Aéroville : derniers préparatifs avant réouverture des magasins le 19 mai

Les amoureux de shopping, de gastronomie et de cinéma, habitant sur le territoire du Grand Roissy, vont pouvoir retrouver le sourire. Les boutiques du centre commercial Aéroville accueilleront prochainement de nouveau les visiteurs. En effet, à la suite des récentes décisions du Gouvernement, autorisant l’ouverture de tous les commerces en France, comprenant également les centres commerciaux, la direction d’Aéroville annonce une réouverture totale des commerces à partir du mercredi 19 mai 2021. Comme à chaque confinement, étant considérés commerces de première nécessité, seuls l’hypermarché Auchan et la boutique Paul sont restés ouverts. Cette réouverture aura certainement un goût de liberté pour de nombreuses personnes, qui après plusieurs mois de restrictions où s’entremêlent pessimisme et actualités anxiogènes, aspirent à un retour à une vie normale. Quoi de mieux que les boutiques, les restaurants, ou une séance de cinéma pour se changer les idées. Cependant, afin d’éviter tous risques de reprise des contaminations et pour le bien commun, il vous faudra respecter quelques règles d’usage mises en place par la direction d’Aéroville.

Ouvert depuis 2013, le centre commercial Aéroville n’a pas eu de mal à plaire à la population locale, mais aussi aux touristes de passage, en s’inscrivant comme un lieu névralgique du divertissement et de socialisation, situé à proximité de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle. Aéroville, exploité par Unibail-Rodamco-Westfield, regroupe environ 200 commerces, comprenant une trentaine de restaurants à la gastronomie variée, allant de la cuisine indienne à une cuisine traditionnelle, en passant par le fast-food. De ce côté, il y a l’embarra du choix. Aéroville, c’est aussi le cinéma Pathé, dont vous pourrez retrouver un article sur mon expérience de la salle 4DX en cliquant ici.

Amélie Volle, la directrice du centre

« Nous sommes très heureux de pouvoir rouvrir et accueillir nos visiteurs. Ce bonheur est partagé par l’ensemble des employés d’Aéroville et des commerçants. Nous sommes soulagés par cette reprise d’activités. 20% des commerces sont tenus par les indépendants franchisés. La situation est devenue très compliquée pour eux. Afin que cette réouverture se déroule dans les meilleures conditions, nous avons mis en place un protocole sanitaire renforcé. C’est un enjeu de santé public. Ce dernier a déjà fait ses preuves de fiabilité au sein d’autres centres commerciaux exploités par Unibail-Rodamco-Westfield dans le monde, comme au Royaume-Uni », déclare Amélie Volle, Directrice d’Aéroville.

Un enthousiasme amplement partagé par Xavier Sarfati, représentant des commerçants d’Aéroville et gérant du restaurant Bistro L’Atelier : « Vraiment hâte de nous remettre au travail et de retrouver nos équipes avec qui nous avons gardé le lien pendant ces longs mois. Et malgré les incertitudes liées aux mesures sanitaires, nous sommes heureux de préparer la réouverture de nos établissements afin de revoir à nouveau nos clients ! ».

Ce protocole renforcé, qu’est-ce que c’est ? Eh bien, le protocole renforcé se repose sur un plan d’action en 3 axes, les capteurs CO2 pour garantir la qualité de l’air, le renforcement des jauges grâce à l’outil Quantaflow et le port du masque de manière conforme et permanente. Plus précisément, l’utilisation de capteurs de CO2, qui lorsqu’ils mesurent un taux de 800ppm dans l’air, permettent aux équipes techniques d’activer le plan d’action de renouvellement de l’air afin de garantir une bonne qualité d’air en permanence à l’intérieur du centre commercial. Autre équipement servant à préserver la clientèle, des capteurs de comptage Quantaflow situés aux entrées du centre commercial afin de connaître le nombre de visiteurs présents dans le centre en temps réel et de déclencher un processus de filtrage dès 75% de remplissage. Enfin, dernier axe, en plus du port du masque obligatoire et la présence de distributeurs de gels hydroalcooliques, une désinfection régulière des points de contact tels que les rampes d’escalator et les boutons d’ascenseurs.

En ce qui concerne la restauration, vous ne pourrez pas vous installer à table à l’intérieur pour le moment. La vente à emporter reste privilégiée, en attendant les prochains allégements des règles sanitaires. Toutefois, Aéroville mettra à disposition plusieurs espaces pique-niques en extérieur, aux abords du parking de l’entrée du Terminal Cook. Pour le pop-corn et les snacks lors de votre séance de cinéma, malheureusement, il faudra également vous en passer. Bien qu’il y ait encore quelques restrictions, dans le but que votre visite se passe dans de bonnes conditions, la direction d’Aéroville recommande le téléchargement de son application où vous aurez accès au service « Le Pass », qui vous permettra de rejoindre une file d’attente virtuelle et/ou de réserver un créneau horaire dans une boutique.

Côté nouveauté, courant mai-juin, le centre commercial Aéroville accueillera l’enseigne « la Tête dans les Nuages » avec une salle de 5 000 m², dédiée au divertissement, qui regroupera un bowling, un laser quest, ainsi qu’une salle d’arcade. Cela méritera assurément un futur article dans Roissy Mail. WM  

Partagez cet article

Que valent vraiment les bières « made in Val d’Oise » de la Brasserie d’Orville (Louvres) ?

Depuis plusieurs années, une vague de nouvelles brasseries ont vu le jour sur tout le territoire. Une vague surfée par des entrepreneurs plus ou moins passionnés par l’univers des boissons à base de malt. Un effet de mode qui a contribué, à son niveau, au changement des habitudes en matière de consommation et d’économie en France, avec une priorité d’achat envers les produits locaux et artisanaux. Certes, pourquoi pas acheter local, mais pas au détriment de la qualité. C’est ce défi que deux frères lupariens ont voulu relever avec la Brasserie d’Orville. L’histoire commence au printemps 2019, lorsque Julien et Thibault Baron décident de commercialiser une gamme de bières issue de la ferme familiale, située à Louvres en bas de la rue de Paris. L’orge, matière première pour la confection de la bière, est cultivée sur des champs à proximité de Louvres et de Saint-Witz. Le crédo des deux frères : « de la terre à la bouteille », en utilisant un circuit court de production.

Étonnamment, depuis sa création, la Brasserie d’Orville et ses bières ont été rapidement récompensées par de nombreux prix, comme la médaille d’or 2019 décernée par le Concours Général Agricole ou encore, la médaille d’or 2019 attribuée par le Trophée International de Frankfurt, pour ne citer qu’elles. Un enthousiasme ayant également conquis les professionnels du secteur, en jugeant des critiques sur le net. La Brasserie d’Orville c’est aussi une salle de dégustation et des soirées à thème organisées les samedis (soirée musicale, burger party, lancement de bière).

En plein troisième confinement, n’ayant pas l’opportunité de pouvoir profiter de ces soirées champêtres et festives, je me suis rabattu sur une dégustation à domicile afin de me forger une idée et, ainsi, la partager aux lectrices et lecteurs de Roissy Mail. Côté de l’habillage des bouteilles de 33cl, chacune arbore un dessin unique accompagné de son nom. Un design branché hipster, sortant des modèles classiques parfois trop aseptisés. On ressent que la Brasserie d’Orville cherche à se démarquer visuellement parlant, se voulant différent de la « bière de papa ». Du cool et de la fraîcheur, mais est-ce le cas en bouche ? Eh bien, oui ! J’ai agréablement été surpris par les bières blanches et les blondes, nommées Good Vibes, Serial Lager, Saison, ou encore White Nova qui est ma préférée, avec son astronaute sur l’étiquette (c’était peut-être un signe). Quant à la Black Betty, une bière noire brassée avec de la noix de coco et du lactose, je ne l’ai pas trop apprécié. Certainement trop puissante en goût avec ces deux ingrédients et ses 10% d’alcool, loin de mes attentes en matière de bière. Cependant, cette dégustation est une bonne surprise dans l’ensemble.

En ce qui concerne la Brasserie d’Orville, je n’y trouve qu’un seul point négatif. C’est difficile de les avoir au téléphone. Mais outre ce fait et les conditions sanitaires empêchant de découvrir la boutique, de mon avis purement objectif, j’en conclus que ce n’est pas une histoire de mode ou de marketing. Il y a une passion et de la qualité derrière le produit. Pour vous faire votre propre avis, l’intégralité des bières de la Brasserie d’Orville sont disponibles sur la boutique en ligne, accessible ici. Mais, vous pouvez également les retrouver au magasin Gamm Vert de Louvres, situé le long de la RD317, ainsi qu’auprès du Magasin Fermier d’Epiais-lès-Louvres, parmi une liste de produits locaux et bios, tels que des fromages, des légumes ou des viandes rouges et blanches. WM

Partagez cet article

« Pour une poignée de Rhodium »

Peu de gens connaissent l’existence de ce métal hors du commun, et pourtant, ce dernier est le plus cher au monde. Le rhodium, à ne pas confondre avec le radium, métal alcalino-terreux radioactif découvert par Pierre et Marie Curie en 1898, est découvert par William Hyde Wollaston en 1803 en même temps que le palladium, à partir de minerais provenant d’un gîte de platine natif originaire d’Amérique du Sud. Cependant, le rhodium, bien qu’ayant des propriétés similaires, n’appartient pas au sous-groupe du platine, mais au sous-groupe de l’iridium. De jours, l’Afrique du Sud est le producteur principal de rhodium avec 83% du marché mondial, mais il se trouve également en infime quantité où se situe du platine, tels que l’Oural en Russie et l’Ontario au Canada.

carte établie par la Commission européenne

Le rhodium, qui n’existe pas en gisement minier à l’état brut, est le métal le plus cher de la planète, en étant 100 fois plus rare que l’or. Ce métal est extrait laborieusement des gangues minérales où il se marie au palladium, à l’argent ou au platine, augmentant les coûts de production et se reportant inexorablement à l’achat. Depuis 1803, l’engouement pour ce métal rare n’a cessé de croître. Actuellement, le rhodium est estimé à 810 € le gramme (810 000 €/kg), selon le cours en bourse. Sur la dernière décennie, c’est le métal qui a connu la plus grosse courbe boursière haussière. En 2007, le cours avait également atteint les précédents sommets à plus de 150 €/gr, avant de chuter brutalement.

Ses applications sont variées, passant par le secteur de la chimie jusqu’à son utilité dans les pots catalyseurs en filtrant les particules de CO2 afin de rendre les véhicules moins polluants. Mais le rhodium est également un métal fortement convoité par le secteur de la joaillerie. Ainsi, c’est devenu fréquent de le retrouver dans les bijoux ou en lingots, à l’instar de l’or. L’augmentation de la valeur du rhodium, de ces dernières années, est dû à un achat massif de la Chine pour son secteur automobile, rendant le métal encore plus rare. Et cela n’est qu’un début, car comme le palladium, l’iridium ou encore le germanium pour ne citer qu’eux, le rhodium fait partie de ces éléments rares disponibles en quantité limitée, et pourtant tant convoités à l’échelle de la planète, accentuant la demande et diminuant l’offre, au fil du temps. WM

L’avis d’EV

Ben j’aurai appris des choses! j’en étais resté au géranium !

Partagez cet article

La CARPF propose une aide aux commerçants du territoire

quelques commerces participants

Comme déjà évoqué par l’Office du Tourisme du Grand Roissy, ou encore plus récemment dans Le Parisien, Roissy Mail ne peut que saluer l’initiative par ces temps où l’économie et la consommation sont en berne. En effet, depuis fin février 2021, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, ainsi que la ville de Mitry-Mory, proposent une aide financière aux commerçants du territoire, via le site Petitscommerces.fr, première plateforme nationale réservée aux commerçants de proximité indépendants. Cette aide se traduit sous forme de bons d’achat et de cartes cadeaux, avec une remise de 20% pour les consommateurs, 40% en ce qui concerne Mitry-Mory, utilisables dans tous les commerces inscrits sur le site. Cette initiative a pour objectif d’inciter à la consommation locale et d’apporter un coup de pouce aux commerçants, durement impactés depuis le début de la crise sanitaire. Le montant de cette opération pris en charge par la CARPF est à hauteur de 40 000 €.

Un succès, les commerçants ayant déjà réalisé pour plus de 30 000 € de ventes, en bientôt trois semaines. Cependant, bien que cette opération redonne un peu le moral aux commerçants et augmente le pouvoir d’achat des consommateurs, ce succès pourrait être relatif. Cette dernière ne proposant, actuellement, que moins d’une centaine de commerces inscrits, risque d’en décevoir certains par le manque de choix.

Pour pallier ce souci de représentativité, une seule solution. Il faut plus de commerçants désireux de participer à l’opération. Restaurants, opticiens, librairies, boucheries, coiffeurs, merceries… sont invités à s’inscrire ici. La plateforme offre l’abonnement de 29 € HT mensuel, s’acquittant seulement de 6% HT sur les bons d’achat vendus, incluant les frais bancaires.  Pour les habitants de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France qui veulent consulter la liste des commerçants déjà inscrits à l’opération et profiter des bons d’achat, tout en faisant une bonne action afin d’aider les commerces locaux, vous devez vous rendre ici.

Ce type d’initiative commence à voir le jour un peu partout en France, les collectivités s’engageant à apporter leur soutien aux commerçants, comme dans la ville de Crépy-en-Valois, commune de l’Oise de 15 640 habitants, où la municipalité vient de lancer l’opération « Je booste mon pouvoir d’achat, je consomme local ! ». Cette opération totalisera 100 000 € de chèques cadeaux qui seront distribués aux habitants, à dépenser exclusivement chez les commerçants crépynois. Pour en profiter, le système est identique à celui utilisé par la CARPF, les habitants doivent acheter un bon d’achat sur le site www.beegift.fr. Ceci donnant un chèque cadeaux, sous forme d’un cashback.   WM            

Partagez cet article

Bitcoin : l’or numérique à la conquête du monde depuis 12 ans

Maintes fois relayée dans les médias lors de la dernière décennie, le Bitcoin, cryptomonnaie décentralisée, a réussi à se faire une place dans le cœur des amoureux de technologie, mais également dans le secteur de la finance. Ce mardi 15 février 2021, le Bitcoin, appelé aussi BTC (symbole monétaire ₿), a atteint un record historique de son cours avec une valeur dépassant les 50 000 $ pour 1 Bitcoin. Cependant, comme souvent lors de fortes augmentations de la valeur, le BTC a corrigé à la baisse en quelques heures, valant 48 702 $ à la mi-journée. Un détail pour ceux qui le voient entre 100 000 $ à 1 000 000 $ dans les prochaines années, comme le prévoient certains analystes financiers.

Le Bitcoin a été créé en janvier 2009 par Satoshi Nakamoto, pseudonyme regroupant peut-être un groupe d’informaticiens et de cryptographes, la valeur de ce dernier oscillait, à cette époque, entre 0,003 et 0,004 $. Se voulant à l’opposé du système monétaire classique, qui voit les monnaies dévaluées à chaque « planche à billets », le Bitcoin est limité à 21 000 000 d’unités et ne répond qu’à l’offre et la demande, se rapprochant d’un actif comme l’or. Attirant toujours plus d’utilisateurs d’année en année, la première transaction en BTC a eu lieu le 22 mai 2010 en Floride, pour l’achat de deux pizzas de grandes tailles d’un montant de 10 000 ₿ (40 $). Réputé sécurisé et anonyme, rapidement à ses débuts, le Bitcoin est devenu la monnaie numéro 1 du dark web. Puis en 2012, outre-Atlantique, une acceptation du BTC s’opère à plus grande échelle, tels les paiements dans des boutiques et des restaurants, sans oublier son entrée sur les marchés financiers.

Actuellement, les utilisateurs du Bitcoin représentent deux groupes distincts, les « holders », qui investissent en attendant une future plus-value à l’instar d’un placement financier et qui ne s’occupent pas des fluctuations du marché, et les « traders », qui achètent ou revendent au gré des mouvements haussiers ou baissiers. Dans tous les deux cas, ces utilisateurs sont davantage enclins à effectuer des achats avec leurs BTC. Paypal, Tesla, VISA, Master Card, pour ne citer qu’eux, proposent, ou proposeront dans les mois à venir, des transactions en Bitcoin, démocratisant l’utilisation de la cryptomonnaie.

Pour exemple, si je pouvais payer ma boulangère en BTC, cela se passerait comme ceci : 1,10 € pour une tradition, représentant au cours actuel 0,000027 ₿, équivalent à 2 700 Satoshis, unité la plus basse du Bitcoin (0,00000001 ₿ = 1 Satoshi, appellation donnée en honneur du créateur de la monnaie numérique). Je paie en carte ou via une application sur téléphone en scannant le Datamatrix que me présente la commerçante. Et voilà, la transaction est faîte. Fiable, sécurisé et universel, car étant une valeur monétaire mondiale.

Malgré l’enthousiasme que l’on peut porter au Bitcoin et aux 6 300 autres cryptomonnaies (Etherum, Litecoin et Dogecoin pour les plus connues), il ne faut pas oublier que ce marché est très volatile et les performances passées ne reflètent pas les performances futures. Cet article ne représente en rien un conseil d’investissement, en se rappelant qu’on peut gagner gros mais également perdre. Après ce petit avertissement qui ne manquerait pas d’être salué par l’AMF, les personnes désirant se procurer du Bitcoin pourront toujours se rendre sur les plateformes d’achats sécurisées et faciles d’utilisation, Coinbase ou Kraken.

Enfin, cette monnaie digitale a apporté son lot d’innovation avec elle, avec pour exemple la blockchain, permettant de sécuriser et d’authentifier les blocs de transactions par l’utilisation de la cryptographie. Au-delà du Bitcoin et des cryptomonnaies, la blockchain est une révolution qui trouve de plus en plus d’application au sein des entreprises, comme pour l’authentification et le stockage de documents dans un livre numérique infalsifiable, sans recourir à un intermédiaire de contrôle. Nous n’avons décidément pas fini d’entendre parler de cette technologie et du roi Bitcoin. WM

Partagez cet article

Amélie Volle est la nouvelle directrice d’Aéroville

Elle est en poste depuis le 1er septembre et succède à Léa Henry de Villeneuve (revoir ici) . J’ai parlé avec elle avant-hier (elle me connaissait déjà de réputation…). Discussion enthousiaste ! Elle a 29 ans et déjà un beau parcours professionnel, que vous pourrez voir ci-dessous. Ce que j’ai toujours aimé, chez son employeur, Unibail-Rodamco Westfield, c’est sa capacité à nommer des jeunes à d’importants postes de responsabilités.

On lui souhaite plein succès dans ce Grand Roissy aussi passionnant, dynamique, que compliqué !!  EV

Diplômée d’un master en sciences du Management à KEDGE, Amélie Volle a débuté sa carrière en 2013 chez Procter & Gamble pendant 1 an et demi, puis a rejoint COTY en 2015 en tant que Responsable Développement des ventes. En 2018, Amélie Volle rejoint le centre Westfield Rosny 2 en tant que Directrice Adjointe où elle a notamment pris en charge la gestion de l’exploitation quotidienne du centre, les animations des prestataires, l’organisation d’événements comme le lancement de la marque Westfield en septembre 2019. Désormais à la tête d’Aéroville, la nouvelle Directrice a pour ambition de faire rayonner le centre, ses services et son offre unique.
« Après 2 ans passés à Westfield Rosny 2, je suis très heureuse de reprendre la direction d’Aéroville, destination shopping et loisirs incontournable du nord de Paris. En prenant la direction de ce centre de shopping, je souhaite répondre toujours mieux aux besoins et aux envies des visiteurs et également faire rayonner l’offre exclusive d’Aéroville à travers la diversité des enseignes du centre”.

 

Partagez cet article

Coronavirus : quels sont les types de masques, où les trouver et à quel prix ?

Je n’y comprenais rien dans ces histoires interminables de masque. J’ai demandé à Guillaume d’éclairer ma lanterne (et peut-être la vôtre). C’est lui qui a réalisé ce visuel. Pas mal, non?  EV

  En vue du déconfinement du lundi 11 mai, les gestes barrières ne sont surtout pas à exclure afin d’éviter une reprise des contaminations. Bien sûr le lavage des mains et une distance de sécurité de minimum 1m est toujours d’actualité, ainsi que l’obligation du port du masque dans les transports en commun, les marchés et supermarchés, et tout autres lieux susceptibles de rassembler plusieurs personnes. Cependant, un manque d’informations se fait sentir concernant les masques. Quels types de masques ? Quel est la différence entre « masques professionnels » et « masques grand public » ? Où s’en procurer ? Quels sont leurs prix ? Beaucoup de questions auxquelles je vais m’efforcer de répondre, simplement et clairement, afin d’éclairer les lanternes.

  Premièrement, les classifications et la différence des types de masques, mais aussi les lieux d’achat. Réalisé par mes soins, cette fiche instructive montre les différences entre les masques professionnels, réservés au personnel médical, et les masques grand public, trouvables dans les pharmacies, les buralistes et les supermarchés depuis le 4 mai. Les masques grand public, type chirurgical, étaient déjà disponibles en pharmacie, en flux très tendu et avec des récurrentes ruptures de stock, depuis une semaine. Les lieux de vente cités ci-dessus, proposent à la vente dorénavant deux types de masques grand public, l’incontournable masque chirurgical à une unique utilisation et le masque en tissu pouvant être porté plusieurs fois, jusqu’à 10 lavages avant péremption. L’internet foisonne également de masques, de tous les types, mais les prix peuvent varier avec d’importantes variations de prix, selon les vendeurs et les plateformes e-commerce. Pour rappel, les masques sont de taille standard et doivent disposer, pour les types FFP2 et FFP3, d’une homologation inscrite sur le masque conforme à la norme française et européenne “NF EN (mention se trouvant également sur les boîtes de masques chirurgicaux).

   Concernant les prix, l’État a plafonné la vente de masque à 95 centimes/l’unité, mais certaines pharmacies en Île-de-France ont enfreint à la règle avec des masques vendus à plus d’ 1 euro, comme l’évoque l’article de chez Les Echos (https://www.lesechos.fr/industrie-services/pharmacie-sante/a-paris-la-chasse-aux-masques-tourne-a-lavantage-des-pharmaciens-1200341). Les grandes surfaces et les buralistes, quant à eux, entrent dans le bal des approvisionneurs de masques. Avantage aux supermarchés, qui avec de très grosses commandes, peuvent vendre le masque unitaire entre 50 à 70 centimes. Différents packs sont proposés à la clientèle, par 10, 20 et 50. Retrouvez le détail des points de vente et les prix, selon les enseignes, dans un article fort intéressant du Parisien sur le sujet (http://www.leparisien.fr/economie/prix-quantite-enseigne-par-enseigne-comment-acheter-son-masque-au-supermarche-01-05-2020-8309406.php).

  Durant ses deux mois de confinement, nous avons été témoins de nombreuses affaires mettant en cause des employés du corps médical (médecins, pharmaciens ou aides-soignants), ayant succombé à l’appel de l’enrichissement personnel, par la vente au marché noir à des prix exorbitants de masques et de matériel médical. Ce marché noir sera-t-il endigué avec la multiplication de l’offre ? Ce n’est pas si sûr, car les commandes arrivent au compte-goutte et les ruptures de stock arrivent rapidement, quand les livraisons ne sont simplement reportées de plusieurs jours, comme me l’ont confié au téléphone quelques pharmacies du Grand Roissy. A l’instar de la viande et du blé en 39-45, profitant des périodes historiques difficiles, le marché noir a, assurément, encore de beaux jours devant lui. WM

 

Partagez cet article

Black Friday et Amazon bashing : la déferlante hypocrite…

cliquez

Ça n’arrête pas depuis quelques jours. Devant le succès populaire (grandissant) du Black Friday en France, nos bonnes âmes habituelles (“écolos”, gauchistes, etc.) n’en arrêtent pas de dénoncer la consommation (alors qu’ils hurlent les autres jours contre la faiblesse du pouvoir d’achat, comprenne qui pourra). Et, bien sûr les attaques délirantes et hystériques contre Amazon ont repris de plus belle. Heureusement, le géant américain de e-commerce (qui se développe de plus en plus en  France) avait anticipé en publiant, il y a quelques jours,  un communiqué (que Roissymail avait reçu) mettant les choses au point. Je vous conseille de le lire. Et, ce matin (30/11), Frédéric Duval, le patron d’Amazon France est à la “une du Parisien et répond (très bien) aux “critiques”. Cliquez pour le lire ! EV


Partagez cet article

Lunettes cerclées de noir !

Je suis mort de rire… Voici plus de 3 mois, la fille de ma femme (Nina, que vous  commencez à connaitre, qui vit chez nous pour ses études), arrive avec… des lunettes (très) cerclées de noir. J’étais étonné. Quelques jours après, son frère passe, il avait changé de lunettes et, pareil, les nouvelles étaient aussi très cerclées de noir. Ils ne s’étaient pas concertés.

Ça m’a interpellé. Je me suis dit que ça devait être la mode. Et bien décidé à voir ça de près.  J’ai commencé à en voir pas mal à télé. Suis passé voir mon opticienne rue de Belleville (foto du haut, l’offre de lunettes) qui m’a confirmé que oui, c’était la mode, mais que c’était en train de retomber. Eh ben non… Depuis, je regarde partout et je vois partout des cerclées de noir (je vais les appeler “cerclées” pour faire court). Je regarde souvent (trop) les télés. En trois mois quasiment tous les journalistes sont passés aux cerclées. Les invités et autres “experts” le sont aussi. Et je peux dire que dans le monde entier, sur tous les continents, les cerclées dominent largement !!

Dans mon quartiers, idem. Les passants sont en majorité cerclés. Mon boucher aussi a changé pour des cerclées, pareil pour Abder, le gérant de mon resto préféré. Lui c’est tout récent. Je lui ai demandé pourquoi les cerclées. Il m’a dit, et je veux bien le croire, qu’il n’a pas fait exprès, ce qui confirme ma thèse de la mode. Même “ma” vieille mendiante (d’Europe de l’Est) de la boulangerie a changé ses lunettes récemment. Au passage, elle est là depuis presque 7 ans, 6 jours sur 7 (sauf quand elle s’accorde de rares RTT), qu’il pleuve ou qu’il vente (mais à l’abri quand même). Elle ne s’absente que quelques minutes pour fumer une cigarette et passer un coup de fil avec son smartphone dernier cri…  C’est que les gens donnent, je vois ça. Un commerçant du coin, chez qui elle va changer ses pièces m’a dit un jour: Eric, elle gagne plus chaque jour que toi ou moi… à ( 40 à 50 euros par jour, donc plus que le smic, auxquels on peut certainement ajouter le RSA, allocs logements, et CMU (d’où les lunettes). Un jour je l’ai vue, je passais par là, se précipiter (sans la béquille qu’elle arbore pour faire la manche) de l’autre côté de la rue, pour aller saluer avec joie, deux jeunes hommes à bord d’une grosse BMW noire immatriculée en Bulgarie.

Incontestablement c’est la mode des cerclées partout et pour tout le monde (enfants et vieux compris). Mais y’en a toujours eu des cerclées ! J’ai même vu récemment à la télé Histoire, Léon Blum et…. Georges Guingoin (le pauvre grand résistant communiste, qui avait fait l’objet, après la guerre, d’un véritable procès de Moscou par le PCF, qui a fini par le “réhabiliter” en … 1998 ! Revoyez ou découvrez cette triste histoire sur ce wikipedia),  qui en avaient…

Bon, regardez les cerclées … J’ai changé mes lunettes il y a 6 mois, et j’ai pris , comme d’hab, les plus discrètes. Comme d’hab? Eh ben non! Revu cette foto (que j’aime bien bien, comme beaucoup d’entre vous le savent) : j’étais cerclé !!

Bon, c’est les vacances… EV

Partagez cet article

Eloge de Western Union

cliquez pour voir le site

Ça fait des années que j’envoie de l’argent en Afrique (en fait au Bénin), notamment pour payer le loyer de mon appartement situé dans le sympathique quartier Cotonou, Fidjrossé (non loin de l’aéroport, ça me change… ). Super efficace… Au début, voici plus de 15 ans, j’avais essayé avec  ma banque française: long et hyper couteux.  Avec Western, c’est hyper rapide : dans la seconde même : vous rentrez les coordonnées de votre bénéficiaire, vous recevez de suite un code que vous lui transmettez, et il va chercher de suite l’argent. C’est bien. Une vieille entreprise US (diligences !).  Voyez son wikpedia … Et, bien sûr, les Français (et les Européens) ne font rien… Ça me fait rire, quand j’entends les jalousies françaises sur les GAFAM…, sans parler du “GPS européen” Galiléo” (pauvre Galilée), dans les choux depuis…  Bon, heureux de renouer avec notre rubrique CONSO… Et attendez-vous à un article délirant sur… les lunettes cerclées de noir… EV

Partagez cet article

Le marché d’Aulnay élu plus beau marché d’Ile de France

voyez ce qu'en dit la mairie

Voici une bonne nouvelle. Dans le cadre du concours lancé par TFI “votre plus beau marché” (voir le site ici) , le marché d’Aulnay-sous-Bois a été élu plus marché d’Ile-de-France. C’est mérité je pense car je connais le marché, qui est effectivement très beau et bien achalandé. Voyez aussi l’article du Parisien, partenaire de TF1 dans le concours. Le marché est désormais en lice pour le concours national. Le plus beau marché de France sera désigné le  10 juin prochain. Votons pour lui (sur le site) ! EV

Partagez cet article

François Asensi ne veut pas d’Amazon à Tremblay

voyez en cliquant le communiqué du maire

On suivait ça depuis décembre. Le géant américain Amazon, en plein développement mondial comme chacun sait, souhaite (ou souhaitait) construire un entrepôt (il en a déjà un à Senlis  60) à Aérolians, zone d’activité située à côté de Paris Nord 2, sur le territoire de Tremblay-en-France (93) et aménagée par Grand Paris Aménagement (ex AFTRP). Mais le maire de la ville (ex PCF) ne veut pas (ou plus? ) en entendre parler. Il a publié hier un communiqué vengeur qui m’a fait sourire et m’a rajeuni, me renvoyant aux années 70… Et reproche à Amazon et aux autres GAFA de ne pas payer leurs impôts comme tous le monde en France. Et reproche à ladite Amazon d’ “imposer des conditions de travail indignes à ses salariés”.

Dans ce CP, le maire mélange optimisation et évasion fiscale, qui sont deux choses différentes. L’évasion, c’est de soustraire frauduleusement à ses obligations fiscales, l’optimisation, c’est se servir des outils légaux pour payer moins d’impôts (comme le font beaucoup, par exemple, pour déduire une garde d’enfant à domicile).

Les GAFA sont tout sauf bêtes… Et je conseille à François Asensi de rencontrer Bruno Le Maire, incroyable ministre de l’économie, qui fait du bla-bla sur les GAFA depuis des mois.

Amazon & co: jalousies françaises. Témoignage  hilarant d’une de mes voisines

Les “débats” chez nous sur les GAFA et assimilés, me font rire ou plutôt pleurer de rire. Il y a de la jalousie  chez nombre de Français, jalousie entretenue par quasiment tous les politiques. Amazon a été créée en 1994 par Jeff Bezos (l’homme le plus riche du monde en ce moment)à Seattel USA. Il vendait des livres par correspondance au début  et aujourd’hui il vend de tout, partout dans le monde. Je le sais car je m’en sers de plus en plus. Rien à dire, bons prix, service impeccable. Et de plus en plus de Français s’en servent, je vois ça notamment dans mon immeuble de Paris 20 (où les gardiens sont submerges par les colis “internet, Amazon, mais pas que). Il y a quelques jours, je rentre de courses et j’entends une habitante de mon immeuble demander (en s’inquiétant un peu, impatiente qu’elle était), si son colis était arrivé. On prend l’ascenseur ensemble… Je me permets de lui dire : Amazon, c’est bien et pratique. Ravie, elle dit oui tout de suite et se ravise en même temps: euh, non, ça fait du mal… Et voila.

En fait, c’est comme pour Windows (qui a transformé nos vies informatiques), Google, Facebook et autres. Tout le monde s’en sert et tout le monde les critique. En fait, c’est de la jalousie. Les Français, tout comme les Européens, ne sont pas capables de développer de tels outils (on attend toujours le GPS européen, depuis des années en “développement). Ça me fait penser aux Africains (francophones du moins) qui critiquent la France et ne sont pas capables de réaliser des choses simples qu’ils pourraient faire (je reviendrai plus tard sur ce sujet que je connais bien).  EV

voyez ça, c'est pas mal...
Partagez cet article

Ca bouge à Aéroville. Jérémy Desprets, son directeur, est nommé directeur du Forum des Halles

Jérémy (à gauche) et Dusan, son prédécesseur

Jérémy Desprets  était directeur d’Aéroville depuis juillet 2016 (revoir ici). Il a été nommé directeur du Forum des Halles de Paris ! Celui-ci appartient, comme Aéroville, au groupe Unibail Rodamco. C’est incontestablement une promotion (le Forum c’est pas rien…) pour ce jeune homme (38 ans), très talentueux (et agréable). J’aime ces entreprises où la promotion interne est possible et qui font confiance aux éléments de valeur, qu’ils savent détecter. J’en ai vu ! Je pourrais citer le secteur de l’hôtellerie (ex: j’avais connu un directeur de Sheraton Roissy, un Anglais qui avait débuté, tout jeune, comme cireur de chaussures dans un hôtel londonien) ou Fedex qui sait « faire monter ». Mais il y en a beaucoup d’autres…

Jérémy est remplacé par  Mlle Léa Henry De Villeneuve, dont on aura certainement l’occasion de vous présenter.

Félicitations aux deux ! EV

Partagez cet article

Eloge d’Elodie … et d’Aquarelle

voir leur site

J’ai bien calculé mon coup ! Jeudi dernier, 1/4 d’heure après qu’Élodie (maquettiste graphiste à l’agence RDVA) ait transmis le ficher définitif de la Carte du Grand Roissy à l’imprimerie, Aquarelle lui livrait le bouquet de roses que j’avais pris soin de commander la veille Un coup de chapeau donc à cette jeune femme, aussi talentueuse que sympa et patiente,  qui actualise la carte depuis plusieurs éditions. Et je peux vous dire que, graphiquement, c’est du boulot !

Aquarelle est une belle entreprise, dont les ateliers sont à Brasseuse (60) non loin de Roissy, le long de l’A1. Qualité, prix, délais, service et tout et  tout. Je me souviens être allé les visiter voici plusieurs années pour faire un reportage ( que je ne retrouve pas, grr…) sur eux dans Bénéfice.net . Belle organisation…

Si vous ne connaissez pas, je vous encourage à faire un essai. En plus ce qui est sympa, c’est que juste au moment où le bouquet est mis dans son carton, une foto du colis est prise et vous est envoyé par mail comme vous pourrez voir ici.   Et le bouquet le voilà, ci-dessous :

Oups! Retrouvé l’article sur Aquarelle Brasseuse ! C’était dans le Bénéfice. net 19 (2004 …) , pages 60/61. Ou en cliquant ci dessous :

Partagez cet article