Régionales suite : un communiqué plutôt “cash” de Jean-Pierre Blazy contre Pierre Serne

cliquez pour voir le communiqué

Looking for Pierre Serne

Purée, Jean-Pierre Blazy, maire de Gonesse et député (PS) du Val d’Oise ne nous avait pas habitué à ce type de propos sans langue de bois. A peine le résultat des élections en IDF connu, il a publié un communiqué “cash”, mettant en cause directement Pierre Serne, ex-vice président EELV de l’ancien Conseil régional en charge des transports et (futur ex) membre du Conseil d’administration du STIF, élu du Val de Marne, propulsé, à la surprise de tous,  entre les deux tours à la tête de la liste de gauche dans le Val d’Oise .

Extraits :

(il) n’oublie pas les désaccords profonds avec les écologistes et notamment Pierre SERNE premier de la liste de la gauche rassemblée au second tour des élections régionales et qui s’est à plusieurs reprises largement exprimé contre les projets du Grand Paris et du développement du Triangle de Gonesse. Pierre SERNE a voté contre la ligne 17 du métro automatique dernièrement au Conseil d’administration du Syndicat des Transports d’Île-de-France (STIF).

Pour comprendre

Il faut savoir, pour bien comprendre, qu’objectivement les élus de gauche de l’Est du Val d’Oise étaient inquiets de la possible victoire de la liste de la gauche “unifiée” entre les deux tours. Le deal pour faire cette liste avec EELV et l’extrême gauche  était notamment l’abandon des projets du Triangle de Gonesse (et de l’emblématique Europa City), pour lequel le maire de Gonesse, soutenu par tout le Val d’Oise, se bat depuis des années (sans parler des déclarations un peu précipitées sinon naïves, entre les deux tours, de Pierre Serne qui déclarait vouloir plafonner les vols à CDG  revoir ici ).

J’ai cherché à joindre Pierre Serne depuis lundi, à plusieurs reprises (mail, téléphone). Pas moyen (alors que je l’avais eu facilement entre les deux tours…). Il fait FOMEC…  Décevant. Dommage, je l’aimais bien… EV

Partagez cet article

Bientôt deux nouveaux hôtels à Gonesse

Perspective de l'architecte Joël Robinson

Le groupe Philway, présidé par (le dynamique) Philippe Chavaroc (un ancien cadre de Servair) va construire deux hôtels, dans la ZAC des Tulipes Nord, à Gonesse. Cet ensemble s’appellera “Meeting point hotels – Paris airports and exhibition centers“. Il s’agira d’un IBIS de 80 chambres et d’un IBIS Budget de 92 chambres. A cela s’ajoutera un lounge bar, un restaurant à thème et une salle de réunion.  Sur un terrain de 11500 m2 (bâti 5400). L’investissement total se monte à 14 millions d’euros, HT.  Le permis est délivré et purgé et Philway à rendez-vous ce 22 décembre avec Grand Paris Aménagement (aménageur de la ZAC), pour acquérir le terrain.

L’architecte est Joël Robinson, architecte ayant réalisé plus de 150 hôtels sous enseignes du groupe ACCOR.

Voici encore une bonne nouvelle. La situation de ces hôtels est excellente, entre CDG et Le Bourget. Le Grand Roissy, avec ses nombreux hôtels, existants où à venir, conforte sa place. Je finirai bien (si Thierry se remue…) par vous donner le nombre exact d’hôtels et de chambres, par communes et par catégories sur l’étendue de la Carte du Grand Roissy (qui est à ce jour, et depuis 1998, le document de référence de ce territoire). EV



Partagez cet article

Les projets et l’intercommunalité présentés aux entreprises

Ilham Moustachir, vice-présidente de la CA Val de France, chargée du développement économique, avait invité, vendredi dernier, des chefs d’entreprises du territoire pour une réunion d’information qui s’est tenue dans les locaux de la Communauté, à Villiers-le-Bel.

Au menu: une présentation de l’offre de la structure Débitex Télécom ( pour les entreprises), chargée de créer un réseau de fibre optique dans le Val d’Oise (et en Seine-Saint-Denis), faite par M. Dupont (voir la présentation ici). Puis M. Pesch, animateur de la démarche GSI (initiée par le CEEVO et Pays de Roissy CDG) qui vise à sensibiliser les entreprises et les collectivités sur les “nouveaux risques”, notamment en informatique (voir la présentation ici) .

Ilham Moustachir a ensuite fait le point sur les projets (comme l’Avenue du Parisis), les zones d’activités (état d’avancement du Triangle de Gonesse, ZAC Les Tulipes Sud ou Tissonvilliers 3 à Villiers-le-Bel…). On aura appris notamment la concrétisation du projet de centre de loisir à Gonesse (voir l’article ci-dessous).

Cliquez pour voir la présentation d'Ilham

Enfin, le président de Val de France, Didier Vaillant, a fait un exposé très complet sur la nouvelle grande intercommunalité (Roissy Pays de France) qui doit (sauf imprévu…) voir le jour le 1er Janvier 2016  : les CA  Val de France et Roissy Porte de France, ainsi que 17 communes de Seine-et-Marne seront alors fusionnées. EV

Ilham Moustachir, avec le président Vaillant, pendant la présentation de la future "grande interco"
Partagez cet article

Que va-t-il se passer ? Hypothèse sur la future majorité de la nouvelle CA. Le référé-suspension est rédigé

Le feuilleton continue, s’agissant de la formation de la future CA “Roissy Pays de France“. Le référé-suspension administratif (voir ici la procédure) a été décidé par les communes de la CC Plaines et Monts de France (PMF). Vous pourrez  voir ici la version (voir ci-dessous) que l’on s’est procurée . Un document de 32 pages, rédigé par le cabinet d’avocat lyonnais “Petit & Associés”. Selon nos informations, il n’était encore déposé ce jour (à 15h35) au Tribunal administratif de Cergy-Pontoise.

NB: avant d’écrire cet article, j’avais cherché à joindre (hier vers 14H30) le cabinet d’avocat en question. Personne ne m’a rappelé. Du coup j’ai appelé le tribunal administratif de Cergy, qui m’a confirmé que le recours n’était pas encore déposé.  Le cabinet d’avocat (singulièrement Maître Guillaume Dumas, qui s’occupe du dossier) m’a appelé ce matin, non suite à mon message laissé hier, mais suite à un appel de ses clients (B.Rigault, on imagine). Et m’a demandé de bien vouloir retirer le lien vers ledit recours, “pour des raisons de confidentialité”. Ce qui m’a fait franchement rire, quand on sait que ledit texte avait été envoyé par la CC PMF aux maires concernés, par mail, et que le texte avait circulé partout… Bon, je retire le lien pour être agréable, non à celui qui a appelé le cabinet, mais à celui-ci, spécialisé en droit administratif sur les questions d’intercommunalité (voir ici). Cela dit, ce n’est pas une démonstration de force juridique de la part de M. Rigault et augure peut-être des suites de ce recours… (ce 18/11, 16H10)

Une fois qu’il sera déposé, s’il est accepté (il devrait l’être) le juge fixera la date de l’audience (contradictoire) et l’ordonnance de jugement est rendu en général 15 jours après le dépôt.  Le jugement n’est pas susceptible d’appel, mais un recours peut-être porté devant le Conseil d’Etat, qui doit rendre un jugement “rapide” dans ce cas. Par ailleurs, la CC PMF se réserve le droit (elle l’a annoncé) de poser une question prioritaire de constitutionnalité.

Un communiqué de la CA Roissy Porte de France publié hier

A voir ici . Un extrait : C’est donc avec satisfaction que les élus de Roissy Porte de France accueillent cette fusion-extension, au nom de la solidarité naturelle des communes de Seine-et-Marne et du Val d’Oise, mais aussi parce que ce pôle de développement pleinement ouvert sur le monde est un atout pour la France et nécessite une gouvernance pertinente sur un territoire cohérent. Patrick RENAUD, Président de la Communauté d’Agglomération Roissy Porte de France qui a depuis toujours défendu l’idée d’une unité des territoires du Grand Roissy indique que “le périmètre défini par l’Etat n’est pas idéal car il coupe en deux l’aéroport de Paris-CDG en rattachant les communes de Seine-Saint-Denis à la Métropole du Grand Paris et n’a pas pris en compte la totalité de l’actuelle Communauté de Communes Plaines et Monts de France, mais nous sommes satisfaits car c’est une très grande avancée pour que les élus travaillent ensemble sur des politiques publiques concertées en partageant les ressources.” Il invite les élus des communes ayant émis un avis défavorable sur cette fusion-extension à “se joindre aux réflexions qui vont s’ouvrir autour de la rédaction des futurs statuts et de la définition de l’intérêt communautaire pour garantir la réussite et l’ambition des projets intercommunaux à mettre en œuvre au service des habitants et des entreprises”. Quant aux recours juridiques qui seront portés par certains opposants, Patrick RENAUD précise que “nous prendrons acte des décisions des juges en temps voulu“.

105 conseillers communautaires pour la nouvelle CA. Patrick Renaud président par intérim

Si le référé-suspension aboutit, il y aura jugement au fond (durée :entre 1 et 3 ans…) et dans ce cas, la CA ne verra pas le jour le 1er janvier 2016. S’il n’aboutit pas, elle verra le jour. Le siège de ” Roissy Pays de-France” a été fixé dans l’actuel siège de Roissy Porte de France (à Roissy Village) et c’est Patrick Renaud (DVD), son président, qui en sera le “président par intérim” car c’est le plus âgé. Il devra organiser le premier conseil communautaire (le 29 janvier, normalement) ainsi qu’animer d’ici là les réunions préparatoires.

Il y aura autour (ce chiffre pourra évoluer à la marge) de 105 conseillers communautaires. Vous pourrez voir ici  la répartition des sièges commune par commune ici. Le nombre de sièges, fixé par la loi, dépend du nombre d’habitants . Ainsi Sarcelles a la plus grande représentation (16 sièges), mais les communes de moins 7000 habitants (29, comme Roissy-en-France notamment, n’auront qu’un seul siège). 15  vice-présidents seulement sont prévus.

Quelle sera la majorité? Qui sera président?

Sur le papier, une bonne majorité des conseillers est à droite (ou divers droite). Mais les choses ne sont pas si simples, car certains à droite (comme le maire de Garges, 11 conseillers) sont contre la nouvelle interco.  A ce jour, à part Patrick Renaud, dont il n’est un secret pour personne qu’il briguera la présidence, il n’y a pas d’autres candidats déclarés. Didier Vaillant, président de la CA Val de France (et opposant de gauche à la nouvelle CA) ne manifeste guère de volonté. Il devrait se décider courant décembre, dit-on de bonne source. EV

Partagez cet article

La CNDP déclare le dossier d’Europa City prêt pour le débat public

Dans un communiqué publié avant-hier, la CNDP (Commission nationale du débat public) a déclaré que le dossier présenté par le promoteur du projet Europa City (la SAS Alliages et Territoires, filiale d’Immochan) était “suffisamment complet pour être soumis au débat public”. Celui-ci, entend-on, devrait se tenir au premier trimestre 2016. De février à mai ! 4 mois de débats ! Ça va pas être triste. Mes P’tits Loup s’affutent déjà leurs vieilles dents… EV

Partagez cet article

“Grand Roissy”: le préfet accepte l’intégration des 37 communes de la CC PMF. Rigault au pied du mur…

Didier Vaillant et Bernard Rigault, main dans la main (enfin...presque, parce que ça va pas durer), à la sortie de la réunion (foto piquée sur la vidéo VO TV ci-dessous)

Le préfet de région avait donc organisé, jeudi dernier, une réunion de “concertation” avec des élus membres de la CRCI concernés par le projet de fusion des interco nommé “Grand” Roissy. Comme on pouvait s’y attendre, aucune fumée blanche ne s’est échappée de ce colloque à huis clos tenu pendant deux heures à la préfecture de Région (Paris 15), chacun restant, visiblement (mais les choses sont plus compliquées que ça) sur ces positions.

Mais il y a du nouveau : le préfet de Région a évoqué la possibilité (maintes fois évoquée, mais jamais officiellement) pour l’ensemble de la CC Plaines et Monts de France (PMF) de faire partie de la fusion (et non les seules 17 communes retenues dès le début). De plus, le préfet aurait rassuré la CC PMF sur les compétences futures, notamment la petite enfance, “cheval de bataille” de Bernard Rigault. Malgré cela, les représentants de la CC, Bernard Rigault en tête, n’ont pas bougé.

Une preuve (s’il en fallait) de la mauvaise foi (et de la mauvaise fois aussi, finalement) de Bernard Rigault

Le vaillant sire Rigault

Le préfet, a-t-on appris de plusieurs sources, devrait prendre une décision ce lundi. L’inclusion de l’ensemble de la CC PMF dans le nouvel ensemble permettrait d’échapper à son démantèlement et à ce que les 20 communes non retenues ne sombrent en déshérence. Où pourraient t-elles aller, dans le cadre de la loi? Rester seules à 20? Se regrouper avec la petite voisine CC de Saint-Soupplets ? Rejoindre la CA du Pays de Meaux ?

Il était délicieux d’entendre, à la sortie de la réunion (voir la vidéo de VO News ci-dessous), Bernard Rigault, président de PMF déclarer, sur les propositions du préfet: “on aurait pu en discuter il y a un an et demi, pour dire: on va en parler, on va faire les études, on va rechercher, voir si c’est une piste intéressante. Mais ce n’est pas à deux mois de l’application (1er janvier 2016), que l’on dit bon, ben c’est applicable. Parce qu’on ira dans l’mur. On l’a dit et redit…”.

Elle est pas mal, celle-là. Il faut se souvenir, pour ceux qui suivent le feuilleton, que Bernard Rigault a entrainé beaucoup d’élus de la CC (surtout les vice-présidents, revoir ici) dans la politique de la chaise vide (revoir ici).Il fallait, au moins en interne, étudier un plan B.

Or, Bernard Rigault ne peut pas dire maintenant qu’il “ne savait pas”. Yves Albarello, maire de Clayes-Soilly et député du secteur (et qui voit un peu plus loin que le bout de son nez…) , l’avait même averti de la situation d’aujourd’hui (revoir ici) dans une lettre de mai 2015, la revoir ici) ) lui demandant de faire faire une étude d’impact sur la fusion avec l’ensemble des 37 communes.  Mais Rigault n’a pas voulu la faire, c’est tout, car la seule volonté qu’il a c’est de rester président, quitte à entrainer les “20 communes” dans sa perte. Les maires concernés apprécieront le moment venu.

Quand au “sinon on va dans l’mur” (genre j’ vais faire un malheur) ce n’est même pas un chantage : si Rigault refuse de siéger  dans la future CA, personne, y compris dans “son camp”, n’en pleurera. Mais je peux vous dire que nombre de “ses” vice-présidents sont prêts à y’aller…

Que va décider le préfet, et sous quelle forme ?

On ne sait pas… Mais une chose est sûre, c’est que la fusion se fera. Il vaut mieux que ça soit avec les 37 communes, qui ont toutes à y gagner, les 20 ayant tout à perdre, d’une manière ou d’une autre (le Grand Roissy est riche), si c’est le cas contraire. Faudra pas venir pleurer et, le moment venu, il faudra, au-delà de Rigault, situer les responsabilités des (rares) activistes qui auront été à ses côtés dans la loose : ça sera un plaisir.

Quant à Didier Vaillant, président (PS) de la CA Val de France, il veut lui aussi rester président de son marigot, ou d’une seule union dans le 95, avec Roissy Portes de France, où il pourra toujours espérer en être le président. Après la déroute annoncée du PS aux régionales, ça sera toujours bon à prendre… En attendant, il prône toujours, comme Rigault,  le sempiternel “pôle métropolitain”… Pathétique…

Et on verra ce que donne le recours en justice de la CC PMF, toujours annoncé, jamais publié… EV

Partagez cet article

Roissy Porte de France : la réponse du berger à la bergère !

La dernière CRCI (19 octobre). Foto piquée sur le FB de M. Margaté

La CA Roissy Porte de France a adopté, au cours de son dernier Conseil (qui s’est tenu le 23 octobre, presque entièrement consacré à ce point) ue  délibération que l’on pourra qualifier de ferme, s’agissant du schéma régional de coopération intercommunal. Une dernière réunion de la CRCI, comme nous l’avions annoncé, s’est tenue le 19 octobre. Dans le compte rendu (à voir ici), le préfet de région a prévu des réunir tous les élus concernés de la CRCI concernant le projet de fusion des CA Roissy Porte de France, Val de de France (95) et d’une partie de la CC Plaines et Monts de France (77) le 29 octobre. Réunion “informelle”…  C’est dans cette optique qu’il faut replacer la délibération de Roissy Porte de France (adoptée à l’unanimité) qui insiste (et c’est une réponse à la lettre de certains élus de Val de France, revoir ici) : il ne veulent pas d’une fusion sans la Seine-et-Marne de même que de l’idée d’un “pôle métropolitain” (prôné par Val de France et la CC PMF) qui serait une “strate supplémentaire”.

Voyez la délib’ ici.

Que va t-il se passer le 29 ? A mon avis pas grand chose, sauf miracle et que la raison l’entende. C’est la dernière chance (et encore) pour que les élus de Plaines et Monts de France puissent éviter le démantèlement. EV

Partagez cet article

Petit-Grand Roissy : la “résistance” s’éssoufle”!

Beaucoup d'élus de la CCPMF ont été invités à déjeuner par J-F Copé, à la mairie de Meaux (foto piquée sur une page FB)

Dans le feuilleton intercommunal, et singulièrement dans celui du “Petitgrandroissy” (revoir ici), la “résistance”de ceux qui ne veulent pas des décisions de l’Etat (via la CRCI ) s’essouffle. Au début du mois, Jean-François Copé, maire de Meaux, président de la Communauté du Pays de Meaux, avait invité à déjeuner les maires de la CC Plaines et Monts de France (PMF), menacée de démantèlement et de fusion d’une partie d’entre elles avec les communautés de l’Est du Val d’Oise. A en croire le communiqué publié par PMF (à lire ici), Copé va intervenir et… on va voir ce qu’on va voir…  Il a donc reçu les maires concernés (tiens, Albarello n’était pas là. Son nom n’a pas été prononcé par Copé, mais il y a eu des allusions…  Faut dire qu’Alba soutient Bruno Lemaire et que Copé soutient… lui-même) dans sa mairie de  Meaux. Pathétique, quand on sait que Copé, quand il était député de l’ensemble (ou presque) des communes de l’actuelle PMF n’avait rien fait pour elles, et, pire, à chaque fois qu’il passait dans le coin, il voulait “envoyer le fret aérien à Vatry” (pour “lutter” contre le bruit), proposition irresponsable, démagogique et infaisable et qui aurait touché des centaines, sinon des milliers de personnes de ces communes qui travaillent, directement ou indirectement, pour le fret aérien. On peut (en tout cas je le fais)  légitimement rire des élus de gauche qui participaient à cette farce. Et Copé ne fera rien, évidemment.

MDR : ” le président reste-t-il toujours président jusqu’à l’élection du nouvel exécutif ? “

Plus fun encore (si c’est possible…), dans une lettre signée de Bernard Rigault (“moi, enfin président”) envoyé avant-hier au préfet de région, dans la perspective de la prochaine (et dernière, sûrement) réunion de la CRCI, lundi prochain, il lui pose une question très révélatrice : “le président (de PMF, ndlr) reste-t-il toujours président jusqu’à l’élection du nouvel exécutif ?” C’est délicieux et tout est dit dans cette question. Voyez-ça ici (en page 4).

Et revoyez ça ? .

Côté Val d’Oise, c’est le même pathétisme, peut-être pire même.

Une lettre vient d’être publiée (le 13 octobre), signée par Didier Vaillant, président (PS) de la CA Val de France, J-P Blazy, maire (PS) de Gonesse, député de la 9ème circonscription, Michel Aumas, maire (LR) d’Arnouville, Maurice Lefevre, maire (ex LR), de Garges-lès-Gonesse, et Jean-Louis Marsac, maire (PS) de Villiers-le-Bel, tous membres de la CA ( à noter que ni le député-maire PS de Sarcelles, François Pupponi, ni (l’excellent, je l’adore…) Jean-Pierre Herkat, maire (droite, SE) de Bonneuil-en-France, ne l’ont signée…). Elle est aussi adressée au préfet de région, dans la même perspective de la prochaine réunion de la CRCI. Et de redemander à nouveau la constitution d’un “pôle métropolitain” à l’échelle du Grand Roissy (avec les collectivités concernées du 93). Voyez la lettre ici.

Chop Chop

La vérité est simple: tout ce joli monde crie, comme un cabri “Grand Roissy, Grand Roissy”, mais ne veut le faire. Ce que veulent, dans un même esprit, Vaillant et Rigault, c’est rester présidents de leur marigot, et picétou. Et ils s’appuient sur leurs vice-présidents respectifs (du moins la plupart d’entre eux), qui savent qu’il n’y aura pas de place pour tout le monde, dans la future “fusion” (revoir ici) .Y’a des indemnités et des avantages, quand même… (on dit “chop chop” -manger- en Afrique).

Je reste persuadé qu’on peut, au dernier moment de la CRCI, obtenir un accord pour que les 37 communes de PMF viennent ensemble dans le futur “petitgrandroissy”. Les synergies, inévitables, avec les communes du 93 concernées (le “territoire 7″de la Métropole du Grand Paris) se feront, c’est sûr.

Voilà, ITE MISSA EST !  EV

Partagez cet article

Rififi au conseil de Val de France, divisé sur le SRCI

D'après un témoignage, la CA Val de France n'avait jamais connu un tel débat...

On pouvait se douter que ça allait se passer comme ça, d’autant plus que la veille, le Parisien 95 avait publié un article faisant état de division au sein de Val de France (qui comprend Villers-le-Bel (PS marsac-vaillantais), Arnouville (centre “arnouvillien”…), Garges (UMP divisée), Sarcelles (PS corse)  et depuis le 1er janvier Gonesse (PS de gauche seventies) et Bonneuil (herkatien pur). Lors du Conseil de cette communauté d’agglomération  qui s’est tenu le 2 au soir, la question de l’avis donné au schéma régional de coopération communale (SRCI) était à l’ordre du jour. D’abord prévue en premier, elle  est passée en dernier car il fallait attendre J-P Blazy, député, retenu à l’assemblée nationale. Comme prévu, la délibération (la voir ici) présentée par le président Vaillant comportait un non aussi lapidaire que catégorique audit SRCI au motif non seulement de l’imprécision du projet de fusion (finances etc.) mais surtout que “le projet du Grand Roissy peut se construire sous d’autre formes de coopération intercommunale, en associant les communes de Seine-et-Marne mais également les communes de Seine-Saint-Denis concernées”. Autrement dit pas de fusion avec la Seine-et-Marne, c’était le point central.

“Pertinence”… “Intérêt”?

Jean-Pierre Blazy, just arrived, a fait d’abord une intervention dont il a le secret: “Gonesse n’a pas donné d’avis favorable mais pas non plus d’avis défavorable” (ce qui lui vaudra certainement un prix de RoissyMail), ajoutant que le périmètre proposé par le préfet avait sa “pertinence”. Puis, avec  ses collègues de Gonesse, il a alors alors présenté un amendement au texte du président Vaillant afin d’insérer une phrase dans le projet de délib’ comportant le mot “pertinent”. Ce qui n’était pas du tout du goût de Vaillant et, visiblement, des maires des autres communes (sauf M. Herkat, maire de Bonneuil, absent, mais qui avait dit au Parisien qu’il était pour la Seine-et-Marne) et donc d’une majorité du conseil. Débats sur ces question. Ilham Moustachir (Gonesse) enfonce le clou, rappelle l’importance et la cohérence du territoire autour de CDG et … la richesse de Mauregard et du Mesnil-Amelot ! Marsac (maire de Villiers-le-Bel, successeur de Vaillant) lui répond d’une manière étrange que seul l’Etat peut faire des” péréquations fiscales” (ce qui est faux), manière de dire qu’il n’y a rien a attendre des communes du 77, fussent-elles riches.

J-P Blazy et D.Vaillant. Ambiance chez les camarades...

Le clan des Gonessiens

Blocage… Une déléguée de Sarcelles, Isabelle Beressi, propose alors un sous-amendement mettant le mot “intérêt” à la place de “pertinence”. On se serait cru à l’Assemblée nationale ! Le président Vaillant fini par mette aux voix ledit sous-amendement: il n’est pas adopté (21 pour, 29 contre). Et met ensuite l’amendement des “Gonessiens” aux voix: retoqué cette fois 21 pour 31 contre et 4 abstentions (c’était un peu le désordre dans la comptage des votes à main levée). Et finit par soumettre au vote “sa” résolution : tout le monde pour, le “bloc gonessien” votant contre (8 voix). Ouf !

Qu’en penser ? Sarcelles : “on ne regarde QUE vers “Roissy”

J’allais dire euh…pas grand-chose… Sauf que… En fait je maintiens ma version des caïmans. Ce qu’il faut savoir pour comprendre, c’est que les communes de Garges, Arnouville, Villiers-le-Bel et Sarcelles, “autocentrées”, ne se sont jamais vraiment impliquées dans le Grand Roissy. Ce qui est étonnant concernant Sarcelles surtout. Je me souviens, lorsque je préparais la première carte du Grand Roissy, en 1996), je me posais alors la question du périmètre de celui-ci. J’hésitais pour Sarcelles. J’étais allé voir le dircab (j’ai oublié son nom, mais Jacques Langlade ou Nicolas Pavil  pourraient me le rappeler) de DSK (maire à l’époque) et lui avais demandé: “où regardez-vous, vers Roissy ou vers Montmorency ?” Réponse nette : “on ne regarde QUE vers Roissy”… Dans le même temps, j’avais posé la même question au maire de Saint-Brice, la ville d’à coté, qui lui ne “regardait” que vers la vallée de Montmorency… Et c’était vrai : quelques temps après, Saint-Brice, approchée, refusait de rentrer dans l’EPA Plaine de France alors en gestation.

Coin fumeurs. Vaillant invité en Seine-et-Marne

Concernant Villiers-le Bel, c’est seulement à l’occasion des premières “Rencontres du Grand Roissy” que j’avais fait la connaissance de Didier Vaillant (discussion dans le coin fumeurs, revoir ici), alors maire de Villiers-le-Bel. Avant on ne le voyait nulle part dans les différents cercles du Grand Roissy. Il s’y est de plus en plus intéressé ensuite, au point de devenir vice-président de l’Association des Collectivités du Grand Roissy. J’ai  discuté un peu avec lui lors de la réunion du midi le même jour que ce Conseil (voir en bas), sur la Seine-et-Marne. “Vous vous rendez compte? me dit-il en résumé, j’ai entendu parler de Villeneuve-sous-Dammartin… Je ne sais même pas où c’est…”. Je lui ai proposé illico une journée touristique dans le nord 77, ou plutôt dans l’est du Grand Roissy !

Les autres communes de Val de France  (hormis Gonesse bien sûr, surtout Garges et Arnouville), c’est vrai, ne sont pas l’coup, question Grand Roissy. A entendre les interventions de certains lors du conseil communautaire, ça se sentait. Qu’ils regardent mieux la carte de la région aéroportuaire, et ils verront où sont leurs intérêts, à tous points de vue.

N’empêche, les “Gonessiens” ont eu, à mon avis, raison. C’était une bonne approche diplomatique de leur part, qui préservait l’avenir . C’est pas souvent que je soutiens Blazy… EV

Partagez cet article

Le territoire et les projets de Val de France présentés aux chefs d’entreprises

Cliquez pour voir la présentation

Le 2 décembre à midi, au siège de la CA Val de France se tenait une réunion d’information à l’attention d’une quarantaine de chefs d’entreprises. Au menu : présentation du territoire, de ses atouts, de ses projets. Ilham Moustachir, vice présidente en charge du développement économique à commenté tout ceci à l’aide d’un powerpoint. Ensuite Christophe Dalstein a présenté le projet (désormais médiatique…) d’Europa City. Didier vaillant, président de Val de France a ensuite fait un exposé sur la réforme territoriale en cours, sorte de mis en jambe pour le débat du Conseil communautaire qui allait se tenir le soir dans la même salle. Après les questions réponse avec la salle, les échanges ont continué avec l’assistance autour d’un cocktail sympathique. EV

[easyrotator]erc_72_1417681124[/easyrotator]

Partagez cet article

Europa City a ouvert son blog, magnifique ! Osons la France, osons la révolution !

superbe foto!

Le projet Europa City vient d’ouvrir, après son site propre, sa page Facebook, son compte Twitter, son “blog. Très bien fait et qui dénote de la part du promoteur (le groupe Auchan) de sa volonté exprimée depuis le début de communiquer et partager sur ce projet qui, je pèse mes mots, illuminera le Grand Roissy dans le Grand Paris. En plus, ils sont partenaires de “Osons La France !“, qui va ouvrir le 4 décembre (jusqu’au 7) une exposition “pro active” au Grand Palais à Paris. Voyez-ça ici !Et RoissyMail offre aux 4 premiers (réservé aux abonnés à la newsletter) une invitation (valable pour 2 personnes)  pour la soirée d’inauguration en présence de Laurent Fabius, le jeudi 4 à 19H30

Et c’est pas fini !

et 50 pass « coupe file » : ils sont valables pour 1 personne / 1 entrée / 1 journée

jeudi 4/12 de 10h à 18h30 (accès à l’exposition et programme Osons la révolution)

vendredi 5/12 de 10h à 21 (accès à l’exposition, programme Osons la révolution le matin et programme grand public à partir de 14h30)

samedi 6/12 de 10h à 20h (accès à l’exposition et programme grand public)

dimanche 7/12 de 10h à 18h (accès à l’exposition et programme grand public).

Mode d’emploi : envoyez-moi un mail à eric.veillon@orange.fr

Pour voir tout ça, cliquez sur les bannières Europa City en haut (on vient de les changer).

Et voyez aussi cette page du blog EC où ont été tournées des vidéos-témoignages sur Europa City pendant notre glorieuse fête de la Carte du Grand Roissy, à Epiais-les-Louvres : cliquez sur l’image où l’on voit Patrick Renaud, président de Roissy Porte de France et Isabelle Rusin notre maire (et future conseillère départementale ! ). EV

cliquez !
Partagez cet article

Concertation Grand Paris Express à Gonesse : pénible, pénible…

Cliquez pour voir la présentation (bien faite)

Ce qualificatif ne vaut pas, bien sûr, pour la Société du Grand Paris qui fait le job et a bien organisé la réunion de concertation sur la ligne 17 nord du GPE, mardi 25 à Gonesse. Bonne présentation du GPE en général et de notre ligne en particulier. A la tribune, outre le garant de la CPDP, M. Silhol, préfet honoraire, il y avait les directeurs de la SGP: Philippe Yvin, président du Directoire , Xavier Duclairoir, responsable du projet ligne 17  et Nadir Bentouta, directeur des relations institutionnelles.Un powerpoint a été présenté (le voir en haut).

[easyrotator]erc_1_1417256168[/easyrotator]

J’ai compté, au début de la réunion 180 personnes dans la salle, dont, au premier rang les élus du secteur, parmi eux : J-P Blazy bien sûr, mais aussi Didier Vaillant, président de Val de France, lham Moustachir, vice-présidente de VDF, mais aussi Philippe Sueur, vice-président du Conseil général, en charge des transports et le sous-préfet de Sarcelles, M. Malherbe. La salle était composée  d’un grand nombre de sympathisants de la mairie, favorables au projet, et bien sûr, de mes P’tits Loup, dont l’un, particulièrement excité a hurlé dès le début de la réunion. Comme d’habitude dans ce genre de “concertation”, les rares interventions ne portaient pas sur le projet en particulier, mais servaient à certains de tribune plus ou moins politique, à l’instar de Cédric Sabouret conseiller municipal (PS) de Gonesse, conseiller général du canton, rival déclaré de J-P Blazy,et dont je n’ai absolument rien compris de ce que qu’il dit. C’est étonnant de la part de cet administrateur du Sénat, pourtant cultivé… . Mes P’tits Loup (les zécolos, pour les nouveaux lecteurs, revoir ici) ont quasiment monopolisé la parole. En fait de parole, c’étaient les logorrhées verbales habituelles dont il est absolument impossible de rendre compte. Pas moyen de savoir s’ils étaient pour ou contre le GPE … De mémoire ils étaient contre (ils avaient manifesté à cinq personnes à Aulnay, lors du premier forage de la SGP, revoir ici).

C’était vraiment pénible.

Barreau ferré de Gonesse ? MDR !

Le Monsieur du STIF n'aurait pas dû répondre, si c'était pour ne rien dire

A noter, au cours du “débat”, une intervention d’un Monsieur du STIF , qui “répondait” à une interpellation de Philippe Sueur sur le fameux “barreau ferré de Gonesse”. Comme on pouvait s’y attendre, ce fut une réponse langue de bois: il a parlé de nouvelles études bla bla (faudrait qu’on puisse faire le total des études, et leur coût, qui ont été faites sur le sujet depuis plus de 10 ans…) et bien sûr il n’a rien dit de concret car, comme je m’évertue à le dire depuis des années, le barreau de Gonesse  ne se fera pas. A voir la mine de J-P Blazy (foto) quand Mister  STIF parlait, je parie que le député le sait aussi…

Referendum?

Je vais là-aussi me répéter : ce genre de “concertation” (obligatoire dès qu’un projet d’infrastructure dépasse les 300 millions) ne sert à rien,  coute la peau des fesses et, à la limite (non, pas à la limite), est démagogique. On l’a bien vu lors des innombrables “concertations” sur Roissy Picardie et je me souviens bien de celles concernant le CDG Express fin… 2001, notamment celle de Villepinte où les représentants du projet ont bien failli se faire lyncher. M. Duclairoir, qui y était, pourra s’en souvenir. Voyez ici le compte-rendu que j’en avais fait (page 8). Et encore, je m’étais retenu…. Il doit y avoir moyen de concerter autrement… Mais je ne sais si on prend ce chemin: il me semble avoir entendu François Hollande évoquer des referendum locaux sur les grands projets…. Si c’est vrai, ça promet… Macron au secours !

Là où ça va être encore plus “sportif” (tendance boxe thaï) ça va être la “concertation” (voir ici) pour Europa City. La date n’est pas encore fixée, mais on parle du printemps prochain. A coté de J-P Blazy, l’autre soir, se trouvait Mme Claude Brévan, qui présidera la future CPDP. Une manière de s’entrainer ? On lui souhaite bon courage ! (ainsi qu’à Christophe Dalstein, responsable d’Europa City, présent dans la salle ce soir-là,  à qui j’ai conseillé une cure de vitamines, et un entrainement au close combat). EV

Partagez cet article

Eloge d’Ilham Moustachir

Je connais plutôt bien le personnel politique de l’ensemble du Grand Roissy. La plupart d’entre eux sont dévoués à la cause publique, ce qui est bien normal.

Depuis longtemps je voulais rendre (au moins depuis cet article à revoir ici, où j’avais annoncé que je le ferais) ici un hommage à Ilham Moustachir, actuellement 3ème vice-présidente de la CA Val de France, chargée du développement économique. J’avais fait sa connaissance peu après qu’elle ait été élue pour la première fois conseillère municipale, adjointe au maire de Gonesse, chargée du développement économique, du commerce de l’emploi et de la formation professionnelle, en 2008. Fonction (adjointe) qu’elle a laissée dès que Gonesse est rentrée dans Val de France (le maire de Gonesse, J-P Blazy ayant interdit les cumuls, ce qui peut prêter à sourire).

L’économie pour les gens et pour les territoires

Je connais bien ce que doit être l’action d’une collectivité en matière économique, notamment pour avoir été directeur du développement éco à Tremblay, de 1992 à 1997. De prime abord, cette action n’est pas évidente. L’objectif est de faire en sorte que le tissu économique (entreprises) se développe d’une manière endogène et exogène. Les bénéfices attendus sont des recettes pour le budget de la collectivité, des emplois créés etc. Il est donc important que les acteurs économiques présents se « sentent » bien. L’action économique est donc transversale. L’élu et le service dont il dispose doivent donc s’assurer en permanence que les entreprises évoluent dans un milieu favorable. Cela passe par exemple par de « petites choses » comme par exemple les trottoirs, mais aussi la propreté, les transports, le logement, l’école et même la culture, les loisirs … Il s’agit aussi de faire savoir l’action de la collectivité en interne et à l’extérieur : la communication est donc essentielle…

Une foto d'elle, que j'avais trouvée éloquente, placée sur la "une" d'une de nos dernières publications papier. Cliquez!

« Je veux qu’ils  connaissent les codes de l’entreprise, pour qu’ils réussissent au mieux »

Ce court rappel pour dire que, s’agissant d’Ilham, j’ai tout de suite vu, de loin d’abord, de plus près ensuite, qu’elle avait tout compris, tout de suite. C’était remarquable, et peu fréquent. Elle sait s’adresser aux entreprises car elle sait ce qu’est une entreprise, ce qui n’est pas le cas de beaucoup de ses collègues. Par exemple, lorsqu’elle s’occupait de l’emploi à Gonesse, dès qu’il y avait une nouvelle installation, elle faisait en sorte de connaitre en amont les besoins en main d’œuvre et tout de suite elle diffusait les offres auprès des demandeurs d’emploi de la ville, tout en organisant des sessions de formation adaptées, surtout pour les jeunes. « Je veux qu’ils connaissent les codes de l’entreprise, pour qu’ils réussissent au mieux », m’a-t-elle dit souvent.


ilhiam par epiais
Ilham sur Europa City, pendant la Fête de la Carte du Grand Roissy.

Nous avons petit à petit sympathisé. C’est une femme (elle vient d’avoir 50 ans) tout d’abord jolie, agréable, passionnée, sensible, ouverte, éclectique même. Et c’est une bosseuse ! On parle souvent, et les sujets ne manquent pas ! Elle est cadre à Servair, qu’elle a intégrée voici 25 ans, est binationale (Maroc, France), militante du PS… Sympathisante de gauche, elle a adhéré à ce parti il y a peu et je peux dire que je l’ai encouragée à le faire (tout comme j’avais encouragé André Toulouse, maire de Roissy, à adhérer à l’UMP). Pourquoi ? Parce qu’arrivé un moment, si on veut faire de la politique, il « faut » adhérer à un parti.

Pas de « communautarisme » !

Cette adhésion n’a pas empêché Ilham de garder son indépendance et son sens critique. J’imagine que J-P Blazy en sait quelque chose… Elle est aussi très courageuse. A l’heure où le « communautarisme » fait rage (y compris à Gonesse), Ilham n’est pas, mais alors pas du tout dans cette orientation. Socialiste, elle n’encourage pas moins chacun à se prendre en charge d’abord, en refusant les discours d’«assistanat » qui la mettent hors d’elle. Musulmane, elle souffre, comme tous les Musulmans de France, des amalgames provoqués par les dérives criminelles des extrémistes à qui elle dénie toute utilisation de l’Islam.

Sur le plan personnel, c’est une femme très coquette. Je lui fais souvent des compliments sur ses tenues, même si elle n’aime pas ça. Et elle n’hésite pas à dire « j’aime le luxe ! ». Elle s’occupe comme une vraie mère poule (je la taquine souvent là-dessus :« t’es pire qu’une mère juive ») de son fils unique Sami, brillant étudiant à l’Ecole des Mines de Nancy. Et avec Abdou, son mari, ils forment un couple toujours amoureux depuis…27 ans  (ça vaut une médaille !).

Je pense qu’elle ira loin en politique et qu’elle pourrait bien un jour être maire de Gonesse, quand Blazy passera la main. Elle en a toutes les qualités et capacités. Et plus même…

Je lui avais demandé, avant de faire ce papier, de m’écrire quelques mots sur elle. Avec son autorisation, je les publie ci-dessous, ça complétera bien l’article.

Merci Ilham, pour ta sympathie d’abord, et pour tout ce que tu fais très bien. En ces temps où le personnel politique français offre une image lamentable de la chose publique, où beaucoup se servent et ne servent pas, tu relèves le niveau ! Je te l’ai dit souvent, la politique est un milieu très dur, plus dur que les affaires. Les chausse-trappes sont légion, tu en sais déjà quelque chose et plus tu avanceras, plus il y en aura. C’est le prix à payer pour le service rendu aux citoyens. Pour avancer, il faut aussi se blinder très fort, se tanner le cuir (et le Maroc sait faire ça)  tout en restant « moral ». Je sais que tu le sais et que tu le fais.

Continue !    EV

Eric, suite à notre conversation :

J’ai passé toute mon enfance et une bonne partie de mon adolescence au Maroc (entre Kenitra et Rabat), une éducation très conservatrice, de mère enseignante et de père juge (président de palais de justice). J’ai passé un bac scientifique et j’ai fait ensuite une école privée de commerce et de gestion des entreprises.

J’ai connu mon mari Abdou au lycée à l’âge de 17 ans, qui est venu en France pour poursuivre ses études à côté de sa mère. Il venait me voir trois fois par an. J’étais donc très attachée à lui et donc j’ai voulu venir le suivre en France (je suis le premier membre de la famille à avoir quitté le Maroc, pour vivre dans un autre pays).

Je suis venue en France à l’âge de 20 ans, j’ai poursuivi mes études ici. Au départ nous avions prévu de faire nos études et de repartir au Maroc. Mais le destin a changé les choses. On s’est marié, j’avais 23 ans et Abdou 25 ans. Je suis rentrée à SERVAIR au contrôle de gestion à l’âge de 25 ans, et j’y suis encore. J’ai occupé plusieurs fonctions : chef de projet informatique, chef de projet industriel, contrôleur de gestion, déléguée sûreté de l’assistance aéroportuaire, directeur d’exploitation pour redevenir responsable sûreté.

J’ai toujours pris mes fonctions au sérieux et je suis toujours exigeante avec moi-même et avec les autres. Qualité ou défaut ? A voir.

J’ai eu un fils à l’âge de 28 ans, j’ai toujours eu le sens de la responsabilité. Pour moi un enfant c’est du sérieux, et il fallait être capable dans tous les sens du terme pour assurer son éducation.

A l’âge de 30 ans j’ai commencé à militer dans le monde associatif. Parent d’élève indépendante d’abord. Trois ans après, une fédération m’avait « repérée » et m’a demandée de prendre la présidence de l’association à Gonesse. J’ai enchainé la présidence de la fédération dans les écoles maternelles et primaires, ensuite le collège et le lycée. En 2003 j’étais élue présidente d’un conseil local de la vie associatif qui rassemblait une centaine d’associations (sportives, culturelles et sociales).Ce qui était vraiment une surprise pour moi : je ne pensais pas qu’autant de monde me connaissait et me faisait confiance. J’ai été réélue en 2006.

En 2007, j’ai créé un comité de femmes, où il y avait des avocates, médecins, femmes au foyer… Je rassemblais des femmes de tous bords politiques, de toutes confessions et de tous niveaux sociaux.

En 2008, Jean-Pierre Blazy m’a demandée de faire partie de sa liste, mais avant lui il y avait d’autres qui m’avaient sollicitée. J’ai choisi la liste de gauche et tu connais la suite.

Comme je l’ai toujours dit, ma première réussite, c’est ma vie d’épouse comblée et la deuxième c’est ma vie de mère. J’ai passé ” les valeurs de la réussite » à Sami, et il s’en sert bien.

Il a eu la mention très bien au brevet et le prix de l’excellence en 2006/2007.Il a eu la mention très bien au Bac avec 17,5 de moyenne. Il a réussi sa prépa et intégré l’école de son choix : l’école des Mines de Nancy (voici pourquoi j’ai à cœur de pousser les jeunes à réussir leurs études et que, quand il le faut, j’encourage les parents à ne pas baisser les bras : tout le monde peut réussir).

Et j’essaie de passer toutes ses valeurs aux personnes qui m’entourent avec les moyens en ma possession. Eric, comme je te l’ai toujours expliqué, je n’ai jamais été pour l’assistanat car ce n’est pas rendre service aux gens. Je préfère leur donner la possibilité de prendre leurs vies en mains.

En tant que personne, en tant que femme, en tant qu’élue, je n’ai pas toujours le choix de faire selon mon sentiment et mon intuition. J’ai envie de faire beaucoup de choses pour faire évoluer ce monde à mon petit niveau, mais comme je te l’ai déjà expliqué, ce n’est pas toujours facile…

Je ne baisserai jamais les bras tant que des personnes comme toi croiront en moi…

Tu sais, comme je te l’ai déjà dit, c’est une question d’éducation et d’exemple. J’ai toujours vu ma mère sur le terrain associatif et politique. J’ai suivi son exemple sans même y penser (hommage à ma mère).

Si tu as besoin de d’autres explications fais-moi signe.

PS : j’ai oublié : j’ai été naturalisée en 1988. J’avais 24 ans et j’ai eu mon permis de conduire la même année, ce qui m’a servi pour aller travailler à Roissy (et voilà pourquoi je suis sensible à la question des transports). Abdou a eu la nationalité française par sa mère. Et voilà, tu connais (presque…) tout sur moi !

Bien à toi, Ilham

Partagez cet article

Les entreprises de Val de France

Ilham en discussion avec Rodolphe Casse, président de l'assoc' SAVI

La période est aux, sinon oraux, du moins écrits de rattrapage. Témoin ce mot sur les associations de chefs d’entreprise du secteur de Val de France (Villiers-le-Bel, Sarcelles) ASPI-SAVI, dont vous pourrez voir ici le site web (non tenu à jour, c’est pas terrible, mais qui a le mérite d’exister).  Le 6 juin dernier, ces associations avaient fait une petite sauterie-BBQ à laquelle ils avaient invité Ilham Moustachir, (celle que je défends et promeut mordicus), nouvellement élue vice-présidente de la CA Val de France, chargée des affaires économiques. Voici qui est rattrapé, avec des fotos que l’on doit à nos collègues et amis de  MF Promotion . EV

A gauche, après Bruno Didier, membre de la CCI 95 et industriel dans le secteur, , c'est Nicolas Pavil, DGS de Val de France et Stéphanie Bouffard, directrice du développement économique à Val de France
Partagez cet article

Bonne nouvelle : le PEB desseré par l’Assemblée nationale. Moins bonne: une taxe de séjour régionale institutée

de g à dr :Maurice Lefevre (maire Garges-lès-Gonesse, la dame je sais pas, J-P Blazy, le préfet Névache, Didier Vaillant, président de Val de France, le sous préfet Malherbe (foto mairie de Gonesse)

Voici une bonne nouvelle : J-P Blazy, député-maure de Gonesse a annoncé vendredi qu’enfin, il a pu, avec son collègue F. Pupponi (député maire de Sarcelles) faire en sorte que les dispositions restrictives de la zone C du PEB (plan d’exposition au bruit) en matière de constructions de logements soient assouplies. C’est au cours d’un débat parlementaire (je vous retrouverez plus tard la séance) que cette disposition, pour laquelle, on en témoignera ici, le député c’est battu depuis de longues années, auprès des gouvernements successifs. Le dernier étant celui où siégeait la Duflot. Le 26 septembre 2012, dans le cadre la loi sur la “mobilisation du foncier” (!) elle s’était opposée à un amendement présenté par les députés Blazy, Pupponi et Albarello. Blazy en avait été alors très faché (revoir notre article ici). Autrement dit, elle disait “il faut construire des logements, mais on ne touche pas à la zone C du PEB qui empêche lesdites constructions”. Bienvenue en France Verte !

Du coup, le CDT Val de France a dû faire l’objet d’un avenant, qui a été vite signé par les partenaires, jeudi dernier en sous-préfecture de Sarcelles (foto). L’enquête publique pour ce CDT révisé devrait commencer en octobre, pour une signature début 2015 (qu’est-ce que c’est long…).

Voyez le communiqué de J-P Blazy qui donne des détails. EV

PS : moins bonne nouvelle, le député se réjouit (voir son communiqué) de l’instauration, dans la loi de finances rectificatives, jeudi 26 avril, d’une “taxe de séjours régionale” (2 euros par nuitée) pour financer le Grand Paris Express à hauteur de 140 millions par an. Sur un amendement présenté par lui et certains de ses collègues : pas sûr que ce soit une bonne idée (il y a déjà, à Roissy en France, une taxe de séjour communale, une autre départementale….). Même Fabius, ministre (chargé du tourisme) a déclaré qu’il était contre.  J’y reviendrai.

Partagez cet article