Où en est la ZAC AeroliansParis à Tremblay-en-France ?

Depuis 2013, date de début des travaux, AeroliansParis, opération encadrée par l’agence Grand Paris Aménagement (GPA) en partenariat avec l’établissement public territorial, Paris Terres d’Envol, dispose d’une superficie de 198 hectares. Située sur la commune de Tremblay-en-France (93), aux portes de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, la ZAC AeroliansParis a pour but, selon GPA, se renforcer le positionnement compétitif de la plateforme aéroportuaire en structurant l’espace francilien, autour d’un territoire moteur en matière de développement. L’opération prévoit à terme d’accueillir 850 000 m² d’entreprises internationales, plus de 240 000 m² de commerces et comptoirs, 2 hôtels et 7 restaurants. Le projet comptera, également, la création d’une salle alliant complexe sportif et événementiel de nouvelle génération, ainsi qu’une extension majeure du parc des expositions Paris Nord Villepinte (PEX). La future ligne du Grand Paris Express – Ligne 17, qui devrait être mise en service en 2030, passera au milieu d’AeroliansParis. L’arrêt le plus proche, pour accéder à la zone d’activité, sera où se trouve l’actuelle gare Villepinte-Parc des Expositions du RER B. En ce qui concerne l’emploi, les prévisions annoncent la création de 10 000 à 15 000 emplois sur l’ensemble du site AeroliansParis. La fin des travaux est prévue, initialement, pour 2033, mais des retards pourraient avoir lieu, étant donné la situation sanitaire actuelle et le ralentissement de l’économie mondiale.

L’Association Syndicale Libre, AeroliansParis Gestion, dont le site internet est consultable ici : https://www.aeroliansparis-gestion.fr/, s’occupe du développement de la ZAC AeroliansParis, mais aussi de celle de Paris Nord 2. Claire Dürr, chargée de communication, déclare : « Paris Nord 2 et AeroliansParis, 2 territoires limitrophes, une démarche similaire et une ambition partagée. Cela a été le point de départ de la convergence des 2 sites, que ce soit sur le plan de la gestion, des services et d’un avenir commun. C’est donc un Centre de Gestion unique qui anime les 2 parcs et dynamise la vie des entreprises et de leurs salariés pour favoriser leur bien-être au travail : petits-déjeuners conférences, course de relais, crèche interentreprises, club de sport, institut de beauté, centre automobile, instituts de formation… ».

Retour sur les dates clefs et les dernières nouvelles de la ZAC AeroliansParis, en ce mois de septembre 2020.

En 2016, les premiers bâtiments ont été livrés à l’entreprise de fret express TNT, réalisés par l’entreprise de promotion immobilière, Barjane. 2018 est une année importante avec l’ouverture du centre d’échanges Paris Asia Business Center, dont les premières livraisons avaient eu lieu dès l’automne 2017, renommé Silk Road Paris par la suite, comme l’évoque cet ancien article de Roissy Mail sur le sujet : https://www.roissymail.fr/2018/12/15/paris-asia-se-dote-dune-marque-silk-road-paris/. Une nouvelle étape est franchie en 2019, avec la livraison de la première phase du Spirit Business Cluster, construit par le promoteur immobilier Spirit, prévoyant d’accueillir entre 50 à 80 entreprises sur les 70 000 m² de la zone d’activités. A ce jour, de nombreuses entreprises ont déjà pris place sur le site d’AeroliansParis dans les locaux aménagés par Barjane, Spirit et Silk Road Paris, telles que Daher Dassault, Packdis, Manuloc, Barjane, FC Logistique, Sotracom Air Transit, E.P.S.P, Super Trading, FTL Express, Logitax, Eoletec, TNT, ArchiFrance… dont vous trouverez l’annuaire des entreprises installées sur les parcelles de la première phase de commercialisation, via le lien : https://www.aeroliansparis-gestion.fr/annuaire-entreprises/annuaire-interactif/. De cette première phase, il reste actuellement trois emplacements de construction, 77 000 m², 28 000 m² et 60 000 m² qui doivent trouver acquéreurs, situés au sud de la RD40.

La deuxième phase de commercialisation, dont les dates ne sont pas encore communiquées, regroupe quatre parcelles, 92 000 m², 43 000 m², 62 000 m² et 32 000 m². Elles se trouvent sur les terres de l’actuel Circuit Carole. Ce dernier devrait être déplacé, mais c’est là que les difficultés à la réalisation du projet AeroliansParis commencent. En effet, le déplacement du Circuit Carole est une histoire s’apparentant à un serpent de mer. Depuis une dizaine d’années, les tractations et propositions pour choisir un nouveau site, vont bon train. François Asensi, maire de Tremblay-en-France, avait  proposé un nouvel emplacement à l’est du Vieux-Tremblay, le long des pistes et de la Route Périphérique S. Le projet d’un nouveau circuit est actuellement en attente et aucune avancée ne semble pointer le bout de son nez. Les motards peuvent encore profiter et poser leurs sliders sur la parabolique, en toute tranquillité pour les prochains mois, voire pour quelques années.

Autre projet sur AeroliansParis qui rencontre des difficultés de réalisation, le Colisée, salle polyvalente sportive et culturel de 10 000 places, avec une extension modulable de 1 500 à 1 800 places supplémentaires, un pré-show et un parvis dédiés à la convivialité et à l’animation du site, des espaces d’animations et de restauration accessibles à tous les publics en journée et en soirée, ainsi que des salons de réception modulables pour accueillir des événements d’entreprises ou encore des expositions temporaires organisées par des associations locales. Le Colisée, imaginé par les bureaux d’architectes Archis Populous et X-Tu, aurait déjà dû sortir de terre pour 2021, se voulant un site stratégique pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.. « Nous avons besoin d’un minimum de 45 millions d’euros de financement public pour équilibrer le projet », déclarait le maire de Tremblay-en-France en 2018, au Journal du Grand Paris, dont l’article est disponible ici : https://www.lejournaldugrandparis.fr/tremblay-france-trimestre-decisif-colisee/. Malheureusement, rien ne semble avoir bougé en 2020. Récemment contacté par Roissy Mail, François Asensi dit que les résultats de l’appel d’offre pour sa construction  seront connus le16 octobre prochain. C’est un projet qui lui tient à cœur !   Il ne désespère  pas de voir la salle du Colisée être réalisée sous ce mandat. En attendant, on  peut toujours regarder la vidéo promotionnelle de GPA pour se faire une idée du projet : https://www.youtube.com/watch?v=PwDlrqFIeEg.   WM

L’avis d’EV

Bien compliqué ce dossier de Colisée …

Partagez cet article

Retour sur les voeux de François Asensi

Il y a toujours beaucoup de monde aux vœux de Tremblay

 

François Asensi, Maire de Tremblay-en-France, prononçait ses voeux pour l’ année 2020, au palais des sports.

François Asensi a fait, cette année, (le 11 janvier) un discours différent des précédents, placé sous les signes de la fraternité et de la paix. C’est à lire ici.

Pas un mot, comme il se doit, sur les prochaines municipales. On le sait, François Asensi se représente pour un nouveau mandat (il est maire depuis 1991). Il sera, à n’en pas douter, sûrement réélu, peut-être même au premier tour,  tant l’opposition locale a toujours été, j’en témoigne, indigente. En plus la ville a toujours été bien gérée, avec des équipements partout. Et le maire est aussi partout…

Pour y avoir travaillé, avec plaisir, de 1992 à mi-1997, comme directeur du développement économique, j’ai bien connu la ville, toujours très dynamique, sur tous les plans.

Sur le plan économique, la ville est bien pourvue. Il y a la “petite” zone d’activité nommée Charles-de-Gaulle, qui avait été créée par le maire précédent, Georges Prudhomme, puis une bonne partie de l’aéroport CDG dans la partie nord  de la commune, avec notamment une grande partie de la zone de fret, l’aérogare  CDG2, Roissy Pole la gare TGV-RER, les sièges sociaux d’Air France et du groupe ADP… Également une bonne partie de Paris Nord 2, et récemment, l’extension  de celle-ci, nommée Aérolians, qui se remplit bien.

C’est dire que les rentrées fiscales sont importantes pour la ville.

Sociologiquement,la population est plutôt “classes moyennes”. Si les électeurs votent massivement pour le maire (ex PCF), leur vote est différent pour les élections nationales. Aux dernières européennes, c’est la liste de Marine Le Pen qui est arrivée en tête avec 21.94% des exprimés, devant LAREM (15.5) et la France insoumise (12.83). Autre particularité de Tremblay, si l’on excepte la période de Vichy, il n’y a eu que trois maires (tous PCF, mais Asensi a quitté le parti depuis un moment) de 1935 à nos jours. Je ne connais pas d’autres exemples. EV

Invité surprise…

Partagez cet article

François Asensi a lancé sa campagne

Le vendredi 6 décembre 2019, dans la (belle) salle Jean-Ferrat à Tremblay-en-France, a eu lieu la soirée de lancement de campagne électorale pour les municipales 2020 de François Asensi, maire sortant (depuis 1991) et député honoraire, sous le slogan : « Tremblay ensemble, la ville écologique et solidaire qui s’engage avec vous ». La soirée s’est tenue devant une salle pleine, en présence des collaborateurs municipaux qui ont profité de cette occasion pour établir un bilan du mandat effectué. Des livrets ont été distribués au public, retraçant les points forts du dernier mandat et les objectifs à venir.

Pendant son discours d’une vingtaine de minutes, le candidat Asensi a témoigné sa reconnaissance aux habitants de la ville de Tremblay-en-France, ainsi qu’à ses collaborateurs proches, pour leur confiance et le travail accompli, déclarant : « Nous avons ici, les forces vives de Tremblay. J’ai beau avoir de la bouteille (74 ans ndlr) … Ce n’est pas la campagne d’un seul homme. C’est un travail d’équipe et j’ai besoin de vous ».

« Pour ces élections, la configuration politique sera inédite. Nous connaissons les valeurs de la gauche. Socialiste, extrême-gauche, écologiste… notre message s’adresse à toutes les parties de la gauche. Nous devons rassembler toutes les forces politiques de gauche, au sein de ce paysage politique dévasté », dit François Asensi.

Côté bilan social, le maire sortant évoque les progrès mais aussi les difficultés de son mandat : « Il reste de nombreuses choses à faire pour notre ville. Nous devons corriger les inégalités et redistribuer les richesses avec plus d’égalité, par la fraternité. L’augmentation de la pauvreté est de 14%, à Tremblay-en-France. Le chômage, quant à lui, atteint les 15%. Beaucoup de gens, en situation précaire, ont des difficultés à se loger. C’est de la responsabilité d’un maire, de s’occuper de ce problème. J’entends la jeunesse en difficulté ».

« Nous sommes un domaine culturel au répertoire international, pour les jeunes et les personnes âgées. Beaucoup d’activités sportives et culturelles se déroulent à Tremblay. Nous y voyons comme un frein à l’exclusion et un moyen de réunir les générations entre elles », exprime-t-il.

Contre : ADP (T4, privatisation), Europa City, Amazon…

Sur le plan économique, la ville de Tremblay-en-France profite d’un bilan positif, avec une situation financière bonne. Bien qu’ouvert aux implantations d’entreprises sur son territoire, François Asensi ne décolère pas : « Je me félicite de l’annulation d’Europa City, projet ne servant qu’à défigurer la nature, mais également notre victoire sur un tueur d’emplois, Amazon. Le combat n’est pas fini, car demain, nous devrons lutter contre la privatisation d’Aéroports de Paris (ADP) et contre la construction du Terminal 4, qui augmentera les nuisances aériennes irrémédiablement. Nous sommes dans un refus des constructions à outrance ».

Poursuivant par : « Nous ne pouvons pas laisser le capitalisme sans rivage détériorer notre cadre de vie. La sauvegarde de l’écosystème et la protection de la nature sont des enjeux majeurs. De ce fait, nous avons sanctuarisé 400 hectares d’espaces agricoles et 70 hectares de zone boisée. Nous devons créer encore plus de vergers autour de la ville ».

Lors de sa conclusion, après avoir lu l’Article-1 de la Constitution, François Asensi en appelle à ses soutiens : « C’est tout un projet de continuer à s’améliorer, dans le respect de l’esprit républicain. Ma campagne se veut dynamique et citoyenne. Une société de fraternité, dans un monde actuellement bien trop inégalitaire. Recherchons un avenir pacifique dans le partage. Construisons ensemble ! ».

Dans cette démarche démocratie participative, François Asensi et ses collaborateurs municipaux proposent aux habitants de Tremblay-en-France, de venir participer à quatre ateliers thématiques afin de bâtir le programme municipal, qui se dérouleront à Tremblay-en-France: les jeudi : 12 décembre 2019,  thème « ville citoyenne », salle l’Odéon, 16 janvier 2020 : thème « ville écologique », Maison des Associations du Vieux-Pays. 23 janvier 2020 : thème « ville attractive », Espace Henri Barbusse.  30 janvier 2020 : thème « ville solidaire », Théâtre Louis Aragon. WM

L’avis d’EV

Allez, j’ose… Franchement, il est gonflé François Asensi. Se réjouir (une fois de plus), au motif de “l’écologie” de l’abandon d’EuropaCity, alors qu’il a soutenu et encouragé l’extension de Paris Nord 2, nommée Aérolians, sur des terres agricoles de Tremblay, sur une superficie bien plus grande que les 80 hectares d’Europa (je retrouverai le chiffre exact, mais “c’est pas petit”, comme on dit en Afrique ! How dare you ?

cliquez pour voir Aérolians

Et bien sûr, Amazon, qualifié de “tueur d’emplois”,alors que l’entreprise embauche à tour de bras en France, construit des entrepôts et permet à des milliers de petites entreprises de développer leurs chiffres d’affaires et par conséquent  leurs emplois, comme elles ne l’auraient pas même pas pu l’imaginer avant Amazon. J’en sais quelque pour être un utilisateur régulier d’Amazon (comme certainement un grand nombre d’habitants de Tremblay). On trouve tout, pas cher et livraison gratuite ou peu chère. Que demande le peuple ? Vous pouvez voir ou revoir ce que j’avais écris récemment à ce sujet.

Et ADP ! Celle-là c’est le pompon ! Tremblay, (35 700 habitants) a, depuis longtemps, sur son territoire nord une grande partie de l’aéroport CDG : Terminal 2, l’essentiel de la zone de fret, une partie de la gare TGV, Roissypôle (avec les sièges d’Air France et d’ADP, une grande partie du Centre commercial Aéroville… Tremblay ne subit pas de bruit, sauf, à la marge, sur une petite partie nord du “Vieux-Pays”.

Ce qui a permis à cette belle ville très étendue du sud au nord, des rentrées fiscales de plus en plus importantes au fil des années permettant à la ville (qui était pauvre avant) de s’équiper d’une manière énorme, la bonne gestion budgétaire aidant, comme l’a rappelé à juste titre F. Asensi. Sans parler des grands services à la population.  Et voici, à l’heure où il est  question de construire le T4 (pas sur le territoire de Tremblay…) pour anticiper la croissance certaine du transport aérien, Monsieur Asensi n’en veut pas, au prétexte des nuisances aériennes …

Partagez cet article

ADP investit dans un nouvel hôtel à CDG: easyHotel

Ça sera le deuxième “easyHotel” de France (après Nice) que la chaine, filiale de eazyGroup, propriétaire de la célèbre compagnie aérienne easyjet, ouvrira en France. C’est ADP qui finance, Linkcity Ile-de-France (filiale de Bouygues Construction) qui va construire, et donc easyHotel qui gérera. L’architecte est le cabinet Studio 135.

Il y aura 209 chambres dans un immeuble de près de 4000 m2 sur 5 niveaux et 71 places de parking (c’est sur le territoire de Tremblay-en-France) sur une emprise de 0.4 ha. L’ouverture est prévue en janvier 2021.

Selon le communiqué commun (à voir ici)  “la capacité d’hébergement actuelle de l’aéroport Paris-Charles de Gaulles’établit à 3 448 chambres réparties sur 11 hôtels et devrait atteindre 4 460 chambres à l’horizon 2025 du fait des futurs projets hôteliers en cours résultant de la forte croissance attendue du trafic de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle dans les années à venir et de l’attractivité de ce secteur du Nord parisien grâce, notamment, au dynamisme de ses parcs d’exposition”.

C’est bien… EV

Partagez cet article

Un article plutôt bien fait sur les Européennes à Tremblay

cliquez pour lire l'article

Une fois n’est pas coutume… Un de mes honorables correspondants m’a envoyé cet article de  France Info, paru ce matin,  sur le vote des citoyens de Tremblay-en-France aux européennes de dimanche dernier. Je l’ai ouvert sans illusion, tellement habitué que je suis à la pauvreté grandissante des articles du “service public” en particulier et de nombreux vrais journalistes en général. Et là, surprise, je lis, relis plusieurs fois… L’article est vraiment bien fait sur cette ville que je connais bien et depuis longtemps. Eh bien, on peut dire que les deux journalistes qui l’ont écrit  (Margaux Duguet et Camille Adaoust) ont vraiment travaillé !  Du coup je le publie ici (c’est rarissime). A lire et à recommander ! EV

Partagez cet article

Privatisation d’ADP : Asensi mène la danse ! Meeting le 7 mai à Tremblay

Le projet de privatisation d’ADP, voté récemment pas le parlement fait beaucoup parler de lui, dans tous les sens. On entend tout et son contraire. Certains ont même affirmé que la police aux frontières ou la douane seraient …privatisées ! Un groupe de parlementaires, toutes oppositions confondues, prévoit même d’organiser un référendum sur la question. Personnellement je n’arrive pas à me faire un avis sur le sujet. Sauf peut-être sur l produit de la vente (de la concession plutôt car ce ne sera pas une vente) que l’Etat  prévoit de confier à un fonds d’investissement pour favoriser  l”innovation”… Je n’y crois guère et pense que l’argent va aller  directement au budget de l’Etat, déjà en lourd déficit.

Voyez un article de la Tribune sur la “privatisation” et un autre de  Serge Blondel , professeur d’économie à l’université d’Angers, publié dans les Echos qui lui défend la privatisation.

François Asensi, maire de de Tremblay-en-France (qui a sur son territoire une grande partie de l’emprise aéroportuaire, les sièges d’Air France et d’ADP) est vent debout contre la privatisation. Et mouille sa chemise ! Distributions de tracts, Facebook en pagaille…  Mardi soir il organise un meeting de protestation. La présence de certains  orateurs m’a fait sourire, notamment celle de François Pupponi, député (ex PS) et ancien maire de Sarcelles, qui avait en son temps, soutenu le vaste (le plus important de la Vème si ma mémoire est bonne) programme de privatisation de Lionel Jospin…  Quant à Vallaud… Heureusement, Clémentine Autain est toujours aussi jolie… EV

Partagez cet article

François Asensi ne veut pas d’Amazon à Tremblay

voyez en cliquant le communiqué du maire

On suivait ça depuis décembre. Le géant américain Amazon, en plein développement mondial comme chacun sait, souhaite (ou souhaitait) construire un entrepôt (il en a déjà un à Senlis  60) à Aérolians, zone d’activité située à côté de Paris Nord 2, sur le territoire de Tremblay-en-France (93) et aménagée par Grand Paris Aménagement (ex AFTRP). Mais le maire de la ville (ex PCF) ne veut pas (ou plus? ) en entendre parler. Il a publié hier un communiqué vengeur qui m’a fait sourire et m’a rajeuni, me renvoyant aux années 70… Et reproche à Amazon et aux autres GAFA de ne pas payer leurs impôts comme tous le monde en France. Et reproche à ladite Amazon d’ “imposer des conditions de travail indignes à ses salariés”.

Dans ce CP, le maire mélange optimisation et évasion fiscale, qui sont deux choses différentes. L’évasion, c’est de soustraire frauduleusement à ses obligations fiscales, l’optimisation, c’est se servir des outils légaux pour payer moins d’impôts (comme le font beaucoup, par exemple, pour déduire une garde d’enfant à domicile).

Les GAFA sont tout sauf bêtes… Et je conseille à François Asensi de rencontrer Bruno Le Maire, incroyable ministre de l’économie, qui fait du bla-bla sur les GAFA depuis des mois.

Amazon & co: jalousies françaises. Témoignage  hilarant d’une de mes voisines

Les “débats” chez nous sur les GAFA et assimilés, me font rire ou plutôt pleurer de rire. Il y a de la jalousie  chez nombre de Français, jalousie entretenue par quasiment tous les politiques. Amazon a été créée en 1994 par Jeff Bezos (l’homme le plus riche du monde en ce moment)à Seattel USA. Il vendait des livres par correspondance au début  et aujourd’hui il vend de tout, partout dans le monde. Je le sais car je m’en sers de plus en plus. Rien à dire, bons prix, service impeccable. Et de plus en plus de Français s’en servent, je vois ça notamment dans mon immeuble de Paris 20 (où les gardiens sont submerges par les colis “internet, Amazon, mais pas que). Il y a quelques jours, je rentre de courses et j’entends une habitante de mon immeuble demander (en s’inquiétant un peu, impatiente qu’elle était), si son colis était arrivé. On prend l’ascenseur ensemble… Je me permets de lui dire : Amazon, c’est bien et pratique. Ravie, elle dit oui tout de suite et se ravise en même temps: euh, non, ça fait du mal… Et voila.

En fait, c’est comme pour Windows (qui a transformé nos vies informatiques), Google, Facebook et autres. Tout le monde s’en sert et tout le monde les critique. En fait, c’est de la jalousie. Les Français, tout comme les Européens, ne sont pas capables de développer de tels outils (on attend toujours le GPS européen, depuis des années en “développement). Ça me fait penser aux Africains (francophones du moins) qui critiquent la France et ne sont pas capables de réaliser des choses simples qu’ils pourraient faire (je reviendrai plus tard sur ce sujet que je connais bien).  EV

voyez ça, c'est pas mal...
Partagez cet article

Paris Asia se dote d’une marque : Silk Road Paris

Le nouveau logo. cliquez pour voir le site

C’était (déjà !) le 21 novembre dernier, sur le site de Paris Asia (sur la ZAC Aérolians, à Tremblay). Il s’agissait d’acter officiellement la nouvelle  marque de ce grand ensemble destiné au commerce avec la Chine. Il était déjà question (revoir ici), en 2016, que le centre se donne un nouveau nom, plus large que l’Asie ou la Chine. Visiblement avec ce nouveau nom “La route de la soie Paris”, la caractère chinois du centre a repris le dessus…

Jorge Torres Peirera (ambassadeur du Portugal en France), J-P Raffarin, François Asensi, maire de Tremblay, Mme Yuanyuan Gao de l’ambassade de Chine., Alves Ribeiro, promoteur du centre ,

Le centre compte 400 comptoirs, et 1000 à terme. Déjà occupés par nombre de grossistes chinois qui ont quitté Aubervilliers, où les attaques contre eux ne se comptent plus. Un investissement de 150 millions (par AR France Invest, filiale du groupe portugais Alves Ribeiro)  qui permettra à terme l’accueil de 1000 emplois. Roissymail a suivi toute cette aventure depuis le début (revoir notamment ici et (2014, grandiose… ) ou faites Paris Asia dans le moteur de recherche de RM, en haut, à droite).

cliquez pour voir la vidéo

Voyez ci-dessus cette vidéo de “l’avant première” . C’est en portugais, mais vous avez bien, dans votre entourage, un Portugais  qui vous traduira. On voit aussi François Asensi (en français of course), et Jean-Pierre Raffarin (…), dont j’apprends , sur  wikipedia, qu’il est, depuis janvier 2018… “représentant spécial du gouvernement pour la Chine” (comprenne qui pourra). En tout cas, bravo ! EV

Partagez cet article

Des voitures sans permis cadeau à Papa Charlie, avec la ministre du Travail (qui n’a vraiment rien à faire)

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, entourée de bénéficiaires de dispositif de location Papa Charlie (toutes les photos sont de Groupe ADP/ Sébastien Aubry

L’association Papa Charlie a été créée en 1997 (je l’ai vue naître…) par ADP pour aider les demandeurs d’emploi qui n’ont pas de voiture, car bien souvent, une voiture est nécessaire pour décrocher un contrat sur l’aéroport (horaires décalés…). En leur en fournissant une pour, actuellement, 4 euros par jour, tout compris.

les voitures "sans permis"

Jeudi 27 septembre a eu lieu, au siège de l’association, à CDG, une cérémonie pour se féliciter de l’arrivée de 20 véhicules “sans permis” (financés par… la Caisse des Dépôts…) destinés aux “alternants”. Prêtés pour 2.50 € par jour.

de g à dr: Sébastien Meurant, sénateur (LR) du Val d'Oise, Zivka Park, députée (LAREM), du Val d'Oise, A. de Romanet, Muriel Pénicaud, Anthony Arciero (conseiller départemental du Val d'Oise); M. Mainsard, préfet des aéroports

Il y avait du “beau monde”! Carrément  la ministre du travail, Muriel Pénicaud, des élus du secteur, le préfet…… , et le grand chef du Groupe ADP, Augustin de Romanet.

L’ensemble des actions “territoriales” du groupe ADP sont regroupées sous ce vocable : PlanetAirport (ONG (!)  soit disant, on se croirait en Afrique).   EV


Partagez cet article