant de HNA (le groupe est né en 2000...)
Partagez cet article

Moisson de contrats pour ADP Ingénierie en 2017, qui va concevoir le nouvel aéroport de Cotonou

Aéroport international de Chongquing (foto ADPI)

ADP Ingénierie, filiale du Groupe ADP, a passé une bonne année 2017 en emportant des contrats un peu partout dans le monde (voir la liste  dans le communiqué ici). Parmi eux, j’ai noté, vous pensez bien, celui remporté pour le futur nouvel aéroport de Cotonou (Bénin), une mission de maîtrise d’ouvrage déléguée qui va durer 38 mois. Il faut savoir que l’aéroport de Cotonou est depuis son origine, situé quasiment en centre ville (j’habite à côté). Le projet de le déplacer date de longtemps. C’est un site au nord de la commune d’Abomey-Calavi, à une bonne trentaine de km de Cotonou, qui a été choisi pour le nouveau. EV

MM Roch Houndje, secrétaire général du ministère des Transports du Bénin et Frédéric Thenevin, responsable Afrique d'ADPI . Cliquez...
Partagez cet article

L’Afrique noire n’en finit pas d’être mal partie…

cliquez pour voir la description

Ça fait des années que je devais lire ce fameux livre de René Dumont, paru en … 1962 (puis en 1966 en édition de poche à 140 000 ex) . Je me suis donc décidé, récemment. Et j’ai bien fait ! Je m’attendais à un ouvrage forcément périmé, vu le temps… Que nenni ! J’ai été effaré par sa grande actualité, page après page. C’est réellement “prophétique” et donc terriblement actuel dans l’ensemble. Il faut que je prenne le temps de vous faire une note de lecture. Les  zécologistes actuels feraient bien d’en prendre de la graine. Je vous conseille donc de le lire pour comprendre ce qui se passe en Afrique aujourd’hui, que vous la connaissiez ou non. L’ouvrage a été réédité en octobre 2012, à 3000 exemplaires. EV

Partagez cet article

Rendons au Bénin les trésors pillés pendant la colonisation. Contre Jean-Marc Ayrault

cliquez pour comprendre cette œuvre

Les nouveaux lecteurs de RoissyMail l’ignorent peut-être, mais j’ai de nombreuses accointances avec l’Afrique noire (voir notre rubrique ici), spécialement avec le Bénin, petit pays d’Afrique de l’Ouest.

A propos de ce pays, ça fait un moment que je m’étais promis de publier cet article car, d’une certaine manière, ça nous concerne tous.

Voilà : en août dernier le gouvernement de ce pays, présidé par Patrice Talon (élu pour la première fois depuis avril 2016, une sorte de Macron africain) a demandé officiellement (et gentiment) à la  France de restituer les nombreux biens culturels qui avaient été pillés lors de la conquête (1894) et la colonisation par les Français (jusqu’en 1960). Beaucoup de ces œuvres sont exposées dans les musées français, dont celui du Quai Branly et au Louvre. J’ai choisi de vous présenter celle-ci (au Louvre actuellement) , une statue dédiée au dieu fon (les Fon sont l’ethnie majoritaire du Bénin) du fer et de la guerre, nommé Gou, volée (“butin de guerre”) par un officier français lors de la prise du palais royal d’Abomey en 1894. Cliquez  pour voir un article très complet sur les … pérégrinations de cette œuvre.

Contre les hypocrites de gauche

Réponse incroyable, en décembre dernier,  du ministre (PS… ancien Premier ministre! ) des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, ancien maire de Nantes (qui connait pourtant bien le Bénin): c’est niet, limite allez vous faire voir  !  Lisez ce document fumeux ici. Il y a eu depuis (voir ça sur cet article du Monde Afrique) une pétition que j’ai signée (moi qui n’aime pas signer les pétitions), tellement je suis indigné par ce refus scandaleux, même si  le maladroit  “CRAN” (“Conseil représentatif des associations noires”), que je n’aime pas du tout du tout, fait partie des initiateurs de la pétition. Les arguments de ce pauvre Ayrault sont fallacieux: les biens en question font partie du patrimoine mobilier de l’État et ne peuvent “aliénés” (MDR pour des bien volés ! ), leur restitution est impossible. Ce qui est entièrement faux : il existe une procédure légale de restitution par laquelle la France a déjà  rendu des œuvres volées, notamment  la Vénus hottentote à l’Afrique du Sud, les têtes maoris à la Nouvelle-Zélande…

Ceci est d’autant plus insupportable que Jean-Marc Ayrault (Nantes était un grand port négrier) fait partie de ceux (ridicules à mes yeux), en France, qui emploient un discours de repentance sur l’esclavage, la colonisation, les pauvres Noirs (la ville de Nantes a même, voyez ça ici “coopéré” au Bénin “autour de l’esclavage” et pour “la création d’un lieu culturel fort” !). Et on refuse de restituer? Bande d’hypocrites, anti-racistes de pacotille, bien-pensants ridicules, gauche bobo !

Autre “argument” contre la restitution, venant d’autres milieux français (voir ici notamment). Le Bénin serait incapable de conserver lesdits objets. La belle affaire ! Je sais que les Béninois ne sont pas très “musées”, mais il y en a (voir ici). J’ai visité plusieurs fois celui de Ouidah, et celui d’Abomey (pas trouvé de site, sinon ce wiki). Et j’ai même été fâché les dernières fois que j’y suis allé avec des amis car les “étrangers” (comprenez les Blancs) doivent payer le double (1000 FCFA au lieu de 500, voyez ici) alors que ces musées ont été largement financés pas lesdits Blancs. La dernière fois (voici 4 ans) que j’ai voulu aller à celui d’Abomey, pour le montrer aux enfants de ma femme (Béninoise) Bignon, on  a été “accueilli” par une femme que l’on a dû réveiller car elle était en train de dormir sur un banc… J’y suis pas rentré, une fois de plus pour cette histoire de prix, et je suis allé boire une bonne bière bien fraiche en attendant que Bignon et ses enfants terminent leur visite.

Mais cela n’ôte rien à l’affaire. Le Bénin demande la restitution de ces biens volés ? Que la France le fasse, et sans barguigner. Ça leur appartient, un point c’est tout et peu importe, sur le fond, ce qu’ils en feront. Les “arguments” opposés s’apparentent selon moi à une minorisation des Africains (pas fort, venant la plupart des zanti-racistes patentés ou professionnels de chez nous).

Bon, je sais que le Bénin travaille sur une reformulation de la demande et j’espère que le président Macron y accédera.

Sur l’art africain

ma femme est chargée de l'entretien ...

Anecdote (mais je suis déjà trop long…). Quand j’étais à plein temps au Bénin (1981-1988) j’ai appris à apprécier l’art africain (on aime où on aime pas…), dont on connait l’apport (tout comme celui de la musique) à la culture occidentale (Picasso…). Et j’avais acheté quelques œuvres qui me plaisaient, dont deux magnifiques têtes d’Ifé (voyez ce que c’est ici), venues du Nigeria voisin et vendues par un marchand ambulant (à un très bon prix, au bout de 2 jours de négo !). Et ces deux statues ci-dessus, que j’avais achetées au marché d’Adjara, une ville située près de Porto-Novo, la capitale administrative du Bénin. Bon prix unitaire : 5000 FCFA (avant la dévaluation du Franc CFA, ça fait 15.24 €). Mais, je connaissais nombre de Français qui avaient passé beaucoup de temps en Afrique, en me rendant dans leurs résidences en France, je voyais celles-ci remplies (de trop) d’objets d’art africains. Je trouvais ça ridicule (ça faisait un peu nostalgie “colo”) et m’étais promis de ne pas faire la même chose une fois rentré en France.

Donc, à chaque fois que des amis venaient nous rendre visite au Bénin (et dieu sait s’il y en a eu, je devrais recevoir une médaille du ministère du tourisme béninois) , je leur faisais cadeau d’œuvres que j’avais achetées. Notamment des deux têtes d’Ifé : l’une à mon cousin Alain, que vous connaissez pour beaucoup d’entre vous) et mon ami Gaby Keslassy (revoir ici). Et les deux statues  ci-dessus (1,35 m quand même) au même cousin.

Rentré à Paris, la nostalgie africaine prenait le dessus (comme beaucoup, je ferai un jour un article à ce sujet) et je ressentais un manque de présence d’objets africains. Du coup, j’avais demandé, un peu honteux,  à mon cousin de me prêter la tête d’Ifé que je lui avais donnée. Ce qu’il a fait volontiers. Quelques années plus tard, je lui ai demandé, toujours honteux, de me prêter ces deux statuettes. Là ça été : “non, mon cher cousin”. Normal…

Et vlà ti pas qu’il y a une quinzaine de jours, lorsqu’il est revenu (après la tournée des Grands Ducs)  nous rendre visite, il a apporté … les statues (toujours en prêt, bien sûr). Excellent état, 30 ans après…

Je comprends que certains vont penser que cet article, ou du moins sa fin, est un peu ridicule. Mais je donne un conseil à tous : apprenez à comprendre l’Afrique….  EV

Partagez cet article

Voyage de Valls au Togo : c’est pas terrible… (non, c’est lamentable)

Voyez le compte-rendu su le site de Matignon

Le Premier Ministre Manuel Valls est allé faire un tour en Afrique du 28 au 31 octobre derniers. Avant le Ghana et la Côte d’Ivoire, il est allé au Togo ! Au Togo ! Qui est tout sauf un pays démocratique comme visiblement le pense Manuel Valls, qui ne connait absolument pas l’histoire de ce petit pays, voisin du Bénin. Le “président” du Togo s’appelle Faure Gnassimbé qui est en fait le fils du dictateur Eyadema qui a sévit dans pays pendant trente huit ans, jusqu’en 2005). Voyez l’histoire politique du Togo, ici sur wikipedia. La France (et l’armée française), était intervenue en 2005 pour soutenir le rejeton du dictateur. Cela m’avait été confirmé lors d’une entrevue que j’avais eue en 2006 avec M. Daziano, alors ambassadeur de France au Bénin, qui avait suivi de près la crise de 2005.

voir la réaction de Yamgnane

Que Valls choisisse le Togo pour vanter sa “démocratie” est au mieux une grave erreur au pire un encouragement aux dictateurs africains (qu’on continue à recevoir en grandes pompes à l’Elysée, malgré les promesses de “Moi, Président”). Voyez la réaction à ce voyage, dans le Monde, de Kofi Yamgnane, togolais d’origine, qui fut ministre socialiste en France: il n’y va pas avec le dos de la cuillère !

Manuel Valls aurait du aller, plutôt qu’au Togo, rendre visite au Bénin voisin. Si celui-ci, que je connais très bien, n’est pas exempt de défauts, il a une vraie pratique politique démocratique depuis 1990 ! C’est un cas rare en Afrique, sinon unique. EV (écœuré).

Partagez cet article

Eloge des oeufs de pintades sauvages du nord Bénin

Bignon est rentrée du Bénin vendredi. Avec quelques (pas beaucoup…) avocats et ananas du Bénin (les meilleurs du monde, à coup sûr) qu’on a donné, comme d’habitude, à nos voisins d’Epiais. Du coup même pas un avocat pour moi…. Heureusement, elle a aussi rapporté des œufs de pintades sauvages qu’on trouve beaucoup dans le nord du pays notamment dans ce village (foto montage, mais c’est bien l’entrée du village) qui s’appelle (vraiment) Petit Paris, où j’étais allé en acheter voici quelques années. Il coûtent actuellement  “3 pour 200”, comprenez 3 pour 200 Francs CFA soit 0.30 €.

Ces œufs sont tout simplement délicieux. Je les préfère cuits durs :  ils ont tellement de gout que ce n’est pas la peine de rajouter du sel ou autre chose. Saviez-vous que la pintade était originaire d’ Afrique ? Moi non… Voyez ici. EV

Partagez cet article

L’ancien président du Dahomey, Emile Derlin Zinsou, est mort. Ancien sénateur, un hommage lui sera rendu aux Invalides

En aout dernier, avec le président Zinsou, chez lui

Il était affaibli mais avait toute sa tête, l’année dernière, quand nous avons eu l’honneur (revoir ici) et le plaisir de lui rendre visite à son domicile de la Patte d’Oie, à Cotonou. C’était après avoir lu son dernier livre de mémoires “En ces temps là” (2013 aux éditions Riveneuves le voir ici) que j’avais cherché à le rencontrer via une amie. Son livre est très instructif sur l’histoire non seulement du Dahomey (appelé Bénin depuis 1975) mais celle de l’Afrique de l’Ouest.

Emile Derlin Zinzou en fut le président sur une courte période (1968-69), destitué par un putsch. Né en 1918, il est mort chez lui le 28 juillet dernier. J’ai aussitôt appelé sa famille pour lui exprimer nos condoléances. Plusieurs cérémonies ont eu lieu au Bénin. Il avait été, sous la 4ème République, sénateur de 1955 à 1959 (voir ici). Un hommage lui sera rendu aux Invalides le 17 septembre prochain, à 10 heures. J’y serai, vous pensez bien.

Ce fut un grand homme, et s’il avait pu être président plus longtemps, le Bénin n’aurait pas connu toutes les difficultés qui ont freiné son développement et notamment la sinistre dictature “marxiste-léniniste” du  général Mathieu Kerekou (il avait condamné à mort Emile Zinsou, par contumace), qui a mis le pays à genoux, de 1972 à 1990, date à laquelle il a été contraint de quitter le pouvoir par la “conférence nationale”, laissant les caisses du pays entièrement vides. J’ai vécu ça de près, de 1981 à 1988.  EV

Partagez cet article

Vivre au Bénin: un témoignage original de Patrick Lecompte

cliquez pour la vidéo

Pas le temps d’aller au Bénin ce mois d’aout, faute de temps. Ce n’est que partie remise. Au passage, je continue à conseiller à tous d’aller passer des vacances la-bas. Un pays agréable, avec beaucoup d’atouts touristiques, même s’ils sont mal connus, et les Béninois sont très agréables et accueillants . N’hésitez pas à me contacter pour des infos et conseils: je connais le pays comme ma poche.Voyez aussi le site touristique officiel.

A propos de Bénin, je suis tombé par hasard sur ce témoignage de Patrick Lecompte, qui vit dans le pays depuis 1990. Il travaille comme conseiller à la communication pour l’entreprise Fludor Bénin, spécialisée dans les corps gras. C’est le site local vivreauBénin.com qui a mis en ligne (l’année dernière) la vidéo ci-dessus.

Que j’ai regardée, vous pensez bien. Je suis d’accord globalement avec ce qu’il dit (sauf que moi j’ai jamais vu, y compris dans le nord, “les grandes étendues de sable” qui envahiraient la savane). Notamment sur la nécessité de respecter les gens du pays quand on vient d’ailleurs (il faudrait qu’il vienne faire des conférences ici, à ce sujet…).

Je l’ai appelé hier et on a eu une discussion sympathique. Notamment sur son idée de transférer la capitale au centre du pays (la capitale officielle est Porto Novo, mais en pratique c’est Cotonou, toutes deux dans le sud), à l’image de ce qu’avait fait le Nigeria voisin à Abudja. Je n’y avais jamais pensé, mais ça pourrait être une idée intéressante. Cela permettrait aussi aux gens du sud de mieux connaitre (ou de connaitre, tout simplement) le nord du pays (ce qui ne leur ferait pas de mal) qui pour beaucoup s’arrête à … Bohicon.  Je me suis promis de lui rendre visite lors de mon prochain séjour.

Voyez aussi ce numéro, ci-dessous, d’Échappées Belles, sur le Bénin (le sud…). Nous l’avions vu à sa sortie sur M6 et l’avions trouvé, Bignon et moi, assez… réducteur. Mais ça donne une idée. Et, en dessous (on ne s’en lasse pas) l’excellent Happy à Cotonou, brillamment réalisé par Stéphane Brabant (salut Stéphane! ) et dont j’avais parlé en février 2014 (revoir ici). EV

Happy à Cotonou !


Partagez cet article

Djimon Hounsou, du Bénin à la France, de Gladiator au Vaudou

L’acteur bénino-américain Djimon Hounsou est en train de  tourner, dans le sud-ouest du Bénin (à Hévé) un documentaire sur le Vaudou, dont ce pays est le berceau. Plein de fantasmes existent sur cette religion (c’en est une), qui s’est répandue dans le monde. Ça nous change du petit Jésus dans la crèche, ou des 72 vierges (et si c’étaient 72 verges, finalement?).  A suivre en tout cas (voyez le commentaire de RFI en cliquant ci-dessus, et cette page sur le dieu Legba ( en rapport avec Hévé ), bien connu des adeptes …

En 2012, lors d'une fête vaudou, sur la plage de Cotonou

Et je vous raconterai un jour un truc vraiment incroyable qui m’est arrivé avec le …Vaudou et les gri-gri!  A voir le documentaire plus tard. EV

Gotlib avait oublié (en 1973) un dieu Vaudou... (dessin paru dans l'Echo des Savanes)

Partagez cet article

Les dangers sont grands ! Et il n’y a pas que Bamako … L’Afrique ventre mou du monde

Voyez cette belle  illustration qui a fait le tour des réseaux sociaux. Dommage qu’on ne sache pas qui en est l’auteur. Si vous savez…

Après les nouveaux massacres du 13 novembre, il semble, je dis bien il semble (chat échaudé craint l’eau froide), qu’on assiste à un mobilisation internationale contre les extrémistes musulmans, partout dans le monde.Partout ?

Il faut savoir, qu’en plus des guerres “civiles” type Centrafrique, Soudan (s) ou région des Grands Lacs, des dictatures impitoyables de roitelets habillés en “présidents” (Burundi, Angola, Cameroun, Gabon, Congo Brazza, Guinée équatoriale…) qui la pillent et désespèrent leurs peuples (les jeunes en particuliers), de la corruption à tous les étages qui l’empêche de se développer, l’Afrique noire subit des massacres depuis des années de la part de ces mêmes extrémistes musulmans. Et ils n’y vont pas avec des pincettes. Somalie (ou du moins ce qu’il en reste) Kenya, pour ne citer que ces pays d’Afrique de l’Est, Niger, Cameroun et Nigeria où les bandes islamistes de Boko-Haram tuent, violent, kidnappent, pillent, brûlent au nom d’Allah (voir ce qu’ils avaient fait en janvier dernier) , mais il y en a TOUS LES JOURS. Et, bien sûr, les exactions aussi fanatiques que ridicules des dingues au Nord Mali . Il n’y a pas d’ “observatoire des massacres islamistes (et autres) en Afrique noire” et c’est bien dommage: les chiffres seraient à vous couper le souffle.

les Maliens reconnaissants, lors de la visite de F.Hollande, en 2013, après l'intervention française

Heureusement que la France soit intervenue au Nord Mali. Sinon ces criminels seraient rentrés comme dans du beurre à Bamako où ils auraient imposé leur folie religieuse, pris le pays et menacé directement les pays voisins.

Mais le boulot est loin d’être terminé. Il faut savoir, pour comprendre, que les “armées” africaines n’ont d’armée que le nom (à part le Tchad et, à peine, le Niger). Ce ne sont, depuis les indépendances, que des (mauvaises d’ailleurs) gardes prétoriennes ou des racketteurs sur les routes (et la plupart du temps les deux). Elles ne savent pas se battre, sont corrompues jusqu’à l’os et ne sont donc pas en capacité de défendre leur pays, encore moins leurs compatriotes.

Voyez : au Nigeria, un des plus grands et des plus riches pays (et des plus corrompus) d’Afrique (pétrole à gogo depuis des années), l’armée, globalement, se fout du tiers comme du quart de Boko-Haram qui occupe presque tout le nord du pays depuis des années.  An nord Mali, où, depuis l’intervention française, il devait y avoir une coalition militaire de l’Afrique de l’Ouest, on ne voit rien ! Je parie que les seuls “militaires” qui sont sont stationnés (voici un bon mot) à Bamako passent leur temps à boire des bières dans les bars sympathiques de la capitale !

Et tout à l’avenant.

Hors la situation devient de plus en plus grave. Rappelez-vous,  après l’élimination de Ben Laden, ce que j’avais écris en 2011 : il faut aller nettoyer le désert .

La France est donc allée au nord-Mali (revoir l’hommage que j’avais rendu à F. Hollande, en 2013, lisez svp, c’est instructif, surtout maintenant).

Or ce qui a été fait ne suffit pas du tout. Faute, selon moi, de coordination, voire de coalition, de stratégie politico-militaire avec les pays concernés, le danger d’une jonction entre les bandes de zozos type Mokhtar Belmokthar , les Boko-Haram et” l’Etat”Islamique qui a désormais pied en Libye, les shebab et leurs cousins en Somalie, est imminent. L’Afrique est devenue le ventre mou du monde, le terrain de jeu des islamistes de tous poils. Il ne faudra pas venir pleurer. Et là, on devra envoyer nos bateaux de guerre en Méditerranée. Les bobos n’ont pas fini de souhaiter la bienvenue aux “migrants”.  EV

Partagez cet article

Françafrique pas morte ! Une lettre d’Asensi à François Hollande

François Hollande avec le tyran du Congo (Brazzaville), à l’Élysée, en juillet dernier. foto Elysée

“Présider la République, c’est ne pas inviter les dictateurs en grand appareil à Paris”

C’est ce qu’avait déclaré François Hollande dans un meeting (au Bourget) de campagne en 2012 (voir la vidéo ci-dessous). Depuis son élection, les dictateurs y défilent et sont reçus en grandes pompes. Témoin, entre autres, la réception en juillet du tyran congolais Denis Sassou Nguesso. Ce dictateur, milliardaire en euros, pilleur de son peuple, au pouvoir depuis plus de 18 ans, vient d’organiser un referendum (avec la bénédiction de F. Hollande) qui lui donne le “droit” de changer la “constitution” du pays, afin d’échapper à la limite d’âge et exercer un troisième “mandat”.

Le Président de la République avait fait une tournée rapide, début juillet, au Bénin, au Cameroun et en Angola. Si le Bénin n’est pas une dictature, le Cameroun si (avec Paul Biya a sa tête, enfin quand il est dans son pays, dictateur depuis 33ans, milliardaire), de même que l’Angola, dont le “président” Eduardo dos Santos, milliardaire, est au pouvoir depuis plus de 36 ans.  Ces deux-là et leurs familles se vautrent dans le luxe pendant que “leurs” peuples sont dans une misère noire.

Je viens de découvrir, suite à une discussion sur sa page Facebook, que François Asensi, député (FG) de Seine-Saint-Denis avait écrit, juste avant la visite de Sassou Ngesso à l’Elysée, à François Hollande pour lui demander de renoncer à le recevoir. Le député en profitait pour dénoncer les “persistances de la Françafrique”. Une lettre que j’aurais pu écrire, et à laquelle je souscris évidemment (avec un bémol sur l’analyse sur le Bénin, mais le député rappelle utilement le récent détournement de fonds importants (4 millions d’euros, voir ici), provenant de l’aide des Pays-Bas pour le programme humanitaire en faveur de l’accès à l’eau dans ce pays).

Tant que “nous” soutiendrons ces dictateurs (il faut arrêter de les appeler “présidents”), le développement ne sera pas possible en Afrique, les gens seront toujours dans la misère, et les “migrations” continueront.

Lisez la lettre d’Asensi ici, elle le vaut bien ! EV

regardez le passage à 11 minutes 35

http://www.youtube.com/watch?v=up62HaC6cFI

Partagez cet article

Back to (bientôt out of) Africa

Avec le président Zinsou, et Bignon

Finalement (revoir mes malheurs ici), j’ai pu aller faire un tour au Bénin grâce à un billet correct (trouvé sur Opodo, 823 euros) de la Royal Air Maroc). Départ le 10, retour prévu le 17. Express donc (la connexion internet est de pire en pire au Bénin et moi, sans connexion…). Je dis retour prévu le 17 car ce matin du 17, je suis arrivé une minute en retard à l’enregistrement. Une minute maximum même. Pas moyen d’enregistrer. J’ai donc dû reprendre un billet, avec 315 euros de pénalités… Retour le 22 donc.

Faut toujours positiver: ça me fait quelques jours de plus dans ce pays que j’aime beaucoup. Plaisir de retrouver Bignon et ses enfants, mes amis d’ici, l’ambiance …

Je m’étais promis d’aller saluer l’ancien Président (1968-69) du pays (qui s’appelait alors le Dahomey) Emile Derlin Zinsou (qui fut sénateur sous la IVème République, voyez ici). Pourquoi ? Parce que j’ai lu tout récemment son livre de mémoires “En ces temps-là”, paru en 2013 aux éditions Riveneuve) qui m’a tout simplement épaté. Très bien écrit (ce qui est rare, de nos jours, dans la littérature politique africaine), mais surtout, moi qui me targue de connaitre assez bien l’histoire politique de ce pays, j’y ai appris plein de choses. J’ai eu l’idée d’aller le remercier. Pris contact avec sa famille et la rencontre s’est faite la semaine dernière dans sa maison de la Patte d’Oie, un quartier de Cotonou. On a bien parlé, malgré la fatigue due à son grand âge (il est né en 1918). Un grand Monsieur !

Bon, bientôt la rentrée… Je pense qu’on ne va pas s’ennuyer dans le Grand Roissy dans les mois qui vont venir… EV

Partagez cet article

Suivez vos amis en vol avec Flightradar24.com : bluffant !

cliquez pour voir le site

Pour ceux qui ne connaissent pas. Ma femme Bignon est repartie  lundi dernier pour prendre ses vacances dans son pays, le Bénin. Avec le vol 0804 d’Air France. Départ prévu à 14h30. Mais plus d’une de heure de retard. 6H 20 de vol. Je suis en contact skype avec son comité d’accueil. Inutile d’attendre pour rien à l’aéroport. En plus on habite à coté. Du coup je repense à ce site dont m’avait parlé ma voisine Nicole. Je l’appelle pour lui redemander : c’est www.flightradar24.com . J’y vais. Incroyable! Je rentre le numéro du vol et je vois tout de suite l’avion de Bignon, qui était au niveau du centre du Bénin. Je fais une capture d’écran illico (ci-dessus). Ses enfants se connectent aussi et gagnent ainsi du temps. C’est vraiment super. On voit tout, l’avion se déplacer en temps réel, sa vitesse etc.  Et même une foto de l’avion (ci-dessous) !

L'airbus A340 de Bignon

Un mot, quand même, sur les prix

La destination Afrique de l’Ouest est toujours chère. Mais surtout vers le Bénin. On avait réservé (ou plutôt acheté) le billet plus de deux mois à l’avance. 1000 euros. Et on était contents car l’an passé, s’était 1990!  Et en ce moment ça tourne autour de … n’importe quoi… regardez:

Soit 3757 euros AR en éco (ce matin 11H) ! Du coup j’irai pas passer la semaine que je voulais. Pendant que Bignon voyageait (“heureuse”) à 1000 euros AR (en eco, évidemment) pour faire 4724 km (Paris-Cotonou), un de mes correspondants partait en vacances au Japon avec Qatar Airways au départ de CDG, avec une courte escale à Doha. Paris Tokyo, ça fait 9714 km maxi. Soit 4990 km de plus que Paris Cotonou. Et savez-vous combien il a payé? 1300 euros AR, en … en business SVP ! (en business sur Paris Cotonou c’est… 5818 ! Avec cette somme on peut faire le tour du monde!). Je viens justement de recevoir ça de mon correspondant, qui a vu cet article :

Merci pour la citation….et je confirme le rapport qualité prix incroyable de Qatar Airways à 1300 euros A/R en Business Et vous avez vu les photos de la Business… Ahurissant…Une qualité de voyage jamais vue, avec sièges isolés et accès direct au couloir, services repas à l’assiette : pas de chariots et de plateaux, mais nappe blanche et service assiette par assiette, délicieux,  des vins et alcools exceptionnels et un espace bar salon inimaginable de qualité avec 3 serveuses affectées …

Il y a certes d’autres compagnies qui desservent le Bénin :Royal Air Maroc, (souvent- pas toujours- moins cher, et il faut faire une escale, parfois longue à Casa) ou Brussel Airlines (de plus en plus cher, là je viens de voir (11H18) pour les mêmes dates, 3094 euros AR, en passant par Bruxelles en train!).

Et AF de faire de la pub tapageuse sur des prix alléchants (autour de 5 à 600 € AR, mais quasiment inexistants) sur internet et notamment sur Facebook. Témoin ce passage de la discussion avec AF, en juin dernier, sur ma page FB. Le monsieur Air France n’est pas allé jusqu’au bout:

Comment expliquer? C’est simple. C’est  un “triopole”. Les voyageurs sont désormais nombreux sur cette destination, beaucoup plus qu’il y a trente ans. Les avions sont toujours pleins à craquer. C’est donc un problème d’offre. J’invite le gouvernement du Bénin (et le nouveau Premier ministre, Lionel Zinsou, en particulier) a rechercher de nouvelles compagnies (je pense à Aigle Azur, ou mieux à Turkish Airlines, une des meilleures compagnies au monde, mais il y en a d’autres) pour augmenter l’offre directe Paris Cotonou. C’est sûr que les prix vont baisser !

Voyez aussi ce site qui calcule les distances

Cela dit, si vous trouvez un bon billet, je vous recommande le Bénin comme destination de vacances. Le vol direct est toujours agréable: on survole Alger, le Sahara avec ses trois villes saintes : Ain Salah, El Goléa (et j’ai oublié le nom de la troisième), puis le Sahel et enfin la “vraie” Afrique. Il y a des tas de choses à voir et à faire au Bénin. Je connais le pays comme ma poche et je pourrais vous conseiller. Revoyez ça ici (tout en bas) ?  EV

Partagez cet article

Le poids de la superstition en Afrique noire : un article de La Nouvelle Tribune (Cotonou)

Lire l'article d'Olivier Ribouis

François Hollande est allé, vite fait, au Bénin début juillet… Voyez cet article assez rare qui vaut d’être signalé, paru dans La Nouvelle Tribune, un des quotidiens de Cotonou (Bénin) les plus célèbres. On y évoque la persistance des croyances ancestrales en matière de superstition. Je confirme tout ! Et c’est valable pour les jeunes générations, dans leur majorité. Ces croyances, prégnantes dans la société béninoise (mais c’est pareil dans toute Afrique noire) ainsi que les anciennes pratiques familiales, toujours en vigueur, même en ville, empêchent, bien plus que d’autres choses, le… Lire la suite ici, dans notre rubrique Roissy et l’Afrique. EV

Partagez cet article