Dernières nouvelles sur le développement de la ZAC Sud-Roissy

En étude depuis 2007 par la ville de Roissy-en-France, en partenariat avec la SEMAVO, la construction de la zone d’activités commerciales semble se préciser. Située au Sud de la commune, la surface totale allouée à ce projet de développement est de 10 hectares. L’aménagement, en ce qui concerne la création de voirie et la viabilité des parcelles de chantiers, représente un coût de 25 millions d’euros d’investissement. Le projet comporte un programme de surface de plancher (SDP) de 75 000 m², comprenant de l’hôtellerie, des commerces, des bureaux et un village automobile premium. Un grand projet économique et social, créateur d’emplois. Le début des travaux étaient initialement prévus pour la fin de l’année 2019, mais ce dernier accuse un retard de quelques mois sur le planning. Cependant, comme ont pu le constater les habitants de Roissy-en-France et les usagers de la D902A qui passent devant, les engins de chantier ont fait leur apparition sur le site Sud-Roissy au cours de l’automne 2020. L’aboutissement de ce projet de développement est, quant à elle, prévue pour 2026-2027.

le futur APPART HOTEL

Avec notre article publié le 29 novembre 2020, disponible ici, les lecteurs de Roissy Mail ont pris connaissance du premier bâtiment qui s’implantera au sein de la ZAC Sud-Roissy. L’hôtel Eklo, un établissement de 330 lits pour 150 chambres, élaboré par l’Atelier d’Architecture Delannoy & Associés (AADA), et développé par les promoteurs PM3C et AURIEL, devrait accueillir ses premiers clients pour 2022. Son coût est estimé à 4,5 millions d’euros. Dans la continuité, en seconde implantation, deux résidences hôtelières nommées Stay City (265 chambres) et Appart Hôtel (213 chambres), qui comprendra également 400 m² destinés à la création d’un restaurant et de commerces, pourraient ouvrir pour 2022-2023. La conception de ces deux résidences hôtelières a été confiée au Groupe d’architecture EAI et au promoteur Océanis, représentant un coût de construction de 19 millions d’euros pour Stay City et 10 millions d’euros pour Appart Hôtel. Ces deux résidences hôtelières tablent sur la création d’une centaine d’emplois.

Les futurs hôtels Westin et Alof

Toujours en ce qui concerne l’hôtellerie, la construction de deux hôtels de classe Mariott, Westin et Aloft, qui auront une capacité totale de 280 chambres et disposeront d’un restaurant-terrasse, le Babette-Roof top-Coworking. Ce complexe hôtelier devrait pouvoir créer environ 350 emplois à terme, à lui seul. D’investissement global d’approximativement 180 millions d’euros, ces deux hôtels mitoyens sont imaginés par les bureaux d’architecture Artbuid et développé par le promoteur Groupe Edouard Denis. Aucune date n’est communiquée pour le moment, en ce qui concerne le début et la fin des travaux.

le futur village automobile

Ensuite, situé proche du Rond-Point de la Clé de France, l’implantation d’un village automobile premium regroupant les marques du Groupe ABVV, Volvo, Jaquar et Land Rover, dont l’ouverture prévue est courant 2023. Le bâtiment, au design futuriste, est dessiné par l’Atelier d’Architecture Equator et développé par le promoteur Groupe ABVV, « himself ». Le montant du financement de ces nouveaux locaux est estimé à 10 millions d’euros. Du côté des emplois, 43 personnes travailleront dans ce village automobile premium, pour la plupart transférés de la concession Volvo de Gonesse et des locaux ABVV de Roissy-en-France, actuellement situés au 1 Avenue Charles de Gaulle, non loin du siège de la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France.

Enfin, à ce jour où vous lisez ces lignes, nous n’avons pas d’informations à vous communiquer au sujet des futurs bâtiments qui serviront de bureaux, ainsi que des entreprises qui en auront fait l’acquisition. Roissy Mail ne manquera pas de vous en informer, dès que cela sera possible. En attendant, vous pouvez toujours découvrir ou redécouvrir l’agence en charge du projet de la ZAC Sud-Roissy, la SEMAVO. C’est pour disposer d’un outil au service du développement du Territoire que le Département du Val d’Oise a créé la SEMAVO en 1969. Constituée de 11 employés, la SEMAVO a sa tête depuis plusieurs années en tant que Président, Philippe Sueur, également Maire d’Enghien-les-Bains et 1er Vice-président du Conseil Départemental du Val d’Oise. Afin de prendre connaissances des projets réalisés de 1969 à nos jours, une vidéo de rétrospective des activités de la SEMAVO a été récemment publiée sur la chaîne YouTube de l’agence, disponible ici. Bon visionnage ! WM

 

Partagez cet article

Dernières nouvelles des bâtiments construits par SEGRO dans la ZAC du Moulin

Le mardi 19 novembre 2019, au cœur de la ZAC du Moulin se trouvant en face de FedEx, au 1 et 5 Rue du Meunier, Roissy Mail avait couvert l’événement de la pose de la première pierre des bâtiments, en compagnie d’André Toulouse, ancien maire de Roissy-en-France, de Patrick Renaud, président de la Communauté d’agglomération Roissy Pays de France au moment des faits, de David Gallienne, président du Groupe Foncière du Huit, et de plusieurs représentants de Grand Paris Aménagement. L’article de cet événement est disponible ici : https://www.roissymail.fr/2019/11/24/david-gallienne-a-clos-la-zone-dactivite-du-moulin/.

11 mois plus tard et ayant accusé un léger retard de livraison à cause de la crise sanitaire de ce printemps, les deux bâtiments construits et géré par SEGRO, imaginés par le Groupe Franc Architectures, ont accueilli leurs premiers occupants. Chacun des deux bâtiments possède une surface bureaux et entrepôts de 5 252 m², répartie sur 4 cellules bureaux rez-de-chaussée + 1er étage de 248 m² et 4 cellules entrepôts de 1 065 m². Totalisant pour les deux bâtiments, une surface d’activités de 10 504 m² sur un terrain de 20 000 m² en comptant les parkings et les espaces verts. Un troisième bâtiment, dont le chantier n’a pas encore commencé, verra le jour dans le futur, mettant ainsi un terme à l’aménagement de la zone d’activités commerciales du Moulin qui aura duré pendant deux décennies.

Pour l’année 2020, SEGRO France, en prenant en compte le projet SEGRO Park Roissy, ainsi que les projets SEGRO Park Massy et SEGRO Park Collégien, la société d’investissement et de développement immobilier a porté son portefeuille de parcs d’activités à plus de 220 000 m² en Île-de-France.

Au moment où ces lignes sont écrites, le bâtiment 1 a trouvé acquéreur et 1 locataire. Parmi ces entreprises ayant pris possession des lieux, Guez Père & Fils SAS (https://www.univers-decor.com/), Univers Bagage SAS (https://www.depeek.com/), Lanco (entreprise d’import-export) et Cinodis Groupe C2C (https://www.cinodis.fr/). Contacté par Roissy Mail lors d’un entretien téléphonique, Cédric Collet, président du Groupe C2C, déclare : « Nous sommes très satisfaits de l’acquisition de nos nouveaux locaux sur la ZAC du Moulin. A ce jour, nous y sommes bien installés et contents d’être présents sur ce site ».

En ce qui concerne le bâtiment 2, trois lots sur les quatre restent encore disponibles à la location. Les intéressés pourront contacter Gauthier Sirjean, agent immobilier SEGRO, au 01.56.89.31.33 ou en remplissant le formulaire via cette page web : https://www.novaloca.com/industrial-unit/to-let/roissy-en-france/segro-business-park-roissy/170958?search=true.  WM

Partagez cet article

Où en est la ZAC AeroliansParis à Tremblay-en-France ?

Depuis 2013, date de début des travaux, AeroliansParis, opération encadrée par l’agence Grand Paris Aménagement (GPA) en partenariat avec l’établissement public territorial, Paris Terres d’Envol, dispose d’une superficie de 198 hectares. Située sur la commune de Tremblay-en-France (93), aux portes de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, la ZAC AeroliansParis a pour but, selon GPA, se renforcer le positionnement compétitif de la plateforme aéroportuaire en structurant l’espace francilien, autour d’un territoire moteur en matière de développement. L’opération prévoit à terme d’accueillir 850 000 m² d’entreprises internationales, plus de 240 000 m² de commerces et comptoirs, 2 hôtels et 7 restaurants. Le projet comptera, également, la création d’une salle alliant complexe sportif et événementiel de nouvelle génération, ainsi qu’une extension majeure du parc des expositions Paris Nord Villepinte (PEX). La future ligne du Grand Paris Express – Ligne 17, qui devrait être mise en service en 2030, passera au milieu d’AeroliansParis. L’arrêt le plus proche, pour accéder à la zone d’activité, sera où se trouve l’actuelle gare Villepinte-Parc des Expositions du RER B. En ce qui concerne l’emploi, les prévisions annoncent la création de 10 000 à 15 000 emplois sur l’ensemble du site AeroliansParis. La fin des travaux est prévue, initialement, pour 2033, mais des retards pourraient avoir lieu, étant donné la situation sanitaire actuelle et le ralentissement de l’économie mondiale.

L’Association Syndicale Libre, AeroliansParis Gestion, dont le site internet est consultable ici : https://www.aeroliansparis-gestion.fr/, s’occupe du développement de la ZAC AeroliansParis, mais aussi de celle de Paris Nord 2. Claire Dürr, chargée de communication, déclare : « Paris Nord 2 et AeroliansParis, 2 territoires limitrophes, une démarche similaire et une ambition partagée. Cela a été le point de départ de la convergence des 2 sites, que ce soit sur le plan de la gestion, des services et d’un avenir commun. C’est donc un Centre de Gestion unique qui anime les 2 parcs et dynamise la vie des entreprises et de leurs salariés pour favoriser leur bien-être au travail : petits-déjeuners conférences, course de relais, crèche interentreprises, club de sport, institut de beauté, centre automobile, instituts de formation… ».

Retour sur les dates clefs et les dernières nouvelles de la ZAC AeroliansParis, en ce mois de septembre 2020.

En 2016, les premiers bâtiments ont été livrés à l’entreprise de fret express TNT, réalisés par l’entreprise de promotion immobilière, Barjane. 2018 est une année importante avec l’ouverture du centre d’échanges Paris Asia Business Center, dont les premières livraisons avaient eu lieu dès l’automne 2017, renommé Silk Road Paris par la suite, comme l’évoque cet ancien article de Roissy Mail sur le sujet : https://www.roissymail.fr/2018/12/15/paris-asia-se-dote-dune-marque-silk-road-paris/. Une nouvelle étape est franchie en 2019, avec la livraison de la première phase du Spirit Business Cluster, construit par le promoteur immobilier Spirit, prévoyant d’accueillir entre 50 à 80 entreprises sur les 70 000 m² de la zone d’activités. A ce jour, de nombreuses entreprises ont déjà pris place sur le site d’AeroliansParis dans les locaux aménagés par Barjane, Spirit et Silk Road Paris, telles que Daher Dassault, Packdis, Manuloc, Barjane, FC Logistique, Sotracom Air Transit, E.P.S.P, Super Trading, FTL Express, Logitax, Eoletec, TNT, ArchiFrance… dont vous trouverez l’annuaire des entreprises installées sur les parcelles de la première phase de commercialisation, via le lien : https://www.aeroliansparis-gestion.fr/annuaire-entreprises/annuaire-interactif/. De cette première phase, il reste actuellement trois emplacements de construction, 77 000 m², 28 000 m² et 60 000 m² qui doivent trouver acquéreurs, situés au sud de la RD40.

La deuxième phase de commercialisation, dont les dates ne sont pas encore communiquées, regroupe quatre parcelles, 92 000 m², 43 000 m², 62 000 m² et 32 000 m². Elles se trouvent sur les terres de l’actuel Circuit Carole. Ce dernier devrait être déplacé, mais c’est là que les difficultés à la réalisation du projet AeroliansParis commencent. En effet, le déplacement du Circuit Carole est une histoire s’apparentant à un serpent de mer. Depuis une dizaine d’années, les tractations et propositions pour choisir un nouveau site, vont bon train. François Asensi, maire de Tremblay-en-France, avait  proposé un nouvel emplacement à l’est du Vieux-Tremblay, le long des pistes et de la Route Périphérique S. Le projet d’un nouveau circuit est actuellement en attente et aucune avancée ne semble pointer le bout de son nez. Les motards peuvent encore profiter et poser leurs sliders sur la parabolique, en toute tranquillité pour les prochains mois, voire pour quelques années.

Autre projet sur AeroliansParis qui rencontre des difficultés de réalisation, le Colisée, salle polyvalente sportive et culturel de 10 000 places, avec une extension modulable de 1 500 à 1 800 places supplémentaires, un pré-show et un parvis dédiés à la convivialité et à l’animation du site, des espaces d’animations et de restauration accessibles à tous les publics en journée et en soirée, ainsi que des salons de réception modulables pour accueillir des événements d’entreprises ou encore des expositions temporaires organisées par des associations locales. Le Colisée, imaginé par les bureaux d’architectes Archis Populous et X-Tu, aurait déjà dû sortir de terre pour 2021, se voulant un site stratégique pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024.. « Nous avons besoin d’un minimum de 45 millions d’euros de financement public pour équilibrer le projet », déclarait le maire de Tremblay-en-France en 2018, au Journal du Grand Paris, dont l’article est disponible ici : https://www.lejournaldugrandparis.fr/tremblay-france-trimestre-decisif-colisee/. Malheureusement, rien ne semble avoir bougé en 2020. Récemment contacté par Roissy Mail, François Asensi dit que les résultats de l’appel d’offre pour sa construction  seront connus le16 octobre prochain. C’est un projet qui lui tient à cœur !   Il ne désespère  pas de voir la salle du Colisée être réalisée sous ce mandat. En attendant, on  peut toujours regarder la vidéo promotionnelle de GPA pour se faire une idée du projet : https://www.youtube.com/watch?v=PwDlrqFIeEg.   WM

L’avis d’EV

Bien compliqué ce dossier de Colisée …

Partagez cet article

Le hub DHL Express de CDG prévu pour l’automne 2021

Cela fait depuis 2016 que l’entreprise de fret et de livraison allemande annonce la création d’un hub sur la plateforme aéroportuaire. Il prendra enfin place dans la zone Cargo 7 de l’aéroport CDG, sur les terres de Tremblay-en-France. Ayant répondu à la forte demande du secteur au cours de la dernière décennie, s’établissant à +8% rien que pour le territoire Paris Île-de-France. DHL anticipe l’avenir avec la création de ce nouveau hub, cherchant également à améliorer le transit vers les départements et l’Outre-Mer. Cette hausse est la conséquence directe de l’augmentation du e-commerce et de l’explosion du commerce international.

Malgré de nombreux investissements ces dernières années, présente dans la zone technique et dans la zone cargo 4, l’entreprise de logistique allemande compte affirmer sa position de numéro 1 mondial, s’établissant à plus de 28 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2019, selon le classement du cabinet Armstrong & Associates .

voici ce que ça va donner

D’une superficie de 91 000 m², regroupant logistique et bureaux, ce hub « XXL » prévoit un flux de traitement de 34 000 colis à l’heure, via une trieuse automatisée dernière génération. Le projet, qui était investi à hauteur de 100 millions d’euros en 2016, puis 150 M€ en 2018, est finalement annoncé à 170 M€ d’investissement en 2020. Le Groupe GSE est chargé de la construction, avec en maîtres d’œuvre les entreprises Damlia Propco et DHL Aviation. L’architecture du hub est, quant à elle, attribuée à Atelier M3. L’imposant bâtiment est actuellement en cours de réalisation, reconnaissable à sa couleur jaune, situé juste en face des locaux de WFS. DHL prévoit l’ouverture de son futur hub pour octobre 2021. WM  

Partagez cet article

Stéphane Girard a quitté Hammerson pour Mercialys

C’est effectif depuis le début du mois: Stéphane Girard a quitté la foncière Hammerson (où il était directeur exploitation et relations institutionnelles) pour rejoindre Mercialys, une autre foncière spécialisée dans les galeries commerciales, pour y occuper le poste de directeur du développement et des relations institutionnelles. Un évolution de carrière, à 51 ans…  Il avait été successivement directeur de la mission locale d’Aulnay-sous-Bois, en 1993, puis directeur du développement économique de la ville en 1994. C’est à ce moment que je l’ai connu. Puis en 2008 il a été embauché par Hammerson (le gestionnaire du centre commercial O’parinor d’Aulnay). Il a été nommé directeur du centre 3 Fontaines (géré aussi par Hammerson) à Cergy et ensuite, en 2009 directeur exploitation  et RI.

On est toujours resté en contact. L’an passé encore, on avait déjeuné près de chez moi (voir ci-dessous) . C’est un gars très intéressant, sympa, et plein de ressources (et il a une bonne gueule), passionné par le développement territorial. Quand j’ai reçu la nouvelle de sa nomination, je l’ai appelé pour commentaires. Toujours un bon moment. On doit se revoir … après le confinement ! EV

cliquez pour voir …

 

Partagez cet article

Le Groupe SEGRO s’installera dans la zone d’activités A Park du Thillay

cliquez pour tout voir l’état de la commercialisation

  Le 27 février 2020, dans un communiqué de presse, le Groupe SEGRO annonce avoir signé un contrat VEFA (vente en futur d’achèvement) avec Linkcity Île-de-France, Semavo et Portica, pour la construction d’une zone d’activité de 22 000 m², s’étendant sur 5,4 hectares et qui regroupera quatre bâtiments modulables et divisibles, à destination des entreprises de toutes les tailles (PME/PMI, start-ups, multinationales…). Ce projet, baptisé SEGRO Park Le Thillay, sera conçu par le Groupe Franc Architectures.

A Park est situé à proximité du plus important hub de transport aérien européen, proche d’axes routiers desservant les aéroports de Charles-de-Gaulle et du Bourget, de sérieux atouts qui peuvent convaincre les futures entreprises de s’implanter sur le site. Pour rappel, le pôle tertiaire A Park est le premier parc d’activités à avoir reçu le label « Grand Paris », affichant une surface de 27 hectares. A Park est également membre d’Aerotropolis by Roissy Dev.

le chantier Segro

SEGRO Park Le Thillay s’ajoutera aux deux récentes constructions voisines, le premier étant un bâtiment d’activités de 6 100 m² destiné à la société foncière Proudreed, nommé Parc de l’Oiseau Blanc, inauguré le 8 juillet 2019, et le second, une messagerie de 20 000 m² acquise par La Poste, qui sera officiellement en service au premier trimestre 2021. A vrai dire, pour le moment le quartier est très calme, aucune entreprise est active dans ces nouveaux locaux.

La zone d’activités du Thillay est labelisée BREEAM, standard de référence en termes de construction durable, voulant apporter aux usagers un cadre de travail de qualité, aussi bien qu’au niveau des services comme avec une conciergerie, qu’au niveau environnemental, entourée par près de 250 arbres et 1000 arbustes.

Les travaux, menés par les équipes Génie Civil Industriel & Environnement de Brézillon, seront réalisés en deux phases, le début de la première étant prévue en novembre 2020. Le chantier se veut résolument innovant, puisque le groupement a fixé une exigence élevée pour ce projet pilote, avec pour objectif le « zéro déchet ultime ». A ce jour, les travaux de terrassements ont commencé pour le SEGRO Park du Thillay. La livraison de la première phase de bâtiments est prévue pour le 4ème trimestre 2020 et concernant la deuxième phase, 4ème trimestre 2022, selon Nicolas Marragou, responsable de programmes immobiliers chez Linkcity Île-de-France. WM

Partagez cet article

Amazon à Survilliers : ça marche !

Il est ouvert depuis septembre dernier (on avait oublié d’en parler ici, c’est pas bien…). Voici le communiqué d’Amazon que nous avions reçu en juillet dernier :

“Amazon va ouvrir en septembre 2019 un centre de tri de 24 000 m2 à Survilliers (Val-d’Oise). Ce site va générer la création de plus de 100 nouveaux emplois en CDI dans la région. Ces emplois s’inscrivent dans le projet déjà annoncé par Amazon de créer 1 800 nouveaux emplois en CDI en France en 2019, ce qui fera passer les effectifs de 7 500 collaborateurs à plus de 9 300 collaborateurs d’ici la fin de l’année.

Le site de Survilliers assurera le tri des colis en provenance du réseau de distribution d’Amazon avant leur expédition vers les centres de livraison urbains, puis leur collecte par les chauffeurs pour livraison auprès des clients.

« Nous sommes heureux de créer 100 nouveaux emplois en CDI à Survilliers dans le cadre du développement de notre réseau de transport », déclare Dennis Oates, Directeur Europe Programmes et innovation pour les Centres de tri.« Ce centre de tri viendra renforcer la chaîne logistique, permettant d’assurer des livraisons rapides et fiables, ce qui constitue un facteur de satisfaction et de confiance pour les clients Amazon. Notre objectif est de proposer la meilleure expérience possible à nos clients comme à nos collaborateurs. Cela passe par des innovations et des investissements permanents. Nous tenons à remercier la municipalité de Survilliers et toutes les acteurs impliqués pour le soutien apporté à l’ouverture de ce site » a-t-il ajouté.

Tous les collaborateurs recrutés en CDI sur le site d’Amazon bénéficieront d’une rémunération attractive et de nombreux avantages, dont un 13e mois, une participation ou une remise réservée aux salariés. Les postes proposés au sein des centres de tri d’Amazon, avantages inclus, sont ouverts à tous, sans condition de diplôme ou de formation.

Amazon dispose également d’un programme de formation innovant,Options de carrière,qui propose aux collaborateurs le financement d’une formation continue par la prise en charge de 95 % des frais pédagogiques et connexes pour les formations reconnues nationalement, à hauteur de 8 000 euros sur quatre ans.

Amazon continue de développer sa présence en France afin de répondre à une demande client en plein essor, élargir son offre et permettre aux PME qui vendent sur Amazon Marketplace de faire grandir leur activité”.

Eh bien voici une bonne nouvelle, qui met un coup de pied au cul à l’Amazon bashing en cours…

Et voyez ce site d’Amazon, qui résume bien l’implantation de la firme en France :

cliquez…
Partagez cet article

Simi : l’extension du hub de Fedex à Roissy à l’honneur

Eh bien non. Contrairement à ce que j’avais annoncé, je ne suis pas allé au SIMI, le jeudi 12, comme prévu. La faute aux bloqueurs. J’avais l’intention de partir de chez moi (Paris 20) pour rejoindre la Porte Maillot (à l’opposé). Ça bloquait déjà. Pas de métro, et il était hors de question d’y aller en voiture, vu le bazar, tant à Paris intra muros que sur le périph’. Je me décide, bêtement, l’avant-veille ,à appeler mon VTC habituel. Un type bien, qui a plusieurs véhicules. Je lui dis: “eh, ça doit bien marcher les affaires pour toi, en ce moment”. Réponse: “tu rigoles, c’est tellement le bazar qu’on ne peut plus faire de courses. Trop risqué d’être bloqués pendant des heures, et dans ce cas on perd de l’argent. Du coup on travaille sur Marne-la-Vallée en ce moment…” .Il va néanmoins voir ce qu’il peut faire pour moi. Il me rappelle le lendemain: pas moyen. J’enrage une fois de plus contre les bloqueurs privilégiés de la RATP….

Mais bon, on m’a raconté, envoyé des fotos, des communiqués, et j’ai suivi sur Internet.

Il n’y a certainement pas que moi qui n’ait pu m’y rendre. L’édition 2019 a réuni 26 000 visiteurs, contre 30 454 l’an passé.

Marie-Christine Cavecchi , présidente du Val d’Oise avec Jean-François Benon, directeur du CEEVO lors d’un entretien

Les acteurs habituels du Grand Roissy (la CA Roissy Pays de France, le département du Val d’Oise avec le Ceevo,  Roissy Développement la CA Paris Terre d’envol, Grand Paris Aménagement, ADP…)  avaient leurs stands, dispersés comme d’hab …

Le nouveau bâtiment de Fedex honoré

Comme chaque année, des Grands Prix (voir ici) ont été attribués par un jury de professionnels. Surprise cette fois, en plus des récompensés, a été décernée une “mention spéciale” . Ce fut pour la construction, par le groupe Essor, du nouveau bâtiment du Hub Fedex à CDG (le plus grand du monde après celui de Memphis. Revoyez ici la belle histoire de Fedex).

photo SIMI

Voyez ce qu’en dit le groupe ESSOR sur son site (avec une vidéo sur le bâtiment).

On est donc content ici… L’extension du Hub Fedex avait été annoncée en 2016, en présence de François Hollande, alors président de la République (revoir notre article ici). Le bâtiment (47 000 m2)  hébergera un nouveau système de tri équipé de technologies de pointe qui sera opérationnel en 2020. Fin 2020, la capacité maximale de tri du hub sera de 68 000 pièces par heure (46 000 colis et 22 000 petites boites et documents).   Le projet d’extension a été conçu pour utiliser au mieux les capacités et améliorer les performances. Il fera l’objet d’une double certification HQE et BREEAM.

Aujourd’hui, le hub FedEx de Paris-Charles de Gaulle permet de traiter jusqu’à 1 200 tonnes de fret chaque jour. Il emploie actuellement, rien que sur le hub de CDG, au moins 2500 salariés.

Souvenirs…

J’suis un peu nostalgique ces temps-ci… Je me souviens de la naissance de Fedex ici. A l’époque j’étais directeur du développement économique de la ville de Tremblay-en-France. Chargé donc, notamment, d’attirer le maximum d’entreprises sur le territoire communal. Je ne sais plus comment, mais j’étais rentré en contact (en 1993 de mémoire) avec M. de Calonne, de Fedex (je n’avais jamais entendu parler de Fedex), qui occupait alors un petit bureau en zone de fret, sur le territoire de Tremblay.Il m’informe que Fedex cherche à créer un important hub en Europe et que ça pourrait être à CDG ou à … Francfort. Je suis l’affaire de prêt, vous pensez bien, d’autant que, si CDG était retenu, il y a de la place encore sur la zone de fret située à Tremblay… Bonjour la TP pour la ville… Je suivais ça avidement avec Alain Ress, alors responsable cargo chez ADP. Un jour il m’appelle pour m’informer que Fedex avait choisi CDG plutôt que Francfort, pour des raisons climatiques et aussi les 4 pistes. Joie, mais vite moins de joie, ce ne sera pas sur le territoire de Tremblay, mais sur celui de  Roissy-en-France… J’appelle le maire de Roissy pour lui annoncer la bonne nouvelle…

Encore une fois, personne, ou presque, ne connaissait le nom de Fedex à l’époque. Du coup, j’avais décidé de le présenter dans le 1er numéro de Bénéfice.net (que je n’ai plus, malheureusement, ni en numérique, ni en papier).

Et, comme on pouvait le prévoir, il y a eu un Fedex bashing ici, conduit par une poignée d’élus du Val d’Oise, menés par J-P Blazy,  maire (PS) de Gonesse et alors député. Mais ça a fait long feu… La dernière” manif”, j’y étais, avait réuni une quarantaine d’individus. Tout ça c’est calmé depuis…  EV

Partagez cet article