A Mitry-Mory, les écoles ne rouvriront pas le 11 mai, sur décision de la maire. Idem au Mesnil-Amelot, à Othis etc.

 

Décidément, la réouverture des écoles annoncée par le gouvernement fait du bruit, partout. Dans notre région du Grand Roissy la maire de Mitry-Mory, Charlotte Blandiot-Faride à été la première a annoncer qu’elle ne rouvrirait pas les écoles de la ville le 11 mai (voir son communiqué ici).

Puis le maire du Mesnil-Amelot, Alain Aubry a fait de même, dans une interview vidéo accordée à Magjournal77 (voir ici et la vidéo ci-dessous , où il explique très bien):

A Othis, le maire Bernard Corneille a pris aussi cette décision (voir ici aussi sur Magjournal77) . Idem pour le maire de Saint-Mard, Daniel Dometz, Dammartin… Je pense qu’il y en aura beaucoup d’autres, chez nous et partout en France. J’ai parcouru le fameux document de 63 pages du ministère  de l’Education nationale (le voir ici), c’est un véritable casse-tête ! Je pense même, qu’au train où vont les choses, le gouvernement reviendra sur sa décision avant le 11… EV

PS: ce jour à 16h : https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/les-maires-d-ile-de-france-ne-porteront-pas-la-responsabilite-de-l-etat-dans-une-reouverture-des-ecoles-a-marche-forcee-846772.html

Partagez cet article

Rencontre (rafaichissante) avec Bernard Corneille, maire d’Othis

En ces temps troublés donc, moment de plaisir, mercredi dernier. J’avais invité Bernard Corneille, maire d’Othis (77), conseiller départemental de Seine-et-Marne . On a appris à se connaitre depuis des années et on échange souvent. Il est donc venu dans mes terres de Paris 20. Apéritif dans mon … bureau-salon, puis déjeuner au restaurant l’Imprévu, à coté de chez moi, et qui est devenu mon lieu de réception préféré. Le patron, Abder (un type super) a pris cette foto.  On n’a pas refait le monde (trop compliqué maintenant), mais discuté de sujets d’actualité.Y compris avec un client voisin de table, Marco, un acteur qui habite le quartier (du coup sur la foto)

Un grand et bon moment ! Merci M. le Maire ! EV

Partagez cet article

Eloge de Bernard Corneille, maire d’Othis

voyez la vidéo sur Mag Journal 77

En feuilletant récemment Magjournal77, je suis tombé sur une vidéo tournée à l’occasion du Salon de la nature qui s’est tenu à Othis, le 20 mai. On y voit notamment le maire (DVG) de la ville, Bernard Corneille commenter l’évènement, qui fut une réussite. En la voyant, j’ai eu l’idée de faire ce mot pour dire du bien de lui. Je l’aime beaucoup car il est ouvert, passionné. On parle régulièrement de l’actualité, de politique, de la vie locale et j’irai jusqu’à dire que, si on n’est pas du “même bord”, on voit les choses globalement de la même manière. Originaire du Languedoc (dont il a gardé l’accent), il était professeur de français dans le nord Seine-et-Marne (il compte d’ailleurs de nombreux anciens élèves dans ses électeurs).

Rires, je me souviens la première fois que je l’avais croisé. C’était à l’hôtel Radisson, à l’occasion des vœux du maire du Mesnil-Amelot (en 2008, de mémoire). Il devait avoir entendu de mauvaises choses sur moi car il m’avait regardé comme si j’étais le diable!  Quelque temps après, à la sortie d’une réunion d’un syndicat d’études et de programmation (SIEP), j’étais allé carrément le saluer en me présentant et en lui précisant que … je n’étais pas le diable ! On a tout de suite bien rigolé …

Il est maire depuis 2008, quand il avait succédé à Alain Romandel. Sa liste a été brillamment réélue en 2014 au 1er tour ( 67.53% voyez ça ici). Et réélu conseiller départemental en 2015. Il était à la réunion sympa que j’avais organisée après les élections départementales, avec plusieurs élus  de la région (de tous bords, c’était du Macron avant l’heure) pour une discussion informelle.  Cliquez sur la foto ci-dessous pour voir ou revoir comment ça c’était passé. EV

Bernard Corneille (facilement reconnaissable à sa coupe de cheveux) en train de parler

Partagez cet article

Bernard Corneille sous le signe de la résistance

Vendredi dernier, la cérémonie des vœux de Bernard Corneille, maire (DVG) d’Othis (77) a débuté avec la chanson de France Gall Résiste. Dans un discours un peu too much (à lire ici), limite populiste parfois, celui qui est aussi conseiller départemental s’en est pris à François Hollande, au gouvernement, coupables de biens des maux (sinon tous) selon lui, et notamment dans le dossier de l’intercommunalité en cours, qu’il a qualifié de manœuvre politicienne. Avec carrément cette phrase :

Mais comment résister au bulldozer, au rouleau compresseur que conduit le gouvernement pour écraser notre intercommunalité ?

Comment l’empêcher de broyer, de mutiler, de passer sur le ventre de tout un territoire ?

S’agissant de la nouvelle majorité (de droite), du Conseil départemental, il ne l’a pas ratée non plus. Il a critiqué la décision d’augmenter les taxes départementales, mais a annoncé que sa municipalité est sur le point d’augmenter les taxes communales.

Pas de whisky, pfff…

J’ai relu plusieurs fois son discours et j’ai eu franchement du mal à faire ces commentaires. En fait y’a un peu de tout. Des relents d’extrême-gauche (la finance, voilà l’ennemi, en gros), une allégeance franchement too much à Bernard Rigault, mais un rappel ferme pour une laïcité intransigeante.  Lisez le discours et faites-vous votre opinion.  Après, y’avait une soirée dansante et un buffet campagnard, mais pas de whisky : je le savais et c’est pour ça que je n’y suis pas allé !

En tout cas, Bernard Corneille, que je “suis” depuis des années, reste un des meilleurs hommes politiques de notre région, selon moi… EV

Bernard Corneille et le conseil municipal

Partagez cet article

2016 : “Défense de nos valeurs républicaines” ? Adresse à Bernard Corneille, maire d’Othis

J’ai reçu, avec plaisir, cette carte de vœux de Bernard Corneille, maire (DVG) d’Othis (77) et conseiller départemental. Je l’ai trouvée très jolie, avec ce bleuet, cette marguerite et ce coquelicot, aux couleurs de notre pays, donc. Et cette phrase de Neruda qui faisait allusion à l’époque aux militaires putschistes du Chili, qui ont tant tué. Du coup j’ai une pensée, parmi les victimes, pour Victor Jara, chanteur chilien arrêté dans les premiers jours du putsch, torturé (ces salopards lui avaient coupé les doigts…) puis massacré.  Voici une de ses chansons, que j’ai souvent en tête (et je la connais toujours par cœur, moi qui ne parle pas espagnol)  :

Qui menace “nos valeurs républicaines”?

Je reviens sur la carte de vœux de Bernard Corneille. D’abord je veux dire que c’est un homme que j’apprécie beaucoup. On a appris à se connaitre depuis qu’il est devenu maire d’Othis, succédant à Alain Romandel. C’est toujours un plaisir d’échanger avec lui, sur de multiples sujets. C’est un homme ouvert, originaire de… près de Bézier (il en a gardé l’accent), qui fut longtemps professeur de français dans le nord seine-et-marne. Il a été brillamment réélu maire au 1er tour en 2014 et réélu (un des rares à gauche) conseiller départemental (avec Marianne Margaté, PCF) en 2015. Personne n’aurait parié sur ce résultat.

Sur sa carte de vœux, il est marqué, en exergue, cette phrase : “Que l’année 2016 soit, plus que jamais, celle de la défense de nos valeurs républicaines”.  Les “valeurs républicaines”! La belle affaire ! Tous les politiciens évoquent les “valeurs”, sans qu’on sache exactement ce qu’il en est. Les valeurs, les valeurs…Ça me fait penser aux cabris du Général …

Ce qui serait bien, et c’est une adresse (publique donc) à lui, c’est que Bernard Corneille dise précisément par QUI sont menacées les “valeurs républicaines”, qui doivent donc particulièrement être “défendues” en 2016.  EV

PS : y’a aussi celle-là : “te recuerdo Amanda“… Magnifique


Partagez cet article

Bernard Corneille a fait tirer son matériel de campagne à “l’imprimerie de Dammartin”

Bernard Corneille en train de réceptionner son matériel livré par une camionnette de CTD

Bernard Corneille est maire (DVG) d’Othis (77), conseiller général sortant et candidat aux prochaines élections (avec Marianne Margaté, 1ere adjointe PCF au maire de Mitry-Mory). Il connait bien Michel Catalano (habitant d’Othis), le désormais célèbre, malgré lui, “imprimeur de Dammartin”, où se sont déroulés les évènements que l’on connait, quand les “frères Kouachi” s’étaient retranchés dans son entreprise. On sait que l’assaut avait provoqué des dégâts importants dans l’imprimerie CTD et entrainé un élan de solidarité à Dammartin mais aussi dans tout le pays.

Comme les choses trainaient malgré cela dans l’indemnisation, Bernard Corneille avait envoyé, le 6 février, une lettre (la voir ici)  au Président de la République dans laquelle il constate que la “Solidarité nationale tarde à s’exprimer”. La chef de cabinet de Francçois Hollande lui a répondu le 24 suivant (ici). Puis, hasard ou pas, François Hollande est venu ensuite en personne saluer Michel Catalano à Dammartin (foto).

Il semble maintenant que l’imprimerie soit tirée d’affaire et on s’en réjouira. J’en profite pour dire ici l’admiration que je porte à M. Catalano pour son sang froid, ainsi que l’attitude courageuse de son employé resté caché sous un meuble, bloquant sa respiration quand les terroristes étaient tout à côté de lui. Je l’avais vu sur le plateau de France 2 (je crois), où j’ai été impressionné par son témoignage (et sa parfaite élocution, c’est pas évident, au 20 heures). EV

François Hollande avec Michel Catalano, dans "l'imprimerie de Dammartin"

Partagez cet article

Bernard Corneille : “le pacte de mai 2012 a été rompu”

Bernard Corneille et le conseil municipal d'Othis

Vendredi dernier, grande soirée, à Othis, pour les vœux  du maire (DVG) Bernard Corneille. Il a fait une discours très lyrique comme à l’accoutumée. Mais cette fois, (à lire ici), on sentait chez cet homme de gauche (cet ancien professeur de lettres a été au PS, puis  chevènementiste- à l’éphémère MDC) , puis au Parti de gauche, qu’il a quitté) une vraie… je vais dire amertume  par rapport à la politique menée depuis l’élection de F. Hollande. Au point de dire dans son discours que le “pacte de mai 2012 a été rompu” . Et de dénoncer les “liaisons dangereuses”, puis “l’infidélité” (non, c’était pas une allusion au scooter…), les “choix qui donnent le tournis”… Il s’est bien sûr réjoui de la Grand interco, lui qui en a été, j’en témoigne, un artisan inlassable (et pourtant y’avait de quoi se lasser pendant un moment…).

Maire depuis 2008 (il a succédé à Alain Romandel qui a été maire (entre autres, DVG depuis 1977), il va se représenter  aux municipales de mars. Sa liste avait été élue en 2008 au premier tour avec 75.40% des voix. Il ne devrait pas être inquiet donc, d’autant que l’opposition de droite, comme à Mitry-Mory, n’a pas vraiment inventé l’eau froide…

Je l’aime bien Bernard Corneille. Il est en pleine forme, affable, parfois un peu “chaud” (en fait passionné), toujours très actif, disponible, optimiste malgré tout, imaginatif, cultivé et surtout tolérant (on doit continuer notre discussion politique, j’espère bien le convertir au “vrai” libéralisme, qui, comme chacun sait, est par essence, social). Il est aussi, pour rappel, conseiller général du canton de Dammartin, en charge du Grand Roissy, dont il est un ardent défenseur, ce qui me va bien, vous pensez…

EV

Partagez cet article

Romantisme aux voeux de Bernard Corneille, maire d’Othis, devant 1000 invités

Bernard Corneille et le conseil municipal

Y’a rien à faire, Bernard Corneille, maire d ‘Othis, et conseiller général chargé du Grand Roissy, c’est un romantique (les cheveux en moins) indécrottable  ! Lisez donc le  discours qu’il a prononcé lors de ses vœux, hier  aux … Othissois ( c’est moins sexy que les Pinois -et les Pinoises, habitants de Le Pin, auxquels je n’ai pas pu assister, ce matin, faute de force,  aux vœux de leur maire).

Mais bon, lisez bien, il est du coté clair, question interco seine-et-marnaise.

Je me (vous) promets de faire un jour un papier sur Othis et sa “banlieue” de Beaumarchais, qui est magnifique.

Pour l’heure, je suis naze !

Bien à  vous tous

EV

Beaucoup, beaucoup de monde aux vœux de Bernard Corneille
Partagez cet article

Le Conseil général 77 a fond dans le Grand Roissy et le Grand Paris

Mme Eude, conseillère régionale et Vincent Eblé à la signature du "GP3"

Le Conseil général de Seine-et-Marne met les bouchées doubles: à l’heure où le Grand Paris ne semble plus être la priorité de la ministre en charge du dossier (Cécile Duflot…) les élus départementaux ont adopté, lors de leur dernière séance (le 28 septembre)  une motion “réaffirmant leur attachement à la réalisation de l’ensemble des tronçons du projet de metro automatique Grand Paris Express, dont notamment l’arc grand-Est reliant Noisy-le-Grand – Champs-sur-Marne à Saint-Denis Pleyel, et le Bourget au Mesnil-Amelot“. Voyez le communiqué ici et la position de Vincent Eblé, le président du CG: “Le chantier du Grand Paris est dès lors une occasion formidable de réparer ses injustices en fournissant au département les investissements d’avenir dont nos concitoyens ont besoin“.

Juste avant, le 21 septembre à Othis, s’est déroulée la cérémonie de signature du “Contrat Grand Projet 3” qui prévoit un investissement dans le nord-ouest de la Seine-et-Marne de plus de 10 Millions d’euros pour la période 2007-213 (??). Voyez les détails ici (on n’a pas tout compris, mais on y reviendra).

EV

Bernard Corneille, maire d'Othis et conseiller général, en charge du Grand Roissy. Cliquez pour lire son discours...
Partagez cet article

Le Conseil municipal d’Othis contre le projet de carte de l’intercommunalité

De nombreux Othissois sont venus assister au Conseil municipal et ont pu donner leurs avis

La mobilisation contre le projet préfectoral de refonte de l’intercommunalité dans le nord-seine-et-marnais continue. Après le succès de la consultation populaire, la semaine dernière à Compans, et la réunion des élus de gauche à la mairie de Mitry, c’est au tour du conseil municipal d’Othis (présidé par B. Corneille -PG-), réuni le 23 juin, de se prononcer contre les propositions du préfet. Vous pourrez voir la délibération ici et aussi consulter le numéro spécial de la lettre de la municipalité expliquant la position de la commune.  On y apprend notamment que le Conseil général 77 a adopté à l’unanimité une délibération, le 24 juin, demandant au préfet de prendre en compte les avis des communes et de renoncer au rattachement de communes seine-et-marnaises dans un  EPCI extérieur au département (allusion claire à Mitry et à Compans). Cest à voir ici.

On y apprend aussi que le 28 juin, la Communauté de communes Plaine de France aurait elle aussi adopté une délibération, lors de son conseil à Vinantes, exprimant un avis défavorable, à l’unanimité également, au projet préfectoral. Ce qui impliquerait, si cela était confirmé, le vote “contre” du maire (UMP)  du Mesnil-Amelot, Alain Aubry. En en saura plus lundi, mais ça serait important piur la suite des évènements…

EV

Partagez cet article