Fin de l’EPA Plaine de France : une drôle de “conférence-débat”

Je suis allé faire un tour, jeudi 15, à l’expo de l’EPA Plaine de de France, à la Villette, à l’occasion du “grand débat” (annoncé avec comme tel) sur le thème Quels leviers pour une mutation urbaine ? Quel avenir pour la Plaine de France dans le Grand Paris ?

C’était à 15h…  Il n’y avait personne (25 en tout, et encore, du sérail), c’était prévisible (et pourquoi, grands dieux faire cette expo à cet endroit et à cette heure ?). A la tribune, de gauche à droite Patrick Renaud, président de Roissy Portes de France, le préfet Duport, Jacques Paquier, (le rédac-chef du Journal du Grand Paris, qui animait), Frédéric Gilli, géographe et économiste, Patrick Braouzec, président de Plaine Commune et Franck Cannarozzo, adjoint au maire, qui représentait Bruno Beschizza, maire d’Aulnay et président de Terres d’Envol.

M. Duport, (ancien préfet de Seine Saint-Denis et ancien préfet de la région Ile-de-France, voir sa longue carrière ici)) a parlé en premier, longuement, longuement… . Il a refait un peu l’histoire, s’agissant de la création de l’EPA, qu’il connait bien pourtant. A l’origine (j’avais bien suivi ça), un EPA devait (en tout cas il en avait été question) être consacré au territoire du Pôle de Roissy, comme on l’appelait à l’époque. C’était suite aux travaux de la “mission Roissy” à l’époque de la révision du SDRIF 1994.

En fait, Conseil général de Seine-Saint-Denis, encore à majorité communiste, qui ne s’était jamais préoccupé de “Roissy”, a œuvré, avec la bénédiction de J.C Gayssot, alors ministre (PCF) des Transports pour faire le territoire actuel de l’EPA, avec le secret espoir de partager la taxe professionnelle de “Roissy”. C’était ce que nous avait confié Robert Sammut (désigné par Gayssot, pour initier la mission Plaine de France, qui succédait à la mission Roissy, et qui allait accoucher de l’EPA) dans une interview publiée dans notre Bénéfice.net n° 5. Le territoire de cet EPA au début, Patrick Renaud n’a pas manqué de le rappeler pendant le débat, coupait la communauté de commune Roissy Porte de France et excluait les communes concernées de Seine-et-Marne! Si l’ensemble de la communauté en question a fini par être intégré à l’EPA, rien a été fait pour les communes 77. Péniblement 12 communes de ce département ont été “rattachées” plus tard, mais pas d’une manière officielle: on a attendu le décret pendant trois ans, comme l’a encore rappelé P. Renaud (et je ne crois pas qu’il soit paru), les communes (et le président du conseil général 77 siégeaient en tant que “observateurs”.

Je fais ici une parenthèse : lors de la préparation des grandes intercos, le préfet du Val d’Oise chargé du dossier, s’était renseigné auprès de l’EPA et c’est là qu’il a eu l’idée d’intégrer des 12 communes dans la future CA Roissy Pays de France. C’est lui même qui me l’avait dit…

Lire ce que j’avais écrit en 2002 : “EPA Plaine de France : l’État crée un machin”.

En février 2002, j’avais publié un article de 3 pages dans Bénéfice.Net n°13. Je vous conseille vivement de le lire ou le relire ici comme je l’ai fait : vous y trouverez tout quant à la genèse de l’EPA. Il rajouter que, si ma mémoire est bonne, mais c’est à confirmer, il n’y avait pas eu de débat au sein de l’assemblée du Conseil général du Val d’Oise pour son adhésion et celle des communes 95 concernées audit EPA.

“Métamorphose urbaine”?

Patrick Braouzec puis Franck Cannarozzo ont aussi pris la parole, puis ce fut autour du fameux géographe (un génie, m’avait-on dit). Un long flux de paroles! Ça partait dans tous les sens. C’est Monsieur je sais tout ! Pénible à entendre. J’ai arrêté d’écouter (je souffrais) quand il a commencé” à “expliquer” que, finalement, les gares du Grand Paris Express sont plutôt une mauvaise chose car le prix des logements va augmenter (ou quelque chose comme ça).

Du coup je suis parti, en regrettant d’être venu… Un bilan de l’action de l’EPA reste à faire. Mais une chose est sûre : ça n’aura pas été “l’Histoire d’une métamorphose urbaine”, comme l’indiquait le titre de l’exposition de la Villette.

A noter: à partir du 2 janvier, Grand Paris Aménagement quittera son siège historique (AFTRP…) de la rue de Bercy pour son nouveau siège au Parc du Pont de Flandres, 11 rue de Cambrai, Paris 19. L’équipe de l’EPA y sera aussi et quitte donc son siège de Saint-Denis. EV

Partagez cet article

Clap de fin pour l’EPA Plaine de France

Au 1er janvier 2016 (non! 2017, merci aux lecteurs attentifs), l’EPA Plaine de France n’existera plus : il sera fusionné avec Grand Paris Aménagement, (ex AFTRP). Pour “fêter” ça, une exposition (inauguré hier soir) est organisée, aujourd’hui et demain à La Villette à Paris sur les actions menées depuis sa création, en 2002.

voyez tout en cliquant sur l'affiche

Partagez cet article

Le 9 mai à Louvres, ça sera un double pont ! RoissyMail sera chez Saku, en Thaïlande !

Ça va être super, ce 9 mai, dans  la bonne ville de Louvres (95). Le fameux “ripage” du pont-rail sera en direct live, et la municipalité a prévu des festivités (avec Guy Messager en quiz-star (peut-être en break-dance, me dit-on, un grand moment !). Revoyez  l’animation pour comprendre : c’est ici. Et ça avait fait un buzz inattendu sur Roissymail.

Avec le pont, gagnez un voyage !

Pitain!!  j’y serai pas… Ce jour-là je serai en vol pour Chiang Maï, via Bangkok, pour aller faire (enfin, ça fait des années que je dois le faire) un reportage sur le Home Stay de Sakuntala, ancienne hôtesse à Air France (non à la Thaï, puis à la Garuda), puis restauratrice avec son mari (ils avaient ouvert le resto thaï  “Sakuntala” au Mesnil-Amelot, des générations de GrandRoisséens s’en souviennent)  et qui est rentrée ensuite dans son pays pour ouvrir donc son Home Stay à Chiang Maï, la grande ville du nord du pays. Elle y reçoit beaucoup de gens d’ici et tout le monde en dit du bien (voyez tripchose ici).

J’enverrai des correspondants à Louvres, mais si vous y êtes, envoyez-moi fotos et impressions par mail la-bas (bonne connexion internet). Les meilleurs gagneront un voyage à Chiang Maï ! (mais non , j’déconne, mais ils auront plus que ça: ma CONSIDERATION  )! EV

Partagez cet article

L’EPA Plaine de France a sorti son Atlas 2014

cliquez pour voir l'atlas

Lundi dernier, l’EPA Plaine de France a présenté son Atlas version 2014. Une mine d’information sur ce territoire. En rouge sur cette carte, le territoire “officiel de l’EPA. En rose, les communes (les fameuses 17 communes) de Seine-et-Marne qui attendant toujours la sortie d’un décret (depuis… 3 ans) pour officialiser leur appartenance à l’établissement d’aménagement. Idem pour trois communes de la CA RoissyPorte de France (à l’ouest sur la carte), dernièrement arrivées. Tout ceci est dû à la malformation congénitale de cet EPA. Pour comprendre, relisez ici l’article (“l’État crée un machin“…) que j’avais publié dans Bénéfice.net n°22 (décembre 2005) lors de sa création. Y’a tout…

Mais bon. l’EPA (pour combien de temps encore, avec le projet de “Grand Paris Aménagement” (revoir ici) ?) est là et fait son job. Atlas à consulter donc: y’a plein d’infos. EV

Partagez cet article

Grande interco: ce n’est pas fini. Deux réactions de Daniel Haquin, président de la CC Plaine de France

CLIQUEZ POUR LIRE LE RECOURS GRACIEUX.TRÈS BIEN ARGUMENTE, JE TROUVE

Suite du feuilleton interco dans le nord-ouest seine-et-marnais. Suite à l’échec de la tentative du Mesnil-Amelot pour une entente sur un grand périmètre incluant Compans, Mitry et Villeparisis, on a vu que Mitry et Compans ont souhaité la création d’une CC commune à elles , ce qui leur permettrait de rester en Seine-et-Marne.

Derniers rebondissements:

– la CC Plaine de France ne veux pas en rester là. Son président, Daniel Haquin, a publié une tribune (à lire ici), dans laquelle il met en garde sur les conditions hâtives qui auraient présidées à la constitution d’une petite “interco”, si celle-ci devait se faire (l’entré en vigueur est actuellement prévue au 1er juin).

– Et la même CC a ‘adressé un recours gracieux (à lire ici) auprès de la préfète de Seine-et-Marne, lui demandant de reporter ladite date au 1er janvier 2014. Dans ce document, le président Haquin soulève plusieurs arguments techniques et juridiques en faveur de ce report. D’abord rien n’est prêt pour la fusion prévue par la préfète, ni au niveau financier, ni au niveau.. pratique. Enfin, il annonce que le recours déposé au Conseil d’État par la CC a été accueilli favorablement et qu’il sera donc examiné par le juge administratif suprême. Ce qui prendra encore un peu de temps. Et le président Haquin de préciser:

Dans ces conditions, une entrée en vigueur de la nouvelle intercommunalité avant la date de décision du Conseil d’Etat serait source de multiples difficultés juridiques et porterait en outre une atteinte grave au droit au recours de la Communauté de communes que je préside , ainsi que des communes parties à l’instance

Il demande à la préfète de bien vouloir répondre dans les 7 jours (donc aujourd’hui normalement), faute de quoi il saisirait le tribunal administratif en référé.

Il a par ailleurs adressé copie de ce recours au préfet de Région et au ministre de l’Intérieur, à qui il a demandé une audience.

Joël Marion: “c’est royal”

cliquez pour lire la lettre

Ce qu’on peut dire aussi, c’est que l’absence de Compans et de Mitry dans l’interco prévue à ce jour, priverait celle-ci de ressources importantes par habitant, ainsi que le montre bien la dernière lettre de la CC Plaine de France (à lire ci-contre) récemment distribuée. Du coup, Mitry et Compans vont devenir plus riches que riches: “c’est royal” a déclaré Joël Marion, maire de Compans, au Parisien dernièrement.

Un communiqué “droit de réponse” des “Indiens”

J’avais reçu ça, de la part de Jean-Louis Durand, maire de Marchémoret (celui qui était venu chez moi pour se déclarer publiquement en faveur de la grande interco…), qui me demande de publier,en invoquant le … droit de réponse ! Il s’agit d’une “réponse” des maires “de droite” au communiqué du Conseil général que j’avais publié (en le soutenant) ici.

Mais c’était pas la peine, cher Jean-Louis, je me serais fait un plaisir, sans même que tu aies à invoquer ce droit, de la publier, tellement c’est… grandiose !  Mais franchement, comme je te l’ai dit au téléphone, ça vaut même pas un commentaire. Les lecteurs jugeront… A voir ici, donc.

Ah, au fait, le score de téléchargement de ma  lettre ouverte à Yves Albarello en est à 1019 ce matin. Un record !  Qu’est ce que j’avais dit ?

EV

Partagez cet article

Inauguration d’une micro-crèche à Juilly, première d’un réseau de 4

L'arrivée des invités, samedi dernier.

La CC Plaine de France continue de rattraper le retard de son territoire en équipements et services publics. Samedi dernier était inaugurée la première “micro-crèche” à Juilly. Cet équipement fera partie d’un ensemble de 4 micro-crèches au total, qui sont actuellement en construction à Othis, Rouvres et Moussy-le-Vieux.

Le président Haquin pendant son allocution.
Corine Valade, déléguée de Moussy-le-Vieux, est en charge du pilotage du réseau

Plus d’une centaine de personnes ont assisté à l’inauguration. Après le traditionnel ruban et la visite des locaux, les élus ont pris la parole. Le président de la CC, M.Haquin (maire de Juilly, SE) a rappelé l’importance globale de la mise en place d’équipements publics eu égard aux besoins des populations. Parmi ceux-ci, la garde des jeunes enfants. D’où ce système de “micro-crèches”, qui permettra d’accueillir au total 40 enfants, de 7H30  à 18H30. Celle de Juilly a reçu le nom de “Petit Prince”, en hommage à Saint-Exupéry (et avec l’accord de ses descendants).

Le cout total du réseau se monte à 2.6 millions d’euros. La crèche de Juilly elle, a couté 621 752  euros (TTC) , financés par la CC , la Caisse d’allocations familiales , le Conseil général et la Mutualité sociale agricole  (MSA).

Après le président, le conseiller général Bernard Corneille,  Bruno Bahin,  maire du village voisin de  Thieux, mais qui intervenait en tant que président de la MSA Ile de France ont pris la parole, tous se réjouissant de cette ouverture. Ainsi que Mme Corine Valade, conseillère municipale de Moussy-le-Neuf (non! le Vieux! ), chargée de piloter le projet de micro-crèche, qui s’est montrée, comme à l’accoutumée, enthousiaste (elle est aussi auteure et conteuse, ce que nous ignorions mais  nous aurons l’occasion de parler d’elle (c’est une abonnée de RM).

Le sous préfet Humbert a conclu en attirant l’attention sur la nécessité  du développement global pour le secteur.

EV

Partagez cet article

Jean-Louis Durand, maire (UMP) de Marchémoret: “tout bien pesé, la grande interco, c’est maintenant”…

Jean-Louis et votre serviteur, toute à l'heure, chez nous

Les lecteurs qui s’intéressent à la véritable SAGA que constitue le regroupement intercommunal en cours à l’est de CDG savent que les choses avancent. Bis repetita: l’enjeu est d’inclure (ou non) les communes de Compans, Mitry et Villeparisis, qui le veulent toutes, dans l’intercommunalité en cours qui regroupe déjà 3 communautés de communes. Pour ceux qui ont raté des épisodes, lisez la “lettre ouverte d’Eric Veillon à Yves Albarello“, qui est déjà un “succès de librairie” (à cette heure, 17H30, 710 téléchargements, ce qui fait au moins 1000 diffusions, et, au pif, le double de lecture).

On suit ça de près donc. Et notamment avec Jean-Louis Durand, maire (UMP) de Marchémoret, (par ailleurs président de l’Amicale des maires du canton de Dammartin) et qui fut l’auteur, on s’en souviendra, d’un vibrant plaidoyer en faveur de la fusion des trois interco du canton, ce que nous avions appelé ici (c’était en janvier 2008), d’une manière flatteuse : “l’Appel de Marchemoret”, émis lors de ses vœux pour cette année-là.

Depuis, les choses ont évoluées et le maire de Marchémoret, tout en déclarant qu’il fallait que les choses avancent, que tout le monde se parle, était, j’en témoigne, un peu hésitant sur la “grande interco” , admettant la logique territoriale de l’ensemble, mais étant partisan de reporter à “plus tard”, pour des raisons “techniques”, l’admission de Compans, Mitry et Villeparisis.  Position qui se voulait certainement de bonne foi, mais pratiquement intenable… il devait le savoir.

On en a parlé souvent avec lui et pas plus tard que jeudi soir, lors de la signature de la convention SNCF-CIF à Saint-Mard. Il a évolué et m’avait promis ce soir-là, d’en parler ici, publiquement.

Il est donc venu ce jour dans nos locaux, et on a eu une longue (qui m’a mis  en retard …) mais constructive et sympathique discussion. En voici la teneur:

même s’il pose des réserves sur les aspects techniques (finances, compétences, gouvernance…), il affirme que le périmètre de la future grande interco devrait comprendre Compans et Mitry. S’agissant de Villeparisis, il émet des réserves parce que le schéma de coopération intercommunal arrêté (pour l’instant…) la renvoie à la CA Marne et Chanteraine , tout en admettant que cette commune pourrait avoir sa place dans la grande interco.

Ben voilà, c’est dit. A bon entendeur …

EV

Partagez cet article

Les jobs d’été, c’est maintenant !

La Maison pour l’Emploi de la Communauté de Communes de la Plaine de France organise, en partenariat avec l’agence Pôle Emploi de Mitry-Mory , son cinquième forum des jobs d’été et des emplois saisonniers mercredi 27 mars de 14h à 18h au Mesnil-Amelot. Plusieurs employeurs proposeront des postes, notamment dans les domaines de la restauration, de la vente, de la logistique et des transports.

Parmi les entreprises présentes : CIF Keolis, La Poste, Plaine Oxygène, Relay et Sodexo. Par ailleurs, le Centre de formation d’apprentis CFA Promotrans (formation dans les domaines de la logistique et des transports) et l’Espace Information Jeunesse d’Othis (informations sur le BAFA) seront également présents.

Maison Pour l’Emploi, Communauté de Communes de la Plaine de France : 7, rue Georges Pompidou (ZA des Vingt Arpents) au Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne).

Contacts : 01.60.03.62.99 ou emploi@cc-plainedefrance.fr

Partagez cet article

La CC Plaine de France a adopté son budget à l’unanimité. Mais de qui donc a peur Philippe Laloue?

Le conseil communautaire, jeudi dernier à Rouvres

Le président de la CC, M. Haquin, maire de Juilly

Le 31 janvier, la Communauté de communes Plaine de France réunissait son conseil. A l’ordre du jour: le budget 2013. M. Lunay, maire de Rouvres et vice président chargé des finances, a présenté les rapports. C’est que la fusion des intercos, qui devait avoir lieu le 1er janvier a été repoussée à juin, il faut bien voter le budget. La nouvelle c’est que les conseillers “d’opposition”, après 6 mois de “boycot” du Conseil, ont siégé cette fois. Et ils ont voté le budget !

En l’absence d’Alain Aubry, maire UMP du Mesnil-Amelot  (empêché par son travail, il est infirmier de nuit) c’est Marion Blancard, maire de Mauregard, qui a pris la parole pour expliquer le vote. En fait il s’agissait de “sanctuariser” la Dotation de Solidarité Communautaire, principalement destinée aux petites communes. Mais le vote revêtait  aussi une dimension particulière, dans le contexte des débats actuels sur l’intercommunalité à venir. Nul doute que ce vote unanime soit un signe de  l’évolution de beaucoup d’élus de droite sur cette question. De plus en plus d’entre eux ne comprennent pas l’entêtement de certains à ne pas vouloir inclure Mitry Compans et Villeparisis. Marion Blancard a déclaré : “on va peut-être se faire tuer…”.

Philippe Laloue aux  abonnés absents.

Ceux qui suivent le feuilleton de l’intercommunalité (voir un “résumé” ici) en formation dans le nord seine-et-marne se souviendront que d’une part les élus (3 sur 4) UMP de Villeparisis ont voté en faveur de la “grande interco” au grand dam du député maire UMP Yves Albarello). Et que les élus d’opposition de Mitry (UMP et UDI) ont récemment pris position dans le même sens. C’est que j’avais annoncé ici, après que Philippe Laloue, chef de file de l’opposition au conseil municipal de Mitry me l’ait clairement dit, officiellement, le soir des vœux de Corinne Dupont. Et Philippe (que je connais depuis vingt ans, on a toujours eu d’excellentes relations, j’avais même fait son portrait dans le  Bénéfice.net 19) m’avait bien autorisé à l’écrire dans RoissyMail. Ce qui avait fait causer dans le Landernau, du côté de … Claye-Souilly notamment.

Et, lisez bien, ils devaient publier un communiqué officiel le lendemain ou le jour d’après (c’était le 11 janvier) pour confirmer leur position. Je vous passe les détails. Philippe me promet, me promet… Les jours passent… Promet, promet… Je le revois aux vœux de la Semmy, avec son collègue Gérard (conseiller UDI): Ok c’est bon, tu vas le recevoir…  Ces derniers jours, je reçois des mails de Philippe, genre “faudrait qu’on se voit”… Je ne le sens plus, mon Philippe. SMS, répond pas. Téléphone : répond pas ou plutôt “injoignable” me mail t-il. Après, problèmes de santé… Et jusqu’à ce jour, malgré d’autres rappels, rien, nada : Philippe fait FOMEC. Pas d’explication, et pas plus de communiqué que de beurre en broche.

Aurais-tu peur de quelque chose, Philippe? Ou de quelqu’un ? Si oui de qui, grands dieux?

Allez,  appelle-moi ! Les valeurs, Philippe, les valeurs !  Pense au Général…

EV

Partagez cet article