Une nouvelle identité visuelle pour la CC du Pays de Valois

cliquez pour la voir et les explications sur la vidéo de la CC

La Communauté de communes du Pays de Valois (CCPV) est née en 1997. Elle compte 62 communes et 56216 habitants (janvier 2018). Située dans le sud de l’Oise (son siège est à Crépy-en-Valois), elle se sent partie prenante du Grand Roissy, même si, pour des raisons “techniques” seules quelques communes (comme Le Plessis-Belleville) de la CC apparaissent sur la Carte. Mais pour bien marquer le coup, la CC a tenu, a acheter deux visuels comme vous pouvez le voir ici:

La nouvelle identité visuelle a été présentée le  16 janvier dernier à l’occasion des vœux du Président de la CC, Benoit Haquin, maire de Brégy.

le président Haquin et les membres du Conseil communautaire

Je vous conseille de lire son discours ici, très instructif et qui montre bien le dynamisme de cette Communauté.  EV

Partagez cet article

Le Département de Seine-et-Marne finance des projets pour les communes 77 de la CA Roissy Pays de France à hauteur de plus de 3 millions

cliquez pour lire les détails

Ça sera, si je ne me trompe pas, une première ! Demain après-midi le président du Conseil départemental de Seine-et-Marne se rendra au siège de la CA Roissy Porte de France pour officialiser un CID (contrat Intercommunal de Développement) passé avec certaines  communes 77 (de plus de 2000 habitants) de la CA. Au total 3 752 910 euros sur trois  ans (2016-2018) pour 18 opérations. Parmi les bénéficiaires : Claye-Souilly (300 000 euros pour la construction d’un centre administratif et conservatoire de musique et de danse), un espace festif et culturel à Mitry-Mory ( 417 000 euros, pas rancunier le CD)… Pour les autres, cliquez sur le doc. Mais … j’ai pas tout bien compris, malgré quelques explications. J’y reviendrai donc… EV

Partagez cet article

Menaces sur le Grand Roissy? Sur la ligne 17 ? Délégation à Matignon le 12 octobre

le 2 octobre, à la mairie de Meaux : Philippe Sueur (CD95), Patrick Renaud (CARPDF), J-F Copé (CA Pays de Meaux, J-J Barbaux (CD77), J-L Durand (CC PMF), Pierre Heelbode (CC Pays de l'Ourq)

Ça et là, on entend dire depuis un moment, que le gouvernement s’apprêterait à inclure les communes aéroportuaires de Roissy, Orly et le plateau de Saclay dans la Métropole du Grand Paris, autrement dit, les territoires riches. De même il serait question que le gouvernement retarde la mise en service de la ligne 17 du Grand Paris Express prévue pour 2024), contrairement aux engagements confirmés à plusieurs reprises depuis des années.

Ici les maires concernés (Le Mesnil-Amelot, Mitry, Epiais-lès-Louvres…) sont consternés et ont déjà vivement protesté. Les départements concernés (77, 95) également. Des motions ont été votées, à l’unanimité partout… Notamment celle de la CA Roissy Pays de France, qui la première concernée, est en première ligne. La CA avait demandé une rencontre à l’Etat. Faute d’avoir obtenu la moindre réponse pour un rendez vous avec le 1er ministre ou le Président de la République,  la CA à décidé d’appeler à un rassemblement jeudi 12 octobre devant Matignon. L’association Pays de Roissy CDG s’est jointe à cet appel.

Roissymail y sera. Non seulement pour rendre compte de l’évènement, mais pour y participer. En effet, après les multiples redécoupages des intercommunalités de ces dernières années,  cette menace territoriale est incompréhensible. Ce serait notamment la fin de la CA Roissy Pays de France, créée dans la douleur et qui fonctionne bien depuis. Et la cohérence, la visibilité du Grand Roissy, pourtant soutenue par l’État (sans stratégie bien définie, mais au gré de l’appétence des préfets de région), serait KO, d’autant qu’il a déjà été “démantelé” par l’inclusion des communes 93 concernées par la région aéroportuaire dans la Métropole … On redira ici, sans complexe et pour n’évoquer que lui, le grand travail effectué, depuis des années par Patrick Renaud, président de Roissy Pays de France.

Création d’un GIP Seine-et-Marne / Val d’Oise

Y’a t-il une relation de cause à effet entre ces menaces et l’intention de créer un GIP (groupement d’intérêt public) entre les territoires concernés ? On peut le penser. Le 2 aout octobre dernier, la CA Roissy Pays de France, la CC Plaines et Monts de France, la CC du Pays de l’Ourcq et la CA du Pays de Meaux, soutenues par les départements 77 et 95 ont officialisé, dans le salon d’honneur du Pays de Meaux, leur volonté de créer un GIP pour “améliorer les synergies entre leurs territoires”, qui compte près de 500 000 habitants. Le GIP devrait être créé en mai 2018.  On ne s’en plaindra pas ! (sauf si ça devient un “machin”…). EV

Partagez cet article

A l’occasion de ses voeux, la Communauté de communes du Pays de Valois a fêté ses 20 ans

Le président Hacquin

La communauté de communes du Pays de Valois, présidée par Benoit Hacquin (maire de Brégy) a profité de sa cérémonie des vœux, qui s’est tenue le 25 janvier, pour fêter ses vingt ans d’existence. Son siège est à Crépy-en-Valois. Elle compte 62 communes (55 650 habitants), dont quelques unes situées ( Eve, Ver-sur-Launette, Le Plessis-Belleville, Lagny-le-Sec) directement sur le Grand Roissy.

C’est un territoire dont le destin est en fait lié au Grand Roissy par sa proximité donc, mais aussi par le nombre de ses habitants qui travaillent à “Roissy”. Et elle tient à le faire savoir: par exemple, elle a renouvelé sa présence sur la nouvelle carte du Grand Roissy-Le Bourget, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

Voyez le discours du Président Hacquin où il résume l’action de la CC, pour en savoir plus.

Il a notamment rendu hommage à Mme Choquer, qui fut DGS pendant 15 ans, désormais en retraite. Elle a été remplacée, comme je m’en doutais, par Bruno Dellinger, jusque là Directeur du Développement économique (revoir ici). Par ailleurs, on a appris que Caroline Guérin, qui fut chargée de communication à Pays de Valois, a rejoint tout récemment la direction de la communication de Roissy Pays de France. EV

cliquez pour mieux voir le territoire

Partagez cet article

Fin de l’EPA Plaine de France : une drôle de “conférence-débat”

Je suis allé faire un tour, jeudi 15, à l’expo de l’EPA Plaine de de France, à la Villette, à l’occasion du “grand débat” (annoncé avec comme tel) sur le thème Quels leviers pour une mutation urbaine ? Quel avenir pour la Plaine de France dans le Grand Paris ?

C’était à 15h…  Il n’y avait personne (25 en tout, et encore, du sérail), c’était prévisible (et pourquoi, grands dieux faire cette expo à cet endroit et à cette heure ?). A la tribune, de gauche à droite Patrick Renaud, président de Roissy Portes de France, le préfet Duport, Jacques Paquier, (le rédac-chef du Journal du Grand Paris, qui animait), Frédéric Gilli, géographe et économiste, Patrick Braouzec, président de Plaine Commune et Franck Cannarozzo, adjoint au maire, qui représentait Bruno Beschizza, maire d’Aulnay et président de Terres d’Envol.

M. Duport, (ancien préfet de Seine Saint-Denis et ancien préfet de la région Ile-de-France, voir sa longue carrière ici)) a parlé en premier, longuement, longuement… . Il a refait un peu l’histoire, s’agissant de la création de l’EPA, qu’il connait bien pourtant. A l’origine (j’avais bien suivi ça), un EPA devait (en tout cas il en avait été question) être consacré au territoire du Pôle de Roissy, comme on l’appelait à l’époque. C’était suite aux travaux de la “mission Roissy” à l’époque de la révision du SDRIF 1994.

En fait, Conseil général de Seine-Saint-Denis, encore à majorité communiste, qui ne s’était jamais préoccupé de “Roissy”, a œuvré, avec la bénédiction de J.C Gayssot, alors ministre (PCF) des Transports pour faire le territoire actuel de l’EPA, avec le secret espoir de partager la taxe professionnelle de “Roissy”. C’était ce que nous avait confié Robert Sammut (désigné par Gayssot, pour initier la mission Plaine de France, qui succédait à la mission Roissy, et qui allait accoucher de l’EPA) dans une interview publiée dans notre Bénéfice.net n° 5. Le territoire de cet EPA au début, Patrick Renaud n’a pas manqué de le rappeler pendant le débat, coupait la communauté de commune Roissy Porte de France et excluait les communes concernées de Seine-et-Marne! Si l’ensemble de la communauté en question a fini par être intégré à l’EPA, rien a été fait pour les communes 77. Péniblement 12 communes de ce département ont été “rattachées” plus tard, mais pas d’une manière officielle: on a attendu le décret pendant trois ans, comme l’a encore rappelé P. Renaud (et je ne crois pas qu’il soit paru), les communes (et le président du conseil général 77 siégeaient en tant que “observateurs”.

Je fais ici une parenthèse : lors de la préparation des grandes intercos, le préfet du Val d’Oise chargé du dossier, s’était renseigné auprès de l’EPA et c’est là qu’il a eu l’idée d’intégrer des 12 communes dans la future CA Roissy Pays de France. C’est lui même qui me l’avait dit…

Lire ce que j’avais écrit en 2002 : “EPA Plaine de France : l’État crée un machin”.

En février 2002, j’avais publié un article de 3 pages dans Bénéfice.Net n°13. Je vous conseille vivement de le lire ou le relire ici comme je l’ai fait : vous y trouverez tout quant à la genèse de l’EPA. Il rajouter que, si ma mémoire est bonne, mais c’est à confirmer, il n’y avait pas eu de débat au sein de l’assemblée du Conseil général du Val d’Oise pour son adhésion et celle des communes 95 concernées audit EPA.

“Métamorphose urbaine”?

Patrick Braouzec puis Franck Cannarozzo ont aussi pris la parole, puis ce fut autour du fameux géographe (un génie, m’avait-on dit). Un long flux de paroles! Ça partait dans tous les sens. C’est Monsieur je sais tout ! Pénible à entendre. J’ai arrêté d’écouter (je souffrais) quand il a commencé” à “expliquer” que, finalement, les gares du Grand Paris Express sont plutôt une mauvaise chose car le prix des logements va augmenter (ou quelque chose comme ça).

Du coup je suis parti, en regrettant d’être venu… Un bilan de l’action de l’EPA reste à faire. Mais une chose est sûre : ça n’aura pas été “l’Histoire d’une métamorphose urbaine”, comme l’indiquait le titre de l’exposition de la Villette.

A noter: à partir du 2 janvier, Grand Paris Aménagement quittera son siège historique (AFTRP…) de la rue de Bercy pour son nouveau siège au Parc du Pont de Flandres, 11 rue de Cambrai, Paris 19. L’équipe de l’EPA y sera aussi et quitte donc son siège de Saint-Denis. EV

Partagez cet article

Clap de fin pour l’EPA Plaine de France

Au 1er janvier 2016 (non! 2017, merci aux lecteurs attentifs), l’EPA Plaine de France n’existera plus : il sera fusionné avec Grand Paris Aménagement, (ex AFTRP). Pour “fêter” ça, une exposition (inauguré hier soir) est organisée, aujourd’hui et demain à La Villette à Paris sur les actions menées depuis sa création, en 2002.

voyez tout en cliquant sur l'affiche

Partagez cet article

Au 1er janvier, les CC Pays de France et Carnelle Pays de France seront fusionnées

Mise à jour de la carte de la Carte du Grand Roissy oblige, on s’est intéressé de plus près au devenir de la Communauté  de Communes Pays de France (PDF, 10 communes du Val d’Oise  autour de Luzarches). On se souviendra qu’un temps, à l’époque où Paternotte était député, celui-ci avait intrigué pour que la majorité du conseil communautaire soit favorable à une fusion avec la CC Porte de France (Roissy). En fait c’était une manœuvre pour “destituer” le président (qui avait été élu au bénéfice de l’âge) de PDF, Jacques  Renaud, maire de Châtenay-en-France. la manœuvre avait réussi, J.Renaud ayant préféré démissionner (mais la CC PDF n’a jamais rejoint Portes de France…).

C’est que la CC Pays de France pouvait “regarder” vers Roissy, mais aussi vers d’autres. Un moment, elle a pensé rejoindre la CC (voisine, au nord) de l’Aire Cantilienne (11 communes 60 autour de Chantilly), mais la situation là-bas était alors… compliquée. Elle a ensuite pensé à la CC tout aussi voisine, Carnelle Pays-de-France ( 10 communes 95 autour de Viarmes). Dans un premier temps, celle-ci ne voulait pas, (voyez les différents avis sur cette page de la préfecture) essentiellement pour des raisons fiscales ‘(surtout la TEOM), mais les choses se sont arrangées. Et donc le mariage sera effectif le 1er janvier. Le nouvel ensemble gardera le nom de Carnelle Pays-de-France. EV

PDF

Partagez cet article

Finalement, la Communauté de communes des “Monts de la Goële” intégrera la CA du Pays de Meaux

Cliquez pour lire la lettre de M. Devauchelle

On a appris ça (il n’y avait pas eu vraiment de communication) à l’occasion de la mise à jour de la Carte du Grand Roissy 2030. La Communauté de communes des Monts de la Goële (4 communes : Saint-Soupplets, Monthyon, Forfry et Gesvres-le-Chapitre au nord-est du Grand Roissy, en Seine-et-Marne), après bien des hésitations (dont l’échec des négociations avec la CC Plaines et Monts de France), a finalement choisi de fusionner avec la CA du Pays de Meaux, voisine du Grand Roissy. Ca sera effectif le 1er janvier 2017. Lisez la lettre de M. Devauchelle, maire de Saint-Soupplets et président de la CC des Monts de la Goële. EV

Partagez cet article

Ben v’là aut’ chose !

cliquez pour lire la lettre

Les maires de la CA Roissy Pays de France (RPDF) ont reçu hier la lettre ci-dessus. Elle est signée par les “Bernard Brothers”: Corneille et Rigault. En vue de l’élection future de l’exécutif de RPDF (prévue le 31 mars, à l’Orangerie de Roissy-en-France), ces deux maires demandent à leurs collègues de leur signaler si eux ou leurs délégués communautaires seront candidats. Eh ben v’la autre chose ! C’est une démarche inhabituelle, que je n’ai jamais vue. Et pourquoi signée de Corneille avec Rigault ? J’ai eu Bernard Corneille au téléphone hier soir, pour tenter de comprendre le sens de cette lettre et pourquoi il l’avait signé avec Rigault. Il m’a expliqué plusieurs fois mais je n’ai rien compris… Ça sent la manœuvre. D’autant que c’est marqué, à la fin de la lettre, “au nom des 17 communes”, ce qui est, renseignements pris, tout à fait faux. Espérons qu’après avoir fait perdre énormément de temps et d’argent à la nouvelle communauté, personne ne viendra mettre la zizanie au sein du Conseil.

Prochaines étapes du feuilleton : le 29 février le Tribunal administratif de Paris (TAP) doit annuler son “référé-suspension”, car le Conseil d’État a décidé (le 10 février) de ne pas renvoyer les QPC au Conseil Constitutionnel (on peut se demander, au passage, pourquoi une nouvelle décision du TAP est nécessaire, alors que la décision du Conseil d’Etat fait tomber, ipso-facto le “reféré-suspension”). Puis la désignation (pour certaines communes) des délégués communautaires par le Conseil municipal, puis donc, le 31 mars, réunion du Conseil communautaire et élection de l’exécutif.

A ce jour, à part Patrick Renaud, personne n’a fait part de son intention de briguer la présidence. Que va faire Didier Vaillant? EV

Partagez cet article