Abandon du projet T4. Triangle de Gonesse : mes P’tits loup toujours pas morts

infographie Le Parisien

Compte-tenu de la situation, il n’était pas étonnant de voir le projet de T4 renvoyé aux calendes grecques.Du pain béni pour Barbara Pompili, sous-ministre de l’écologie (qui n’a pas grand chose à mettre dans sa besace verte) qui a annoncé non la suspension du projet mais son arrêt définitif.

Le calendrier initial

De leurs cotés, mes P’tits Loup (une poignée) avaient décrété récemment une ZAD (“zone à défendre”) et occupé une petite partie du Triangle de Gonesse pour réclamer l’abandon de la future gare de la ligne 17 du Grand Paris Express. Le tribunal de Pontoise a ordonné leur expulsion vendredi dernier. Ils ont annoncé leur intention de faire de la résistance… Ils n’ont vraiment rien à faire, ces égoïstes. EV

Partagez cet article

La future Maison du Numérique à Sarcelles se confirme

Le  préfet est sur la droite ©Roissy Pays de France

Le mardi 16 février 2021, le Préfet du Val d’Oise, Amaury de Saint-Quentin, est venu sur le site de la future Maison du Numérique qui sera construite à Sarcelles et qui accueillera ses premiers étudiants et entrepreneurs pour 2022-2023. Lors de cette venue, Pascal Doll, Président de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France et Maire d’Arnouville, Patrick Haddad, Maire de Sarcelles, ainsi que François Germinet, Président du CY Cergy Paris Université, et Francis Soler, architecte du projet, se sont déplacés pour effectuer la visite aux côtés du préfet. La Maison du Numérique, projet intercommunal mené en partenariat avec l’université, est soutenu par le plan France Relance à hauteur de 600 000 €.

La future Maison  ©Roissy Pays de France

Ce projet, participant pleinement au programme de refondation économique, sociale et écologique du pays, s’étale sur une superficie de 2 550 m² et est estimé à un coût de 7,5 millions d’euros. Dans son communiqué du 17 février 2021, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France déclare : « Projet-phare de la stratégie de développement économique local et d’inclusion sociale autour de la création numérique, la Maison du Numérique accueillera à terme des espaces à destination des jeunes entrepreneurs, comprenant un espace de coworking de 260 m², un auditorium de 80 places, des salles de formation, un incubateur FacLab® Numixs, et des bureaux. La Maison du Numérique dispensera des formations à destination de personnes éloignées de l’emploi, des artisans et commerçants souhaitant réaliser la transition numérique de leur activité, mais aussi l’ensemble des habitants et citoyens qui désirent se former et s’impliquer dans des projets ».

« Je me félicite de la venue du Préfet du Val-d’Oise sur le site de la future Maison du Numérique. Le numérique représente un enjeu majeur pour le territoire, une opportunité́ de former les jeunes populations aux métiers en lien avec ce secteur d’activité, d’être identifié en tant que territoire d’innovation et de créer une dynamique de développement d’applications liées à la smart city », déclare Pascal Doll via le communiqué.

Outre le futur site de la Maison du Numérique, Amaury de Saint-Quentin a également visité les locaux du FacLab® Numixs, espace de travail partagé et collaboratif où chacun peut imaginer un projet et le concrétiser tout en contribuant localement à l’intelligence collective du réseau international des FacLabs. Lentement mais sûrement, la transition numérique s’opère sur le territoire du Grand Roissy. WM

Partagez cet article

Dernières nouvelles sur le développement de la ZAC Sud-Roissy

En étude depuis 2007 par la ville de Roissy-en-France, en partenariat avec la SEMAVO, la construction de la zone d’activités commerciales semble se préciser. Située au Sud de la commune, la surface totale allouée à ce projet de développement est de 10 hectares. L’aménagement, en ce qui concerne la création de voirie et la viabilité des parcelles de chantiers, représente un coût de 25 millions d’euros d’investissement. Le projet comporte un programme de surface de plancher (SDP) de 75 000 m², comprenant de l’hôtellerie, des commerces, des bureaux et un village automobile premium. Un grand projet économique et social, créateur d’emplois. Le début des travaux étaient initialement prévus pour la fin de l’année 2019, mais ce dernier accuse un retard de quelques mois sur le planning. Cependant, comme ont pu le constater les habitants de Roissy-en-France et les usagers de la D902A qui passent devant, les engins de chantier ont fait leur apparition sur le site Sud-Roissy au cours de l’automne 2020. L’aboutissement de ce projet de développement est, quant à elle, prévue pour 2026-2027.

le futur APPART HOTEL

Avec notre article publié le 29 novembre 2020, disponible ici, les lecteurs de Roissy Mail ont pris connaissance du premier bâtiment qui s’implantera au sein de la ZAC Sud-Roissy. L’hôtel Eklo, un établissement de 330 lits pour 150 chambres, élaboré par l’Atelier d’Architecture Delannoy & Associés (AADA), et développé par les promoteurs PM3C et AURIEL, devrait accueillir ses premiers clients pour 2022. Son coût est estimé à 4,5 millions d’euros. Dans la continuité, en seconde implantation, deux résidences hôtelières nommées Stay City (265 chambres) et Appart Hôtel (213 chambres), qui comprendra également 400 m² destinés à la création d’un restaurant et de commerces, pourraient ouvrir pour 2022-2023. La conception de ces deux résidences hôtelières a été confiée au Groupe d’architecture EAI et au promoteur Océanis, représentant un coût de construction de 19 millions d’euros pour Stay City et 10 millions d’euros pour Appart Hôtel. Ces deux résidences hôtelières tablent sur la création d’une centaine d’emplois.

Les futurs hôtels Westin et Alof

Toujours en ce qui concerne l’hôtellerie, la construction de deux hôtels de classe Mariott, Westin et Aloft, qui auront une capacité totale de 280 chambres et disposeront d’un restaurant-terrasse, le Babette-Roof top-Coworking. Ce complexe hôtelier devrait pouvoir créer environ 350 emplois à terme, à lui seul. D’investissement global d’approximativement 180 millions d’euros, ces deux hôtels mitoyens sont imaginés par les bureaux d’architecture Artbuid et développé par le promoteur Groupe Edouard Denis. Aucune date n’est communiquée pour le moment, en ce qui concerne le début et la fin des travaux.

le futur village automobile

Ensuite, situé proche du Rond-Point de la Clé de France, l’implantation d’un village automobile premium regroupant les marques du Groupe ABVV, Volvo, Jaquar et Land Rover, dont l’ouverture prévue est courant 2023. Le bâtiment, au design futuriste, est dessiné par l’Atelier d’Architecture Equator et développé par le promoteur Groupe ABVV, « himself ». Le montant du financement de ces nouveaux locaux est estimé à 10 millions d’euros. Du côté des emplois, 43 personnes travailleront dans ce village automobile premium, pour la plupart transférés de la concession Volvo de Gonesse et des locaux ABVV de Roissy-en-France, actuellement situés au 1 Avenue Charles de Gaulle, non loin du siège de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France.

Enfin, à ce jour où vous lisez ces lignes, nous n’avons pas d’informations à vous communiquer au sujet des futurs bâtiments qui serviront de bureaux, ainsi que des entreprises qui en auront fait l’acquisition. Roissy Mail ne manquera pas de vous en informer, dès que cela sera possible. En attendant, vous pouvez toujours découvrir ou redécouvrir l’agence en charge du projet de la ZAC Sud-Roissy, la SEMAVO. C’est pour disposer d’un outil au service du développement du Territoire que le Département du Val d’Oise a créé la SEMAVO en 1969. Constituée de 11 employés, la SEMAVO a sa tête depuis plusieurs années en tant que Président, Philippe Sueur, également Maire d’Enghien-les-Bains et 1er Vice-président du Conseil Départemental du Val d’Oise. Afin de prendre connaissances des projets réalisés de 1969 à nos jours, une vidéo de rétrospective des activités de la SEMAVO a été récemment publiée sur la chaîne YouTube de l’agence, disponible ici. Bon visionnage ! WM

 

Partagez cet article

Un nouveau groupe scolaire va sortir de terre à Vémars pour 2022-2023

Vémars est, depuis quelques années, en plein développement, passant d’approximativement 2 500 habitants à 3 300 sur la prochaine décennie. Afin d’accompagner ce développement, la ville de Vémars a décidé de se doter d’un nouveau groupe scolaire, se voulant intégrer à l’évolution de la commune. Ce lundi 18 janvier 2021, le chantier du futur groupe scolaire a débuté avec l’implantation des premiers engins et cabanons. Ce projet, qui se déroulera en 2 phases, ne regroupera pas un, mais deux établissements scolaires d’une capacité totale de 19 classes, une école maternelle de 7 classes et une école élémentaire de 12 classes. La surface accordée au projet est d’un hectare et prendra place près du complexe sportif qui se trouve rue Marcel Gauthier. La première phase de construction concerne l’école maternelle. Cette dernière doit accueillir ses premiers élèves pour la rentrée de septembre 2022. L’école élémentaire, quant à elle, ouvrira ses portes pour la rentrée de septembre 2023. Afin de fluidifier et sécuriser les abords du groupe scolaire, 71 places de parking vont être créés, comprenant 31 places en dépose-minute et 30 places de stationnement.

Le traitement paysager, point fort de ce projet, vise à conserver ou créer autant que possible des espaces verts, soit en zones de pleine terre, soit par la mise en œuvre de jardins sur dalle ou de toitures végétalisées. Des carrés potagers seront implantés au niveau de la maternelle et de l’élémentaire. Dans les aménagements respectant l’écologie et la biodiversité, nous pourrons y trouver des hôtels à insectes, des nichoirs et des abris à hérissons.

Après 4 ans d’études de 2014 à 2018 et après avoir passé un appel d’offre pour l’élaboration de ce projet, 134 dossiers d’architecture ont été réceptionnés. La commission du jury a fini par choisir le dossier proposé par le cabinet d’architectes Atelier Malisan. Le coût de ce nouveau groupe scolaire est de 8,3 millions d’euros hors taxe, 5,3 millions d’euros pour l’école maternelle et 3 millions d’euros pour l’école élémentaire. La part de subventions s’élève à 2,8 millions d’euros, financé à hauteur de 1 200 000 € par le Département du Val d’Oise, 800 000 € par la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France (CARPF), 700 000 € par la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) et 100 000 € par la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR). Le reste est financé avec un emprunt à taux négatif, pris en charge par la ville de Vémars, préservant sa trésorerie.

« C’est une bonne nouvelle pour Vémars et ses habitants. Ce groupe scolaire est très attendu par les Vémaroises et Vémarois. D’une part parce que les bâtiments de nos écoles, maternelle et élémentaire, sont vétustes, représentant également un problème de sécurité concernant le trafic routier pour les enfants et les parents, lors des entrées et sorties de classe. Et d’une autre part, d’un point de vue personnel, car ce projet est une promesse de campagne. Le chantier aurait pu commencer plus tôt, mais le coronavirus en a décidé autrement, reportant de 8 mois le début des travaux », déclare Frédéric Didier, Maire de Vémars depuis 2001, lors de l’entretien téléphonique.

« Nous voulons une dynamique sociale et commerciale, ce futur groupe scolaire s’intégrant entre la récente zone résidentielle et commerciale, et la zone pavillonnaire déjà existante. Nous misons sur la mixité de ce quartier, structuré autour du complexe sportif et du groupe scolaire. Le choix de la ville de Vémars pour l’Atelier Malisan correspond complètement à notre vision d’une ville respectant la sensibilité paysagère et écologique, avec une intégration par l’architecture et l’environnement. Un développement cohérent, sans dégrader le cadre de vie qui fait de Vémars, une ville où il fait bon vivre », ajoute-t-il.

D’ici 2030, à l’instar de nombreuses villes membres de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, Vémars va continuer son développement avec la construction d’une piste cyclable, d’une halle au marché et d’une agence bancaire. WM

Partagez cet article

Des vœux originaux à Roissy-en-France

En ces temps de crise , les cérémonies traditionnelles des vœux municipaux, tant prisées d’habitude, ne sont pas possibles. Beaucoup de maires sont passés par des vidéos sur les réseaux sociaux (facebook principalement) pour exprimer leurs vœux.

La commune de Roissy-en-France a fait plus: la municipalité a organisé des vœux originaux : elle a convié les habitants (eux et seulement eux, pas de presse, pas de personnalités) à venir les 8 et 9 janvier, place du Pays de France. A cette occasion, un coffret avec stylo clé USB présentant le film bilan 2020 de la commune et chocolats ont été remis. Il y a eu beaucoup de monde m’ont dit plusieurs personnes,

intéressant, vous pourrez visionner le film bilan en cliquant sur ce lien EV

Partagez cet article

FedEx propose son Hub Tour 2021 en virtuel

Au premier plan c’est la zone d’activité du Moulin, Fedex est juste  en face, sur l’emprise aéroportuaire

Installé depuis 1999 sur la plateforme aéroportuaire Roissy Charles de Gaulle, le hub de FedEx a bien évolué en deux décennies. Pouvant, à ses débuts, traiter une capacité maximale de 24 000 colis par heure, le site a accueilli un nouveau bâtiment de 47 000 m² en 2020, équipé d’un système de tri automatisé de pointe, augmentant ainsi la capacité de tri de 46% et passant à 68 000 pièces par heure (46 000 colis et 22 000 petites boîtes / documents). Le hub de CDG, qui compte 2 500 employés et traite 1 200 tonnes de fret par jour, est le plus grand hub FedEx se trouvant en dehors des États-Unis avec une superficie de 45 hectares. Côté du trafic aérien, le hub de CDG enregistre 327 mouvements hebdomadaires, provenant du monde entier, avec une flotte d’avions se voulant hétéroclite allant des ATR-42 aux Boeing 777, en passant par des MD-11 et des Boeing 757.

Généralement habitué à organiser un Hub Tour tous les ans. FedEx CDG s’est adapté à la situation sanitaire actuelle pour cette édition. L’entreprise propose cette année un Hub Tour virtuel, accessible via une vidéo sur YouTube disponible en cliquant sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=sYk-QE0uhIY.

Pour 2021, le hub FedEx de CDG continue de s’agrandir avec la création d’un nouveau bâtiment Heavyweight (fret lourd) d’une surface de 4 500 m2, augmentant le nombre total du flux de traitement des colis de 46 à 83. Également cette année, une extension du bâtiment pour les produits dangereux verra le jour, multipliant par trois la capacité de tri. Un développement de son site de Roissy CDG, qui contribue au maintien de sa place de leader mondial du fret aérien avec un chiffre d’affaires ayant progressé de 14,9%, à 117,7 milliards de dollars en 2020, selon l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA). Une hausse principalement venue avec le changement des habitudes des consommateurs, privilégiant les commandes sur internet pendant la pandémie de COVID-19.   WM

C’est une ruche !

l’avis d’EV

Quelle belle entreprise ! Que je connais ici depuis ses tous débuts. Faites Fedex dans le moteur de recherche de Roissymail (en haut à gauche, puis tapez entrée) et vous verrez plein d’articles sur l’entreprise.

Partagez cet article

La ville de Saint-Witz s’agrandit avec deux nouveaux quartiers résidentiels

La ville de Saint-Witz, comptant actuellement 2 485 habitants (d’après le recensement INSEE 2020) et continuant sa politique de développement initiée depuis 5 ans, accueillera sur la période 2021-2022 deux nouvelles zones résidentielles de 145 logements sur une surface de 8 hectares, maisons et appartements confondus. Ce projet est encadré par deux promoteurs immobiliers, Elgéa et Flint Immobiliers. Nommées “Les Jardins de Vy” et “Le Clos de la Haie Jabeline” (parcelle AU1 sur le plan), ces nouvelles zones résidentielles, qui sont mitoyennes de l’étang et de la voie de promenade, comptent sur une facilité d’accès à l’autoroute A1 et un cadre de vie paisible comme ses meilleurs atouts, selon les deux promoteurs. Les travaux de viabilité du chantier (voies d’accès, connexion eau et électricité) ont été réalisés par l’entreprise de BTP Colas, au cours de l’année 2020. Depuis décembre, les unes après les autres, les premières maisons sortent de terre, visibles le long des rues de la Fontaine aux Chiens et de la Butte aux Bergers.

Selon le Plan Local d’Urbanisme (PLU), publié en juin 2016 et consultable en cliquant ici, prévoit entre 25 et 35% de maisons individuelles, le reste des pourcentages représentant la part d’appartements résidentiels, et au minimum 25% de logements sociaux. Dans la répartition des lots, Elgéa, s’occupant du quartier “Les Jardins de Vy”, propose 50 logements, allant de l’appartement T3 (66,40 m²) à la maison T4 (74,00 m² et 78,00 m²) avec jardin privatif et 2 places de parking, sans oublier des T5. En ce qui concerne “Le Clos de la Gaie Jabeline”, regroupant uniquement des maisons avec jardins et place de parking, Flint Immobilier a mis à disposition 95 terrains à bâtir, allant d’une surface de 602 m² à 1200 m². Les deux programmes immobiliers ont été un succès, selon les promoteurs, les futurs logements ayant presque tous déjà trouvé des acquéreurs.

Dans les prochaines années, selon toujours le PLU émis en juin 2016, Saint-Witz verra un agrandissement de sa zone pavillonnaire (parcelle AU2 sur le plan), d’une surface de 6 hectares avec sur son flanc Sud-Ouest, une continuité de la coulée verte à aménager en prolongement de la Cascade des Etangs. Proche de ce secteur, une extension de la zone hôtelière et de restauration est également à l’étude (parcelle AUéco sur le plan). Enfin, cette décennie sera marquée par la construction de la nouvelle mairie, remplaçant l’actuelle, certes historique mais très petite mairie, située au 1 Place Isabelle de Vy. Une évolution que Roissy Mail ne loupera pas de suivre dans le futur.

Intrigué par la présence récurrente du nom « Vy », mes recherches m’ont conduit sur Wikipédia afin d’éclairer ma lanterne et celles des lecteurs. D’après les informations présentes sur le célèbre site internet, au XVIIIe siècle, époque où ni la graphie, ni la forme définitive du toponyme ne sont fixés, on compte huit versions successives : Saint-Vize (1702), Saint-Vy (1704), Saint-Vy-sous-Montmélian (1705), Saint-Vic-sous-Montmélian (1708), Saint-Vilz-sous-Montmélian (1738), Saint-Vitz-sous-Montmélian (1739), Saint-Witz-sous-Montmélian (à partir de 1765), et enfin Saint-Witz (sans qualificatif) dès 1788. Ainsi Vy possède le même anthroponyme que Guy en français, issu du germanique Wido, le nom de Guy ayant effectivement été latinisé en Vitus. En tout cas, ce saint semble être le même que Saint Guy, patron de la première église paroissiale de Saint-Witz fondée en 757, autour d’un lieu de culte prenant le vocable du martyr. WM

Partagez cet article

Drame de Domont : le maire de Châtenay-en-France a souhaité s’exprimer

Le maire de Châtenay m’a envoyé récemment ce mot :

Cher Monsieur,

Je vous serais particulièrement reconnaissant de bien vouloir publier dans votre journal le petit texte joint, en hommage à Madame Cécile PIQUET. Je pense souvent au drame qu’elle a vécu,et je ne peux rester sans réaction.

Je vous souhaite le meilleur (ou le moins mauvais) en cette fin d’année

Amicalement,

Jacques RENAUD

Ce que je fais volontiers. Vous pourrez lire en entier en cliquant ci-dessous :

De son côté, la Gazette du Val d’Oise a publié un article (à lire ici) dans lequel il est fait état du lancement d’une cagnotte en ligne pour soutenir les malheureuses filles de la dame, avec cette foto :

Tristesse … EV

 

Partagez cet article

Louvres : les murs du Musée Archéa et de l’église Saint-Justin vandalisés

Les faits se sont déroulés dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 décembre 2020, autour de la rue de Paris dans le secteur de l’ancien centre de Louvres. A la stupéfaction des habitants et des élus locaux venus constater l’impensable, le vandalisme des murs du Musée intercommunal Archéa et de l‘église Saint-Justin, ainsi que nombreux murs d’habitations et d’une agence immobilière. Les tags ont été réalisés avec des bombes de peinture de différentes couleurs, indiquant certainement la présence de plusieurs auteurs au moment des faits.

Sur les murs du Musée, nous pouvons y voir plusieurs « mort aux juifs », des menaces et insultes envers le maire, la police, la justice ou des propos contre la culture, mais également le mot « hold-up », titre du reportage complotiste ayant fait parler de lui sur internet et dans les médias. Les murs de l’église, quant à eux, ont été vandalisés avec des inscriptions « pédophile » au niveau de la plaque commémorative à la mémoire de Jean-Baptiste Maldague, curé de Louvres de 1775 à 1794 et Premier Magistrat de la ville de Louvres, qui a été guillotiné sous la Terreur le 25 juillet 1794.

Dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux, la mairie de Louvres se dit profondément stupéfaite par ces actes de détérioration et de haine. Dans la matinée du mardi 23 décembre, les employés municipaux de la voirie ont été dépêchés sur les lieux afin d’enlever toutes les traces de vandalisme, en commençant par le secteur de l’église. Plusieurs plaintes, dont celle de la ville de Louvres, ont été déposées. Une enquête pour dégradations en réunion de biens publics et privés avec propos à caractère racistes et antisémites a été ouverte par le parquet de Pontoise. WM

l’avis d’EV

Scandaleux  ! On voit d’où ça vient. J’espère qu’ils vont être trouvés.

Partagez cet article

Châtenay-en-France a (re) planté des arbres ! Mais après…

C’était il y a quelques jours. J’avais piqué cette foto sur le facebook d’Anthony Arciero, conseiller départemental du Val d’Oise (à gauche sur la foto) car je l’avais trouvée pas mal. Le maire de Châtenay-en-France (95), Jacques Renaud, (au milieu) avait décidé de faire planter 60 tilleuls sur la RD 9, qui traverse ce beau village de 75 habitants.La dame que l’on voit ici est la directrice de l’entreprise d’espaces verts de Domont qui a fourni et planté les arbres.

C’ est elle qui a été assassinée quelques jours après. J’en ai été, comme tous, profondément affecté, au point d’avoir mis plusieurs jours à écrire ces lignes. Je reviendrai sur  Châtenay plus tard. EV

Partagez cet article