Le marché d’Aulnay élu plus beau marché d’Ile de France

voyez ce qu'en dit la mairie

Voici une bonne nouvelle. Dans le cadre du concours lancé par TFI “votre plus beau marché” (voir le site ici) , le marché d’Aulnay-sous-Bois a été élu plus marché d’Ile-de-France. C’est mérité je pense car je connais le marché, qui est effectivement très beau et bien achalandé. Voyez aussi l’article du Parisien, partenaire de TF1 dans le concours. Le marché est désormais en lice pour le concours national. Le plus beau marché de France sera désigné le  10 juin prochain. Votons pour lui (sur le site) ! EV

Partagez cet article

Chronopost installée sur le SEGRO Logistics Park Aulnay

Ça avance sur l’ancien site PSA d’Aulnay. Segro a indiqué, dans un communiqué, la livraison récente, à Chronopost, d”un bâtiment de 11 038 m2, face au centre logistique de Carrefour (revoir ici).  Il reste un bâtiment à construire sur ce Park, il sera livré fin 2019.

Bonne occasion pour dire ici que Christophe Broncard a quitté, voici quelques mois, son poste de directeur du développement Europe du Sud de Segro pour rejoindre le groupe Dentressangle où il est désormais directeur général du département immobilier logistique. Belle évolution de carrière pour cet homme vraiment bien et que j’aime beaucoup. EV






Partagez cet article

Centre de maintenance des lignes 16 et 17 d’Aulnay: l’enquête publique est en cours.

cliquez pour voir plus de perspectives (c'est à la ligne PC 6)

Elle a commencé le 11 juin et se terminera le 10 juillet.  C’est “l’enquête publique relative à la demande d’autorisation environnementale et demande de permis de construire concernant la réalisation du centre d’exploitation des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express”. Sur les terrains de l’ancien site PSA à Aulnay, le long de l’A3. C’est un gros truc… On y reviendra. En attendant, vous pouvez consulter le dossier ici, y’a tout . EV



Partagez cet article

Prendre de la hauteur avec Objectif Aéro

cliquez pour voir le site

Lors du cocktail qui a suivi les discours lors de l’inauguration Segro (voir en bas), un gars est venu me saluer. Je vois sur son badge son nom Ludovic Delage. Ce nom me dit quelque chose, sans plus.Mais lui me connait bien: c’est un lecteur, abonné de RoissyMail m’apprend-il. Bonne discussion, sympa. Il m’explique son boulot : prendre des fotos aériennes (à 150 mètres) avec des drones. C’est un métier, surtout dans notre secteur aérien, mais il est rompu aux autorisations administratives nécessaires . Segro est un de ses clients depuis un moment et c’est lui qui a pris les premières fotos du site d’Aulnay (qui ont permis les modélisation 3 D du projet), puis d’autres vues au fur et à mesure de l’évolution des chantiers. Du coup je suis allé voir son site. Super je trouve. Voyez-le ? EV (je me suis promis de lui demander de l’accompagner un jour pour le voir diriger ses drones).

une des fotos de son site, prise dans le cadre du projet Segro. On voit bien ce nœud d'autoroutes entre Aulnay et Gonesse
Partagez cet article

Belle inauguration du Segro Logistics Park Aulnay en présence du PDG de Carrefour

la plate-forme Carrefour (foto Segro)

C’était mardi 10 avril  (déjà!) et ce fut une réussite. Segro a inauguré ce bâtiment dédié à Carrefour sur l’ancien site de l’usine PSA à Aulnay (revoir ici) . Il s’agit d’une plate-forme logistique de 26 000 m2 dédiée à l’activité e-commerce du groupe de distribution. C’est là que sont assemblées les commandes pour les Carrefour drive de la région parisienne. La plate-forme a commencé son activité il y a un peu plus d’un mois. Fin 2018, 300  personnes y travailleront. Le bâtiment a été construit par Quartus Logistique . Et la gestion de la plate-forme est confiée à STEF (voir le compte rendu de l’inauguration sur leur site).

L’inauguration a commencé, pour les journalistes, par une visite des différents bâtiments et des explications données par les employés de la STEF (foto). Impressionnant !

Puis ce fut les discours. Le jeune (45ans ) PDG de Carrefour, Alexandre Bompard (ancien PDG de la FNAC) , nommé l’an dernier (voir ici) était là, en personne !

de g à d :M. Simonetti, B. Beschiza, Ch. Broncard, S.Lemor, A. Bompard (foto piquée sur le site de STEF, meilleure que la mienne...)

C’est Christophe Broncard, directeur du développement Europe du Sud de Segro qui a introduit (avec un talent oratoire que je ne lui connaissais pas) les discours. Tour à tour Marco Simonetti, DG Segro Europe du Sud, Alexandre Bompard, Stanislas Lemor, DG de STEF et Bruno Beschizza, maire d’Aulnay ont pris la parole pour tous se réjouir de leur coopération et de l’ouverture de la plateforme. Le maire d’Aulnay était particulièrement heureux …

A noter que l’opération de Segro sur le site continuera avec la livraison d’une plateforme à Chronopost  (ouverture à Noël 2018) . Voyez aussi le dossier de presse de Segro, très bien fait. EV

l'ensemble du Park Segro

Voyez aussi le film sur la construction diffusé ce jour-là (c’est un … timelapse…):

cliquez pour voir le film

Partagez cet article

Ex-site PSA: SEGRO avance bien sur son Logistics Park. 740 emplois à la clé

SEGRO France a annoncé récemment la prochaine livraison de sa première unité sur son Logistics Park (18 ha sur l’ancien site PSA à Aulnay). Les travaux n’ont pas trainé : ça a commencé en mars dernier (revoir ici). Et le lancement des travaux pour une deuxième. Deux bâtiments donc, l’un pour Carrefour Supply Chain (26 000 m2) entièrement consacré à son activité e-commerce, qui ouvrira au 1er trimestre 2018. 450 créations de postes sont prévues (voir le site de recrutement de Carrefour entrepôts ici) .

le futur centre logistique Carrefour

Le deuxième bâtiment sera livré à un “leader de la messagerie express en France et à l’international” (pas moyen de savoir qui, pour l’instant, mais on évoque la création de 290 emplois) : 10 000 m2 (dont 950 de bureaux). “Ce nouveau hub, le plus innovant du réseau de son utilisateur, permettra de traiter 160 000 colis par jour à destination du nord de la région parisienne. Le site, dont la livraison est attendue mi-2018 pour une mise en exploitation d’ici Noël 2018” précise le communiqué de Segro. Un troisième bâtiment est prévu (voir le plan ci-dessus).

Au passage, le centre logistique construit par Segro pour Metro Cash&Carry à Mitry-Mory (revoir ici) a été livré début novembre. Là aussi, délais tenus. Bravo ! Segro ? C’est bien ! EV

la limite communale entre Gonesse (au nord) et Aulnay


Partagez cet article

Friche PSA : la ville d’Aulnay et Grand Paris Aménagement ensemble pour une grande opération

Bruno Beschizza et Thierry Lajoie, lors de la signature à l'hôtel de ville

Ça bouge du côté de la friche PSA d‘Aulnay. Mardi dernier, le maire, Bruno Beschizza et Thierry Lajoie, PDG de Grand Paris Aménagement (GPAm), ont signé deux conventions pour la mise en œuvre d’une opération d’aménagement dans les quartiers nord de la commune.

Dans la première, il s’agit d’une initiative conjointe pour aménager le nord de l’ancien site PSA jusqu’à l’emplacement de la future gare de la ligne 16 du Grand Paris Express. Soit un périmètre de 163 ha, il s’agira un aménagement urbain mixte : activité économique et  habitat. Pour ce faire, sera créée une société d’économie mixte d’aménagement à opération unique (SEMAOP) associant les collectivités,  l’Etat via GPAm et le secteur privé. Au terme d’un appel d’offre lancé par la future SEAMOP, sera retenu un opérateur privé.

Des études pré-opérationnelles vont être lancées, financées par un fonds de concours financé initié par les deux parties, c’était l’objet de la deuxième convention. EV


Partagez cet article

Segro construit sur l’ancien site PSA

au premier plan le futur parc logistique SEGRO (sur 18 ha).Images SEGRO

C’est une bonne nouvelle. La foncière SEGRO a commencé les travaux pour la construction de son nouveau parc logistique à Aulnay-sous-Bois sur l’ancien site PSA.

SEGRO y a acquis un terrain de 18 ha. Une première plate-forme de 26 000 m² destinée à un acteur international de la grande distribution est donc en construction. La livraison est prévue pour novembre de cette année. Et l’ensemble du SEGRO Logistics Park devrait être livré en 2018, a précisé Christophe Broncard, Directeur du développement pour l’Europe du Sud dans le communiqué publié le 28 mars.

les lignes de bus et RER

L’ancien site PSA commence donc sa reconversion. La bonne nouvelle de SEGRO vient après l’achat de 29 ha par la Société du Grand Paris (SGP) pour y installer le futur centre d’exploitation des lignes 16 et 17 du Grand Paris express. L’acte a été signé le 28 février dernier (voir ici les détails). le terrain a été acheté pour 29 millions d’euros et la SGP va y investir 592 millions (350 emplois à la clé). Le site sera opérationnel en 2023, date de la mise en fonction des lignes 16 et 17. EV

les lignes 16 et 17 du Grand Paris express et les RER B et D


Partagez cet article

Florent Druelle est le nouveau directeur de O’Parinor. Karl Tailleux aux 3 Fontaines

Florent Druelle

Ça bouge chez Hammerson, la foncière anglaise qui gère, entre autres, le centre commercial O’Parinor (Aulnay-sous-Bois). Dans un communiqué, elle annonce l’arrivée de Florent Druelle à la direction d’O’Parinor, tandis que l’ancien directeur, Karl Tailleux, prend lui les rênes du Centre commercial 3 Fontaines à Cergy.

Florent Druelle est titulaire d’un Master 2 de Management de l’ESC Montpellier. Il a commencé son parcours professionnel en tant que responsable marketing & communication de centres commerciaux, avant de prendre la direction des centres commerciaux de L’Usine Roubaix (voir cet article sur lui) et Channel Outlet Stores (Coquelles).

On lui souhaite la bienvenue dans le Grand Roissy, aussi passionnant et dynamique que complexe ! EV

Partagez cet article

Karl Tailleux : O’Parinor va bien !

Karl Tailleux est le directeur du grand centre commercial O’Parinor (Aulnay-sous-Bois). Sur fond de “débat public” Europa City (Karl, au nom du gestionnaire du centre commercial, la foncière britannique Hammerson est intervenu dans le débat avec des arguments qui m’avaient fait … sourire), mais aussi pour faire une sorte de pendant avec l’interview que j’avais faite de Dusan Milutinovic sur la situation d’Aéroville (revoir ici), je lui demandé de répondre à quelques questions. Il a accepté tout de suite ! Merci à lui.

RM : Première question… rituelle : comment va O’Parinor, globalement ?

Karl Tailleux : O’Parinor se porte bien. La rénovation d’ampleur du centre, réalisée entre 2013 et 2014 (pour rappel, rénovation intérieure et extérieure, parkings compris, et ouverture d’un pôle restauration de 2000 m2), a permis à O’Parinor de continuer à tirer son épingle du jeu dans un environnement concurrentiel en pleine évolution. Pour preuve, l’arrivée en mars 2014 de l’enseigne Primark (à l’époque le deuxième en France et 1er d’Ile de France) et l’ouverture en octobre de la même année d’un cinéma UGC Ciné Cité de 14 salles fréquenté par plus d’un million de visiteurs par an. Plus récemment, ce sont les enseignes Koton (première ouverture en France), Foot Korner, Foot Locker Kids qui ont rejoint le centre. On peut également citer des nouveaux concepts de commerces historiques comme Foot Locker qui s’est refait à son nouveau concept sur une surface quasi doublée et Zara qui a déménagé sur près de 2 500 m² pour y implanter également son dernier écrin. Cette dynamique se traduit par une fréquentation du centre en hausse de +4% depuis début 2016 par rapport à la même période en 2015, dans un contexte qui reste généralement atone pour les centres commerciaux.

RM: Et en ce qui concerne la fréquentation, le nombre de commerces et le taux d’occupation, et le fameux « panier moyen » ?

Avec ses 210 boutiques, dont 30 restaurants, O’Parinor a attiré plus de 13 millions de visiteurs en 2015. La vacance est très faible (moins de 5%) et les rares cellules non occupées sont actuellement en cours de commercialisation ou réservées à des développements d’enseignes déjà présentes dans le centre. En ce qui concerne le panier moyen, c’est une donnée que nous ne communiquons pour aucun de nos centres, mais O’Parinor est tout à fait dans la moyenne de ses concurrents.

RM : Vous avez été (enfin…) autorisés (revoir ici) à ouvrir les dimanches. Tous les commerces ouvrent-ils le dimanche? Et qu’est-ce que ça a changé en termes de fréquentation et de chiffre d’affaires pour ceux qui ouvrent le dimanche ?

KT : La décision d’ouvrir le dimanche a été prise à la majorité des commerçants lors d’une assemblée générale qui s’est tenue en décembre dernier. Aujourd’hui, les ¾ de nos enseignes ouvrent le dimanche, une proportion qui continue de progresser au fur et à mesure des accords qui sont conclus avec les salariés, conformément aux exigences formulées par la Loi Macron. Les impacts positifs se font d’ores et déjà ressentir : les ventes de nos commerçants ont augmenté de 2% depuis le début de l’année par rapport à la même période en 2015, dans un contexte qui, rappelons-le, reste atone au niveau national pour les centres commerciaux et alors que nous faisons face à une concurrence forte localement.

RM: Vous n’étiez pas là, Karl, mais je peux vous dire que lorsque le projet Aéroville a commencé à voir le jour, certains criaient, sinon hurlaient (je pense notamment à l’ancien maire d’Aulnay) à la catastrophe pour O’parinor (ce qui ne l’a pas empêché de déclarer, lors de l’atelier « commerce » du débat Europa City (le 4 avril dernier) : « et pourtant, regardez O’Parinor, son renforcement commercial lui a permis de largement résister à Aéroville… ». Qu’est-ce qu’il en est aujourd’hui, 2 ans et demi après l’ouverture d’Aéroville ?

KT: Soyons clairs ! L’ouverture d’Aéroville n’a pas été indolore ! O’Parinor a accusé le coup à l’époque en termes de fréquentation et de chiffre d’affaires. Heureusement nous avions pris la décision, avant l’ouverture d’Aéroville, d’en anticiper l’impact potentiellement négatif pour nos commerçants et de lancer une rénovation d’ampleur du centre. Nous avons débuté en mai 2013 un vaste programme de rénovation, finalisé en novembre 2014 et dont le montant total s’est élevé à 50 millions d’€. C’est donc au prix de gros efforts que nous avons pu attirer une enseigne telle que Primark, ou encore un cinéma UGC Cité Ciné de 14 salles, et ainsi continuer à attirer 13 millions de visiteurs par an dans le centre.

RM: On est en plein «débat » public sur Europa City. Vous avec pris plusieurs fois la parole dans divers « ateliers » (et notamment celui du 4 avril où j’ai lu et relu votre intervention la voir ici), en agitant, me semble-t-il, le spectre des  « 600 enseignes ». Et vous avez même dit, s’agissant de ces enseignes « on veut des noms », pour qu’il n’y pas de « doublons ». Imaginez que, lors de l’extension d’O’Parinor, certains de vos concurrents vous aient demandé ça, dans la même forme ! Qu’aurait répondu Hammerson ? Personnellement, je n’ai pas bien tout compris. Et en plus, vous proposez qu’Europa City s’installe « dans la friche PSA » !

Tout ça pour dire que ça ne donne pas une bonne impression : dès qu’une « foncière » veut faire un centre commercial, toutes les autres lui tombent dessus, à bras raccourcis (publiquement ou en …loucedé). Ou même sur d’autres sujets ! Et vous, chez Hammerson, vous êtes bien placés pour le savoir : quand il s’est agi d’installer à O’Parinor votre multiplex UGC, celui d’Aéroville, Europa Corp., a introduit un recours…

C’est marrant quand même ! A entendre certains, il ne faudrait pas plus d’une boulangerie, d’un hôtel, d’une boucherie par commune etc. A quand le Gosplan à la française ?

Alors, que dites-vous sur tout ça (sachant que le sujet des centres commerciaux est un des sujets préférés de nos lecteurs… :+) ?

KT: Rappelons pour commencer que l’arrivée d’EuropaCity signifie l’ajout de 250 000 m² de surfaces commerciales – et même 400.000 m² en y incluant l’offre de loisirs – sur un territoire où l’offre s’est déjà beaucoup densifiée ces dernières années et qui, concrètement, se situerait à moins d’un kilomètre du centre. Légitimement, on peut se demander s’il y aura de la place pour tous les acteurs, et on peut en douter. Chez les commerçants d’O’Parinor, ce projet suscite des inquiétudes à mon sens légitimes, que je souhaitais relayer dans le cadre du débat public en cours.

Il ne s’agit pas de nous opposer sur le principe à des développements sur cette zone, comme vous le laissez entendre. Mais il faut avant tout s’assurer que ces projets répondent à une véritable demande et ne mettent pas en péril l’offre existante et les emplois qui y sont associés. La principale étude (dite CVL/Alphaville) sur laquelle se fonde EuropaCity, en plus d’être obsolète car menée à une époque où n’existaient ni Aéroville, ni Le Millénaire à Aubervilliers, ni Qwartz à Villeneuve-la-Garenne, ni My Place à Sarcelles, ni Plein Air au Blanc-Mesnil, ni l’extension d’O’Parinor, ni celle de Claye-Souilly, et j’en passe, conclut de manière ambivalente sur le fait qu’EuropaCity ne touchera rien de l’existant, tout en partant du postulat que, de toute façon, à peu près toute forme de concurrence aura disparu pour laisser la place à ce centre commercial d’un nouveau genre ! Il semble donc bien que le projet d’EuropaCity ait été pensé pour exister sur un principe de vampirisation de toute concurrence alentour…

Enfin pour répondre à votre remarque sur le site de PSA, nous ne proposions bien entendu pas d’installer EuropaCity dans son projet actuel à cet endroit. En revanche, comme l’ont souligné différents architectes urbanistes dans une tribune publiée dans Le Monde le 8 juin 2016, « EuropaCity : non à la logique financière », il nous semble qu’il serait plus opportun pour le territoire de penser de véritables projets de reconversion des friches, dont celle de PSA, au service des besoins réels des habitants.

Partagez cet article

MDR ! le “débat public” sur Europa City prolongé jusqu’au 13 juillet. Le circus maximus continue !

Voyez le reportage de VO News sur la réunion

J’ai appris ça tout récemment, mais franchement, en écrivant ces lignes, j’en ris encore. Je devrais plutôt en pleurer, mais tout ça est tellement ridicule que je ne peux qu’en rire. Avant cette annonce de la prolongation du “débat”, j’avais dit à nombre de mes correspondants que j’allais faire un article humoristique : il faut prolonger le débat…

Eh bien la réalité a rattrapé la fiction. Le “débat” (qui, bis repetita, n’en est pas un) est donc prolongé, officiellement jusqu’au 13 juillet, ce qui fera, si je compte bien (et je compte bien), 4 mois de “débats”. Mme Lumineuse est ravie : ça va pas se terminer au 30 juin comme prévu (tiens, au fait, pas de nouvelles du préfet Leyrit… revoir ici . Ben alors, M. Le préfet ?).

Voici la raison de la prolongation : il s’agit de “batailles” (homériques pour le coup) autour des chiffres d’emplois (nets, bruts, créés, détruits, transférés, qui profiterons aux “locaux” ou pas etc.) générés par le projet. Bien avant le “débat”, Europa City (EC) avait, bien imprudemment, je leur avais dit depuis le début, annoncé un chiffre précis d’emplois. Comme si on pouvait, à l’unité près, prédire le nombre d’emplois créés à l’horizon 2024 et plus…

Du coup, mes P’tits Loup, avec Mme Jesaistout (spécialiste de tout) en tête, se sont engouffrés dans cette brèche alléchante (à défaut d’autres,  la culture des salades sur les terres à blé ne passant pas…). Rejoins par d’autres opposants (les communes de Terres d’Envol, j’arrive toujours pas à comprendre) qui ont à leur tour fait faire une autre étude (300 000 euros au passage) qui contredit les prévisions d’EC. Voyez tout ça sur le reportage ci-dessus de VO News, qui résume bien.

Étude des études…

Du coup, Mme Lumineuse a eu l’idée du même nom (normal) de commander une autre étude “à dire d’expert” (revoir ici). Et l’expert en question, Arnaud Degorre (un ancien de l’Insee si j’ai bien compris) a pondu (pour combien? ) une étude comparative des études (à voir ici, si vous n’avez rien à faire). Résultat des courses, comme on pouvait s’y attendre : un jugement de Salomon, qui a été exposé le jeudi 16 juin lors d’une n’ième réunion à Aulnay que nous vous avions annoncé (voir plus bas ou ici). Voyez le compte-rendu  provisoire et mal fagoté (même pas capable de donner le nombre de participants et la liste entière des intervenants : ils ne sont pas pressés, l’argent, honni… d’Auchan tombe, de toute façon) sur le site de ad-hoc.

Prolongement du débat jusqu’en octobre !!!

Et donc, pour “analyser” tout ça, on en reprend pour 15 jours. Doit-on s’attendre à une contre-expertise de cette expertise de la part d’EC ? Et une autre derrière?  Ça pourrait rallonger jusqu’en octobre, même décembre… Attendez-vous à savoir …

Mon dieu ! Malgré tout ce bazar, mon pronostic est que, au-delà des postures des uns ou des autres (je les connais tous), les choses vont se calmer. Mais quel temps et quel argent perdus ! EV

Partagez cet article

Encore une “réunion intermédiaire” dans le “Débat” Europacity

cliquez pour voir le doc

Vous pourrez voir, dans ce communiqué de la CPDP qu’après la réunion intermédiaire du 18 mai, il y en aura une autre jeudi 16 à Aulnay. Est prévue la “restitution de l’étude à dire d’expert”. C’est dire que ça va pas être triste.

Je vous ai trouvé la vue ci-dessus dans un document du maitre d’ouvrage diffusé à l’occasion de l’atelier “environnement-énergie-climat” qui s’est tenu à Gonesse, le 7 juin. La vue (c’est l’EPA qui l’a faite) n’est pas mal et montre bien la situation d’Europa City par rapport à l’existant. Manque juste la mention, au nord-est, de l’ex usine PSA et, plus haut, celle de Paris Nord, ainsi qu’au sud, celle de la ZAC des Tulipes Nord. EV

Partagez cet article

Banque populaire : succès de la “Rencontre d’Avenir” jeudi dernier à Aulnay

Vincent Cochu (cravate rouge) et les chefs d'agence. Le grand, à sa gauche, c'est Frédéric Deneuchatel, chef de l'agence du Raincy

Dans le cadre des Rencontres d’Avenir, organisée par la Banque Populaire Rives de Paris (BBRP),Vincent Cochu, chef de l’agence d’Aulnay-sous-Bois (rue de Strasbourg), mais aussi directeur du secteur Seine-Saint-Denis nord (8 agences) avait invité clients et prospects de la banque pour une réception sympathique, comme il est de tradition dans cette banque qui a su faire de la proximité l’un des piliers de sa politique commercial de  proximité.

Voyez tout le bien que je disais de la banque, voici 10 ans

Dans son intervention, il a rappelé l’ensemble des offres de la BPRP (notamment une offre de taux à 0.8% jusqu’à fin juillet…) et la disponibilité de ses équipes, tout en encourageant chaleureusement les PME présentes.

Puis il y a eu le traditionnel cocktail, toujours sympathique, où j’ai revu notamment maître Catherine Soraye-Berriet, avocate à la cour : ça faisait des années qu’on ne s’était pas revus. J’ai aussi revu, avec grand plaisir,  Christian Tochon, qui fut directeur du même secteur, avec d’être un des directeurs régionaux de la banque (qu’il a quitté depuis peu). Et bien sûr Frédéric Deneuchatel, chef de l’agence du Raincy, où j’ai mes comptes.

Je suis en effet client de la BP (ça fera vingt ans en octobre prochain, je fêterai ça en même temps que les vingt ans de mon agence VPP) et vous pourrez voir les éloges que j’en faisais sur cette page de BN 24 : je n’en retire pas une ligne.  EV

Et voyez, ci-dessous, le site des Rencontres d’Avenir


Partagez cet article

Le site de maintenance d’Aulnay financé à 592 millions, la ligne 17 nord à 1.8 milliard

Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris a détaillé dimanche dernier, dans le Journal du Dimanche (voir ici), le dernier Conseil de Surveillance qui s’est tenu le 13 novembre. L’ensemble des lignes du futur métro automatique sont “engagées”, a annoncé d’emblée le président. Pour ce qui nous concerne,deux bonne nouvelles :  la SGP a décidé d’acter,592 millions d’euros pour le futur centre de maintenance des infrastructures et des trains des lignes 16 et 17, sur l’ancien site de PSA. Et 1.8 milliard pour la ligne 17 nord (Bourget RER- Le Mesnil-Amelot : 6 gares, 19.5 km). Voir le communiqué officiel, paru hier.  L’enquête publique pour ces deux-là est prévue en avril-mai 2016 et la mise en service de la ligne 17 nord pour 2024, jusqu’à CDG  (les J.O…), Le Mesnil attendra 2030… EV

Partagez cet article

Consensus pour le Colisée (sur fond de “Territoire 7″…)

C’était à l’espace Pierre Peugeot, au cœur de l’ancienne usine PSA d’Aulnay-sous-Bois, mercredi dernier. François Asensi, député maire (FG) de Tremblay et président de la CA Terres de France, en compagnie de Bruno Beschizza, maire (LR) d’Aulnay  avaient convié élus et beaucoup de responsables de fédérations sportives à une présentation du projet “Colisée”, une Arena de 10 000 places qui devrait être construite dans la ZAC Aérolians, à Tremblay.

Pourquoi à Aulnay, pouvait-on penser ? En fait, il faut savoir que Bruno Beschizza est aussi président du  SEAPFA, un syndicat intercommunal qui réunit, depuis 1971, les villes de Tremblay, Villepinte, Sevran, Aulnay et le Blanc-Mesnil. Il avait d’ailleurs été élu président avec la bénédiction de François Asensi revoir ici). Et qu’on est à deux mois et demi de l’intégration de toutes ces communes (avec Le Bourget et Dugny) dans la “Territoire 7” de la Métropole du Grand Paris. Et Aulnay (80 000 habitants) en sera la plus grande ville (et peut-être le siège ?). Compte-tenu des étiquettes politiques, la présidence de ce territoire reviendra à la droite. D’où l’intérêt pour François Asensi de prévoir de bonnes relations dans la gouvernance future.

François Asensi et Bruno Beschizza : l'entente cordiale !

Et, visiblement, ça marche ! Bruno Beschizza a d’ailleurs fait, ce soir-là, un discours enthousiaste, en appuyant grandement le projet Colisée, qui sera donc repris par le “Territoire 7”. Suivi par Asensi, tout aussi enthousiaste. Stéphane Baron, adjoint au maire de Villepinte (Martine Valleton, LR, qui était là, tout sourire) a également pris la parole, ainsi que les représentants du mouvement sportif.

Une présentation powerpoint du Colisée a permis à l’assistance de connaitre les détails et l’avancement du projet, que je vous invite à regarder en cliquant ci-dessus.Et, le jour même, le site web du Colisée a été mis en ligne (le voir ici), ainsi qu’un mur facebook et un compte twitter.

La soirée s’est terminée par un buffet dinatoire.

L'Espace Pierre Peugeot

Un mot sur l’espace Pierre Peugeot: il avait été construit par PSA en 2005, pour y loger salles de sport et locaux sociaux. Il a été confié par PSA, depuis avril dernier, au SEAPFA, pour une durée de 18 mois. Et, devant le bâtiment se trouve une piste de karting, qui avait aussi été construite par PSA, et qui est désormais gérée par l’association Rosny93 (la découvrir ici) EV

Partagez cet article