Taurand Service Manutention quitte Tremblay pour Epiais

Un chariot TSM

Voici une très belle entreprise “Grand Roissy” ! Taurand Service Manutention, spécialisée depuis 1989 dans les chariots élévateurs et les systèmes de manutention (transpalettes, gerbeurs etc.), que nous connaissons bien et depuis longtemps (voir ce qu’on en avait écrit en 2004 dans BN 19 ici) est en train de quitter le Vieux-Pays de Tremblay pour s’installer à Épiais-lès-Louvres (chez nous, quoi…). Ils sont en effet en train de racheter à la famille Duru un entrepôt de 1000 m2 situé à coté de la Ferme du Manoir. Déjà l’activité “chariots” y est installée et TSM y transférera son siège  à la fin de l’année.  Un permis de construire a été déposé pour effectuer des travaux supplémentaires (bureaux) sur 200 m2. Les locaux Tremblay (les anciens locaux du Garage de la Poste, très bien situés, on avait pensé à l’époque, s’y installer) seront loués.

C’est une bonne nouvelle et une entreprise de plus à Épiais.

Bienvenue à eux!

EV

Partagez cet article

Canton de Gonesse : les deux jeunes candidats dans les villages

Les socialistes à Vémars, hier soir. Au centre, le candidat Cédric Sabouret, conseiller municipal de Gonesse

Hier soir 19h30, dans notre fief d’Epiais-lès-Louvres (site toujours pas à jour!) c’était Geoffroy Didier, le jeune (33 ans) candidat UMP pour la fonction de conseiller général du canton de Gonesse qui tenait une réunion (avec “buffet”), dans la salle communale de la Grange. Une heure plus tard, c’était le moins jeune (36 ans) qui recevait à Vémars, non loin de là.

La réunion de Geoffroy Didier à Epiais

Je suis allé faire un tour aux deux, (y’avait personne…) commençant par Épiais. Notre Isabelle maire était là, ainsi que Tina, mes voisins Nicole et son Yannick de mari, Jean-Michel Duru et Laetitia Emery, conseillers municipaux et une vieille militante UMP de Roissy.

J’ai posé des questions au jeune Geoffroy, qui affirmait “connaitre assez bien Épiais” (sourires dans la salle) pour qu’il se présente, parce qu’il avait commencé par les généralités habituelles. “Je suis avocat de formation (sic) pour défendre les gens (re sic). j’ai rencontré un jour Paternotte, raconte-t-il, il m’a dit, y’a des choses à faire sur le territoire de Gonesse… Du coup j’ai eu envie de m’investir ici. Je suis jeune, j’ai envie de me battre… “.

le tract aussi incroyable que ridicule du jeune candidat UMP

Puis, mélangeant tout, il a attaqué le Front national (“parfois tentation, jamais solution “) car la mauvaise droite à vraiment la trouille de se prendre une veste aux cantonales. Et il a admis que, comme il n’était plus au cabinet de Brice Hortefeux (remercié du gouvernement), il était demandeur d’emploi, mais qu’il n’a “pas eu le temps d’aller s’inscrire à Pôle Emploi”.(sic) Il vit de ses indemnités de conseiller régional.

Puis il est passé à une grande idée, en matière de sécurité: faire en sorte que les personnes âgées puissent appeler la police ou la gendarmerie en cas de problèmes…  Le tout sur la sécurité, avec un belle gaffe sur la vidéo surveillance: il ne pouvait pas savoir que ni notre maire, ni je pense que la majorité des Epiaisiens de veulent  de cameras dans nos deux  rues !

Je suis parti sur ces entrefaites, non sans penser à la polémique qu’il a déclenché récemment sur le soit-disant danger islamiste, contre “la burqa et les minarets dans le Val d’Oise ” et je n’avais pas vu alors la réaction de Luc Broussy , que je trouve bien (à part la condamnation de Chantal Brunel, mais je reviendrai sur ce sujet sensible).

Et ben c’était pas terrible. Je ne suis pas de gauche, plutôt centre droit (que veulent dire les étiquettes de nos jours) et j’accorde beaucoup d’importance aux qualités humaines et à la vertu, en matière d’engagement politique. Avec son parrainage “Paternotte” et ses outrances sécuritaires, c’est clair, je ne voterai pas pour lui. Voyez tout de même son blog ici.

Suis allé après à Vémars, à la réunion de Cédric Sabouret, où il n’y avait qu’une poignée de militants. J’ai bu un demi verre de whisky le plus infect que j’ai pu boire dans ma vie (!!). Salué le maire de Vémars, Frédéric Didier (PS). Discuté un peu avec Blazy, qui s’est réconcilié avec moi (il est même venu me voir à Epiais !) qui ne pense qu’à une chose : récupérer son siège de député… Même pas en rêve, je lui ai répondu…  Il était pas content.

Avec Sabouret, c’est autre chose, on est dans la bonne manière de faire de la politique. Aux antipodes du populisme voué à l’échec de son concurrent.  Le matin même, on a eu quelques échanges mail à propos d’un point de son programme (à voir ici) sur le barreau picard. Je pense qu’il s’est trompé. On doit se revoir pour en parler en détail. Mais c’est un jeune homme ouvert, compétent (il est administrateur au Sénat, et je peux vous dire que le concours est de haut niveau et difficile). On a besoin ici d’élus de ce type. Son blog est ici .

Je ne sais pas encore si je voterai pour lui (je vote à Epiais), mais y’a pas loin, même si je ne suis guère en phase avec le PS… Mais y’a pas le choix, la droite valdoisienne a été vraiment nulle (affaire Soumaré et autres) ces dernières années et j’en ai marre de voter blanc.

Suis retourné à Épiais où le buffet de Geoffroy Didier se terminait. Un verre de vin rouge (hips !) et on a fini avec Tina et Isabelle, notre maire, dans mon bureau, pour voir comment on pourrait faire en sorte de 100 % des inscrits (63) de ce tout petit village votent dimanche prochain.

Ça serait bien, mais ça va être dur !

EV

Partagez cet article

Didier Arnal est venu à Epiais signer le “contrat départemental”

Epiais-les-Louvres, presque 100 habitants

Cérémonie bien sympathique, mardi soir, dans la belle salle communale “La Grange”, à Epiais-lès-Louvres.

Isabelle Rusin et Didier Arnal, juste avant la signature du contrat

Didier Arnal, président (PS) du Conseil général du Val d’Oise était venu, accompagné de Viviane Gris, conseiller général du canton de Gonesse, signer le contrat départemental avec la commune.

Celle-ci a engagé un plan d’amélioration du village, à travers un contrat rural, un dispositif “aménagement de village” et la réfection de toutes les rues. Le conseil général vient en appui du contrat rural : sur un montant total de 300 000 €, la subvention départementale est de 109 000 euros (la région devrait verser 135 000 €). Ce contrat rural permettra l’aménagement du parvis de l’église, celui de la Place de la Croix, ainsi que des “cheminements piétonniers et l’accessibilité du cœur de village”.

“L’aménagement de village” d’un montant total de 139 932 € TTC permettra, lui, l’embellissement de la mare, la construction d’un boulodrome et celle de la rue et de la placette du Martinet.

Les rues seront entièrement refaites pour un montant de 90 000 €.

La commune est par ailleurs engagée sur son futur PLU, qui devrait prévoir l’aménagement d’une petite zone d’activité de 8000 m2 à l’Est du village, permettant la construction d’un établissement hôtelier.

L’ambiance citoyenne est bonne en ce moment, à Epiais, après les échauffourées des dernières élections municipales (les méchantes langues disaient: “Epiais? Trois rues… cinq clans”). La cérémonie de signature s’est terminée, comme se doit la tradition, par un pot. Tous ont apprécié la venue de Didier Arnal, dont cétait la 4ème visite dans ce tout petit village, aux marches de la Seine-et-Marne. De mémoire d’Epiaisien, aucun président du CG n’était venu ici, depuis 40 ans…

Isabelle Rusin, maire d’Epiais, a fait un beau discours, que je vous invite à lire ici.

Didier Arnal aussi, a capella, et il a ensuite discuté avec les habitants et les maires voisins (Villeron, Puiseux, Le Thillay). Personnellement, et comme il avait évoqué le sujet, j’ai essayé de le rassurer sur la réforme des collectivités territoriales et lui ai suggéré de tenir une prochaine réunion du CG ici, à la Ferme du Manoir…

Venez visiter Epiais ! Si vous ne connaissez pas, vous serez bluffés… (on vous recommande la table du restaurant l’Atelier).

EV

Partagez cet article

Roissy-Picardie après le débat public : RFF va faire la liaison

Les choses n’ont pas trainé  chez RFF : le Conseil d’administration du gestionnaire des voies ferrées (présidé par Hubert du Mesnil : on reste en famille, il a été DG d’ADP de 2001 à 2005et est désormais membre du Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris) avait à peine pris la décision, qu’une conférence de presse était organisée le lendemain (vendredi 26) à Amiens et le surlendemain à Roissy (Hotel Novotel Convention). RoissyMail y était pour vous.

Vous trouverez tout ce qu’il faut savoir dans le nouveau  document diffusé par RFF ici (très clair). Et voici ce qu’il faut retenir au minimum:

– suite au débat public organisé d’avril à juillet derniers, RFF a décidé de lancer la réalisation du “chainon manquant” (voir plus bas) ,qui va permettre de relier la Picardie au départ d’Amiens au réseau européen TGV. “Globalement, la pertinence du projet a été confirmée par le débat public” nous ont déclaré MM. Y. Joanique et P-Y Biet, respectivement Directeur régional délégué RFF IDF et Chef du projet Roissy-Picardie chez RFF.

– sur les 3 options envisagées, l’option Nord a été abandonnée et RFF va engager une étude préalable à l’enquête publique qui portera sur les deux options restantes : centrale (par Villeron) et sud (par Epiais-lès-Louvres). La première permettrait un arrêt à la gare de Fosses Survilliers, et l’autre un arrêt supplémentaire à Louvres, ce qui parait bien alléchant.

Mais cette dernière pose un problème (outre son cout supplémentaire de 85 millions) : par ou passerait la ligne se pose ouvertement la question Isabelle Rusin, maire d’Epiais : le long de la future francilienne dit RFF, mais où exactement?  Au sud de la Francilienne, sur la plateforme aéroportuaire ou au nord, sur ce qu’il reste du territoire communal proprement dit? Et là, des bâtiments devraient être rasés. car on voit mal comment il pourrait en être autrement… Mme Rusin n’avait pas eu de réponse précise lors de sa rencontre avec M. Biet, nous a t-elle confié…

D’autres aménagements sur les lignes existantes seront nécessaires et notamment le passage de la gare TGV CDG de 4 à 6 voies.

Pour l’étude préalable et afin de garantir une transparence totale, RFF va demander à la CDPP la nomination d’un “Garant” de concertation qui aura pour fonction de veiller au bon déroulement des consultations (étude parcellaire, impact etc…) .

Le calendrier sera le suivant 4 ans d’études pour l’enquête, travaux et ouverture du tronçon en 2020.

Mon avis : bravo les Picards !

Read moreRoissy-Picardie après le débat public : RFF va faire la liaison

Partagez cet article