Des photos en pagaille (ter)

Suite souvenirs donc. En haut notre stand à l’Aérosalon (2001), qui fut initié (heureusement) par Nouredine Cherradi, alors directeur du GIP Emploi CDG. Des succès ! A droite, c’est Nancy (une de mes ex.) et Lorraine, ma fille, venues donner un coup de main. Ah Bénéfice.net ! Quelle aventure et quel succès ! Du coup je repense au début à propos du titre avec le sigle euro (c’était le début de l’euro, et c’était aussi pour signifier qu’on avait pas peur de parler d’argent.)   Une personne (une femme) m’avait appelé pour me dire, violemment, que je n’avais pas le droit de mettre le sigle de l’euro… Comme quoi les conneries datent…

Rajout : retrouvé cette autre foto; au premier plan, c’est M. Cherradi, et la dame (lunettes) c’est Martine Vachoux (ADP). je suis toujours en contact avec eux…

Ci-dessous (en 2001 aussi) un lecteur, visiblement enthousiaste, lors d’une réunion du Lions Club (je ne sais plus lequel) où j’avais été invité pour présenter le mag. Sympa... EV

Partagez cet article

Éloge d’Émile Poisson (et bonnes surprises à son sujet)

Émile Poisson et ma copine dans son beau jardin, devant sa maison

Cette foto fait partie de mes souvenirs retrouvés. Je trouve utile d’en parler ici car ce Monsieur, Émile Poisson a été vraiment formidable dans sa vie. J’avais fait sa connaissance au Bénin (lors de ma “première période” comme j’aime l’appeler, 1981/86) par hasard. et on avait sympathisé. Il avait été un homme politique au Bénin (plutôt au Dahomey, l’ancien nom du Bénin).

J’étais allé le revoir lors de mon premier retour (joyeux) au Bénin, en 1992, dans sa belle  maison de Pahou, une petite ville non loin de Cotonou, sur la route de Lomé. Il nous avait invité à manger chez lui, avec ma copine de l’époque (foto) qui m’avait  accompagné. Grand moment ! Il est mort depuis, je ne sais pas en quelle année (né en 1907).

Du coup, j’ai repensé à lui (avec émotion) en voyant à nouveau cette foto, et je l’ai “googlisé” (merci encore à Google et à tous les GAFAM..). Je ne m’attendais à rien, mais bien surpris en découvrant ça : il a été en fait sénateur (au Sénat français) du Dahomey de 1947 à 1955 ! (merci au Sénat pour ses archives) !

Mais aussi … j’ai appris (tout ça il ne m’en avait pas parlé) qu’il avait été le premier ambassadeur du Dahomey (devenu indépendant) en  France (sur le site des archives nationales françaises, voir ici, merci à eux) . On peut le voir sur cette foto incroyable, présenter au général De Gaulle, à l’Élysée, ses lettres de créances.

à droite du Général, c’est Maurice Couve de Murville, alors ministre des affaires étrangères

Et aussi cette autre foto, où l’on voit le Général accueillir la délégation du Dahomey :

Bravo M. Poisson !!! EV

Partagez cet article

Eloge du Parisien

Mon titre me fait sourire,  quand je pense que, quand j’étais jeune, beaucoup à gauche (et chez les communistes particulièrement, dont moi) exécraient Le Parisien (à l’époque Le Parisien Libéré), jugé “réactionnaire”, pour le moins. Les temps ont changé, heureusement. Je pense depuis longtemps, à rebours, que c’est vraiment un excellent journal. Avec toujours des articles de qualité. Perso, je suis abonné à la version numérique (33.25 euros par mois, ce n’est pas cher), avec les pages départementales qui m’intéressent (voir la liste ci-dessus). et je peux voir le journal en entier. Je reçois chaque matin par mail les liens. Et des articles sont rajoutés plusieurs fois par jour, toujours bien écris (ts?). Ça m’intéresse et ça me sert beaucoup dans mon travail. Merci donc au Parisien et à ses journalistes régionaux (j’en connais quelques uns, tous sympas et très pros). EV

Partagez cet article

Le Colisée à nouveau en marche ?

cliquez pour tout savoir

C’est un vieux projet (2015 au moins, revoir ici), auquel François Asensi, maire de Tremblay, tenait (et tiens toujours) beaucoup. Ça a trainé, surtout pour des problème de financement. Mais c’est à nouveau à l’ordre du jour, grâce notamment à une délibération du conseil de territoire de Paris Terre d’Envol du 12 avril dernier ( dont une fonctionnaire m’avait “demandé” de ne pas parler (!).

Bon, ça reste une bonne nouvelle…  EV

Partagez cet article

L’emploi, priorité de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France

En ces temps difficiles pour l’emploi au sein de la zone aéroportuaire Charles de Gaulle, la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France (CARPF) intensifie les initiatives afin d’aider les personnes en recherche d’emploi. Ce coup de pouce concerne les demandeurs d’emploi fraîchement arrivés sur le marché du travail, mais également les salariés de longue date qui travaillaient sur l’aéroport et qui ont perdu leur emploi à la suite d’un licenciement économique. Pour ces derniers, une aide à la réorientation professionnelle est envisagée. C’est pour cette raison que depuis le 4 mai 2021, la CARPF, en partenariat avec l’association Créative, ont lancé l’opération « Tournée rebond – votre agglo vous accompagne », un bus marquant une quarantaine d’arrêts dans les villes et villages de l’agglo, à la rencontre des habitants, pour les informer sur l’emploi, la formation, la création d’entreprise ou la mobilité.

« Ces personnes, parfois plusieurs dans un même foyer, ne sont pas familiarisées avec les codes de la recherche d’emploi et des programmes d’aide existants. Nous, élus du territoire, sommes conscients de la nécessité d’anticiper les besoins et d’imaginer des solutions de proximité innovantes pour les accompagner », déclare Pascal Doll, Président de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France, dans le communiqué publié le 3 mai 2021.

L’opération s’inscrit dans le cadre du plan Covid que la CARPF a initié quelques mois après le début de la crise sanitaire. Un dispositif de proximité incluant deux tournées organisées en mai-juin et septembre-octobre, pour aller au-devant des habitants et répondre à leurs préoccupations. À son bord, différents partenaires spécialisés dans l’emploi, à la reconversion professionnelle et à la mobilité. Benoit Jimenez, Vice-président à l’emploi et la formation, ajoute : « Ces professionnels sont mobilisés pour : écouter, renseigner, orienter et, in fine, proposer un accompagnement à la fois psychologique et pratique pour permettre aux demandeurs d’emploi d’appréhender cette période. C’est à la fois du concret : s’inscrire à Pôle emploi, refaire son CV, postuler à des offres, etc. ; et de l’écoute pour les aider à se projeter dans l’avenir. »

Les dates de la première tournée sont : le 18 mai, de 10h à 13h, à Moussy-le-Neuf (mairie) et de 14h à 19h, à Othis (espace François Mitterrand) – le 20 mai, de 10h à 13h, à Longperrier (Parking du lycée) et de 14h à 18h, à Dammartin-en-Goële (mairie) – le 21 mai, de 16h à 19h, Survilliers/Fosses (gare RER D) – le 25 mai, de 15h à 18h, à Saint-Witz (parking du gymnase) – le 27 mai, de 10h à 13h, à Vémars (mairie) et de 15h à 18h, à Chennevières-lès-Louvres (mairie) – le 1er juin, de 10h à 13h, à Villeron (devant l’école) et de 16h à 19h, à Fosses (Place Jean Moulin) – le 2 juin, de 12h à 15h, à Roissy-en-France (mairie) et de 16h à 19h, à Roissy-en-France (Gare RER CDG RoissyPole) – le 3 juin, de 10h à 13h, de 14h à 17h, à Puiseux-en-France (mairie) – le 8 juin, de 10h à 13h, à Épiais-lès-Louvres (mairie). Les dates de la seconde tournée n’étant pas encore communiquées à ce jour, la CARPF et l’association Créative encouragent les demandeurs d’emploi à consulter régulièrement leur site internet afin de se tenir informer sur les dates à venir.

Pour rappel, les organismes, entreprises et collectivités du Grand Roissy proposent également des offres de stages, d’emploi, des contrats d’apprentissage via le site du Club des Acteurs du Grand Roissy, qui relaie régulièrement des annonces d’offres d’emplois sur cette page accessible ici. WM

Partagez cet article

Les bornes d’arcade fabriquées sur le territoire du Grand Roissy débarquent

« L’enfance ne se capture pas. Elle est dans l’enfant et elle meurt quand l’enfant grandit. Il faudrait empêcher l’enfant de grandir », voilà une bien belle citation de Claudie Gallay, tirée de son roman « Dans l’or du temps » publié en 2005. C’est la citation que la marque Borne to Play a choisi, écrite en tête du site internet, afin de représenter l’état d’esprit de cette dernière. Même si les paroles d’une chanson de Johnny Halliday, certes un peu modifiées, aurait aussi pu faire l’affaire : « Souvenirs, souvenirs. Je vous retrouve en mon cœur. Et vous faites refleurir. Tous mes rêves de gamer ». Borne to Play, créée en mars 2021, est une marque de l’entreprise Ebox, basée au Thillay et spécialisée dans les nouvelles technologies autour du digital, des réseaux informatiques et de la sécurité, dont un article était consacré à l’entreprise sur Roissy Mail, toujours disponible ici.

Avec cette nouvelle franchise, Ebox rajoute une corde à son arc, en proposant des bornes d’arcade entièrement personnalisables. Boutons, stickers, logos, overlay de menu, sonorisation, avec ou sans monnayeur… rien n’est laissé au hasard. Seule l’imagination du client est la limite. Pour le domicile, un hall d’hôtel ou une salle de repos, les bornes d’arcade de Borne to Play s’adressent à tout le monde. Outre-Atlantique, depuis quelques années, il n’est pas rare d’en apercevoir au sein des start-up. Celles proposées par Borne to Play, sont de fabrication 100% Grand Roissy en partenariat avec les entreprises Catalano et Roissy Copy, respectivement situées à Dammartin-en-Goële et à Moussy-le-Neuf. Une synergie d’entreprises locales qui élaborent un produit confectionné en circuit court. « Par ces temps compliqués, il était important pour Ebox de diversifier son offre. Créer la marque Borne to Play était comme une évidence après notre expérience acquise, au cours des dernières années, en matière de technologies électroniques et informatiques. Le secteur du divertissement est dominé par l’industrie vidéoludique. Nous ne voulons surtout pas passer à côté », déclare Jean-Christophe Puget, Directeur de la société Ebox.

Jean-Christophe (à droite) et Dany

« Notre produit s’adresse aux professionnels et aux particuliers. Nous proposons également un forfait location week-end pour les événements. Nous sommes très surpris par l’engouement des clients ayant vu et essayé nos bornes d’arcade. Ils ont les yeux qui brillent de pouvoir rejouer sur une machine qu’ils ont connu dans leur jeunesse. Aucune publicité n’a encore été faite, et pourtant, Borne to Play enregistre déjà une vingtaine de commandes », confie Dany Agez, responsable Développement chez Ebox.

Jouant la carte du retro gaming et de la nostalgie, les bornes d’arcade Borne to Play ne vont certainement pas en laisser plus d’un de marbre. En plus de la personnalisation, chaque borne d’arcade dispose d’un impressionnant catalogue de 5 000 jeux vidéo, comprenant de nombreux classiques tels que Street Fighter, Out Run Cannon Ball, ou encore Pac-Man pour ne citer qu’eux. Des milliers d’heures de jeu en perspective, qui vous transporteront assurément vers une ambiance 80’s. Pour acquérir une de ces bornes d’arcades et transformer votre salon ou votre salle de détente d’entreprise en Flynn’s Arcade comme le film Tron Legacy, il vous en coûtera 1 950 € HT. La formation d’utilisation est incluse dans le prix d’achat, sans supplément. Sur la boutique en ligne, vous trouverez une fonctionnalité inédite, la réalité augmentée afin d’intégrer la borne d’arcade dans votre pièce et de se projeter avant d’effectuer la commande.

En ce qui concerne le futur, les équipes de Borne to Play travaille déjà sur un autre projet, le flipper digital. Restant dans le même concept que les bornes d’arcade, les flippers digitaux de Borne to Play proposeront une sélection de plusieurs modèles jouables via des écrans, réunis sur une seule machine. Les aficionados de pinball et de gaming n’ont pas fini d’être rassasiés.

Pour les intéressés qui souhaiteraient découvrir les produits de la marque Borne to Play, où simplement demander un complément d’informations, vous pouvez visiter le site web https://www.bornetoplay.fr/. WM

 

Partagez cet article

Enfin un peu de bonheur…

J’ai fini de lire ce livre du général de Villiers (ancien chef d’Etat Major des armées), paru en octobre dernier.Et bien je peux dire que ça a été de grands moments de bonheur. Il passe en revue toutes les questions françaises, sans langue de bois. Il met en garde : si la France et les Français ne changent pas, les choses ne vont pas s’arranger, voire empirer. Et il trace des pistes, positives et détaillées. Du bonheur, je vous redis. Je conseille à tous de le lire. Voyez la présentation qu’en fait son éditeur, Fayard, en cliquant ici. EV

 

Partagez cet article

Des vœux originaux à Roissy-en-France

En ces temps de crise , les cérémonies traditionnelles des vœux municipaux, tant prisées d’habitude, ne sont pas possibles. Beaucoup de maires sont passés par des vidéos sur les réseaux sociaux (facebook principalement) pour exprimer leurs vœux.

La commune de Roissy-en-France a fait plus: la municipalité a organisé des vœux originaux : elle a convié les habitants (eux et seulement eux, pas de presse, pas de personnalités) à venir les 8 et 9 janvier, place du Pays de France. A cette occasion, un coffret avec stylo clé USB présentant le film bilan 2020 de la commune et chocolats ont été remis. Il y a eu beaucoup de monde m’ont dit plusieurs personnes,

intéressant, vous pourrez visionner le film bilan en cliquant sur ce lien EV

Partagez cet article

FedEx propose son Hub Tour 2021 en virtuel

Au premier plan c’est la zone d’activité du Moulin, Fedex est juste  en face, sur l’emprise aéroportuaire

Installé depuis 1999 sur la plateforme aéroportuaire Roissy Charles de Gaulle, le hub de FedEx a bien évolué en deux décennies. Pouvant, à ses débuts, traiter une capacité maximale de 24 000 colis par heure, le site a accueilli un nouveau bâtiment de 47 000 m² en 2020, équipé d’un système de tri automatisé de pointe, augmentant ainsi la capacité de tri de 46% et passant à 68 000 pièces par heure (46 000 colis et 22 000 petites boîtes / documents). Le hub de CDG, qui compte 2 500 employés et traite 1 200 tonnes de fret par jour, est le plus grand hub FedEx se trouvant en dehors des États-Unis avec une superficie de 45 hectares. Côté du trafic aérien, le hub de CDG enregistre 327 mouvements hebdomadaires, provenant du monde entier, avec une flotte d’avions se voulant hétéroclite allant des ATR-42 aux Boeing 777, en passant par des MD-11 et des Boeing 757.

Généralement habitué à organiser un Hub Tour tous les ans. FedEx CDG s’est adapté à la situation sanitaire actuelle pour cette édition. L’entreprise propose cette année un Hub Tour virtuel, accessible via une vidéo sur YouTube disponible en cliquant sur ce lien : https://www.youtube.com/watch?v=sYk-QE0uhIY.

Pour 2021, le hub FedEx de CDG continue de s’agrandir avec la création d’un nouveau bâtiment Heavyweight (fret lourd) d’une surface de 4 500 m2, augmentant le nombre total du flux de traitement des colis de 46 à 83. Également cette année, une extension du bâtiment pour les produits dangereux verra le jour, multipliant par trois la capacité de tri. Un développement de son site de Roissy CDG, qui contribue au maintien de sa place de leader mondial du fret aérien avec un chiffre d’affaires ayant progressé de 14,9%, à 117,7 milliards de dollars en 2020, selon l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA). Une hausse principalement venue avec le changement des habitudes des consommateurs, privilégiant les commandes sur internet pendant la pandémie de COVID-19.   WM

C’est une ruche !

l’avis d’EV

Quelle belle entreprise ! Que je connais ici depuis ses tous débuts. Faites Fedex dans le moteur de recherche de Roissymail (en haut à gauche, puis tapez entrée) et vous verrez plein d’articles sur l’entreprise.

Partagez cet article

Châtenay-en-France a (re) planté des arbres ! Mais après…

C’était il y a quelques jours. J’avais piqué cette foto sur le facebook d’Anthony Arciero, conseiller départemental du Val d’Oise (à gauche sur la foto) car je l’avais trouvée pas mal. Le maire de Châtenay-en-France (95), Jacques Renaud, (au milieu) avait décidé de faire planter 60 tilleuls sur la RD 9, qui traverse ce beau village de 75 habitants.La dame que l’on voit ici est la directrice de l’entreprise d’espaces verts de Domont qui a fourni et planté les arbres.

C’ est elle qui a été assassinée quelques jours après. J’en ai été, comme tous, profondément affecté, au point d’avoir mis plusieurs jours à écrire ces lignes. Je reviendrai sur  Châtenay plus tard. EV

Partagez cet article

Zahra est la nouvelle présidente de l’Association des hôteliers du Grand Roissy

Et ce depuis début octobre… Zahra Rahmoune Dali (que j’aime beaucoup) est la directrice de l‘hôtel Campanile (le plus grand de France, 269 chambres, 3 étoiles) de Roissy-en-France depuis 2011. L’association réunit en fait non seulement les hôtels de Roissy, mais aussi plusieurs  autres dans l’ensemble du  Grand Roissy.

Bonne occasion de rappeler que Zahra a plein de sœurs qui travaillent aussi dans l’hôtellerie ! Revoyez- ça dans l’article ci-dessous, ce n’est banal…  A noter, je viens de l’apprendre, que sa soeur Halima, qui était directrice de l’Holiday Inn de Roissy, a récemment démissionné pour se mettre à son compte. On en saura plus…  EV

 

Halima et ses soeurs : une étonnante “fratrie” hôtelière !

Partagez cet article

Télétravail : LE livre à lire !

Je le dis sans ambages, ce livre d’actualité est tout simplement magnifique, à tous points de vues. Il a été écrit par Patricia Wendling, spécialiste des relations au travail. J’avais reçu, voici quelques semaines, un mail prévenant de la parution du livre. Qui m’intéressait d’autant plus que je dois écrire un article sur le télétravail (moi qui télétravaille depuis plus de 4 ans, j’ai des choses à dire…). J’ai appelé Patricia et elle m’a envoyé son livre. Que j’ai lu avec délectation. D’abord c’est bien écrit, clairement, bien documenté et illustré d’une manière sympa.

Sont passées en revue les situations, que ce soit pour les salariés que pour les managers. Avantages, inconvénients, conseils. Elle connait son affaire , j’en témoigne. Je me suis bien retrouvé dans tout ça. Et même appris des choses !

De quoi m’encourager à terminer mon article témoignage sur mon télétravail (j’ai procrastiné… la procrastination est aussi un effet du télétravail, mais ça se combat).

D’où cet article ici pour vous encourager à lire le livre.  Vous pourrez le commander en broché ici. Et en format Kindle ici. EV

Partagez cet article

L’Iron Motors a plus que jamais la cote auprès des aficionados de motos

 

Pendant le week-end du 17 et 18 octobre 2020, au Circuit Carole à Tremblay-en-France, l’Iron Motors, événement rassemblant les passionnés de motos anciennes et de prototypes café racer, a réussi son pari malgré les circonstances sanitaires qui ont eu raison de nombreuses manifestations, depuis mars. Se déroulant habituellement tous les ans, au printemps, les organisateurs de l’Iron Motors ont dû s’adapter rapidement afin que cette édition voit le jour pour pouvoir accueillir ses visiteurs et ses exposants en toute sécurité. Dans ces initiatives permettant d’être en adéquation avec la réglementation en vigueur, l’utilisation d’une billetterie uniquement accessible via internet, limitant les interactions entre les personnes, ainsi que le nombre de visiteurs présents pendant le week-end de l’événement.

Autrefois nommé l’Iron Bikers, comme le rappelle cet ancien article de Roissy Mail au cours de l’édition 2018 consultable ici : https://www.roissymail.fr/2018/03/16/iron-bikers-une-huitieme-edition-bouillonnante-a-carole/, l’Iron Motors a été accueilli avec enthousiasme par les motards et les passionnés de motos de caractère, qui ont vivement répondu à l’appel. Existant depuis 2011, l’Iron Biker s’est fait sa place dans le paysage motocycliste français, devenant un événement incontournable à l’instar des championnats Promosport et Open de vitesse. Mais ici, pas d’arsouille ou de compétition, juste la passion, que ce soit pour les expositions ou pour les roulages sur la piste du circuit, s’apparentant plus à des séances d’exhibition.

Son fondateur, Nicolas Sonina, (photo) âgé de 61 ans et toujours autant passionné, déclare : « Nous sommes très heureux que cette édition se soit réalisée. Nous remercions nos partenaires qui nous accompagnent et qui nous ont fait confiance. L’Iron Motors est destiné à une clientèle de passionnés, et je les remercie de leur présence. Après cet événement, il n’y a plus rien. C’est le dernier de l’année en ce qui concerne le Circuit Carole. D’où l’importance qu’il se fasse ».

Du côté des chiffres du week-end, l’Iron Motors, limité par la réglementation sanitaire pour toutes les manifestations, devra se contenter du millier de visiteurs, loin des 4 à 5 000 accueillis durant les week-ends des précédentes éditions. Ces derniers ont pu profiter d’une trentaine d’exposants, habituellement au nombre d’un centaine, tels que Génération Scrambler, Indian, Harley-Davidson, Royal Enfield, BMW, Cohen Jean Vintage, V Helmets Custom… et d’une dizaine de club comme le CB 750 Club, Ducati Perfomance Club, Green Racing Team, Paris Classic Riders ou le Vmax Club pour ne citer qu’eux. Les visiteurs ont pu également se restaurer auprès de quatre stands prévus à cet effet.

Cet Iron Motors 2020 s’est déroulé dans une ambiance bon enfant, faisant oublier le temps d’un week-end l’actualité moribonde de ces derniers mois. Déambulant sur le paddock, chaque pas emmène les visiteurs de découverte en découverte, allant de modèles anciens de customs aux machines 2-temps de Grand Prix, en passant par de nombreux prototypes dans un style café racer. De véritables œuvres d’art mécaniques qui ont traversé les époques pour mieux se laisser admirer par les contemporains. Les animateurs rappelaient fréquemment aux visiteurs, via les haut-parleurs, de porter le masque même si tout le monde respectait déjà les règles. De mon point de vue, c’était une bonne expérience. Et quel plaisir de voir des gens discuter, échanger et passer un bon moment autour d’une passion commune !   WM

 

Partagez cet article

Le Golf International de Roissy a cartonné pour sa première journée d’activités

Dès son premier jour d’ouverture, le vendredi 18 septembre 2020, le Golf International de Roissy a accueilli de nombreux clients, venus entre amis pour découvrir et pratiquer le parcours 18 trous ou simplement venus en famille au restaurant afin de passer un bon moment sur la terrasse. Cela pouvait se voir dès le parking, où ce dernier était quasiment complet au niveau du stationnement. A l’entrée du bâtiment principal, plus communément appelé Clubhouse, vous y trouverez un grand hall disposant d’un style épuré avec quelques plantes dispatchées de ci de là. Au fond, se trouve l’accueil avec le comptoir pour réserver ou valider votre réservation préalablement effectuée sur le site https://jouer.golf/golf/ugolf-golf-international-de-roissy/. Sur quelques murs et devant la baie vitrée, trônent divers articles de golf comme des chaussures et des équipements, tous achetables au comptoir de l’accueil.

Ensuite pour se rendre au restaurant, un couloir, arborant une fresque murale avec les photos des personnes ayant contribué à la réalisation du projet tels que André Toulouse et Patrick Renaud pour ne citer qu’eux, sépare les deux salles. Le restaurant est très aéré, autant en espace qu’au niveau de la vue panoramique qui domine une partie du parcours 18 trous. Sur le côté, une porte donne accès à la terrasse. Pour les tarifs, une formule Entrée + Plat ou Plat + Dessert vous coûtera 24€ par personne (hors boisson). Si vous choisissez la formule complète Entrée + Plat + Dessert, vous devrez compter 29€ par personne (hors boisson). Au menu, dos de cabillaud à la plancha, suprême de volaille, épaule d’agneau confite, entrecôte poêlée à la plancha. Mais les amateurs de grands crus seront certainement au paradis avec une carte des vins digne des plus grands restaurants, comme avec le Saint-Émilion Grand Cru AOC, Château Bellerose 2017 ou le Margaux AOC, Château Giscours, 3e Cru classé en 1855 et 2015.

Globalement, j’ai apprécié l’endroit. Le personnel est à l’écoute et fort sympathique, au restaurant comme pour la partie golf. Les clients que j’ai croisé sur le practice et le parcours 18 trous sont des habitués de ce sport. On sent la passion qui les anime, allant de la concentration la plus intense aux tractations et autres charriages sur une mauvaise performance, tout en restant bon enfant et fair play. Les amoureux de la nature, quant à eux, pourront se promener gratuitement, tout autour du golf, sur les chemins prévus à cet effet. Malgré une pelouse un peu trop sèche à certains lieux, durement éprouvée par la sécheresse de ces derniers temps, j’en conclus que ce Golf International de Roissy est un bien bel endroit et que c’est une très bonne idée de l’avoir réalisé, afin d’augmenter l’attractivité du territoire et l’offre de service en matière de loisirs. Une véritable valeur ajoutée mélangeant sport, gastronomie et nature.

Vous pouvez consulter la grille des tarifs 2020, abonnement au mois ou l’année, en cliquant sur ce lien : https://jouer.golf/content/uploads/2020/09/tarifs2020-roissy.pdf. WM

Partagez cet article