L’emploi, priorité de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France

En ces temps difficiles pour l’emploi au sein de la zone aéroportuaire Charles de Gaulle, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France (CARPF) intensifie les initiatives afin d’aider les personnes en recherche d’emploi. Ce coup de pouce concerne les demandeurs d’emploi fraîchement arrivés sur le marché du travail, mais également les salariés de longue date qui travaillaient sur l’aéroport et qui ont perdu leur emploi à la suite d’un licenciement économique. Pour ces derniers, une aide à la réorientation professionnelle est envisagée. C’est pour cette raison que depuis le 4 mai 2021, la CARPF, en partenariat avec l’association Créative, ont lancé l’opération « Tournée rebond – votre agglo vous accompagne », un bus marquant une quarantaine d’arrêts dans les villes et villages de l’agglo, à la rencontre des habitants, pour les informer sur l’emploi, la formation, la création d’entreprise ou la mobilité.

« Ces personnes, parfois plusieurs dans un même foyer, ne sont pas familiarisées avec les codes de la recherche d’emploi et des programmes d’aide existants. Nous, élus du territoire, sommes conscients de la nécessité d’anticiper les besoins et d’imaginer des solutions de proximité innovantes pour les accompagner », déclare Pascal Doll, Président de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, dans le communiqué publié le 3 mai 2021.

L’opération s’inscrit dans le cadre du plan Covid que la CARPF a initié quelques mois après le début de la crise sanitaire. Un dispositif de proximité incluant deux tournées organisées en mai-juin et septembre-octobre, pour aller au-devant des habitants et répondre à leurs préoccupations. À son bord, différents partenaires spécialisés dans l’emploi, à la reconversion professionnelle et à la mobilité. Benoit Jimenez, Vice-président à l’emploi et la formation, ajoute : « Ces professionnels sont mobilisés pour : écouter, renseigner, orienter et, in fine, proposer un accompagnement à la fois psychologique et pratique pour permettre aux demandeurs d’emploi d’appréhender cette période. C’est à la fois du concret : s’inscrire à Pôle emploi, refaire son CV, postuler à des offres, etc. ; et de l’écoute pour les aider à se projeter dans l’avenir. »

Les dates de la première tournée sont : le 18 mai, de 10h à 13h, à Moussy-le-Neuf (mairie) et de 14h à 19h, à Othis (espace François Mitterrand) – le 20 mai, de 10h à 13h, à Longperrier (Parking du lycée) et de 14h à 18h, à Dammartin-en-Goële (mairie) – le 21 mai, de 16h à 19h, Survilliers/Fosses (gare RER D) – le 25 mai, de 15h à 18h, à Saint-Witz (parking du gymnase) – le 27 mai, de 10h à 13h, à Vémars (mairie) et de 15h à 18h, à Chennevières-lès-Louvres (mairie) – le 1er juin, de 10h à 13h, à Villeron (devant l’école) et de 16h à 19h, à Fosses (Place Jean Moulin) – le 2 juin, de 12h à 15h, à Roissy-en-France (mairie) et de 16h à 19h, à Roissy-en-France (Gare RER CDG RoissyPole) – le 3 juin, de 10h à 13h, de 14h à 17h, à Puiseux-en-France (mairie) – le 8 juin, de 10h à 13h, à Épiais-lès-Louvres (mairie). Les dates de la seconde tournée n’étant pas encore communiquées à ce jour, la CARPF et l’association Créative encouragent les demandeurs d’emploi à consulter régulièrement leur site internet afin de se tenir informer sur les dates à venir.

Pour rappel, les organismes, entreprises et collectivités du Grand Roissy proposent également des offres de stages, d’emploi, des contrats d’apprentissage via le site du Club des Acteurs du Grand Roissy, qui relaie régulièrement des annonces d’offres d’emplois sur cette page accessible ici. WM

Partagez cet article

La CARPF a mis en ligne son nouveau site dédié aux médiathèques le 26 avril 2021

« Une offre de lecture publique enrichie », voilà ce qui résume l’initiative prise par la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, annoncée dans son dernier communiqué.  La CARPF, à partir du lundi 26 avril 2021, a mis en ligne son nouveau site dédié aux médiathèques du territoire, avec une volonté d’offrir la lecture publique de façon accessible, en utilisant une simple connexion internet via ordinateur, smartphone et tablette. Cette initiative a pour objectif d’étendre son offre culturelle en proposant un catalogue foisonnant de plus de 650 000 documents et qui regroupera les collections du réseau et de nombreuses ressources numériques. Un choix important de contenus hiérarchisées en 7 rubriques thématiques : LIRE (avec CAFÉYN, un catalogue de plus de 1 000 titres de presse), REGARDER (films, séries, documentaires, booktubes…), ÉCOUTER (concerts vidéo et audio, conférences et documentaires issus du Philarmonique de Paris), APPRENDRE (catalogues de formations incluant le soutien scolaire, langues étrangères, révision du code de la route, multimédia…), DÉCOUVRIR (rubrique dédiée à l’univers des loisirs :arts, musiques, sport, santé, cuisine…), JOUER (une sélection de contenus web gratuits sur les jeux vidéo et les jeux de société) et JEUNESSE (un espace avec des contenus ludo-éducatif pour les enfants âgés de 3 à 12 ans).

« Ce projet de nouveau site des médiathèques s’inscrit à la fois dans la politique culturelle de l’agglo qui vise depuis de nombreuses années à développer la lecture publique sur le territoire et, à proposer aux usagers et aux habitants, une offre globale, accessible plus facilement et à tout moment. En cette période de crise, les mesures sanitaires et le confinement ont engendré des périodes de fermeture des équipements. Grâce à cette solution en ligne, la culture redevient accessible et reprend son rôle de lien social, d’ouverture d’esprit et d’ouverture sur le monde. Enfin, il était primordial de moderniser l’offre et de la rendre accessible au plus grand nombre », déclare Jean-Pierre Blazy, 2ème Vice-Président délégué à la Culture et au Patrimoine historique et Maire de Gonesse, dans le communiqué.

Le réseau des médiathèques de Roissy Pays de France regroupe un total de 28 bibliothèques et médiathèques intercommunales ou municipales, se trouvant dans les villes suivantes : Arnouville, Dammartin-en-Goële, Écouen, Fontenay-en-Parisis, Fosses, Garges-lès-Gonesse, Gonesse, Goussainville, Gressy, Juilly, Le Mesnil-Amelot, Le Mesnil-Aubry, Le Thillay, Louvres, Marly-la-Ville, Mitry-Mory, Puiseux-en-France, Roissy-en-France, Saint-Mard, Saint-Witz, Sarcelles, Survilliers, Vémars, Villeparisis et Villiers-le-Bel.

Pour bénéficier et profiter d’un accès aux contenus en ligne sur le nouveau site https://mediatheques.roissypaysdefrance.fr, il faut préalablement être inscrit dans l’une des médiathèques du territoire et se munir de sa carte puis du mot de passe associé (en cas de perte de ce dernier, il est possible de demander une réinitialisation en cliquant sur « mot de passe oublié »). Il y a quand même des bonnes nouvelles par ces temps troubles et apporter la culture directement à la maison, Roissy Mail dit OUI ! WM

Partagez cet article

La CARPF propose une aide aux commerçants du territoire

quelques commerces participants

Comme déjà évoqué par l’Office du Tourisme du Grand Roissy, ou encore plus récemment dans Le Parisien, Roissy Mail ne peut que saluer l’initiative par ces temps où l’économie et la consommation sont en berne. En effet, depuis fin février 2021, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, ainsi que la ville de Mitry-Mory, proposent une aide financière aux commerçants du territoire, via le site Petitscommerces.fr, première plateforme nationale réservée aux commerçants de proximité indépendants. Cette aide se traduit sous forme de bons d’achat et de cartes cadeaux, avec une remise de 20% pour les consommateurs, 40% en ce qui concerne Mitry-Mory, utilisables dans tous les commerces inscrits sur le site. Cette initiative a pour objectif d’inciter à la consommation locale et d’apporter un coup de pouce aux commerçants, durement impactés depuis le début de la crise sanitaire. Le montant de cette opération pris en charge par la CARPF est à hauteur de 40 000 €.

Un succès, les commerçants ayant déjà réalisé pour plus de 30 000 € de ventes, en bientôt trois semaines. Cependant, bien que cette opération redonne un peu le moral aux commerçants et augmente le pouvoir d’achat des consommateurs, ce succès pourrait être relatif. Cette dernière ne proposant, actuellement, que moins d’une centaine de commerces inscrits, risque d’en décevoir certains par le manque de choix.

Pour pallier ce souci de représentativité, une seule solution. Il faut plus de commerçants désireux de participer à l’opération. Restaurants, opticiens, librairies, boucheries, coiffeurs, merceries… sont invités à s’inscrire ici. La plateforme offre l’abonnement de 29 € HT mensuel, s’acquittant seulement de 6% HT sur les bons d’achat vendus, incluant les frais bancaires.  Pour les habitants de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France qui veulent consulter la liste des commerçants déjà inscrits à l’opération et profiter des bons d’achat, tout en faisant une bonne action afin d’aider les commerces locaux, vous devez vous rendre ici.

Ce type d’initiative commence à voir le jour un peu partout en France, les collectivités s’engageant à apporter leur soutien aux commerçants, comme dans la ville de Crépy-en-Valois, commune de l’Oise de 15 640 habitants, où la municipalité vient de lancer l’opération « Je booste mon pouvoir d’achat, je consomme local ! ». Cette opération totalisera 100 000 € de chèques cadeaux qui seront distribués aux habitants, à dépenser exclusivement chez les commerçants crépynois. Pour en profiter, le système est identique à celui utilisé par la CARPF, les habitants doivent acheter un bon d’achat sur le site www.beegift.fr. Ceci donnant un chèque cadeaux, sous forme d’un cashback.   WM            

Partagez cet article

La future Maison du Numérique à Sarcelles se confirme

Le  préfet est sur la droite ©Roissy Pays de France

Le mardi 16 février 2021, le Préfet du Val d’Oise, Amaury de Saint-Quentin, est venu sur le site de la future Maison du Numérique qui sera construite à Sarcelles et qui accueillera ses premiers étudiants et entrepreneurs pour 2022-2023. Lors de cette venue, Pascal Doll, Président de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France et Maire d’Arnouville, Patrick Haddad, Maire de Sarcelles, ainsi que François Germinet, Président du CY Cergy Paris Université, et Francis Soler, architecte du projet, se sont déplacés pour effectuer la visite aux côtés du préfet. La Maison du Numérique, projet intercommunal mené en partenariat avec l’université, est soutenu par le plan France Relance à hauteur de 600 000 €.

La future Maison  ©Roissy Pays de France

Ce projet, participant pleinement au programme de refondation économique, sociale et écologique du pays, s’étale sur une superficie de 2 550 m² et est estimé à un coût de 7,5 millions d’euros. Dans son communiqué du 17 février 2021, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France déclare : « Projet-phare de la stratégie de développement économique local et d’inclusion sociale autour de la création numérique, la Maison du Numérique accueillera à terme des espaces à destination des jeunes entrepreneurs, comprenant un espace de coworking de 260 m², un auditorium de 80 places, des salles de formation, un incubateur FacLab® Numixs, et des bureaux. La Maison du Numérique dispensera des formations à destination de personnes éloignées de l’emploi, des artisans et commerçants souhaitant réaliser la transition numérique de leur activité, mais aussi l’ensemble des habitants et citoyens qui désirent se former et s’impliquer dans des projets ».

« Je me félicite de la venue du Préfet du Val-d’Oise sur le site de la future Maison du Numérique. Le numérique représente un enjeu majeur pour le territoire, une opportunité́ de former les jeunes populations aux métiers en lien avec ce secteur d’activité, d’être identifié en tant que territoire d’innovation et de créer une dynamique de développement d’applications liées à la smart city », déclare Pascal Doll via le communiqué.

Outre le futur site de la Maison du Numérique, Amaury de Saint-Quentin a également visité les locaux du FacLab® Numixs, espace de travail partagé et collaboratif où chacun peut imaginer un projet et le concrétiser tout en contribuant localement à l’intelligence collective du réseau international des FacLabs. Lentement mais sûrement, la transition numérique s’opère sur le territoire du Grand Roissy. WM

Partagez cet article

Un nouveau groupe scolaire va sortir de terre à Vémars pour 2022-2023

Vémars est, depuis quelques années, en plein développement, passant d’approximativement 2 500 habitants à 3 300 sur la prochaine décennie. Afin d’accompagner ce développement, la ville de Vémars a décidé de se doter d’un nouveau groupe scolaire, se voulant intégrer à l’évolution de la commune. Ce lundi 18 janvier 2021, le chantier du futur groupe scolaire a débuté avec l’implantation des premiers engins et cabanons. Ce projet, qui se déroulera en 2 phases, ne regroupera pas un, mais deux établissements scolaires d’une capacité totale de 19 classes, une école maternelle de 7 classes et une école élémentaire de 12 classes. La surface accordée au projet est d’un hectare et prendra place près du complexe sportif qui se trouve rue Marcel Gauthier. La première phase de construction concerne l’école maternelle. Cette dernière doit accueillir ses premiers élèves pour la rentrée de septembre 2022. L’école élémentaire, quant à elle, ouvrira ses portes pour la rentrée de septembre 2023. Afin de fluidifier et sécuriser les abords du groupe scolaire, 71 places de parking vont être créés, comprenant 31 places en dépose-minute et 30 places de stationnement.

Le traitement paysager, point fort de ce projet, vise à conserver ou créer autant que possible des espaces verts, soit en zones de pleine terre, soit par la mise en œuvre de jardins sur dalle ou de toitures végétalisées. Des carrés potagers seront implantés au niveau de la maternelle et de l’élémentaire. Dans les aménagements respectant l’écologie et la biodiversité, nous pourrons y trouver des hôtels à insectes, des nichoirs et des abris à hérissons.

Après 4 ans d’études de 2014 à 2018 et après avoir passé un appel d’offre pour l’élaboration de ce projet, 134 dossiers d’architecture ont été réceptionnés. La commission du jury a fini par choisir le dossier proposé par le cabinet d’architectes Atelier Malisan. Le coût de ce nouveau groupe scolaire est de 8,3 millions d’euros hors taxe, 5,3 millions d’euros pour l’école maternelle et 3 millions d’euros pour l’école élémentaire. La part de subventions s’élève à 2,8 millions d’euros, financé à hauteur de 1 200 000 € par le Département du Val d’Oise, 800 000 € par la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France (CARPF), 700 000 € par la dotation de soutien à l’investissement local (DSIL) et 100 000 € par la dotation d’équipement des territoires ruraux (DETR). Le reste est financé avec un emprunt à taux négatif, pris en charge par la ville de Vémars, préservant sa trésorerie.

« C’est une bonne nouvelle pour Vémars et ses habitants. Ce groupe scolaire est très attendu par les Vémaroises et Vémarois. D’une part parce que les bâtiments de nos écoles, maternelle et élémentaire, sont vétustes, représentant également un problème de sécurité concernant le trafic routier pour les enfants et les parents, lors des entrées et sorties de classe. Et d’une autre part, d’un point de vue personnel, car ce projet est une promesse de campagne. Le chantier aurait pu commencer plus tôt, mais le coronavirus en a décidé autrement, reportant de 8 mois le début des travaux », déclare Frédéric Didier, Maire de Vémars depuis 2001, lors de l’entretien téléphonique.

« Nous voulons une dynamique sociale et commerciale, ce futur groupe scolaire s’intégrant entre la récente zone résidentielle et commerciale, et la zone pavillonnaire déjà existante. Nous misons sur la mixité de ce quartier, structuré autour du complexe sportif et du groupe scolaire. Le choix de la ville de Vémars pour l’Atelier Malisan correspond complètement à notre vision d’une ville respectant la sensibilité paysagère et écologique, avec une intégration par l’architecture et l’environnement. Un développement cohérent, sans dégrader le cadre de vie qui fait de Vémars, une ville où il fait bon vivre », ajoute-t-il.

D’ici 2030, à l’instar de nombreuses villes membres de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, Vémars va continuer son développement avec la construction d’une piste cyclable, d’une halle au marché et d’une agence bancaire. WM

Partagez cet article

La ville de Saint-Witz s’agrandit avec deux nouveaux quartiers résidentiels

La ville de Saint-Witz, comptant actuellement 2 485 habitants (d’après le recensement INSEE 2020) et continuant sa politique de développement initiée depuis 5 ans, accueillera sur la période 2021-2022 deux nouvelles zones résidentielles de 145 logements sur une surface de 8 hectares, maisons et appartements confondus. Ce projet est encadré par deux promoteurs immobiliers, Elgéa et Flint Immobiliers. Nommées “Les Jardins de Vy” et “Le Clos de la Haie Jabeline” (parcelle AU1 sur le plan), ces nouvelles zones résidentielles, qui sont mitoyennes de l’étang et de la voie de promenade, comptent sur une facilité d’accès à l’autoroute A1 et un cadre de vie paisible comme ses meilleurs atouts, selon les deux promoteurs. Les travaux de viabilité du chantier (voies d’accès, connexion eau et électricité) ont été réalisés par l’entreprise de BTP Colas, au cours de l’année 2020. Depuis décembre, les unes après les autres, les premières maisons sortent de terre, visibles le long des rues de la Fontaine aux Chiens et de la Butte aux Bergers.

Selon le Plan Local d’Urbanisme (PLU), publié en juin 2016 et consultable en cliquant ici, prévoit entre 25 et 35% de maisons individuelles, le reste des pourcentages représentant la part d’appartements résidentiels, et au minimum 25% de logements sociaux. Dans la répartition des lots, Elgéa, s’occupant du quartier “Les Jardins de Vy”, propose 50 logements, allant de l’appartement T3 (66,40 m²) à la maison T4 (74,00 m² et 78,00 m²) avec jardin privatif et 2 places de parking, sans oublier des T5. En ce qui concerne “Le Clos de la Gaie Jabeline”, regroupant uniquement des maisons avec jardins et place de parking, Flint Immobilier a mis à disposition 95 terrains à bâtir, allant d’une surface de 602 m² à 1200 m². Les deux programmes immobiliers ont été un succès, selon les promoteurs, les futurs logements ayant presque tous déjà trouvé des acquéreurs.

Dans les prochaines années, selon toujours le PLU émis en juin 2016, Saint-Witz verra un agrandissement de sa zone pavillonnaire (parcelle AU2 sur le plan), d’une surface de 6 hectares avec sur son flanc Sud-Ouest, une continuité de la coulée verte à aménager en prolongement de la Cascade des Etangs. Proche de ce secteur, une extension de la zone hôtelière et de restauration est également à l’étude (parcelle AUéco sur le plan). Enfin, cette décennie sera marquée par la construction de la nouvelle mairie, remplaçant l’actuelle, certes historique mais très petite mairie, située au 1 Place Isabelle de Vy. Une évolution que Roissy Mail ne loupera pas de suivre dans le futur.

Intrigué par la présence récurrente du nom « Vy », mes recherches m’ont conduit sur Wikipédia afin d’éclairer ma lanterne et celles des lecteurs. D’après les informations présentes sur le célèbre site internet, au XVIIIe siècle, époque où ni la graphie, ni la forme définitive du toponyme ne sont fixés, on compte huit versions successives : Saint-Vize (1702), Saint-Vy (1704), Saint-Vy-sous-Montmélian (1705), Saint-Vic-sous-Montmélian (1708), Saint-Vilz-sous-Montmélian (1738), Saint-Vitz-sous-Montmélian (1739), Saint-Witz-sous-Montmélian (à partir de 1765), et enfin Saint-Witz (sans qualificatif) dès 1788. Ainsi Vy possède le même anthroponyme que Guy en français, issu du germanique Wido, le nom de Guy ayant effectivement été latinisé en Vitus. En tout cas, ce saint semble être le même que Saint Guy, patron de la première église paroissiale de Saint-Witz fondée en 757, autour d’un lieu de culte prenant le vocable du martyr. WM

Partagez cet article

Louvres : les murs du Musée Archéa et de l’église Saint-Justin vandalisés

Les faits se sont déroulés dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 décembre 2020, autour de la rue de Paris dans le secteur de l’ancien centre de Louvres. A la stupéfaction des habitants et des élus locaux venus constater l’impensable, le vandalisme des murs du Musée intercommunal Archéa et de l‘église Saint-Justin, ainsi que nombreux murs d’habitations et d’une agence immobilière. Les tags ont été réalisés avec des bombes de peinture de différentes couleurs, indiquant certainement la présence de plusieurs auteurs au moment des faits.

Sur les murs du Musée, nous pouvons y voir plusieurs « mort aux juifs », des menaces et insultes envers le maire, la police, la justice ou des propos contre la culture, mais également le mot « hold-up », titre du reportage complotiste ayant fait parler de lui sur internet et dans les médias. Les murs de l’église, quant à eux, ont été vandalisés avec des inscriptions « pédophile » au niveau de la plaque commémorative à la mémoire de Jean-Baptiste Maldague, curé de Louvres de 1775 à 1794 et Premier Magistrat de la ville de Louvres, qui a été guillotiné sous la Terreur le 25 juillet 1794.

Dans un communiqué posté sur les réseaux sociaux, la mairie de Louvres se dit profondément stupéfaite par ces actes de détérioration et de haine. Dans la matinée du mardi 23 décembre, les employés municipaux de la voirie ont été dépêchés sur les lieux afin d’enlever toutes les traces de vandalisme, en commençant par le secteur de l’église. Plusieurs plaintes, dont celle de la ville de Louvres, ont été déposées. Une enquête pour dégradations en réunion de biens publics et privés avec propos à caractère racistes et antisémites a été ouverte par le parquet de Pontoise. WM

l’avis d’EV

Scandaleux  ! On voit d’où ça vient. J’espère qu’ils vont être trouvés.

Partagez cet article

Culture : Roissy Pays de France réitère le BIB-EXPRESS pendant le confinement

S’il y a bien un domaine qui a souffert et qui continue de souffrir de la situation sanitaire liée au COVID-19, à l’instar des commerçants et des restaurateurs, c’est bien le monde de la culture. A chaque confinement, il n’y a plus de théâtres, de concerts, de cinémas, de conférences ou d’événements culturels, ainsi que l’accès à la littérature du fait des fermetures de librairies, impactant le moral de bon nombre de personnes. En attendant une accalmie des contaminations et un retour à une vie normale, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France réitère le BIB-EXPRESS, en partenariat avec cinq médiathèques du territoire, à partir du samedi 7 novembre 2020.

Pour profiter de ce service, il faut être habitant de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France et être inscrit dans l’une des cinq médiathèques intercommunales participantes à l’opération BIB-EXPRESS, qui sont : les médiathèques Aimé Césaire et Erik Orsenna à Villiers-le-Bel, la médiathèque Elsa Triolet à Garges-lès-Gonesse, la médiathèque Anna Langfus à Sarcelles et la médiathèque à Arnouville. Remplissant ces critères, les habitants pourront emprunter des livres, des CD et des DVD, dans le respect des mesures sanitaires en vigueur.

« Afin de respecter les gestes barrières liés à la situation sanitaire actuelle, les documents de chaque médiathèque pourront être empruntés après réservation en ligne, par courriel ou par téléphone du mardi au samedi de 14h30 à 18h et retirés sur place, sur rendez-vous, le mercredi, le vendredi et le samedi de 14h30 à 18h. Les prêts sont illimités pour une durée de deux mois à compter du moment du retrait. Le port du masque est obligatoire au moment du retrait, comme dans l’ensemble des équipements de l’agglomération », déclare la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France dans son communiqué.

Afin de limiter tous les risques de contamination, les livres, CD et DVD sont soumis à période de confinement de trois jours dès leur retour, avant de retourner dans le circuit d’emprunt.

Vous pouvez procéder aux réservations de documents sur le portail http://bibliotheques.roissypaysdefrance.fr/, ainsi que par téléphone ou courriel auprès de chacune des médiathèques intercommunales suivantes : Médiathèque Aimé Césaire, 1 Place Victor Hugo, 95400 Villiers-le-Bel – Téléphone : 01.39.90.80.39 Email : bibexpress-aimecesaire@roissypaysdefrance.fr. Médiathèque Erik Orsenna, 97 Avenue Pierre Semard, 95400 Villiers-le-Bel – Téléphone : 01.39.85.82.20 Email : bibexpress-erikorsenna@roissypaysdefrance.fr. Médiathèque Elsa Triolet, 2 Rue Jean-François Chalgrin, 95140 Garges-lès-Gonesse – Téléphone : 01.39.93.82.83 Email : bibexpress-elsatriolet@roissypaysdefrance.fr. Médiathèque Anna Langfus, 37 Boulevard Henri Bergson, 95200 Sarcelles – Téléphone : 01.39.93.27.80 Email : bibexpress-annalangfus@roissypaysdefrance.fr. Médiathèque d’Arnouville, 15 Rue Robert Schuman, 95400 Arnouville – Téléphone : 01.39.85.39.96 Email : bibexpress-arnouville@roissypaydefrance.fr.

On ne peut que saluer cette initiative, permettant de garder un lien entre la culture et les habitants. Cependant, cela ne concerne que 5 des 22 médiathèques du territoire Roissy Pays de France, pour le moment. Espérons que les autres médiathèques rejoignent vite l’opération BIB-EXPRESS. WM

 

Partagez cet article

Alain Aubry, nouveau président de Roissy Développement

Alain Aubry, entouré de Pascal Doll, président de la CA et d’Agnès Coudray, directrice de Roissy Dév

Comme c’était prévu, Alain Aubry, maire (depuis 2008) du Mesnil-Amelot (77), et désormais 1er vice-président de la CA Roissy Porte de France, chargé du développement économique, est, depuis le 14 octobre le président de “Roissy Dév“, l’agence de développement économique de la CA. Je pense que c’est une bonne chose : je le connais depuis longtemps et je peux dire qu’il s’y connait.

Quelques jours plus tard, dans la salle du Conseil de la CA, il a fait (foto) une promotion en vidéo de “Roissy Dév Box, un dispositif créé pour venir en  aide aux entreprises. Une belle présentation, à voir ici. EV

Partagez cet article

Le Golf International de Roissy a cartonné pour sa première journée d’activités

Dès son premier jour d’ouverture, le vendredi 18 septembre 2020, le Golf International de Roissy a accueilli de nombreux clients, venus entre amis pour découvrir et pratiquer le parcours 18 trous ou simplement venus en famille au restaurant afin de passer un bon moment sur la terrasse. Cela pouvait se voir dès le parking, où ce dernier était quasiment complet au niveau du stationnement. A l’entrée du bâtiment principal, plus communément appelé Clubhouse, vous y trouverez un grand hall disposant d’un style épuré avec quelques plantes dispatchées de ci de là. Au fond, se trouve l’accueil avec le comptoir pour réserver ou valider votre réservation préalablement effectuée sur le site https://jouer.golf/golf/ugolf-golf-international-de-roissy/. Sur quelques murs et devant la baie vitrée, trônent divers articles de golf comme des chaussures et des équipements, tous achetables au comptoir de l’accueil.

Ensuite pour se rendre au restaurant, un couloir, arborant une fresque murale avec les photos des personnes ayant contribué à la réalisation du projet tels que André Toulouse et Patrick Renaud pour ne citer qu’eux, sépare les deux salles. Le restaurant est très aéré, autant en espace qu’au niveau de la vue panoramique qui domine une partie du parcours 18 trous. Sur le côté, une porte donne accès à la terrasse. Pour les tarifs, une formule Entrée + Plat ou Plat + Dessert vous coûtera 24€ par personne (hors boisson). Si vous choisissez la formule complète Entrée + Plat + Dessert, vous devrez compter 29€ par personne (hors boisson). Au menu, dos de cabillaud à la plancha, suprême de volaille, épaule d’agneau confite, entrecôte poêlée à la plancha. Mais les amateurs de grands crus seront certainement au paradis avec une carte des vins digne des plus grands restaurants, comme avec le Saint-Émilion Grand Cru AOC, Château Bellerose 2017 ou le Margaux AOC, Château Giscours, 3e Cru classé en 1855 et 2015.

Globalement, j’ai apprécié l’endroit. Le personnel est à l’écoute et fort sympathique, au restaurant comme pour la partie golf. Les clients que j’ai croisé sur le practice et le parcours 18 trous sont des habitués de ce sport. On sent la passion qui les anime, allant de la concentration la plus intense aux tractations et autres charriages sur une mauvaise performance, tout en restant bon enfant et fair play. Les amoureux de la nature, quant à eux, pourront se promener gratuitement, tout autour du golf, sur les chemins prévus à cet effet. Malgré une pelouse un peu trop sèche à certains lieux, durement éprouvée par la sécheresse de ces derniers temps, j’en conclus que ce Golf International de Roissy est un bien bel endroit et que c’est une très bonne idée de l’avoir réalisé, afin d’augmenter l’attractivité du territoire et l’offre de service en matière de loisirs. Une véritable valeur ajoutée mélangeant sport, gastronomie et nature.

Vous pouvez consulter la grille des tarifs 2020, abonnement au mois ou l’année, en cliquant sur ce lien : https://jouer.golf/content/uploads/2020/09/tarifs2020-roissy.pdf. WM

Partagez cet article

La Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France a élu son nouveau président, Pascal Doll

Pascal Doll

Dans la matinée du samedi 11 juillet 2020, au Centre Culturel l’Orangerie de Roissy-en-France, a eu lieu le premier conseil de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France (CARPDF) avec l’élection du nouveau président et du nouvel exécutif qui l’accompagnera dans ce mandat de 6 ans. Sans grande surprise, étant le seul à avoir posé une candidature, Pascal Doll, maire (LR) d’Arnouville depuis 2015, succède à Patrick Renaud au poste de président de la CARPDF avec 84% des votes. Cependant, certains élus locaux qui participaient au vote, auraient bien voulu plus de clarté du nouveau président afin de se présenter devant les nouveaux maires fraîchement élus, concernant les objectifs et les ambitions pour son futur mandat, estimant la légitimité de connaître la personne et son projet de mandat, avant de voter. La réponse Pascal Doll aura été directe, bien que certainement pris de court : « Je ne suis pas là pour révolutionner les choses, mais m’inscrire dans la continuité des projets déjà accomplis par mon prédécesseur, Patrick Renaud ». Les 102 votants ont fini par accorder la présidence à Pascal Doll, avec 84% des suffrages, donc.

Dans son discours d’investiture, le nouveau président a déclaré : « Merci de votre confiance, être élu Président de la communauté d’agglomération Roissy Pays de France n’est pas une mince affaire. Je mesure à sa juste valeur l’honneur que vous me témoignez, et la responsabilité que j’assumerai, je vous en suis très reconnaissant. Je souhaite remercier en tout premier lieu l’ensemble des élus du précédent mandat, pour le travail qu’ils ont accompli depuis quatre ans sur notre beau territoire. Merci aussi à vous tous, anciens et nouveaux élus communautaires, pour votre engagement pour les 6 prochaines années. Nous allons, j’en suis persuadé, faire de belles choses pour ce territoire, nos communes et nos populations. Et bien évidemment un grand merci à toi Patrick ! ». Retrouvez l’intégralité du discours de Pascal Doll, en cliquant ici .

A la demande du nouveau président et plébiscité par une large partie des élus, le titre de président honoraire a été décerné à Patrick Renaud.

Le nouvel exécutif

Une fois installé, Pascal Doll a proclamé le début des votes, concernant les futurs vice-présidents et conseillers délégués. Les nouveaux élus, qui siègeront au Conseil exécutif de la Communauté, sont :

Alain Aubry, Maire du Mesnil-Amelot, Premier Vice-Président en charge du Développement économique, ( 83,8%) des suffrages. Jean-Pierre Blazy, Maire de Gonesse, Vice-Président en charge de la Culture et du Patrimoine,  (88%). Charlotte Blandiot-Faride, Maire de Mitry-Mory, Vice-Présidente en charge de la Petite enfance et des Personnes âgées, ( 88,2). Patrick Haddad, Maire de Sarcelles, Vice-Président en charge de l’Aménagement du territoire, du NPNRU et du Développement Durable (( 92,9). Jean-Luc Servières, Maire de Claye-Souilly, Vice-Président en charge de l’Eau, l’Assainissement et la GEMAPI, ( 87,8). Benoît Jimenez, Maire de Garges-lès-Gonesse, Vice-Président en charge de l’Emploi, la Formation, la Politique de la ville et l’ESS, ( 85,1). Jean-Claude Geniès, Maire de Gressy, Vice-Président en charge des Déchets ménagers, ( 86,3). Jean-Louis Marsac, Maire de Villiers-le-Bel, Vice-Président en charge du Budget, des Finances et de l’Administration, (92) . Daniel Haquin, Maire de Juilly, Vice-Président en charge des Mobilités, (84,3). Pierre Barros, Maire de Fosses, Vice-Président en charge des Ressources Humaines et de la Mutualisation, (88,3). Frédéric Bouche, Maire de Villeparisis, Vice-Président en charge du Patrimoine bâti, ( 87,3). Michel Thomas, Maire de Roissy-en-France, Vice-Président en charge des Sports, (90,6). Abdelaziz Hamida, Maire de Goussainville, Vice-Président en charge de l’Habitat et du Logement( 69,3). Charles Soufir, Conseiller municipal de Sarcelles, Vice-Président en charge de l’économie des Territoires, de l’Innovation et du Numérique et des Fonds européens, ( 85,1). Tutem Sahindal-Deniz, Adjointe au maire de Garges-lès-Gonesse, Vice-Présidente en charge du Handicap, de la Santé et de l’Aide aux personnes, (84,7).

Isabelle Rusin, Maire d’Épiais-lès-Louvres, Conseillère déléguée en charge du Tourisme et de la Coopération décentralisée, élue avec 88,7% des suffrages. Michel Dutruge, Maire de Dammartin-en-Goële, Conseiller délégué en charge de la Voirie (85,7). Eddy Thoreau, Maire de Louvres, Conseiller délégué en charge de l’Agriculture et de la Trame verte et bleue ( 83,3). Adeline Roldao, Maire de Survilliers, Conseillère déléguée en charge des Marchés publics et des Relations avec les intercommunalités voisines et le Grand Paris,  (82,4). Michel Mouton, Maire de Longperrier, Conseiller délégué en charge de la Sécurité et la Vidéoprotection, ( 84,3). Manuel Alavarez, Adjoint au maire de Sarcelles, Conseiller délégué en charge de l’Emploi auprès du Vice-Président à l’Emploi,  (87,9). Daniel Dometz, Maire de Saint-Mard, Conseiller délégué en charge des aires d’accueil des gens du voyage auprès du Vice-Président à l’Habitat et au Logement, (86,7). Antoni Yalap, Adjoint au maire de Sarcelles, Conseiller délégué en charge du Développement Durable auprès du Vice-Président au Développement Durable ( 79).

Les élus des communes membres de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France ont procédé aux différents votes de mise en place du président et de l’exécutif, mais aussi des titulaires et suppléants auprès des multiples syndicats des eaux, via le vote électronique. Une première pour l’organisation territoriale du Grand Roissy. La séance s’est déroulée dans le respect des règles sanitaires, un siège sur deux disponible, le port du masque et la présence de gels hydroalcooliques. Après plusieurs évènements dans cette ville, post-déconfinement, je peux dire que Roissy-en-France est un bon élève dans ce domaine.

Ce mandat de 6 ans promet de nombreux défis pour les nouveaux élus, en anticipant la crise sociale et économique qui s’annonce. Comme le dit Pascal Doll dans son discours d’investiture : « A l’aube de cette nouvelle mandature communautaire, nous savons tous que la tâche sera rude. La crise que nous traversons met à mal l’économie et l’emploi. Nous avons tous, dans nos communes, des gens qui souffrent et qui en subissent déjà les conséquences. La rentrée sera marquée par une crise économique sans précédent depuis 75 ans. Il faudra nous mobiliser, plus que jamais, pour permettre d’assurer le développement économique de notre territoire, en œuvrant dès à présent pour attirer de nouvelles entreprises et bien entendu, soutenir les entreprises déjà implantées ». WM

 

Partagez cet article

Le Groupe SEGRO s’installera dans la zone d’activités A Park du Thillay

cliquez pour tout voir l’état de la commercialisation

  Le 27 février 2020, dans un communiqué de presse, le Groupe SEGRO annonce avoir signé un contrat VEFA (vente en futur d’achèvement) avec Linkcity Île-de-France, Semavo et Portica, pour la construction d’une zone d’activité de 22 000 m², s’étendant sur 5,4 hectares et qui regroupera quatre bâtiments modulables et divisibles, à destination des entreprises de toutes les tailles (PME/PMI, start-ups, multinationales…). Ce projet, baptisé SEGRO Park Le Thillay, sera conçu par le Groupe Franc Architectures.

A Park est situé à proximité du plus important hub de transport aérien européen, proche d’axes routiers desservant les aéroports de Charles-de-Gaulle et du Bourget, de sérieux atouts qui peuvent convaincre les futures entreprises de s’implanter sur le site. Pour rappel, le pôle tertiaire A Park est le premier parc d’activités à avoir reçu le label « Grand Paris », affichant une surface de 27 hectares. A Park est également membre d’Aerotropolis by Roissy Dev.

le chantier Segro

SEGRO Park Le Thillay s’ajoutera aux deux récentes constructions voisines, le premier étant un bâtiment d’activités de 6 100 m² destiné à la société foncière Proudreed, nommé Parc de l’Oiseau Blanc, inauguré le 8 juillet 2019, et le second, une messagerie de 20 000 m² acquise par La Poste, qui sera officiellement en service au premier trimestre 2021. A vrai dire, pour le moment le quartier est très calme, aucune entreprise est active dans ces nouveaux locaux.

La zone d’activités du Thillay est labelisée BREEAM, standard de référence en termes de construction durable, voulant apporter aux usagers un cadre de travail de qualité, aussi bien qu’au niveau des services comme avec une conciergerie, qu’au niveau environnemental, entourée par près de 250 arbres et 1000 arbustes.

Les travaux, menés par les équipes Génie Civil Industriel & Environnement de Brézillon, seront réalisés en deux phases, le début de la première étant prévue en novembre 2020. Le chantier se veut résolument innovant, puisque le groupement a fixé une exigence élevée pour ce projet pilote, avec pour objectif le « zéro déchet ultime ». A ce jour, les travaux de terrassements ont commencé pour le SEGRO Park du Thillay. La livraison de la première phase de bâtiments est prévue pour le 4ème trimestre 2020 et concernant la deuxième phase, 4ème trimestre 2022, selon Nicolas Marragou, responsable de programmes immobiliers chez Linkcity Île-de-France. WM

Partagez cet article

Hommage à Patrick Renaud

C’était le 4 mars dernier. Dernière présidence de Patrick Renaud de Roissy Dév, l’association de développement économique de la CA Roissy Pays de France, suivi d’un pot de départ. Il y avait beaucoup de monde pour lui rendre hommage. Je n’y étais pas (mais représenté par Guillaume), mais j’ai ressenti à distance beaucoup d’émotion. Je m’associe bien sûr à ces hommages. Patrick Renaud aura fait un travail formidable depuis des années, tant à la mairie de Roissy qu’à la CA. Je reviendrai en détail sur son parcours, tant professionnel que politique, car il vaut le coup. Bravo Patrick ! EV

Partagez cet article

Le projet de liaison TGV Roissy-Picardie ne convainc toujours pas les élus de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France

Toujours remonté, Patrick Renaud

Dans le cadre de la (nouvelle…) concertation préalable concernant le projet de liaison ferroviaire Roissy-Picardie, la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) a organisé une réunion publique afin d’informer et de prendre les avis des habitants, qui seront impactés par le projet. La réunion s’est tenue le mardi 10 décembre 2019, dans la salle polyvalente Marcel Hervais à Roissy-en-France, devant des élus de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France et quelques habitants des villes de Vémars et Villeron ayant pu faire le déplacements, encadrée par Sylvie Denis-Dintilhac et Floran Augagneur, tous les deux garants de la concertation pour la CNDP, ainsi que de Laurence Rosset, Responsable de concertation pour la SNCF et André Bayle, Chef de la mission SNCF Roissy-Picardie. A noter que parmi les élus locaux présents, il y avait Patrick Renaud, Président de la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France, André Toulouse, Maire de Roissy-en-France, Pascal Doll, Maire d’Arnouville, Jean-Noël Moisset, Maire de Survilliers, Dominique Kudla, Maire de Villeron, Frédéric Didier, Maire de Vémars, Michel Jaurrey, 2ème Adjoint au Maire de Gonesse à l’urbanisme, Marie-Christine Robert, 3ème Adjoint au Maire aux affaires culturelles et associatifs, et Daniel Mella, 4ème Adjoint au Maire de Marly-la-Ville à l’urbanisme. Le débat fut animé par Emilie Walker, de l’Agence Eker.

Comme un préambule annonçant l’humeur générale de la réunion de concertation, Patrick Renaud prend le micro et déclare : « Pour commencer, je tiens à dire que je ne suis pas content. La manière n’est pas respectable. Dans l’état du projet, je suis contre. Cette nouvelle concertation tombe au plus mal. Aux noms des 42 communes dont je représente, cette annonce nous contrarie grandement. Nous avons rien contre la Picardie, rassurez-vous, mais depuis ces dernières semaines, après l’annulation d’Europa City, la Communauté d’Agglomération de Roissy Pays de France se sent lésée, sachant que nous ne serons pas ceux qui en profiterons, bien qu’en ayant les infrastructures sur notre territoire ».

au micro, Dominique Kudla, maire de Villeron, est en première ligne contre le projet

Pour rappel, ce projet d’un montant estimé à plus de 300 M€ aura surtout vocation à connecter les Hauts de France au réseau TGV, en passant par la gare CDG.  Et permettra dans la foulée de faciliter l’accès pour les habitants des Hauts-de-France aux emplois de la plateforme aéroportuaire de Paris-Charles de Gaulle. Mais la CA Roissy Pays de France ne l’entend pas de cette oreille. Dans ce contexte, une motion contre ce projet avait été votée à l’unanimité lors du conseil communautaire du 27 septembre 2018 (la voir ici).

“Inclusif”…

Floran Augagneur, à l’écoute des propos exprimés par le Président de la Communauté d’Agglomération, lui répond : « Nous entendons votre discours. Sachez que la CNDP est organisme indépendant. Notre rôle de garant en ce qui concernent ce projet, se fait dans un principe d’équivalence, de transparence, en utilisant le principe d’argumentation et en établissant une cartographie des arguments. Grâce à ce dispositif participatif, inclusif, nous restons à l’écoute de tous ».

Pendant environ une heure, s’est ensuite déroulée une présentation du projet de liaison ferroviaire Roissy-Picardie, où André Bayle a défendu ce dernier. « Notre objectif est l’amélioration du service au quotidien et la desserte du Pôle de Roissy. Par ce fait, nous construirons un raccordement à double voie de 6,5 km pour le TGV, entre la gare de Survilliers-Fosses et les voies TGV existantes à proximité de Vémars. La création de quais en gare de Roissy CDG et divers aménagements sur les gares en amonts sont également prévus », dit-il.

“foutage de gueule”

« Nous avons besoin de plus de temps ! », s’insurgent les élus. La salle devient subitement bruyante, une grande partie de l’assistance semble assez mécontente des informations dévoilées par le représentant projet de SNCF Réseau. « De toute façon, les dés sont pipés ! C’est du foutage de gueule ! » ou « Ce n’est pas une concertation, vous attendez simplement notre validation ! », sont les phrases qui fusent dans les airs, profitant du léger brouhaha ambiant. André Bayle tente de rassurer les élus : « Rien est figé. C’est pour cela que nous sommes réunis aujourd’hui et que la concertation est ouverte jusqu’au 31 janvier 2020. Nous avons besoin de connaître vos besoins et vos retours ».

Directement impactés par le futur raccordement ferroviaire, les maires de Villeron et Vémars fustigent le projet : « Ce n’est pas clair tout ça, il y a beaucoup de zones d’ombre. Aucune communication concernant le trafic de nuit et les nuisances sonores. Nous avons amorcé la construction de plusieurs zones habitables, vous ne prenez pas en compte nos projets actuels. Et pourquoi une concertation envoyée à la dernière minute, pendant cette période ? », demande Dominique Kudla. « C’est un leurre !  L’idée n’est plus aux questions, c’est un manque de respect aux élus et aux citoyens. Je suis opposé à ce projet, déjà ficelé, qui prévoit une partie du massacre du bois et des terres agricoles. De plus, votre communication est douteuse », ajoute Frédéric Didier.

C’est avec une certaine agitation que les échanges se déroulent, les élus globalement d’accords entre eux ne se cachent pas pour montrer leurs inquiétudes. L’échange arrive rapidement dans une impasse. Le débat s’enlise et les questions d’habitants, évoquant les nuisances phoniques et la détérioration de leur cadre de vie, ne viennent pas arranger les choses.

L’écologiste Bernard Loup, Président du “Collectif pour le Triangle de Gonesse”, expose son avis : « Je suis contre le projet (en 2011 il était pour, NDLR). Ce sont les acteurs économiques, les responsables », avant d’être rapidement interrompu par le Président d’Agglomération de Roissy Pays de France. « Ah oui ! C’est sûr ! Vous êtes contre tout ! C’est en partie grâce à des gens comme vous qu’Europa City a été abandonné », lui dit-il. Rajoutant à la fin d’une courte joute verbale, Patrick Renaud reprend l’expression à haute voix : « Vous le savez… quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup ».

Les élus ne se gênent pas de rappeler à André Bayle que le Barreau de Gonesse, projet similaire datant du début des années 2000, a été annulé au profit de ce nouveau projet s’apparentant à un Barreau de Picardie. Ils y voient comme une provocation à leur encontre.

En conclusion, ce n’est pas cette réunion publique de 2h qui aura réussi à répondre aux questions et à réduire les inquiétudes des riverains. Beaucoup de points clefs n’ont pas été abordés et les élus y voient clairement un forcing du projet, durant une période qui ne leur laisse pas énormément de temps de réaction. Comme il avait ouvert la réunion par sa prise de parole, Patrick Renaud reprend le micro pour y apporter sa conclusion : « C’est bien gentil tout ça mais même vos chiffres ne sont pas clairs. Pécresse nous a dit qu’il n’y a plus d’argent, pas d’aide. Alors qui va payer le déficit ? Moi, je n’ai plus de recette ! En plus, vous savez que les mairies sont très occupées pour la période des vœux et dans la préparation des prochaines municipales. L’angoisse est palpable. Donc, ce n’est pas fini, j’ai 42 maires à réunir et j’entends bien nous faire entendre, car là, c’est le projet imposé de trop ».

Vous aussi donnez votre avis par écrit : en contribuant sur le site internet www.roissy-picardie.fr via le formulaire ou en écrivant via email à SNCF Réseau : concertation-roissy-picardie@reseau.sncf.fr ou par courrier au : SNCF Réseau, Direction de la Stratégie du Réseau, Mission Roissy-Picardie, 18 rue de Dunkerque, 75010 Paris. La concertation se déroule du 2 décembre 2019 au 31 janvier 2020. WM

Partagez cet article